La survie en ligne féminine des Romanov...

1ère guerre mondiale et ses conséquences, jusqu'à la Grande Crise.

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Samedi 20 Novembre 2010 18:27:48

Ce montage de photos et de séquences filmées est effectivement un hommage émouvant. Il n'y a que la dernière photo représentant la cloison de la chambre du meurtre qui est pour moi une tromperie. Elle est censé illustrer la sauvagerie et la violence de la fusillade qui aurait fauché les 7 membres de la Famille impériale et leurs 4 serviteurs. Hors, il n'en est rien. En effet, l'état de la cloison telle que nous la voyions résulte des prélèvements faits par les premiers enquêteurs pour récupérer les impacts de balle dont il faut rappeler qu'il n'y en avait que 17.
Cette photo archi connue contribue à faussement accréditer la version du massacre collectif dans la maison Ipatief. La Famille impériale n'a très vraisemblablement pas été assassinée là.


Elie Durel

Elie Durel, auteur de « L’autre fin des Romanof et le prince de l’ombre » aux éditions Lanore (Paris)
Site de l’auteur : http://sites.google.com/site/eliedurelauteur/
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: Mauser et cie...

Message par SIRACOURT » Mardi 23 Novembre 2010 16:28:58

Tout à fait d'accord avec vous sur ce point!...C'est du décor de grand Guignol pour impressionner l'opinion publique qui ne connait généralement rien au dossier. Je rappelle que l'histoire des balles de revolver stoppées dans des coussins tenus par les victimes pour se protéger est une vaste rigolade.
Vérification :
J'ai moi-même tirer des balles de Mauser 9m/m à 2 m de distance dans des planches de sapin de 5 cms. Les balles les traversent facilement. Seul un bottin téléphonique de 10 cms d'épaisseur les arrêtent...Il n'y avait malheureusement pas de bottin dans la chambre jaune....
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: Mauser et cie...

Message par Alexandre » Mardi 23 Novembre 2010 21:17:44

SIRACOURT a écrit :Tout à fait d'accord avec vous sur ce point!...C'est du décor de grand Guignol pour impressionner l'opinion publique qui ne connait généralement rien au dossier. Je rappelle que l'histoire des balles de revolver stoppées dans des coussins tenus par les victimes pour se protéger est une vaste rigolade.


Je n'ai malheureusement pas l'ouvrage de Nicolas Ross avec moi ("La mort du dernier tsar"), donc je ne peux pas confirmer, mais il me semble que les filles du tsars ne se sont pas protégées avec les fameux coussins. Ces derniers étaient en fait disposés sur les chaises du tsar, de la tsarine et d'Alexis. Par contre, il est matériellement possible, et cela a été prouvé, que les bijoux cousus dans la doublure des vêtements des femmes ont très bien pu tenir le rôle de gilet pare-balles et donc les protéger des tires (un reportage anglophone mis en ligne sur youtube en apporte d'ailleurs la preuve. Si quelqu'un souhaite le regarder, je veux bien le rechercher à nouveau). De toute manière, quel aurait été l'intérêt d'inventer une telle histoire aussi sanglante si cela ne s'était pas produit ? Yourovski n'avait qu'à dire que tout le monde est mort sur le coup. Les Bolchéviques n'avaient aucune gloire à retirer d'une telle boucherie et ils en étaient conscients. Ce n'est pas pour rien qu'ils ont essayé de cacher les véritables conditions du meurtre des Romanov pendant toutes ces années !
Alexandre
 
Message(s) : 112
Inscription : Dimanche 06 Janvier 2008 16:29:26

Re: Les bijoux de famille...

Message par SIRACOURT » Mardi 23 Novembre 2010 21:37:39

On voit que vous n'avez jamais tiré au revolver!...des bijoux qui arrêtent des balles, cela se saurait. J'ai pratiqué le tir au pistolet et au revolver dans un stand de tir avec toutes sortes d'armes et de calibres (jusqu'au 357 magnum) sur toutes sortes d'objets et de matériel.
L'or, l'argent, le platine sont des métaux trés malléables. Les bijoux de la famille impériale étaient des bracelets légers, des boucles d'oreilles ouvragées, pas des lingots d'or de 3 kilos (qui ont 4-5 cms d'épaisseur et auraient pu arrêter qq.balles, peut-être...). On est loin de ce cas de figure dans des coussins. Que de sottises sont dites!...
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par Alexandre » Mardi 23 Novembre 2010 22:10:36

Alexandra et ses filles avaient des diamants cousu dans la doublure de leurs vêtements, et non des bracelets légers. Les diamants sont les pierres les plus solides au monde. Elles avaient plus de 3kg de bijoux cousu simplement dans leurs manches !
Par ailleurs, j'ai retrouvé la vidéo dont je parlais précédemment. Des tests ont été effectués avec des pierres ayant une structure identique avec les diamants (des tests avec de vrai diamants étant trop onéreux) et aucune des balles tirées n'a traversé le corset. Aucune d'entre elles n'aurait donc été mortelle pour la victime ! Voici la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=fK1uwu43cKg
Alexandre
 
Message(s) : 112
Inscription : Dimanche 06 Janvier 2008 16:29:26

Re: Les bijoux (suite et fin)

Message par SIRACOURT » Mercredi 24 Novembre 2010 16:03:12

Merci, ce film est trés impressionnant!... mais vous pensez bien qu'Alexandra et ses filles n'ont jamais pu bâtir une telle "cote de maille" pour chacune d'elles comme nous le montre ce film!...avec une double épaisseur de diamants gros comme des noisettes...
Elles devaient coudre leurs bijoux elles-mêmes et secrètement...donc pour moi ce film ne montre pas la réalité des choses!
D'autre part, la famille Romanov ne possèdait pas un tel nombre de diamants de cette grosseur lors de son arrestation par Kérensky en 1917 qui représenterait des dizaines de millions d'euros.
Elle partit pour Tobolsk seulement avec ses bijoux personnels et non ceux de la Couronne de Russie. Le tsar Nicolas II n'était pas le Shah d'Iran qui s'exila dans un Boeing 747 avec les vrais bijoux de la couronne de Perse, laissant en Iran de fausses copies....
Nicolas II était un gentilhomme qui ne pensait pas que la bassesse des bolchéviks irait jusque là...Il était naif et honnête, cela le perdit...
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par Alexandre » Mercredi 24 Novembre 2010 21:59:58

Cela prouve dans tous les cas que des bijoux ou des pierres précieuses peuvent arrêter des balles.
Et puis, si l'on se réfère aux notes de Gilliard dans son ouvrage "Le tragique destin de Nicolas II et de sa famille", l'impératrice et ses filles portaient en permanence sur elles (dans la doublure de leurs vêtements et sur leur corset) des kilos et des kilos de bijoux. Donc il y en avait pas mal, et sûrement suffisamment pour arrêter des balles. D'autant que ces bijoux n'ont protégé que deux des filles (Anastasia et Maria ou Tatiana) et Anna Demidova. Cela montre qu'elles n'en avaient pas assez sur elles pour être toutes protégées, ce qui rend cette histoire encore plus plausible.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu'elles avaient emporté ces bijoux pour pouvoir survivre en exil (on a bien vu dans quelles conditions la Famille impériale d'Autriche-Hongrie vivait lors de son exil à Madère. Les Romanov auraient certainement vécu plus ou moins la même chose. Nicolas et Alexandra le savaient pertinemment). Il ne s'agissait donc pas d'emporter des bijoux qu'elles affectionnaient, mais les bijoux qui avaient le plus de valeur. Or, les diamants sont les pierres les plus chères au monde. C'est pour cette raison qu'elles avaient essentiellement ce genre de pierres avec elles.
Alexandre
 
Message(s) : 112
Inscription : Dimanche 06 Janvier 2008 16:29:26

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Jeudi 25 Novembre 2010 21:14:10

Le document proposé par Alexandre est plutôt consternant, mais très adroit en montrant une expérience balistique qui ne démontre rien et ne correspondant à aucune réalité en rapport avec la mort des Romanof. En mêlant des images d’analyses de laboratoire pour faire sérieux, des images des victimes extraites d’un film pour impressionner et des images réelles pour faire plus vrai, il relève de la manipulation.
Il est vrai qu’Olga et Tatiana ont cousu quelques pierres ou bijoux dans l’ourlet de leurs vêtements et qu’Anna Demidova, la femme de chambre de l’Impératrice, en aurait inséré dans les renforts de son corset. Donc rien à voir avec le matelas de grosses pierres reconstitué par les « expérimentateurs ».
Il faut rappeler que cette histoire de corsets transformés en gilets pare-balles est le fruit de l’imagination du juge Sokoloff, bien embarrassé par le peu d’impacts relevés dans la cloison. L’enquêteur précédent a justement effectué des relevés très précis que Sokoloff a repris dans son enquête. Ainsi, seulement 16 impacts de balle ont été retrouvés dans la cloison dont 12 dans un rectangle de 0,50 m X 1,30 m situé au plus bas à 0,20 m du sol et au plus haut à 0,75 m. Le peu d’impacts a beaucoup embarrassé le juge Sokoloff qui a aussi imaginé que des balles étaient restées dans les corps : ceci est improbable, car à cette distance et vue la puissance des armes, les balles ont certainement toutes traversé les victimes. D’ailleurs, sur les 16 impacts concentrés dans le rectangle, 12 étaient « ourlées » de sang, ce qui montre qu’elles ont traversé des corps.
Il faut aussi rappeler que la thèse du massacre vient de Koutouzov, l’adjoint au procureur public d’Ekatérinenbourg, qui aurait appris du citoyen Fiodor Gorchkov que le tsar et toute sa famille auraient été assassinés dans la maison Ipatief (dans les appartements et non dans l’entresol). Ce dernier aurait dit tenir cette révélation de l’enquêteur Tomachevski qui l’aurait appris d’un témoin oculaire ou d’un proche des autorités soviétiques.
Ce bref témoignage de troisième ordre constitue la trame sur laquelle Sokoloff a brodé sa version. Il servira aussi à fonder la survivance de la grande-duchesse Anastasia.
« Toute la famille fut rassemblée dans la salle à manger où on leur annonça qu’ils allaient être tous fusillés. Peu après, les « Letts » tirèrent et toute la famille s’écroula. Après quoi, en vérifiant que tout le monde était bien mort, des gardes s’aperçurent que la grande-duchesse Anastasia vivait encore. Lorsqu’ils la touchèrent, elle poussa un cri horrible. On lui donna un coup de crosse sur la tête et elle fut percée de trente-deux coups de baïonnette.»
Alexandre évoque l’ouvrage «La mort du dernier tsar» de Nicolas Ross, docteur en histoire et historien de la Russie. Dans la quatrième de couverture il est écrit : « Ce livre reste à ce jour l’ouvrage de référence le plus complet et le plus utilisé sur le sujet ». C’est vrai. Nicolas Ross a une réputation de rigueur que l’on retrouve dans son ouvrage, mais il étonne par sa prise de position insidieuse qui ne colle pas avec les contradictions, les invraisemblances, les mensonges… qu’il a pointés avec beaucoup de précision. Je laisse chacun méditer sur sa conclusion surprenante (lorsque l’on a lu attentivement son livre) : « Au terme de notre enquête, nous espérons avoir réussi à présenter au lecteur un bilan suffisamment complet et crédible de l’état actuel du dossier Romanov. C’est à lui de juger si nos espoirs sont fondés. Quant à notre propre version des circonstances de la fin des Romanov, qui transparaît çà et là, elle est surtout présente à titre expérimental. Nous ne la défendrions pas bec et ongles si d’incontestables révélations nouvelles venaient l’infirmer, et c’est dans cette hypothèse que nous éviterons de proposer une conclusion définitive à notre recherche ». Pourtant et contre toute attente, Nicolas Ross qui je crois est d’origine russe soutient jusqu’à preuve du contraire la version du massacre collectif. J’affirme pour ma part que le lecteur attentif ne peut aboutir à cette intime conviction après avoir lu l’enquête de Ross. En qualité d’historien-chercheur, il aurait au moins dû s’abstenir de prendre une quelconque position et surtout de la faire « transparaître çà et là ». Son absence de neutralité est d’autant plus suspecte qu’il prend la précaution de dire qu’il ne défendrait pas sa version « bec et ongles si d’incontestables révélations nouvelles venaient l’infirmer », alors qu’il sait pertinemment qu’il n’y aura jamais d’incontestables révélations nouvelles.
Alexandre dit aussi « Yourovski n'avait qu'à dire que tout le monde est mort sur le coup ». Il faut aussi rappeler que Yourovski, le dernier commandant de la maison Ipatiev, n’a jamais rien dit, n’a jamais témoigné. Plus tard, lors de rencontres avec d’anciens camarades, il est toujours resté silencieux et énigmatique sur les évènements qu’il a connus. Les « dires » de Yourovski sont ceux de sa fameuse note dont on sait qu’il ne l’a pas écrite et qu’il en existe plusieurs exemplaires aux versions contradictoires (Ross a relevé ces anomalies). Il faut aussi dire que lors de la première publication de cette note, le livre, et donc la version, de Sokolov était paru. On sait que sa version a servi de référence puisqu’elle satisfaisait tout le monde (Blancs et Rouges).

Elie Durel

Elie Durel, auteur de « L’autre fin des Romanof et le prince de l’ombre » aux éditions Lanore (Paris)
Site de l’auteur : http://sites.google.com/site/eliedurelauteur/
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: Baïonnettes au canon!...

Message par SIRACOURT » Lundi 29 Novembre 2010 16:12:59

On voit que vous connaissez votre sujet. Bravo! Votre réponse à Alexandre est trés bien argumentée. Je l'approuve tout à fait. Nous différons entre nous seulement sur la fin de la famille Romanoff aprés sa sortie de la maison Ipatiev, bien entendu vivante...
Encore une fois il est impossible dans une chambre de 20m2 d'y faire entrer 23 personnes: 11 victimes et 12 tueurs armés de revolvers et de fusils baïonnettes au canon qui sont un peu emcombrants dans une petite pièce.
C'est là pour moi la plus grande preuve de l'impossibilité de ce pseudo massacre. C'est le juge Sokoloff qui s'est tiré une balle dans le pied avec son obstination à vouloir prouver sa thèse qui n'est pas défendable.
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par Alexandre » Jeudi 02 Décembre 2010 14:07:37

eliedurel a écrit :Le peu d’impacts a beaucoup embarrassé le juge Sokoloff qui a aussi imaginé que des balles étaient restées dans les corps : ceci est improbable, car à cette distance et vue la puissance des armes, les balles ont certainement toutes traversé les victimes. D’ailleurs, sur les 16 impacts concentrés dans le rectangle, 12 étaient « ourlées » de sang, ce qui montre qu’elles ont traversé des corps.


Sans vouloir paraître de mauvaise foi, il faudrait être un spécialiste et donc un scientifique pour affirmer une telle chose ! Il ne s'agissait pas d'armes si puissantes, d'autant que les assassins étaient assez proches des victimes lors de la fusillade, ce qui peut laisser supposer que certaines balles se soient logées dans les corps des victimes. Sans compter que des balles ont été retrouvées dans les corps des Romanov exhumés en 1991 (si on croit cette hypothèse, bien entendu).

Quoi qu'il en soit, je vous propose ce reportage audio très intéressant diffusé le 26 novembre dernier sur Europe 1 consacré à la fin des Romanov et aux doutes entourant leur mort : http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Cafe-decouvertes/Sons/Le-destin-tragique-de-la-famille-Romanov-318450/
Franck Ferrand y fait mention de vous, Siracourt, quant à votre théorie sur le destin des Romanov, et plus particulièrement par rapport au destin d'Alexandra.
Alexandre
 
Message(s) : 112
Inscription : Dimanche 06 Janvier 2008 16:29:26

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Vendredi 03 Décembre 2010 11:20:03

Le système Nagan (inventé par les frères belges du même nom) était un révolver assez puissant et assez précis (balle contenue dans l’étui) qui équipait la garde impériale. Dire que des balles ont été retrouvées dans les « corps » des Romanov exhumés en 1991 (73 ans après les faits) met à mal l’authenticité des restes qui leur sont attribués (Ross a relevé cette invraisemblance).

Imaginée par Sokolov et rapportée dans la note dite de Yourosvky, la scène du massacre collectif de 11 personnes par 11 ou 12 tueurs dans la chambre de l’entresol de la maison Ipatief est absolument invraisemblable. En se référant à la description qui en est faite, comment concevoir sérieusement une fusillade avec 22 ou 23 personnes dans moins de 24 m2, soit 1 m2 par personne (avec les chaises et le fauteuil roulant du tsarévitch).
Ancien officier de l’armement, j’ai une certaine connaissance des armes et de leur utilisation. Sans rentrer dans des considérations techniques, je peux, par exemple, assurer qu’il n’est pas très rassurant d’ordonner le tir à une demi-douzaine d’hommes distants de 2 à 3 m équipés d’une arme de poing et alignés à un pas de tir. Alors, le double de tireurs dans un tel confinement est tout simplement irréaliste.
Indépendamment de cela, comment expliquer, dans une telle concentration, les tentatives désespérées de Déminova qui se jetait d’un côté à l’autre, puis roulait sur le parquet pour esquiver les balles et les coups de baïonnettes ?
Siracourt a raison sur ce point : le massacre de 11 personnes dans de telles conditions est impossible. Si de nombreux éléments le confirment, aucun de crédible n’étaye la thèse de l’assassinat de la Famille impériale dans la maison Ipatief. Rappelons que les deux enquêteurs (et les premiers officiels) qui ont précédé Sokolov ont conclu au meurtre de 2 ou 3 personnes et à une mise en scène : ils ont payé de leur vie ces conclusions qui ne collaient pas avec la version voulue par les Blancs (et les Alliés).
Comme je l’ai déjà expliqué, je suis parti des révélations qui m’ont été faites par un homme qui a côtoyé le juge Sokolov et surtout le prince Orlov, ainsi que leur entourage. Selon lui, seuls les 3 serviteurs ont été mitraillés, après que le docteur Botkine qui a eu un geste de défense ait été abattu d’une balle dans la tête par Yourosky. Ce meurtre des 4 personnes est parfaitement crédible et peut être reconstitué à partir des éléments matériels incontestables dont on dispose. Par exemple, la tache de sang « comme du foie » (sic) vue par Medvedief dans l’entrebâillement de la double porte d’entrée de la chambre correspond au sang d’une victime atteint d’une balle dans la tête. Comme il est très probable qu’un vaisseau sanguin important soit atteint, la victime perd rapidement une quantité de sang considérablement, car le cœur qui a son autonomie continue de battre un temps.
En définitive, il n’existe aucun élément authentique probant et crédible qui permet d’accréditer la version du massacre de la Famille impériale et des serviteurs dans la maison Ipatief. Même les membres de la famille Romanov ne l’ont pas crue. On peut comprendre le désarroi du juge Sokolov, a priori intègre, à qui l’on a demandé de mentir pour la cause monarchique et qui découvre que les Romanov n’adhèrent pas à sa version.
L’enquête du juge Sokolov qui est la base de tout est en réalité un assemblage de mensonges, de manipulations et de fausses preuves.
Ainsi, Sokolov désigne le meurtrier (Yourovky) de la Famille impériale et son commanditaire (Lénine) sur la base de feuillets et de morceaux de journal « souillés d’excréments » (sic) retrouvés 9 mois après les faits au lieu-dit des Quatre-Frère. Ceux qui le veulent peuvent faire l’expérience de laisser des morceaux de papier en plein air (il n’est pas nécessaire de les souiller) pour savoir ce qu’ils deviennent : au bout de 4 à 5 mois, il n’en reste rien !
Avec une probabilité proche de la certitude, les Romanov n’ont pas été assassinés dans la maison Ipatief. Les conditions de leur mort sont certainement plus compromettantes et embarrassantes pour les pays directement impliqués dans ce drame.

Je reviendrai pour parler des bijoux impériaux.

Elie Durel

Elie Durel, auteur de « L’autre fin des Romanof et le prince de l’ombre » aux éditions Lanore (Paris)
Site de l’auteur : http://sites.google.com/site/eliedurelauteur/
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par SIRACOURT » Vendredi 03 Décembre 2010 16:03:02

Élie, vous tirez les bonnes conclusions sur le seul massacre de Botkine et des 3 domestiques dans la chambre jaune. Je remercie Alexandre du rappel de l'émission de Frank Ferrand dont je n'avais pas connaissance. Chacun a donc sa place dans la recherche de la vérité. Alexandre parait quelque peu naif cependant dans son approche du mystère de la maison Ipatiev, mais c'est un chercheur et son site ROMANOFF est remarquable, je l'en remercie.
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Vendredi 03 Décembre 2010 16:18:05

Alexandre juge très intéressant l’émission de Michel Field sur Europe 1 avec comme invités Franck Ferrand (historien et animateur sur Europe 1) et Jean de Cars ( écrivain et journaliste) pour la promotion de leur livre respectif. Pour ce qui me concerne, je la trouve plate au plan purement historique.
Concernant le récit qui a précédé les échanges avec les invités, il est classique, mais je ferai quelques observations :
- Dire que l’on a fait tourner le moteur du camion qui se trouvait dans la cour située à l’opposé de la chambre du meurtre pour couvrir le bruit de détonations est absurde.
- Dire que ce sont les Blancs qui ont les premiers repris Ekatérinenbourg est faux : ce sont les Tchéques. Cela change bien des choses.
- Parler de « la cascade des révélations et des découvertes de Sokolov » montre que l’auteur du texte de ce récit ne connaît pas le rapport du juge ou l’a mal lu.
Le plus crédible dans les échanges est Franck Ferrand qui est bien documenté et apparaît impartial. Il se permet de corriger les propos de Jean de Cars au sujet de la démolition de la maison Ipatief. Jean de Cars a une idée très personnelle, mais peu crédible de l’origine de l’énigme Anastasia et de l’éventuelle survivance de membres de la Famille impériale.
Pour une raison qui m’échappe un peu, Jean de Cars est décevant dans ses prises de position qui restent indécises. Comme le dit de lui Field : « En homme politique, vous ne répondez jamais… ». Jean de Cars est de ceux qui souhaitent qu’on en termine avec l’histoire des Romanov et qu’on les enterre une bonne fois. Je crois qu’il s’avance un peu lorsqu’il affirme que les Russes « ont aujourd’hui, enfin il y a 15 ans, une obsession de paix avec ce sujet ».
Que peut-on conclure de cette émission du 26 novembre dernier ? Les intervenants ne peuvent soutenir sérieusement la version dite officielle qui découle du rapport de Sokolov et ils ne rejettent pas catégoriquement d’autres possibilités. C’est le moins que l’on puisse faire.

Elie Durel

Elie Durel, auteur de « L’autre fin des Romanof et le prince de l’ombre » aux éditions Lanore (Paris)
Site de l’auteur : http://sites.google.com/site/eliedurelauteur/
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: Émission EUROPE 1- Franck Ferrand

Message par SIRACOURT » Lundi 06 Décembre 2010 16:45:49

Bien sûr, vous avez raison. Je vois que Jean des Cars a modifié son attitude par rapport à celle de juillet 2008 sur Europe 1. Maintenant il est plus souple et laisse la porte ouverte à ses certitudes du début, tout comme Madame Carrières d'Encause qui en juin 2008 chez Stéphane Bern, laissait la porte ouverte à de nouvelles découvertes sur l'affaire Romanov.... C'est plus prudent en effet!
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La fortune des Romanov à l'étranger

Message par SIRACOURT » Jeudi 09 Décembre 2010 22:44:08

Depuis 93 ans, on fait courir le "faux bruit" que le tsar n'avait pas d'argent à l'étranger. C'est totalement faux. Il faut relire à ce sujet à la page 64 du livre du juge Nicolas Sokoloff " Enquête judiciaire sur l'assassinat de la famille Impériale Russe", Payot, Paris, 1929. deux témoignages capitaux, ceux de Lvov et de Kerenski, anciens membres du gouvernement provisoire en 1917.
Sokoloff a interrogé lui-même le prince Lvov (1861-1925) et Kerenski (1881-1970) à Paris.
Je cite:
" La fortune personnelle de l'Empereur fut établie. Elle n'était pas considérable. 14 millions de roubles déposées dans les banques étrangères. Et c'est tout."
Kerenski déclare à son tour:
" Sa fortune était bien inférieure à celle qu'on lui prêtait. Il ne disposait en tout que de 14 millions de roubles, en Angleterre et en Allemagne".
Mes observations:
Ces 14 millions de roubles-or déposées en 1906 représentaient au minimum 180 millions d'euros ( en valeur 2010), ce qui n'est pas une petite somme; mais surtout les témoignages précités nous confirment que Nicolas II avait bien mis de l'argent dans les banques en Angleterre et en Allemagne.
Nicolas II avait mal vécu la révolution de 1905, qui avait failli emporter la monarchie. Il avait donc pris ses précautions au cas ou il aurait fallu expatrier sa famille (en Angleterre ou en Allemagne). Il n'avait pas pensé à la guerre de 1914-1918, qui emporterait tout sur son passage...
La famille Romanov avait aussi des immeubles et des terres en Angleterre depuis Alexandre II. La reine Victoria avait aussi constitué une dot pour la fille aînée du tsar, Olga, dont elle était la marraine. La tsarine avait recu un héritage important de son père en Allemagne. Ils n'étaient donc pas sans ressources. Il y avait aussi des bijoux qui furent déposés en Europe. J'en parlerai une autre fois.
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

PrécédentSuivant

Retour vers La Grande Guerre (1914-1929)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)