François-Marie ne croit pas que Louis 17 a signé le PV infâm

François-Marie ne croit pas que Louis 17 a signé le PV infâm

Message par BRH » Samedi 06 Novembre 2021 23:20:24

Nous non plus !

Il faut quand même bien que quelqu'un ici dise que l'histoire officielle de Louis XVII est discutée. Et qu'elle l'est parfois de manière sérieuse . Loin de moi l'idée d'accréditer l'un quelconque des dizaines de "fripons" qui ont tenté de se faire passer pour Louis XVII , ni même de mettre en doute son décès le 8 juin 1795. On peut néanmoins s'interroger sur ce que certains appelleront des points de détail mais qui doivent tout de même aider à mieux comprendre la personnalité de Louis XVII.
Je ne prendrai que l'exemple des infâmes PV d'octobre 1793 où la tradition voit la signature de Louis XVII. Il y au moins trois raisons de n'en pas être certain.
D'abord , il ya la signature en elle-même qui évoque davantage un illettré que celle que le jeune Roi apposait quelques mois auparavant ,d'une main déjà familiarisée avec l'écriture ,dans une lettre au comte de Provence ,et qu'on peut tenir pour la signature royale authentique de Louis XVII.
Ensuite , il y a l'absence de mention dans ses mémoires par la duchesse d'Angoulême de la confrontation que les révolutionnaires prétendent avoir organisée entre le jeune Roi et sa soeur , puis sa tante.
Enfin , il y a , le même jour , l'entrevue très rapide entre Louis XVII et sa soeur avant son interrogatoire : la duchesse d'Angoulême a cru voir son frère dans un garçon "extrémement engraissé " depuis qu'elle l'avait vu trois mois auparavant , et qui lui a été arraché aussitôt des bras par la mère Simon , laquelle ne tenait visiblement pas à cette rencontre .
Voila de quoi déjà alimenter la discussion...

Je reviens pas deux brèves observations sur la question de l'identité de l'enfant que rencontre Madame Royale avant son interrogatoire , et qui va ensuite signer les procès-verbaux .
Madame Royale n'a pas eu d'autre occasion de voir son frère au second semestre de 1793 que cette brève rencontre d'octobre chez les Simon ( et , ce détail n'est peut-être pas sans importance , à la sortie d'une pièce où il se trouvait en compagnie du peintre David ). C'est donc nécessairement à cette occasion que Madame Royale constate que celui qu'elle prend évidemment pour son frère est devenu un garçon "extrémement engraissé" , ce qui parait invraisemblable en 3 mois seulement de ce qui ne pourrait être qu'une sur-alimentation systématique qui n'est pas établie , puisque l'alcool ne peut avoir à lui seul un tel effet.
Ensuite , l'écriture de la signature n'est pas celle d'une personne qui sait normalement écrire ,comme c'était le cas de Louis XVII, mais qu'un handicap quelconque empêche d'écrire correctement : cette écriture porte la marque caractéristique de l'illettrisme , c'est à dire l'hésitation à tracer des lettres apprises mais dont le sens n'est pas compris. D'ailleurs , cette signature ne rappelle en rien celle de Louis XVII et , en particulier , la plus récente , celle ( le "Louis" simple de ses pères ) qu'il a apposée sur la lettre collective de la famille royale au comte de Provence .
Voila pourquoi il peut être soutenu , à partir de ces indices qui sont des commencements de preuve , que l'enfant vu par Madame Royale et qui signe les PV d'octobre , n'est pas nécessairement Louis XVII.

Madame Royale écrit précisément : " Arrivé chez mon frère , je l'embrassai tendrement ; Mme Simon me l'arracha et me dit de passer dans l'autre chambre." Elle emploie donc le passé simple et non l'imparfait , signe de la brièveté de l'échange , ce qui paraît laisser la porte ouverte à toutes les conjectures en ce qui concerne l'identité véritable de l'enfant "extrêmement engraissé" ainsi entr'aperçu un bref instant .
Reste David qui était enfermé avec l'Enfant avant que Madame Royale n'arrivât . Beauchesne , qui nous révèle ce fait , charge David :" L'enfant sortait de la salle où David avait demandé à revoir le fils de son ancien bienfaiteur , et à entendre de sa bouche qu'il reconnaissait pour exact et vrai ce qu'on lui avait fait signer la veille."
On sait que David , qui est associé à la machination de l'inceste ,est un pervers et un voyeur : quelques jours plus tard , il se tapira dans l'obscurité du palais de justice pour assister à l'interrogatoire nocturne de la Reine par Herman avant son procès . Il fera aussi un dessin resté célèbre de la Reine conduite à l'échafaud où suintent sa haine et le plaisir que lui donne ce spectacle.
Toutefois , il y a une autre explication à la présence de David avec l'enfant dans une pièce séparée avant l'interrogatoire des Princesses . Il ne se serait pas agi de pervertir un peu plus l'enfant accusateur avant la confrontation , d'autant qu'encore une fois , Madame Royale n'évoque aucune confrontation de son frère avec elle-même ou avec leur tante . L'explication serait plus simplement que David aurait pris un croquis de l'enfant . Et , de fait , on dispose d'une représentation d'un soi-disant Louis XVII souvent attribuée à David et qui représente un enfant gras , qui pourrait bien être cet enfant d'octobre 1793. Je ne sais si vous voyez à quel portrait je fais allusion ?

Réponse en trois temps.

1/ C'est un faisceau d'indices qui permet de penser que David pourrait être l'auteur du portrait . Nous savons que Madame Royale voit le 7 octobre 1793 un enfant "extrêmement engraissé". Nous savons que David participe à l'infamie du même jour . Nous savons que David s'est enfermé dans une pièce avec l'Enfant du Temple . Or , nous disposons avec ce portrait d'un enfant gras désigné comme Louis XVII et on ignore quel peintre aurait pu être délégué auprès de lui pour fixer son image en dehors de David dont la présence est avérée.

2/La présence d'un Enfant tenant la place de Louis XVII n'avait pas nécessairement vocation à demeurer secrète . Au contraire , on peut penser que les révolutionnaires , renonçant à faire plier le caractère du vrai Louis XVII , aient voulu présenter au peuple un bon garçon encanaillé . On l'aurait fait passer pour le jeune Roi afin de montrer qu'aucune tare de naissance ne peut résister à la révolution en marche . Ce genre de substitution , loin de recéler un secret , aurait au contraire été destinée à montrer au grand jour un soi-disant Louis XVII sans-culotte.

3/On peut retourner l'argument tiré de l'impossibilité de tromper les Princesses . D'abord , Madame Royale , seul témoin digne de foi du 7 octobre , n'atteste pas une rencontre entre son frère et sa tante . Et le peu qu'elle a vu de celui qu'elle a pris dans ses bras et qu'on lui a aussitôt arraché , lui a fait penser que frère avait "extrêmement engraissé" . On aurait donc privilégié dans ce cas une ressemblance des traits sur celle de la corpulence . Et la Princesse s'y serait en effet laissée prendre.
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 4025
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Retour vers Affaire Louis XVII

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron