Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par BRH » Dimanche 11 Décembre 2011 12:18:32



2.François-Marie indique :
10.12.2011 à 14:09
La mort de l’abbé Dubois est annoncée au Journal des débats du 16 juillet 1817 en même temps que celle de la princesse Louise-Elisabeth , la première Mademoiselle qui n’a vécu que 2jours http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k422056t/f2.langFR

Ainsi ,le destin personnel de l’abbé Dubois se trouve-t-il associé à la mort du dernier fils de France de l’Ancien Régime royal et à celle de la première fille du Nouveau…L’édition du 20 juillet rend compte des obsèques du saint prêtre,tenu pour le père des pauvres et des orphelins ( et oui! et pas des moindres…) de sa paroisse http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k422060w/f3.langFR .
Vous connaissez ma propre heuristique Cher Charles : je suis ouvert à toutes les découvertes qui se pourraient faire sur le destin de Louis XVII, mais pour l’heure je tiens la thèse officielle du décès le 8 juin 1795 comme une présomption à ce jour non renversée et je vois aucun élément probant de ce que Louis XVIII aurait pu être convaincu du contraire.L’abbé Dubois a emporté dans la tombe l’explication de l’abandon du projet d’exhumation que le Roi lui a donnée , probablement en juin 1816 lors de son passage à Sainte-Marguerite qu’il avait voulu présenter à la duchesse de Berry accueillie le jour-même à Paris, comme pour lui dire:” Ici repose le dernier fils de France : nous attendons de vous le prochain”.

3.François-Marie indique :
10.12.2011 à 14:10
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k422056t/f2.langFR

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k422060w/f3.langFR

4.François-Marie indique :
10.12.2011 à 15:07
De découverte en découverte! Il s’avère que Louis XVIII avait ses habitudes à Sainte Marguerite et que le saint abbé Dubois avait grande influence sur le coeur du Roi.Le Journal des Débats du 12 septembre 1814 raconte comment , entre les deux aventures bonapartistes,Louis XVIII vint lui-même apporter à Sainte Marguerite la grâce d’un condamné aux galères que lui avait demandée le curé de la paroisse . Superbe exemple de la munificence royale par simple effusion des âmes!

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4 ... %22.langFR

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4 ... %22.langFR

8.François-Marie indique :
11.12.2011 à 00:31

Il est exact, cher Charles, que je mets “gravement” en doute la thèse Delorme sur le coeur mais je n’en déduis pas que l’enfant de Sainte Marguerite n’est pas Louis XVII.
Mon heuristique légitimiste veut que la cause de Louis XVII et celle de Louis XVIII sont indissociables et c’est précisément , vous le savez, à l’engouement irraisonné pour un faux dauphin associé à la haine de Louis XVIII que je démasque les faux légitimistes…Le défi que j’ai lancé d’établir l’existence d’un écrit authentique de Louis XVIII contre son frère ou sa belle-soeur n’a jamais été relevé :je n’ai jamais eu pour réponse que les ragots infâmes des égoûts du naundorffisme et de ses émules.Mis au pied du mur , ils sont incapables de produire quoi que ce soit d’avéré! A l’inverse , lisons donc “Louis XVI peint par lui-même”qui, au matin du 12 août 1792, de la loge du logographe, transmet à son frère ses dernières volontés en l’intrônisant de fait régent du royaume…

http://books.google.fr/books?id=2vI8AAA ... &q&f=false p.324
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3599
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par Bergeronnette » Dimanche 11 Décembre 2011 18:24:12

Merci, Messieurs, pour ces documents et informations auxquels je répondrai en plusieurs fois, mais je m'insurge absolument contre les propos de Mr. François au sujet des rapports Louis XVI-Louis XVIII ! Rien qu'à titre personnel, j'ai souvenir de lui avoir apporté MAINTES RÉFÉRENCES PROUVANT LA HAINE ET LA JALOUSIE DU COMTE DE PROVENCE VIS Á VIS DE SON FRÈRE, NÉ, POUR SON PLUS GRAND MALHEUR, UN AN AVANT LUI !!! Dois-je vraiment tout reprendre ?
La mort (brutale et suspecte - il était en voyage) de l'abbé Dubois a probablement un rapport avec l'Affaire.
Dans l'église Ste Marguerite, nulle mention n'est faite de Louis XVIII : St. Vincent de Paul bien sûr, une visite du Pape Pie VII, mais rien sur ce roi qui a, peut-être, grâcié un galérien (référence à St. Vincent de Paul justement), c'est très possible, il a bien pu faire oeuvre royale tant que ça ne menaçait pas son trône si "chèrement" acquis - avec le sang de son frère, comme Caïn (dixit Marie-Antoinette) et de quelques autres (les descendants du marquis de Favras, s'il y en a, de démentiront sûrement pas !). Je compléterai ce message dès que possible. A bientôt.
Bergeronnette
 
Message(s) : 82
Inscription : Dimanche 10 Octobre 2010 18:33:05

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par BRH » Dimanche 11 Décembre 2011 19:49:04

"la cause de Louis XVII et celle de Louis XVIII sont indissociables" ! C'est au nom de telles maximes que l'on se refuse à admettre la vérité ! En effet, il découle invariablement de cet axiome que Louis XVII était bel et bien mort à l'avènement de son oncle qui s'empressa de s'intituler 18ème du nom de Louis ! En conséquence, il n'est pas admissible que le fils de l'infortuné Louis XVI ait pu survivre où que ce soit, avant ou même après 1814... Puisque Monsieur, frère du Roi, puis son oncle, détenait légitimement la couronne ! Adonc, tous les écrits, tous les témoignages en faveur d'une survivance, ne peuvent être qu'un fatras de suppositions, de faux témoignages, un salmigondis de ragôts et de calomnies...

Il y avait longtemps que j'avais discerné cette tendance chez François. Nous voilà servis et tout à fait éclairés, désormais, au-delà de toute prévision ! Eh bien, nous relèverons le défi, y compris en défendant la mémoire de l'infortuné orphelin du Temple...
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3599
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par François » Dimanche 11 Décembre 2011 20:48:52

Je pense que le mieux, cher Charles, est de laisser chacun cheminer selon sa propre sensibilité . Pour ma part, la rupture de traçabilité du coeur est continue, et cela depuis le moment même où Pelletan nous a assuré du prélèvement qu’il explique en avril 1814 seulement par sa fidélité royaliste: comment peut-on conserver dans un tiroir en vrac parmi d’autres “pièces anatomiques” un coeur prélevé avec une telle motivation!!!Si encore le présentoir de cristal fleurdelysé avait été commandé et fabriqué sous la dictature!Alors là je croirais sans réserve à la traçabilité d’origine !
S’agissant du naundorffisme, avec tout le respect que je dois à notre distingué archiviste, je dois dire qu’avec tous les légitimistes sérieux ,depuis les origines de cette imposture , je n’ai jamais cru un piètre mot de l’escroc notoire aux yeux de tous les gens sensés,à défaut de l’être à ceux de quelques exalté(e)s!

Mais je cesse là et je passe à l’essentiel! Les liens étroits de l’abbé Dubois et de Louis XVIII ont été établis grâce à une simple consultation d’un seul journal de l’époque : c’est dire le crédit relatif à accorder aux “historiens” survivantistes qui n’en ont jamais rien dit!Cette proximité du lien entre le “gardien” de la dépouille de l’Enfant du Temple et le Roi restauré nous donne le motif qui inspira à Louis XVIII la décision de renoncer à l’exhumation prévue en juin 1816.C’est encore un coup d’oeil rapide au Journal des Débats du 8 juin 1816 qui en quelques mots fournit la clé de la soi-disant énigme.On y lit en effet que le curé de Sainte Marguerite a accrédité lui-même la thèse de l’exhumation de la fosse commune la nuit suivant l’ensevelissement et de la ré-inhumation dans une fosse particulière dans le même cimetière ( précisons : ceci à deux endroits possibles dans un site ayant reçu des milliers de victimes de la Révolution et de défunts des hôpitaux pour beaucoup autopsiés et dont le crâne avait été scié) .Louis XVIII a naturellement avalisé la conviction du saint prêtre qu’il appelait “le bon pasteur” et en qui il avait toute confiance, et il a pris la décision de différer les fouilles( http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4 ... %22.langFR ).Je reviens donc sur mon appréciation antérieure selon laquelle Louis XVIII avait profité de son escale à Sainte-Marguerite avec la duchesse de Berry entrant dans Paris,pour expliquer à l’abbé Dubois le motif de l’abandon du projet d’exhumation la semaine précédente : l’abbé Dubois connaissait mieux que quiconque pour quelle raison le Roi avait renoncé à ce projet !Il reste à établir pourquoi il n’a pas été repris ultérieurement en reconstituant les investigations faites à partir de juin 1816.
A noter encore que les liens de l’abbé Dubois et de Louis XVIII étaient si notoires que les paroissiens ont offert au Roi un buste de l’abbé le mois même qui a suivi son décès ( http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4 ... %22.langFR ).
Mes amis comptent plus que mes idées
François
 
Message(s) : 210
Inscription : Mercredi 14 Février 2007 19:25:24

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par François » Dimanche 11 Décembre 2011 20:54:29

Votre très suspecte" Bergeronnette" réagit trop vite à vos coups de tambour Bruno :lol: Elle a bien été incapable de produire quoi que ce soit de sérieux en réponse aux écrits authentiques de Louis XVIII que j'ai produits !
Mes amis comptent plus que mes idées
François
 
Message(s) : 210
Inscription : Mercredi 14 Février 2007 19:25:24

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par BRH » Lundi 12 Décembre 2011 11:44:06

Au moment de l'assemblée des Notables :

"Alors que Louis-Stanislas met tout en oeuvre pour faire échouer les notables, son cadet, qu'on répute frivole, observe les instructions de Louis XVI. La différence de comportement s'explique sans peine. Provence, connaissant à la fois les ambitions et la nullité du cousin Orléans, cherche tout à la fois à barrer la route de ce prince douteux et à se faire confier, sinon la régence, du moins la leutenance générale du royaume." (cf. Jean-François Chiappe, Louis XVI, t.II, Perrin, p.420).

Le 6 octobre 1789, le château de Versailles étant envahi, Provence réplique au comte de Mirabeau arpentant la place d'Armes qui s'inquiète de la situation : "Que voulez-vous, nous sommes en révolution ; on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs." (cf. Jean-François Chiappe, Louis XVI, t.III, Perrin, 1989, p. 83).

Au député Lamarck, envoyé de Mirabeau, le 16 octobre : "la faiblesse et l'indécision du Roi sont au-delà de tout ce qu'on peut dire. Pour vous faire une idée de son caractère, imaginez des boules d'ivoire huilées, que vous vous efforceriez vainement de retenir ensemble." ( p. 110).

L'occupation principale de Monsieur consistait à écarter la Reine de la régence. "Madame Elisabeth se méfie des entreprises de Provence." ( p.167).
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3599
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par François » Lundi 12 Décembre 2011 19:57:49

Mort de rire! Vous ne croyez quand même pas vous en tirer avec des ragots incontrôlables , Bruno ! J'attends des ECRITS ou des DECLARATIONS PUBLIQUES authentiques de Louis XVIII comme ceux que j'ai produits ici qui prouvent bien au contraire l'amour qu'il avait de Louis XVI et de Marie-Antoinette, et que vous feignez d'ignorer! C'est ce défi que les adversaires de la légitimité sont incapables de relever !Pour le reste, on sait bien que Louis XVIII fut le prince le plus calomnié de son temps !Et dans ce registre , je peux vous produire bien plus grave que ce que vous nous donnez !
Mes amis comptent plus que mes idées
François
 
Message(s) : 210
Inscription : Mercredi 14 Février 2007 19:25:24

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par BRH » Lundi 12 Décembre 2011 22:30:13

Excusez-moi, mais je ne mets pas le regretté Jean-François Chiappe au rang des porteurs de ragots. Ses livres sont une mine de renseignements et parfaitement bien écrits. De plus, s'il était royaliste, il n'était pas survivantiste (bien qu'admettant que la question puisse se poser).

Un exemple des talents de Monsieur :

Lafont d'Aussonne relate que le Comte de Provence, ayant appris le malheur du Roi à Varennes, et son retour forcé à Paris, vit aisément que les factieux allaient abuser de la captivité du Monarque et qu'ils ne tarderaient pas à lui arracher les décrets les plus subversifs et les plus désastreux. Il écrivit aussitôt, aux grands souverains, pour leur dénoncer l'esclavage du Roi, son frère, et il les pria de trouver bon qu'il prît, lui, à Coblentz, le titre de Régent de France, jusqu'à ce que Louis XVI eût recouvré sa liberté.

Voici la lettre de Louis XVI au Baron de Breteuil, en réaction à cette odieuse attitude fraternelle :

Paris, etc., 1791
"Je suis informé, M. le Baron de Breteuil, que mon très cher frère, Monsieur, Comte de Provence, trompé sur ma véritable situation , et me croyant dans les chaînes, a cru devoir établir une autorité centrale destinée à régir mon empire, comme si le trône était vacant, ou en minorité ; les choses, avec la permission de Dieu, ne sont point ainsi.
A quelques orages près, je jouis de la liberté nécessaire à un prince , et moi seul dois donner des ordres dans mon Etat. Vous voudrez donc bien, M. le Baron de Breteuil, dès la réception de la présente, vous transporter à Vienne, auprès de notre puissant et cher Frère, l'empereur, pour lui communiquer nos intentions. Vous agirez de même auprès de toutes les têtes couronnées, pour les supplier, de ma part et en mon nom de n'admettre ni de reconnaître la susdite régence.Les actes de cette autorité contradictoire n'aboutiraient qu'à irriter davantage mon peuple, et le porteraient infailliblement aux derniers excès contre moi. Tant que je vivrai, je ferai mon possible pour m'acquitter de mes devoirs, et rendre la paix et la félicité à mes peuples. Si Dieu dispose de moi , la Reine, ma très-digne et honorée compagne, deviendra régente, de plein droit. Son bon jugement, son bon cœur, ses vertus, me garantissent la sagesse de son administration.Sa tendresse pour mon fils doublera ses moyens naturels et son zèle. Adieu, mon cher M. le Baron de Breteuil; dans le malheur, comme dans la prospérité, je serai toujours votre bon roi et votre ami le plus sincère.
Signé LOUIS."



Apostille de la Reine
"M. le Baron de Breteuil, le Roi étant persuadé qu'il y aurait de l'inconvénient à la régence de notre Frère, je joins ma recommandation à ses ordres. Notre intention n'est pas de contrarier Monsieur, mais d'empêcher de plus grands malheurs : et il paraît que cette mesure soulèverait toute la France. Je vous prie, Monsieur, de croire, dans tous les temps, à la vive reconnaissance que je vous ai vouée : elle ne s'affaiblira jamais.
Au château des Tuileries, etc.

"Signé MARIE-ANTOINETTE."



Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3599
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par François » Mercredi 14 Décembre 2011 21:07:18

Mon cher Bruno, aussi respectable fût-il, je ne crois pas que J.F. Chiappe ait jamais reçu une confidence de Louis XVIII et je ne vois chez lui aucune référence à un écrit quelconque de Louis XVIII exprimant des sentiments hostiles à Louis XVI...
Quant à votre Lafont d'Aussonne ,référence burlesque de tous les faux dauphins, il se garde bien de produire la lettre du comte de Provence aux souverains et il vous met bien en peine de nous préciser où se trouve l'original de la soi-disant réponse de Louis XVI et de la Reine. D'ailleurs, le style et la tonalité de ces faux complètement indignes du Roi et de son épouse auraient dû vous les faire éliminer d'emblée : tout le monde sait bien que les souverains pensaient de leur situation précisément ce que ces écrits démentent !
Il va vous falloir produire du plus lourd Bruno !
Mes amis comptent plus que mes idées
François
 
Message(s) : 210
Inscription : Mercredi 14 Février 2007 19:25:24

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par BRH » Mercredi 14 Décembre 2011 23:01:51

Cette lettre est admise par la plupart des historiens de la période... Mais je comprends qu'elle vous chagrine ! 8)
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3599
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par François » Dimanche 18 Décembre 2011 16:46:55

Plutôt que de vous ranger dans la triste file des ragotiers de l'Histoire, Bruno, lisez donc cette correspondance bien authentique du comte de Provence avec son amie de coeur, Mme de Balbi (papiers de famille publiés à la Revue des Deux Mondes en 1930 par son descendant le duc de La Force). Vous y verrez l'âme véritable du prince ( http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4 ... %22.langFR ) . Je vous conseille en particulier les pages où vous découvrirez ses sentiments pour son frère ( p. 61-62 - http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4 ... %22.langFR ) , sa belle-soeur ( p.65-67 - http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4 ... %22.langFR ) , sa soeur ( p.70 - http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4 ... %22.langFR ) , ses neveux et en particulier Louis XVII ( p.71 - http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4 ... %22.langFR ) . Les fausses nouvelles et les faux espoirs donnent une touche supplémentaire d'authenticité s'il en était besoin à cette correspondance où le désintéressement du prince et son aspiration à la retraite une fois son neveu tiré d'affaire crient à la face de tous les falsificateurs de l'Histoire !
Mes amis comptent plus que mes idées
François
 
Message(s) : 210
Inscription : Mercredi 14 Février 2007 19:25:24

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par BRH » Samedi 04 Juin 2016 12:56:39

Il y a matière ! Ainsi, en 1787, lors de la première assemblée des notables, le comte de Provence adresse au duc de Fitz-James, la lettre suivante :

"Versailles, le 13 mai 1787,

Voici mon cher duc, l'assemblée des notables qui tire vers la fin et cependant, on n'a pas abordé encore la « grande question ». Vous ne pouvez douter, les notables n'hésiteront pas à croire, d'après les pièces que vous leur avez remises, il y a plus de six semaines, que les enfants du Roi ne sont pas les siens. Ces pièces prouveront jusqu'à l'évidence la conduite coupable de la Reine. Vous êtes trop attaché au sang de vos Maîtres, pour ne pas rougir de ployer devant ces fruits adultérins.
Dès demain, donc pas plus tard, proposez un rapport à mon bureau sur ce sujet. Je serai absent ; mais mon frère d'Artois, dont le bureau ne tient pas séance présidera à ma place. Le fait dont il s'agit, une fois avéré, les conséquences sont faciles à tirer.
Le Parlement qui n'aime pas la Reine, ne fera pas grande difficulté, mais s'il avait la fantaisie de s'élever, nous avons les moyens de le rendre raisonnable... Enfin, il faut tenter le coup.
Et comme nos prétentions reposent sur la vérité, il faut réussir. Ce n'est qu'ainsi qu'il me sera facile d'oublier les sacrifices énormes qu'il m'a fallu faire pour acquérir cette conviction. Je sais qu'elle ne sera pas très agréable au Roi, mais entre nous, jouet comme il l'est de sa femme, mérite-t-il de régner ? Oui mon cher Fitz-James, c'est un pauvre Sire et la France est digne d'avoir un véritable Roi."

Louis-Stanislas-Xavier.
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3599
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par François » Samedi 04 Juin 2016 23:25:28

Produisez donc l'original signé du comté de Provence, Bruno!
Mes amis comptent plus que mes idées
François
 
Message(s) : 210
Inscription : Mercredi 14 Février 2007 19:25:24

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par BRH » Dimanche 05 Juin 2016 08:55:41

L'original a été vendu aux enchères en Angleterre, en 1883, suscitant de nouvelles polémiques sur son authenticité. Le duc de Fitz-gerald rompit ses contacts avec le duc de Normandie, en 1840, sur la foi de cette lettre : pour sa tante, ceci établissait que si le duc de Normandie était bien le fils de Marie-Antoinette, il n'était pas légitime...

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... daire.zoom
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3599
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Le défi de François (Marie) aux Naundorffistes...

Message par François » Dimanche 05 Juin 2016 09:19:17

Cet article n'est qu'un tissu des habituels ragots naundorffistes.Il faut produire l'original de cette lettre !
Mes amis comptent plus que mes idées
François
 
Message(s) : 210
Inscription : Mercredi 14 Février 2007 19:25:24

Suivant

Retour vers Affaire Louis XVII

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité