L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 27 Jan 2020 12:03

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
Message Publié : 08 Sep 2004 17:47 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14156
Extrait de mon livre "l'expédition d'Irlande, de La Rochelle à Dublin"

"Ainsi, malgré ces péripéties, la flotte -privée de Hoche et de son amiral (Nielly), cingle vers l'Irlande. Elle est formée en 3 colonnes, Nielly à gauche, Bouvet au centre, et Richery à droite...

Mais, jusqu'au 22 décembre, la tempête devient si forte que les vaisseaux de l'expédition souffrent beaucoup. De plus, le groupe amiral est éloigné de la côte d'Irlande après avoir été pris en chasse par un vaisseau anglais.

A 9 heures du matin, le 21 décembre, Bouvet croit apercevoir devant lui le cap Mizen-Head qu'il confond avec le cap Clear; en réalité, la terre aperçue est l'île de Dorsey.

Toute la matinée, les navires louvoient pour revenir au sud de la baie de Bantry et tenter de gagner le mouillage, cependant que le vent forcit et la mer grossit sans arrêt. En définitive, seuls neuf vaisseaux et six frégates vont pouvoir mouiller; Nielly et Richery manquent à l'appel.

Ainsi, une déplorable erreur de route aura pour conséquence qu'aucun navire ne pourra rejoindre le 22 au soir le mouillage tout à fait sûr de Bear-Heaven.

Car la tempête va se déchaîner: ceux des bâtiments les plus aancés dans la baie seront les plus secoués. Quant aux autres, le mouillage leur semble si peu abrités qu'ils préfèrent regagner le large plutôt que de s'aborder dans la nuit!

Bouvet -mieux inspiré autrefois- commet encore l'erreur de ne pas entrer dans le chenal qui qui sépare l'île de Bear de la côte nord et reste au mouillage dans la baie ouverte de Bantry. Pourtant, il n'ya guère que 6500 hommes à débarquer et 4 canons. En attendant, soldats et équipages sont fortement malmenés par l'ouragan qui déferle sur les côtes irlandaises toute la journée du 23.

Se voyant seul, le contre-amiral Bouvet veut reprendre le large. Sous la pression de Wolf Tone qui commande les Irlandais à bord des vaisseaux de l'expédition, le général Grouchy accepte le principe du débarquement et empêche -in extremis- Bouvet de donner le signal d'appareillage pour regagner Brest. Bouvet craint, en effet, l'apparition à tout moment de la marine anglaise; les conditions climatiques lui font craindre la fragilité de certains de ses bâtiments...

Ce qui se passe à cet instant suscitera plus tard une polémique entre Bouvet et Grouchy. Bouvet se dit prêt à débarquer tous ceux qui le veulent sur la côte nord de la baie, mais Grouchy requiert Bouvet de le débarquer sur la côte sud: il a pris conscience que débarquer sur la côte nord lui rallonge considérablement le chemin pour gagner la ville de Bantry, lieu qui doit être investi en priorité. Compte-tenu de ces hésitations et de ces retards, le débarquement est remis au lendemain 25 décembre.

Ainsi, toute la journée du 24 a été perdue en vains conciliabules, alors que le temps -redevenu plus calme- aurait permis de débarquer!

Malheureusement, dans la nuit, la météo se détériore encore une fois: au matin, les navires sont contraints les uns après les autres de reprendre le large pour ne pas s'échouer à la côte. Bouvet en profite pour abandonner la partie!

les autres portions de l'escadre viennent successivement mouiller dans la baie de Bantry: s'y voyant seules, elles renoncent et regagnent Brest à leur tour! Ainsi, du 20 décembre 1796 au 6 janvier 1797, des navires Français réussissentà jeter l'ancre dans cette triste baie de Bantry, et cela pendant 17 jours consécutifs (sauf le 28) et sans que les croisières anglaise ne s'y opposent!

Il résulte d'une étude approfondie sortant du cadre de cet ouvrage qu'aucun rassemblement de troupes sérieux n'ayant été fait par les Anglais, les Français pouvaient mettre à terre 6400 hommes le 24 décembre, 4000 encore le 27 et 4000 autres du 3 au 6 janvier 1797!

Dans ces conditions, la totalité des forces pouvaient et devaient débarquer pour s'emparer de Bantry et marcher ensuite vers le centre de l'Irlande afin de s'y réunir aux républicains irlandais...

Si la terrible tempête qui dispersa l'escadre française est une cause essentielle de l'échec, il n'en demeure pas moins que les amiraux français par leur anxiété exagérée et Grouchy, par son indécision, sont les vrais responsables de cette tentative avortée!"

Voici -pour résumer- ce qui s'est passé à Bantry-Bay: on remarquera que Grouchy n'a pas su s'imposer face à un marin perturbé par le temps et la fragilité de ses vaisseaux, ainsi que par la terreur panique que lui inspirait la Royal Navy. Avec plus de bon sens, Grouchy aurait pu faire remarquer à cet amiral que ses navires seraient bien plus manoeuvrants après s'être délestés de leur "chargement"!

En l'absence de Hoche, il commandait en chef: il lui appartenait -une fois dans les eaux irlandaises- de plier le marin à son autorité. C'est ce qu'il na pas fait, faisant manquer à Hoche une occasion inespérée d'accomplir un fait d'armes éclatant!


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB