Naundorff, faux dauphin, vrai Bourbon ?

Naundorff, faux dauphin, vrai Bourbon ?

Message par BRH » Samedi 02 Juillet 2011 16:40:37

Un texte d'un "illuminé" :

L'énigme Naundorff" : une mystification sournoise :

"C'est en substance ce qu'a révélé une découverte singulière, ayant trait au soit-disant "prince de l'exil" Naundorff, que nous nous sommes enfins résolus à vous livrer dans sa grandeur véritable, en regard de l'urgence des évènements, ce qu'à Dieu ne plaise.

Pie XII, Prince de l'Eglise

Au cours des années 1950, le Pape Pie XII, à la demande de quelques particuliers dont nous tairons les noms, fit entreprendre des recherches pour essayer de retracer le parcours de Louis XVII après le martyre de ses parents. Les archives dépouillées permirent d'extraire des richesses historiques inespérées et religieusement conservées si bien qu'aujourd'hui, l'on connaît l'heuristique indubitable de Louis XVII et de sa descendance jusqu'à nos jours, lignée d'où est issu le Grand Monarque. Nous ne reviendrons pas sur les prophéties annonçant la survie de Louis XVII, échappé du Temple et substitué par un garçon srofuleux, de 4 ans son aîné. Du 4 juin 1789 où Louis-Charles de France (Louis XVII) fut proclamé Dauphin (l'espoir Troyen) jusqu'au 8 juin 1795, date officielle de sa mort - OU DE SA FUITE , il s'écoula 6 ans.
Par ailleurs, d'aucuns ont entendu le nom de Naundorff dont l'énigme quoique largement médiatisée, ne peut peser lourd sur la balance de la Justice Céleste.


Voici ce qu'ont révélé les archives sur ce point précis :

"Le Prince de Condé, cousin de Louis XVI, avait à son service une jeune Prussienne de 22 ans. Elle se nommait Naundorff. La jeune demoiselle était devenue la maîtresse du Prince de Condé. Le Prince conçut de l'épouser, mais Louis XVI refusa car il ne voulait pas d'un mariage roturier. Le Prince de Condé passa outre et de cette liaison secrète naquit un fils en 1785, soit la même année que Louis XVII. Ce fils illicite fut élevé tantôt à Chantilly, tantôt à Versailles, de 1785 à Janvier 1789. De la sorte, l'enfant de Melle Naundorff, le Prince illégitime de Condé fut éduqué en compagnie des enfants de Louis XVI, notamment l'aînée Marie-Thérèse, la future Duchesse D'Angoulème.(C'est la raison unique pour laquelle le bâtard put faire valoir des souvenirs communs, notamment en ce qui concerne les descriptions de lieux et de personnes.) En Janvier 1789, Melle Naundorff fut chassée avec son fils naturel hors du service du Prince de Condé, nantie d'une forte somme d'argent afin de pourvoir aux nécessités du fils illicite et cela sur décision secrète de Louis XVI. Après la révolution, la terreur et la commotion populaire, le jeune Naundorff n'eut aucun mal à faire valoir l'identité de Louis XVII.
Le lecteur féru d'histoire peut mieux comprendre à l'éclairage de ces documents l'une des grandes interrogations des "Naundorffistes" eux-mêmes en ce XXIème siècle :
Pourquoi la chère et très estimable soeur de Louis XVII, la duchesse d'Angoulème a-t-elle renié invariablement le soit-disant "frère" Naundorff, au cours des années postérieures, jusqu'à la fin de ses jours ?

D'un jugement probe et vertueux, elle connaissait suffisamment bien son véritable frère Louis XVII avec lequel elle avait toujours entretenu d'excellents rapports et savait pertinemment qui se cachait sous les traits de Naundorff : un imposteur happé dans les rouages de la révolution.
La réponse de la Duchesse est désormais rendue intelligible par le précédent.
En dépit des assauts réitérés de Naundorff, la duchesse d'Angoulème l'a toujours considéré comme un authentique usurpateur. Ceci est en outre corroboré excellement par l'attitude de la bergère de la Salette vis-à-vis du Père Combe son confesseur en 1903 lui indiquant ne pas avoir reçu de Révélation au sujet de Naundorff, mais avoir seulement écouté quelque vague rumeur indue, alors que l'autre témoin des Révélations de la Salette, Maximin, rendit visite au comte de Chambord pour lui apprendre de Source Céleste la survivance de Louis XVII.
Mais entre temps,la mystification régicide infusée dans l'esprit du monde par Satan et ses pompes funestes, eut raison d'une opinion publique monarchiste passionnée qui ne prit pas le temps de la réflexion fondamentale. Par la suite, d'autres révélations privées, irrécusables ont définitivement mis en échec Naundorff et sa fourberie. La seule excuse possible à mettre à sa décharge est qu'il ait été lui-même petit enfant, victime innocente de cette fabulation machiavélique.
Il devient lumineux que par l'action salvatrice de l'Eglise de NSJC et les actions coordonnées du Vatican et de quelques personnes laïques dévouées, la Vérité a pu surgir, le St Esprit nous ayant gratifié d'abondantes preuves de la survivance du Grand Monarque par la destinée héroïque de son aïeul, l'authentique Louis XVII, enfant que la Divine Providence a su protéger dans son exil.


Cette thèse semble avoir été développée dans l'ouvrage "Faux Dauphin et vrai Bourbon : Naundorff ?" par Paul Bertrand de la Grassière Paris, La Pensée Universelle - 1974, in-12. Quelqu'un a-t-il lu ce livre ?

Ajoutons que cet auteur ne paraît pas avoir apporté la preuve de l'existence de cette mystérieuse Mlle Naundorff, pas plus qu'il n'a démontré l'identité de cette dernière comme éventuelle maîtresse du prince de Condé.
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3593
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Naundorff, faux dauphin, vrai Bourbon ?

Message par princesse prussienne » Mercredi 02 Janvier 2013 12:25:25

Une information au sujet de Naundorff: le nom est originaire de Lorraine -en 1706 à Kirsch-les-Sick,de 1737 à 1764 à Monneren,en 1739 à Ste Marguerite,en 1774 à Kirschnaumen--depuis la révocation de l'Edit de Nantes,de nombreux Naundorff à Berlin-actuellement environ 40-mais aussi en Bavière,notamment Munich (soit la révocation de l'Edit de Nantes,la Bavière est terre d'Empire ou l'évacuation de Berlin pendant la dernière guerre à cause des bombardements-le pianiste Wilhelm Kempf vivait en Bavière après la guerre,or il était originaire de Potsdam)-le livre de de la Grassière est une mine de renseignements: l'oncle de la jeune femme s'appelait Leschot-à mon avis rien à voir avec les célèbres horlogers qui ont présentés des automates à Versailles juste avant la révolution (ils étaient Suisses),mais Leschot pouvait être un surnom,c'est du patois et ressemble à "Schütz" or Schütz veut dire "arquebusier" et l'oncle de Johanna Naundorff s'occupait des feux d'artifice de Condé-ils ont vécu,toujours d'après le livre de de la Grassière,près de Weimar-Naundorff a indiqué qu'il était originaire de la région de Weimar-quand Naundorff écrit en écriture latine ce n'est pas lui mais un de ses admirateurs-normalement Naundorff écrit en gothique ,le gothique de la fin du 18ème siècle,très difficile à lire-en plus il est peu lettré et écrit mal-mais Goethe était de Weimar et écrit aussi en gothique-le Larousse du 20ème siècle de 1933,tome 6,page 351 donne la signature de Goethe-ressemblance étonnante avec les écrits de Naundorff-à la BNU de Strassbourg il y a une vaste collection de manuscrits de Goethe-on peut sans doute obtenir des photocopies mais il faut encore considérer qu'il avait aussi un secretaire dont l'écriture ne nous intéresse pas-il faut faire une recherche pointue-si mon information vous intéresse je vous donnerai des indications supplémentaires sur Naundorff en Allemagne-bon courage pour vos recherches-princesse prussienne
princesse prussienne
 
Message(s) : 3
Inscription : Lundi 31 Décembre 2012 22:34:04

Re: Naundorff, faux dauphin, vrai Bourbon ?

Message par BRH » Jeudi 03 Janvier 2013 12:04:02

Merci pour ces renseignements inédits. Bien entendu, tout ce qui touche à Naundorff nous intéresse. C'est bien volontiers que j'accepte votre proposition.
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3593
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Naundorff, faux dauphin, vrai Bourbon ?

Message par BRH » Samedi 14 Mai 2016 17:08:08

Le CRIL17 s'est mis en tête qu'un prétendu portrait de Louis XVII (inédit), correspondrait à la physionomie de Naundorff et que le tout serait très proche du portrait du dernier prince de Condé...

http://cril17.org/2016/05/11/elements-d ... undorff-1/

Il n'en fallait pas plus pour que cette hypothèse d'un Naundorff fils naturel d'un Condé rebondisse !

Je n'y vois rien de nouveau, si ce n'est que l'éventuelle existence d'une Joanna Naundorff n'est toujours pas démontrée. De plus, les dernières analyses du Pr Lucotte ne semblent pas attester d'une proximité génétique incontestable entre Naundorff et les Condé. En effet, l'ADN-Y de ceux-ci doit être assez proche de celui de Louis XVI, bien plus -en tout cas- qu'il est dit être entre Hugues et les TBR (trois Bourbons de référence).

A suivre.
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3593
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Naundorff, faux dauphin, vrai Bourbon ?

Message par BRH » Samedi 04 Mars 2017 15:26:22

La théorie refait surface :

Selon Mme Renée Lescaroux :

« Dans “faux dauphin et vrai Bourbon” il y a une information curieuse : l’enfant de Mlle Naundorf, né à Chantilly, aurait été baptisé Guillaume Charles Louis – vrai ou faux, je ne peux pas dire » .

En fait, il a été baptisé, non pas Guillaume Charles Louis, mais Charles Louis Guillaume, ce qui est plus conforme à l’explication de ce troisième nom donné, d’après Paul Bertrand de la Grassière, par le parrain de l’enfant et oncle de sa mère Johanna Naundorff. Cela se trouve pages 28 et 28 du livre « Faux dauphin et vrai Bourbon : Naundorff ? » , où l’on peut lire :

Page 28
[…] Quelques jours plus tard, la date du départ de la jeune maman et du bébé fut fixée.
Mais auparavant, l’oncle de Johanna Naundorff, un certain Guillaume Schutz, que, du fait de sa prononciation, on appelait Leschot, plus clairvoyant que ne le pensait le chapelain, voulut revoir l’acte de baptême. Il se rendait compte, sans trop bien savoir, qu’il y avait des choses qui se contredisaient.
Et avec son loyal et robuste bon sens, il se décida d’agir.
De sa grosse écriture maladroite, et en allemand, car, s’il parlait ou hâchait le français, il ne l’écrivait pas, il rédigeant attestation, que l’on peut traduire ainsi :
« L’enfant baptisé ce jour est le fils légitime de Ludwig Joseph Burbong et de Johanna Naundorff et s’appelle Carl Ludwig Whilelm Burbong. »
Il signa et fit signer les trois autres témoins.

Page 29
Ensuite, il demanda à être reçu par le prince ; dans son langage quelque peu pénible, il expliqua :
– Monseigneur, je comprends que quelque chose de pas régulier a été fait concernant ma nièce. Nous en sommes tous troublés. Mais, si vous vouliez signer ce papier, nous n’aurions plus aucune inquiétude et nous n’aurions plus à en parler.
Le prince réprima un mouvement de colère. La curiosité fut la plus forte. Les sourcils froncés, il lit le document.
Il réfléchit un moment. Ludwig Josef Burbong, Carl Ludwig Whilelm Burbong, pas de précision de date et de lieu. Pas de danger. Et, si cela peut calmer l’inquiétude de cet homme et, surtout, donner un peu de bonheur à Johanna…
Il relut le texte.
– Pourquoi avez vous ajouté le prénom de Whilelm ?
– Je suis parrain. Chez nous, l’enfant porte le prénom du parrain. J’ai cru bien faire.
– Je ne vous le reproche pas.
Le prince prit sa plume. Il eut la tentation de signer : Ludwig Josef Burbong.
– Non. Ce serait un faux et une malhonnêteté.
Et il apposa, très lisiblement, sa signature ordinaire : « L.J. de Bourbon » .

Tout ceci, évidemment, sans aucune preuve, aucune référence digne de ce nom !!! Un roman, tout simplement... :roll:
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3593
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Naundorff, faux dauphin, vrai Bourbon ?

Message par BRH » Lundi 18 Septembre 2017 10:41:34

Le cril17 donne un texte de Mme Lescaroux en allemand (je n'ai pas trouvé le bon logiciel pour traduire) :


Wer war eigentlich Karl Wilhelm Naundorf ?

Description de cette image, également commentée ci-après

Vor vielen Jahren hatte ich schon angefangen über diesen Naundorf Nachforschungen zu machen. Im Jahre 1986 ist nähmlich ein Buch über Naundorf erschienen, von Xavier Roche geschrieben. Dieser Roche hat sich sofort einen Adelstitel angeeignet, so wie Graf Koks von der Gasanstallt. Das passte sehr schön zu Naundorf der absolut König von Frankreich sein wollte.

Viele Leute haben in Frankreich über Naundorf geschrieben. Ein kleiner Teil hat gesagt er wäre ein Betrüger. Diese Leute hatten Recht. Man kann dabei nennen : Paul Eric Blanrue, Pierre Veuillot du 19ème siècle et Edmond Duplan. Aber es fehlte ihnen Einsicht in deutsche Dokumente die man nicht leicht haben konnte. Eine andere Gruppe war fest davon überzeugt dass Naundorf wirklich der Sohn von Ludwig XVI und von Marie-Antoinette war. Aber wie konnten diese Menschen das beweisen ? Ganz einfach : durch ständige Lügen und fasche Dokumente. Es genügte so etwas ständig zu wiederholen und am Ende wurden die Lügen eine Wahrheit. Diese Gruppe existiert heute noch. ( https://www.louis17.com/ )

Die meisten französischen Forscher hatten nur französische Dokumente zur Verfügung und haben viel von der konstanten Lügerei der Familie Naundorf und den Naundorfanhängern geglaubt. Ich gebe Ihnen ein Beispiel : eine Zeitschrift die « La Légitimité » genannt wird sollte genaue historische Angelegenheiten die mit Naundorf und seiner Familie zu tun haben, als historische Beweise veröffentlichen. Diese Zeitschrift ist auf Angabe der ältesten Tochter « Amalie » gegründet worden mit Hilfe von einem katholischen Priesters, sehr schlecht angesehen von seiner Hierarchie denn er war ein Illuminierter der sich auch Osmond nannte. Diese Zeitschrift ist sehr lange in Toulouse veröffentlich worden. Alles was darin steht stammt nur von den Erfindungen der Familie Naundorf.

Im Jahre 1886 kam ein Berliner in Paris an der sich Otto Friedrichs nannte und ein regelrechter Anbeter von Naundorf und seiner Familie war. Er hat lange in Paris und später auch im Sommer in der Bretagne gelebt und machte eine ungeheure Propaganda für einen Sohn Naundorf um dazuzukommen ihn als König von Frankreich erwählen zu lassen. Im ersten Weltkrieg ist dieser Otto Friedrichs nach Berlin zurück gegangen und hat den ganzen Krieg in seinem Büro verbracht : und wo war dieses Büro : bei der Geheimpolizei von Preussen in Berlin ! Und nach dem ersten Weltkrieg ist er ruhig nach Paris zurück gegangen und hat in der Bretagne gelebt wo er 1943 gestorben ist. Niemals ist er von der deutschen Besatzung gestört worden.

In 1909 oder 1910 ist Naundorf in Berlin angekommen. Er kam vielleicht aus Sachsen aber man kann es nicht genau beweisen. Aber jeder Berliner, sogar die Polizei, hat bemerkt dass er mit einem fürchterlichen sächsischem Accent gesprochen hat den er sich bis an sein Lebensende nicht abgewöhnt hat. Er hatte keine Personaldokumente, noch nicht mal einen Reisepass oder eine Geburtsurkunde. Er durfte sich als Ausländer in Berlin als Arbeiter bei einem Uhrmacher niederlassen. Zwei Jahre später durfte er nach Spandau ziehen, konnte einen kleinen Uhrmacherladen eröffnen und bekam nach einiger Zeit das Bürgerrecht wie alle Leute die einen ehrlichen Beruf ausübten.

In Spandau hat sich der alte Bürgermeister Kattfuss sehr um Naundorf gekümmert. Er hat ihm Geld gegeben und hat ihm auch einen Lehrer besorgt für Französischstunden, deutsche Grammatikstunden, richtig Schreiben lernen usw. Naundorf war sehr faul und nicht begabt. Diese Hilfe hat nicht viel genutz. Im Jahre 1818, immer noch in Spandau, hat sich Naundorf verheiratet mit der Tochter von einem Arbeiter. Diese Heirat und das folgende Fest fand in der Wohnung von Naundorf statt. So etwas war eigentlich nur üblich für besonders vornehme Familien. Die Schwiegermutter von Naundorf war mit dieser Heirat gar nicht einverstanden. Der neue Bürgermeister und der evangelische Pfarrer haben sie bei Seite genommen und haben ihr erklärt dass der Schwiegersohn ein « von Naundorf » war der alles Gut infolge des Krieges mit den Franzosen verloren hätte und darum seinen Adelstitel nicht mehr trug.

Aus diesen obrigen Angaben kann man genau ersehen dass Naundorf seit seiner Ankunft in Berlin unter einem gewissen Schutz von einer Organisation standt. Es handelte sich sehr wahrscheinlich um eine geheime Gesellschaft die anfing ihm eine gewisse Ausbildung zu geben damit er sich eines Tages als der Sohn von Ludwig dem 16. ausgeben könnte. Dass war natürlich sehr schwer denn dieser Naundorf hatte jahrelang mit den jüdischen Gaunern zusammengelebt von denen Thiele in seinem Buch von 1842 spricht. Diese Gauner die man auch « Rothwelsch » nennt denn das ist ihre geheime Sprache, zogen durch alle Länder wo Deutsch gesprochen wurde und Naundorf hat sogar viel in der Schweitz gelebt, und sein bester Freund war Frédéric Lechot aus Genf. Naundorf hat mindestens 10 Jahre mit den Rothwelsch gelebt aber vielleicht sogar noch länger denn er sprach fliessend Rothwelsch und kannte alle Kniffe zum Stehlen, zum Betrügen, um aus einem Gefängniss zu fliehen, und so weiter.

Am Anfang der zwanziger Jahre ist er nach Brandenburg gezogen um dort ein Uhrmacher geschäft aufzumachen. Er hatte inzwischen mehrere Kinder und das Geld fehlte immer. Auch in Brandenburg gab es Leute die zu den Rothwelsch gehörten, besonders um gestohlene Ware zu verstecken. Mit diesen Leuten hat er verkehrt und hat bald angefangen falsche Taler herzustellen. Es hat nicht lange gedauert bis die Polizei darauf aufmerksam geworden ist, Naundorf ist von einem Rothwelsch angezeigt worden, danach kam ein Prozess und Naundorf wurde zu drei Jahren Zuchthaus verurteilt.

Der Direktor vom Zuchthaus in Brandenburg war der Baron von Seckendorff. Er war ein ehemaliger Major und stammte aus Altenburg in Sachsen. Naundorf hat sich im Zuchthaus meistens gut benommen und Baron von Seckendorff hat defür gesorgt dass er 6 Monate frûher entlassen wurde. Naundorf musste mit seiner Familie nach Crossen in Schlesien ziehen. In der Nähe von Crossen hatte der Baron von Seckendorff einen grossen Besitz und hatte wohl die Absicht Naundorf noch etwas im Auge zu behalten. Herr von Seckendorf wusste wahrscheinlich woher Naundorf stammte.

Die Stadt Altenburg hatte eine Garnison und auch eine Garnisonkirche. Am 12. April 1780 wurde Christian Heinrich HOPF in der Garnisonkirche von Altenburg getauft. Seine Mutter, Suzanne-Elisabeth HOPF, hat angegeben dass der Vater Wolf-Georges Heinrich von Naundorf wäre. Da Altenburg also eine Garnison war und das Kind in der Garnisonkirche getauft worden ist, kann man annehmen dass die Mutter Marketenderin war und der Vater Offizier von der Garnison. Eine Quelle sagt sogar der Vater wäre ein Hussard von den Würtembergern gewesen. Das ist zwar nicht genau bewiesen aber möglich könnte es schon sein. Die Marketenderinnen bei einer Armee verkauften Essen und Trinken, konnten Wäsche waschen und kümmerten sich auch um die Verletzten. Die Toten wurden geplündert denn man brauchte dauernd Geld, manche waren mit Soldaten verheiratet, Frauen und Kinder folgten der Armee und die jüngeren Frauen verdienten auch Geld als Nutten.

In den vierziger Jahren hat Naundorf in England gelebt und war dafür bekannt dass er mit Hilfe eines sehr alten Buches das niemand lesen konnte (wahrscheinlich auf gothisch geschrieben) manchmal Hilsfmittel für kranke Leute selbst herstellte. Er sammelte dafür Kräuter und alle möglichen Sachen wie Holzkohle, Heilerde und noch mehr. Er machte auch Gesundbeten denn er hatte in England eine neue Religion erfunden. Kräuter und Heilerde wurden auch von den Marketenderinnen benutzt.

Wir hätten also mit den Angaben von Suzanne-Elisabeth HOPF bei der Taufe ein logisches Verständnis warum Naundorf sich sein ganzes Leben lang Naundorf genannt hat. Erst in Crossen hat er wirklich angefangen zu behaupten er wäre mit der königlichen Familie von Frankreich verwandt, und noch später hat er dann behauptet er wäre de Sohn von Ludwig dem 16. und von der Königin Marie-Antoinette. Diese Erfindungen, von seinen Anhängern sehr unterstützt, sind natürlich ein Zeichen für Geistesverwirrung. Der Kronprinz, später Friedrich-Wilhelm der vierte, hat ja mehrmals zu der Fürstin von Angoulême gesagt dass Naundorf verrückt wäre.

Aber aus welchen Gründen nahm er den Vornahmen « Karl Wilhelm » an ? Ich habe oben schon gesagt dass er eine Gruppe Menschen hinter sich hatte die ihm Hilfe und auch eine Art Erziehung gaben. Er war bei dieser geheimen Gesellschaft nähmlich nicht der Erste der die Rolle des verschwundenen französischen Kronprinzen spielen sollte. Der Erste war ein gewisser Carl Werk der aus Halle stammte und 1775 geboren war. Sein Vater verkaufte Bier et manchmal auch Viehzeug, er hatte Brüder und Schwestern. Er ist Soldat geworden hatte aber bald désertiert. Da hatte er keine Personalpapiere mehr und nannte sich einfach Carl Naundorf denn in Halle gab es mehrere ganz einfache Familien mit diesem Namen. Und man muss bedenken dass es in Halle auch die geheime Gesellschaft der Illuminierten gab. Dieser Werk-Naundorf hat sich in Berlin niedergelassen als Tucharbeiter mit einer Soldatennutte. Werk hatte schwarze Haare und schwarze Augen, wollte auch niemals etwas Französisch lernen und war im ganzen ein wiederlicher Kerl. Man muss annehmen dass der neue Naundorf der ganz gut aussah einen besseren Eindruck gemacht hat. Werk ist nach ein paar Jahren aus Berlin verschwunden und man weiss nicht was aus ihm geworden ist. Was nun « Wilhelm » angeht hängt vielleicht mit der geheimen Gesellschaft zusammen.

Die preussische königliche Familie wusste wohl ganz genau was mit Naundorf los war.

Gleich nach dem Ende der französischen Revolution wusste ganz Europa dass der französische Kronprinz nicht gestorben sondern verschwunden war. In Berlin, der berühmte Medaillenstecher Friedrich Loos hat das auf seinen Medaillen sehr gut ausgedrückt. Ubrigens stammt Loos auch aus Altenburg, wie Naundorf.

Der vorletzte Nachkomme von Naundorf hat eine längere Zeit in einer Stadt in der Mitte von Frankreich gelebt. Er ist im Jahre 2008 gestorben und war dafür berühmt dass er sich gern mit « Hoheit » anreden liess. Seine Anhänger waren so davon überzeugt dass er wirklich von Ludwig dem 17. abstammte dass sie seinen Fall einem berühmten Professor für genetische Untersuchungen unterlegten. Die biologischen Proben wurden dem Sohn der inzwischen verstorbenen « Hoheit » entnommen. Alle Naundorfisten waren fest überzeugt dass Naundorf und seine Nachkommen von Ludwig dem 17. abstammten und machten sich schon fertig dass Scloss von Versailles zu reklamieren.

Das Ergebnis dieser Nachforschung war sehr interessant : Herr Professor Gérard Lucotte hat gefunden dass der letzte Naundorf der jetzt in den vierziger Jahren ist, von den älteren Bourbonen abstammt die ihrerseits von dem jüngsten Sohn, dem Grafen von Clermont, des heiligen Ludwigs abstammen. Der Heilige Ludwig hat die Heilige Kapelle in Paris errichten lassen die alle Touristen kennen.

Diese genetischen Merkmale stammen aus dem 14. Jahrhundert und der Herr Professor hat dabei festgestellt dass die Besitzer solcher Merkmale typische Franken wie « Chlodwig » von der Ostsee stammen und bei der Völkerwanderung weiter gekommen sind über Thuringen bis an den römischen limes am Rhein. Dies ist die genaue Herkunft der französischen königlichen Familie die mit Clovis anfängt.

Wie aber die genetischen Merkmale der älteren Bourbonen in die sehr alte adlige Familie von Naundorf gekommen sind ist leider nicht leicht herauszubekommen denn ganz Europa war ja jahrhundertlang in ständige Kriege verwickelt. Ich weiss aber, nachdem ich Nachforschungen am Ende des 14. Jahrhunderts gemacht habe, dass die Geschichte der Familie von Naundorf etwas mit den deutschen Tempelrittern in Marienburg zu tun hat die nämlich oft zu Hilfe riefen. Im Jahre 1391 hat Ludwig der II. von Bourbon (der Onkel von dem König Karl dem VI.) mit seinen Rittern eine « Reise » unternommen um den Tempelrittern zu helfen. Er kam mit seiner kleinen Armee durch Thuringen und Sachsen auf dem Weg zur Ostsee und wurde ständig von den Besitzern der Festungen aufgenommen die alle von den Tempelrittern abhingen. Die alte Familie von Naundorf stammt aus Sachsen und ein Tempelritter, der dritte von drei Brüdern Naundorf, beherschte sogar eine Zeitlang die Festung von Altenburg.

Niemand kann sich das Geschrei der Naundorfisten vorstellen als ich vor ungefähr zwei Jahren meine erste Nachforschung auf Französisch veröffentlich habe. Wenn jemand über eine historische Nachforschung entteuscht ist sollte er sich lieber um etwas anderes kümmern.

Renée Lescaroux

P.S. Ich bitte einen eventuellen deutschen Leser sich nach Altenburg in Sachsen zu begeben um zu sehen ob es möglich wäre eine Abbildung (Photo oder Photocopie) von dem Geburtsschein von Christian Heinrich HOPF zu bekommen – der Pfarrer hat die Taufe in ein Buch mit der Hand geschrieben und zwar auf Gothisch – Datum : 12. April 1780 – Adresse : Stadtkirchenamt Altenburg

Friedrich-Ebertstrasse 2 – 04600 Altenburg


Re: Une nouvelle théorie sur Naundorff...

Message par Bruno Roy-Henry Aujourd'hui à 10:58
Il y a de nombreuses années, j'avais déjà commencé à enquêter sur ce Naundorf. En 1986, un livre sur Naundorf a été publié, écrit par Xavier Roche. Cette Roche a immédiatement adopté un titre de noblesse, tout comme le compte Koks de Gasanstallt. Cela correspond très bien à Naundorf qui voulait être absolument le roi de la France.

Beaucoup de gens ont écrit en France sur Naundorf. Une petite partie a déclaré qu'il était un trompeur. Ces gens avaient raison. On peut citer Paul Eric Blanrue, Pierre Veuillot du 19ème siècle et Edmond Duplan. Mais ils manquaient d'informations sur les documents allemands, que l'on ne pouvait facilement avoir. Un autre groupe était fermement convaincu que Naundorf était vraiment le fils de Louis XVI et Marie-Antoinette. Mais comment ces gens pourraient-ils le prouver? Tout simplement: par des mensonges constants et des documents rapides. Il suffisait de le répéter tout le temps, et à la fin, les mensonges devinrent une vérité. Ce groupe existe encore aujourd'hui. (https:

La plupart des chercheurs français ne disposaient que de documents français et ils croyaient à la libération constante de la famille Naundorf et des Naundorfaniens. Je vais vous donner un exemple: un journal intitulé «La Légitimité» devrait publier des faits historiques relatifs à Naundorf et à sa famille. Ce magazine a été fondé sur le nom de la plus ancienne fille "Amalie" avec l'aide d'un prêtre catholique, très mal considéré par sa hiérarchie, car il était un homme illuminé qui s'appelait lui aussi Osmond. Ce magazine a été publié depuis très longtemps à Toulouse. Tout ce qui s'y trouve n'est que les inventions de la famille Naundorf.

En 1886, un Berliner est venu à Paris où Otto Friedrich a été appelé et un adorateur régulier de Naundorf et de sa famille. Il vivait longtemps à Paris et plus tard en été en Bretagne et faisait une formidable propagande pour un fils Naundorf pour lui faire choisir le roi de France. Dans la première guerre mondiale, Otto Friedrichs est retourné à Berlin et a passé toute la guerre dans son bureau: où était ce bureau: à la police secrète de la Prusse à Berlin! Après la Première Guerre mondiale, il revient tranquillement à Paris et vit en Bretagne où il mourut en 1943. Il n'a jamais été perturbé par l'occupation allemande.

En 1809 ou 1810, Naundorf est arrivé à Berlin. Il est venu de Saxe, mais il ne peut pas être prouvé. Mais tout citoyen de Berlin, même la police, a remarqué qu'il a parlé avec un terrible accent saxon, qu'il n'a pas résigné à sa vie. Il n'avait pas de documents personnels, pas même un passeport ou un certificat de naissance. Il a été autorisé à s'installer comme étranger à Berlin comme ouvrier chez un horloger. Deux ans plus tard, il a été autorisé à déménager à Spandau, ouvrir une petite horlogerie et, après un certain temps, devenir citoyen du pays, tout comme les gens qui ont fait un travail honnête.

À Spandau, l'ancien maire Kattfuss s'occupait de Naundorf. Il lui a donné de l'argent, et il lui a également enseigné un enseignant pour les leçons de français, les cours de grammaire allemande, l'écriture correcte, etc. Naundorf était très paresseux et pas doué. Cette aide n'a pas été très utile. En 1818, encore à Spandau, Naundorf a épousé la fille d'un travailleur. Ce mariage et la fête suivante ont eu lieu dans l'appartement de Naundorf. Une telle chose était en fait habituelle pour les familles particulièrement distinguées. La belle-mère de Naundorf n'était pas d'accord avec ce mariage. Le nouveau maire et le pasteur évangélique les ont mis de côté et lui ont expliqué que le gendre était un «von Naundorf», qui avait perdu tout le bien par suite de la guerre avec les Français et ne portait plus sa noblesse.

A partir de ces déclarations, on constate que depuis son arrivée à Berlin, Naundorf a été protégé contre une organisation. C'était probablement une société secrète, qui a commencé à lui donner une certaine éducation, afin qu'un jour, il soit le fils de Ludwig le 16. C'était bien sûr très difficile, car Naundorf avait passé des années avec les escrocs juifs de Thiele dans son livre de 1842. Ces escrocs, qui s'appellent aussi «Rothwelsch» parce que c'est leur langue secrète, ont traversé tous les pays où l'allemand a été parlé et Naundorf a même vécu beaucoup dans le Schweitz et son meilleur ami était Frédéric Lechot de Genève. Naundorf a vécu au moins dix ans avec le Rothwelsch, mais peut-être encore plus longtemps, car il parlait couramment et connaissait toutes les astuces pour voler, tricher, fuir une prison, etc.

Au début des années vingt, il déménagea à Brandebourg pour mettre en place un horloger. Il avait plusieurs enfants et l'argent manquait toujours. Aussi dans Brandebourg, il y avait des gens appartenant au Rothwelsch, en particulier pour cacher les biens volés. Il a eu tort avec ces personnes et a bientôt commencé à produire de fausses pièces de monnaie. Il ne fallut pas longtemps avant que la police ne vienne à l'attention, Naundorf a été indiqué par un Rothwelsch, puis une procédure et Naundorf a été condamné à trois ans de maison de correction.

Le directeur des Zuchthaus à Brandebourg était le Baron von Seckendorff. Il était un ancien major et venait d'Altenburg en Saxe. Naundorf se comportait bien bien dans les Zuchthaus et le baron von Seckendorff s'occupait d'avoir été renvoyé six mois plus tôt. Naundorf devait partir avec sa famille à Crossen en Silésie. Près de Crossen, le baron von Seckendorff possédait un vaste domaine et avait l'intention de surveiller Naundorf. Herr von Seckendorf savait probablement d'où provenait Naundorf.

La ville d'Altenburg avait une garnison et aussi une église de la garnison. Le 12 avril 1780, Christian Heinrich HOPF a été baptisé dans l'église de la garnison d'Altenburg. Sa mère, Suzanne-Elisabeth HOPF, a indiqué que le père était Wolf-Georges Heinrich von Naundorf. Comme Altenburg était donc une garnison et que l'enfant a été baptisé dans l'église de la garnison, on peut supposer que la mère était marchande et le père officier de la garnison. Une source dit que même le père aurait été un Hussard des Wurtembergers. Ce n'est pas exactement prouvé, mais cela pourrait être possible. Les commerçants d'une armée vendaient de la nourriture et des boissons, pouvaient laver leurs vêtements et s'occuper des blessés. Les morts ont été saccagés parce qu'ils avaient besoin d'argent tout le temps, certains étaient mariés à des soldats, des femmes et des enfants ont suivi l'armée, et les femmes plus jeunes ont également gagné de l'argent en tant que prostituées.

Dans les années quarante, Naundorf a vécu en Angleterre et était connu pour le fait qu'avec l'aide d'un très vieux livre, personne ne pouvait lire (probablement écrit en gothique), parfois, aide les malades eux-mêmes. Il a recueilli des herbes et toutes sortes de choses comme le charbon de bois, le guérisseur et même plus. Il a également fait des prières de santé parce qu'il avait inventé une nouvelle religion en Angleterre. Les femmes du marché utilisaient également des herbes et des guérisons.

Nous aurions donc une compréhension logique avec les déclarations de Suzanne-Elisabeth HOPF au moment du baptême, pourquoi Naundorf s'est appelé Naundorf toute sa vie. Ce n'est qu'en croix qu'il a vraiment commencé à affirmer qu'il était lié à la famille royale de France, et plus tard, il a affirmé qu'il était fils de Louis le 16 et de la reine Marie-Antoinette. Ces inventions, fortement soutenues par leurs adeptes, sont, bien entendu, un signe de confusion mentale. Le prince héritier, plus tard Frederick William the Fourth, a répété à la Princesse d'Angoulême à plusieurs reprises que Naundorf est fou.

Mais pour quelles raisons at-il pris les hypothèses de "Karl Wilhelm"? J'ai déjà dit plus haut qu'il avait un groupe de personnes derrière lui qui lui a donné de l'aide et aussi une sorte d'éducation. Il n'a pas été la première personne à jouer le rôle de prince héritier français disparu dans cette société secrète. La première était une certaine usine de Carl, issue de Halle et née en 1775. Son père a vendu de la bière et parfois aussi du bétail, il avait des frères et des soeurs. Il est devenu un soldat mais il dérisse bientôt. Comme il n'avait plus de papiers personnels et s'appelait Carl Naundorf parce que dans Halle il y avait plusieurs familles assez simples avec ce nom. Et il faut se rappeler que, dans Halle, il y avait la société secrète de l'Illuminé. Cette usine de Naundorf s'est installée à Berlin en tant que travailleuse en tissu avec un soldiernutte. Le travail avait des cheveux noirs et des yeux noirs, ne voulait jamais apprendre un peu de français, et dans l'ensemble était un homme réputé. Il faut supposer que le nouveau Naundorf qui avait l'air assez bon a fait une meilleure impression. Le travail a disparu de Berlin après quelques années et vous ne savez pas ce qu'il est devenu de lui. Tout ce que "Wilhelm" s'intéresse à la société secrète.

La famille royale prussienne savait probablement exactement ce qui se passait avec Naundorf.

Immédiatement après la fin de la Révolution française, toute l'Europe savait que le Prince héritier français n'était pas mort mais avait disparu. À Berlin, la célèbre médaillée Friedrich Loos l'a très bien exprimé sur ses médailles. Par ailleurs, Loos vient aussi d'Altenburg, comme Naundorf.

L'avant-dernier descendant de Naundorf a longtemps vécu dans une ville du centre de la France. Il est décédé en 2008 et était célèbre pour son "Altesse". Ses partisans étaient tellement convaincus qu'il est vraiment descendu de Ludwig le 17ème qui a subi son cas un célèbre professeur d'études génétiques. Les échantillons biologiques ont été prélevés sur le fils de la "hauteur" maintenant décédée. Tous les Naundorfistes étaient fermement convaincus que Naundorf et ses descendants de Ludwig 17 descendaient, et se préparaient déjà à la plainte de Versailles.

Le résultat de cette recherche a été très intéressant: le professeur Gérard Lucotte a constaté que le dernier Naundorf, qui est maintenant dans les années quarante, descend des Bourbons plus anciens, descendus du plus jeune fils, comte de Clermont, de saint Louis. Saint Louis a construit la chapelle sacrée de Paris, connue de tous les touristes.

Ces caractéristiques génétiques remontent au 14ème siècle, et le professeur a constaté que les propriétaires de ces traits sont des Francs typiques comme «Chlodwig» de la mer Baltique et ont avancé sur la migration des peuples à travers Thuringen jusqu'aux limes romaines sur le Rhin. C'est l'origine exacte de la famille royale française qui commence avec Clovis.

Mais comment les caractéristiques génétiques des Bourbons plus anciens dans la très ancienne famille aristocratique de Naundorf sont malheureusement malheureuses à découvrir, puisque toute l'Europe a été impliquée dans des guerres constantes pendant des siècles. Cependant, après avoir fait des recherches à la fin du XIVe siècle, je sais que l'histoire de la famille de Naundorf a quelque chose à voir avec les Templiers allemands à Marienburg, souvent appelés à aider. En 1391, Louis II de Bourbon (l'oncle du roi Charles VI) a fait un «voyage» avec ses chevaliers pour aider les Templiers. Il est venu avec sa petite armée en Thuringe et en Saxe en route vers la mer Baltique et a été constamment reçu par les propriétaires des forteresses, tout dépendait des Templiers. L'ancienne famille de Naundorf vient de Saxe et d'un Templier, le troisième des trois frères Naundorf, a même conservé la forteresse d'Altenburg pendant un certain temps.

Personne ne peut imaginer les cris des Naundorfistes lorsque j'ai publié ma première recherche en français il y a environ deux ans. Si quelqu'un est déçu par une enquête historique, il devrait plutôt s'occuper de quelque chose d'autre.

Post-scriptum Je demanderais à un éventuel lecteur allemand d'aller à Altenburg en Saxe pour voir s'il serait possible d'obtenir une image (photo ou photocopie) du certificat de naissance de Christian Heinrich HOPF - le prêtre a écrit le baptême dans un livre avec la main et mais à Gothisch - date: 12 avril 1780 - Adresse: Stadtkirchenamt Altenburg



Cette introduction n'apporte rien de nouveau au dossier et n'est qu'un recueil des diffamations habituelles contre Naundorf. Il paraît que des développements conséquents prouvent lesdites assertions. Nous attendons toujours d'en prendre connaissance !

Quant aux analyses génétiques, elles sont vraiment trop incomplètes pour que l'on en tire des conclusions définitives. Tout ce que l'on peut dire, c'est que le dossier n'a pas été suivi sérieusement. Je suis très bien placé pour le savoir, puisque je suis à l'origine des prélèvements faits sur la personne de Hugues de Bourbon et de son ancêtre Naundorf/Louis XVII. Si la parenté avec la famille des Bourbons est indéniable, il n'est pas certain que la non-parenté de Naundorf avec Louis XVI soit bien établie...
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3593
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29


Retour vers Affaire Louis XVII

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron