A propos du Livre Noir sur la révolution...

A propos du Livre Noir sur la révolution...

Message par BRH » Mardi 29 Juillet 2008 10:41:05

Wikipedia avait mis en ligne un article, actuellement inaccessible:

Le Livre noir de la révolution française

Auteur Collectif dirigé par Renaud Escande comprenant notamment Pierre Chaunu, Jean Tulard, Emmanuel Leroy-Ladurie, Jean Sévillia et Jean-Christian Petitfils.
Pays d’origine France
Éditeur Cerf
Date de parution 2008
Nombre de pages 882
ISBN 978-2204081603

Le Livre noir de la révolution française (2008) est un ouvrage rédigé par un collectif d'historiens et journalistes, publié chez les Éditions du Cerf. Il affirme vouloir montrer l'envers de la Révolution française, sans pour autant « noircir » des faits qui témoignent par eux-mêmes »[1].

L'ouvrage, dirigé par le père dominicain Renaud Escande, comprend une cinquantaine de notices réparties en trois parties :

« les faits », comprenant une vingtaine de notices historiques assez courtes rédigées par les différents contributeurs. Ainsi, Jean-Christian Petitfils est l'auteur d'une notice sur « Louis XVI et la révolution de la souveraineté : 1787-1789 », qui décrit l'affrontement de trois souverainetés : la souveraineté royale d'un Louis XVI, présenté comme un roi réformateur, la souveraineté nationale incarnée par l'Assemblée à partir de juin 1789 et la souveraineté populaire, apparue lors de la journée du 10 août 1792; Jean Tulard écrit sur Napoléon et la Révolution et Emmanuel Le Roy Ladurie analyse le climat à l'époque révolutionnaire, tandis que Stéphane Courtois fait le parallèle entre la Révolution française et la révolution russe.
« le Génie », présentant vingt penseurs de la Contre-Révolution, parmi lesquels Malesherbes, Antoine de Rivarol, Juan Donoso Cortés, Friedrich Nietzsche, François-René de Chateaubriand, Honoré de Balzac, Joseph de Maistre, Augustin Cochin, Georges Bernanos ou Hannah Arendt.
une anthologie « de textes inédits qui donnent un regard autre sur la Révolution ».
Dépourvu de préface et d'introduction, l'ouvrage comporte, en tête, un texte de Pierre Chaunu datant de l'époque des célébrations du bicentenaire de la Révolution. Enfin, il dispose d'un cahier iconographique de 16 pages.

Revue de presse:
Ce livre a reçu un accueil très critique dans la presse et parmi les historiens[2]. Plusieurs journaux ont mis en avant son caractère très orienté et sa médiocre qualité, le jugeant « à charge » et « mal bâti » pour Le Monde[3], « aussi partial et aux références tout aussi datées » que Les Origines de la France contemporaine d'Hippolyte Taine « à la fin du XIXe siècle » mais moins « agréable à lire » pour Jacques de Saint-Victor dans Le Figaro[4], « bâclé », « jargonneur » et typique des déviances de notre temps pour Mona Ozouf dans Le Nouvel Observateur[5].

Pour L'Histoire, « ce rassemblement hâtif », sans « introduction pour annoncer le propos » ni « postface pour récapituler les acquis (du reste fort incertains si on excepte un article intéressant sur le droit révolutionnaire, signé Xavier Martin) », voit « l'anachronisme » régner « sans vergogne ». Selon la revue, « cette extravagante construction a mobilisé deux ou trois bons historiens, prudemment retranchés derrière des contributions sans rapport direct avec la noirceur escomptée », « le cœur de la démonstration » étant laissé aux « sans-grade »[6].

Pierre Assouline, quant à lui, critique la « vision binaire et manichéenne » de l'ouvrage, jugeant que l'historiographie a « fait des progrès depuis Louis de Bonald et Augustin Cochin. » Si, à ses yeux, « le révisionnisme historique est une bonne chose », il juge « cette critique catholique » trop « systématique » et déplore que l'on cherche « en vain, l’abbé Grégoire et les autres, dans le bilan positif de la fin du XVIIIe siècle »[7].

Pour sa part, Jean-Clément Martin voit dans cet ouvrage « une critique catholique de la Révolution, proche de l’intégrisme même », qui condamne non seulement les violences révolutionnaires, mais les philosophes des Lumières, et considère que « tout ce qui est révolutionnaire est mauvais » et qu'« il faudrait donc revenir aux valeurs tirées de la contre-révolution, et plus précisément de son aile radicale et clairement catholique »[8]. Il rappelle ses arguments contre la thèse du génocide vendéen, défendue dans l'ouvrage, lors de l'émission Le Forum de l'histoire, diffusée sur la chaîne Histoire[9], et l'assertion suivant laquelle la Révolution française serait la matrice des totalitarismes, dans l'émission Du grain à moudre, sur France Culture[10]. Pour Jean-Christian Petitfils, auteur d'une notice, également invité du Forum de l'histoire, il met l'accent sur la « diversité » du livre, qu’il qualifie de « mélange », refusant de s'inscrire personnellement dans la tradition contre-révolutionnaire et défendant sa vision de Louis XVI[9].

De son côté, Christian Makarian, dans L'Express, considère l'ouvrage « comme une série d'articles érudits, voire passionnants, qui ne suffit pas à bâtir un propos décisif[11]. »

D'autres revues, qu'il s'agisse du Figaro Magazine, de La Nouvelle Revue d'Histoire ou des Épées, ont souligné, au contraire « l'aspect salutaire » et « la grande qualité » de l'ouvrage[réf. nécessaire], tandis que Valeurs actuelles publie une présentation de Jean Tulard, contributeur de l'ouvrage[12]. Renaud Escande répond aux critiques des journalistes dans l'émission radiophonique Un jour dans l'Histoire sur Canal Académie[13].


Liste des auteurs:
Jacques Alibert
Pascale Auraix-Jonchière
Michaël Bar-Zvi
Henri Beausoleil
Christophe Boutin
Isabelle Brancourt
Jean-Pierre Brancourt
Bruno Centorame
Jean Charles-Roux
Pierre Chaunu
Stéphane Courtois
Marc Crapez
Dominique Decherf
Jean Des Cars
Ghislain de Diesbach
Jean Dumaine
Renaud Escande
Bernard Fixes
Alexandre Gady
Jean-Charles Gaffiot
Jean-François Galinier-Pallerola
Stéphane Giocanti
Pierre Glaudes
Jacques de Guillebon
Fabrice Hadjadj
Tancrède Josseran
Philippe Lavaux
Emmanuel Le Roy Ladurie
Xavier Martin
Frédéric Morgan
Alain Néry
Arnaud Odier
Paul-Augustin d'Orcan
Dominique Paoli
Jean-Christian Petitfils
Jean-Michel Potin
Pierre-Emmanuel Prouvost d’Agostino
Frédéric Rouvillois
Jonathan Ruiz de Chastenet
Reynald Secher
Jean Sévillia
Renaud Silly
Rémi Soulié
Jean Tulard
Sarah Vajda
Jean de Viguerie
Gregory Woimbée



Notes et références:
↑ Présentation de l'ouvrage par l'éditeur.
↑ Revue de presse sur le site de l'Institut d'histoire de la Révolution française.
↑ « Le Livre noir de la révolution française : une instruction à charge », Le Monde, 7 février 2008.
↑ Jacques de Saint-Victor, « Un livre noir pas révolutionnaire », Le Figaro, 14 février 2008.
↑ Mona Ozouf, « Pour en finir avec la révolution ? Non, Danton n'est pas Hitler ! », Le Nouvel Observateur, 21 février 2008.
↑ L'Histoire, n° 330, avril 2008, la sélection critique : « Brocante révolutionnaire », p. 80.
↑ « La contre-Révolution bouge encore », 18 mars 2008, sur La République des livres, blog de Pierre Assouline sur le site du journal Le Monde.
↑ « Livre noir de la Révolution française: "une manipulation" », entretien accordé à Camille Stromboni pour le Contre journal, blog de Libération, 16 mars 2008.
↑ a  b  Le Forum de l'histoire, Histoire, 22 février 2008.
↑ « Lénine et Mussolini entre Saint-Just et Robespierre ? » Du grain à moudre, France Culture, 22 février 2008.
↑ Christian Makarian, « Livre noir et drapeau blanc », L'Express, 21 février 2008.
↑ Jean Tulard, « Les années noires de la Révolution », Valeurs actuelles, 1er février 2008.
↑ Voir[1]
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 4126
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: A propos du Livre Noir sur la révolution...

Message par Paul Ryckier » Mardi 29 Juillet 2008 20:48:01

Bruno,

un grand merci pour ce message. Je sais, je n'ai mis que mes premiers pas dans l'histoire française...et comme amateur...Mais toute discussion "honnête!" sur l'histoire ou sur un sujet historique, pour découvrir les vraies circonstances et faits vaut la peine de la suivre attentivement...dans mon humble opinion...et la révolution française...quel sujet!...

Cordialement,

Paul.
Paul Ryckier
 
Message(s) : 483
Inscription : Lundi 29 Janvier 2007 17:18:36

Re: A propos du Livre Noir sur la révolution...

Message par BRH » Dimanche 13 Octobre 2013 11:19:19

Je profite de l'opinion émise par François Delpla sur la Révolution pour relancer le débat :

François Delpla a écrit :Après avoir, sur le fil qui m'a valu l'honneur peu enviable d'être chassé, prétendu rendre l'historien tributaire de la définition de la folie par la police, voilà qu'il le transforme en juge. Deutsch aurait raison de dire que la Révolution c'est moche parce que cela a fait beaucoup de morts http://www.passion-histoire.net/viewtop ... &start=150 .

Je verse au débat le jugement positif de Churchill, non historien certes (et accessoirement fauteur, par ses mémoires, de mon bannissement d'un forum alors globalement réac, tant il a enraciné de préjugés et d'erreurs sur la SGM pour dissimuler la faillite globale des conservateurs en 1940 et le fait qu'il était l'un des rares à avoir sauvé l'honneur en éclairant la route) : il cite Danton en modèle (plus précisément sa prise de position en faveur de l'exécution de Louis XVI) et la France aussi, comme co-inventrice de la démocratie avec les pays anglo-saxons; il accable les élites d'ancien régime, incapables de faire autre chose avec leur paysans que de les abrutir.


Ce livre noir est-il donc si arbitraire et subjectif ou met-il le doigt là où ça fait mal ?
Brièvement, je rappelle ma position qui n'est certes pas plus objective que celle d'un autre (fut-il historien patenté) : La Révolution n'est pas un bloc, contrairement à l'assertion de Clémenceau ; la Révolution est positive (peu ou prou, les détails sont discutables, mais l'essentiel demeure) jusqu'au 10 août 1792. A cette date, l'essentiel est fait : le monde féodal a sombré et rien ne pourrait le remettre à flot. Par contre, le coup d'état du 10 août, l'imposture et les crimes de septembre sont négatifs et ont même failli conduire à une régression. En résumé, la Convention est un des pires moments de notre histoire, une dictature révolutionnaire sanglante qui trouve heureusement sa fin le 9 Thermidor !
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 4126
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: A propos du Livre Noir sur la révolution...

Message par Francois Delpla » Dimanche 13 Octobre 2013 13:10:56

Je suis obligé en ce moment de trier sévèrement entre les priorités.

J'aurai toujours une minute pour essayer de compenser par un circuit dérivé la thrombose de Passion-Histoire, tant qu'il sera infidèle à son titre en bannissant des novateurs, mais je ne voudrais pas me laisser entraîner trop loin de mes plate-bandes, aussi me limiterai-je à une remarque : je veux bien tout ce qu'on veut à propos de la Terreur, mais je désapprouve fermement le fait qu'on en parle sans rappeler

-que le pays est en guerre;
-que toute guerre fait mauvais ménage avec la démocratie et les droits de l'homme;
-que Robespierre avait vomi l'entrée en guerre, avec des arguments prophétiques.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3528
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: A propos du Livre Noir sur la révolution...

Message par Francois Delpla » Mercredi 16 Octobre 2013 16:01:47

Je fais respectueusement remarquer qu'on m'a attiré ici et qu'on ne me donne pas la réplique !

Je viens de trouver sur Passion-Histoire http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 98#p459998 une illustration caricaturale de mon propos sur la dissimulation, consciente ou non, de la conjoncture de guerre :

Alain.g a écrit :
Sujet du message : Re: Maximilien de Robespierre.
Message Publié : 03 Oct 2013 16:28

Oui, mais on le croyait vertueux, et il s'est trop prononcé pour le suffrage universel pour qu'on ne puisse relever qu'en fait la réalité était un contrôle des suffrages tel que très peu de citoyens se sont rendu aux urnes sous Robespierre, un peu plus de 10 % je crois de mémoire.
Il était quasiment impossible d'aller voter contre le nouveau régime, puisqu'il fallait le dire à haute voix en présence des révolutionnaires du village ou du quartier réunis au bureau. Et si on le faisait, le choix était annulé par le système à trois degrés qu'on oublie de mentionner quand on évoque le mode de scrutin de la constitution votée par la Convention.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3528
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: A propos du Livre Noir sur la révolution...

Message par BRH » Jeudi 17 Octobre 2013 09:48:24

Le pays est en guerre, mais c'est à l'initiative des Girondins. Robespierre s'y est opposé, mais il était assez isolé sur cette question. La guerre n'était certainement pas un blanc-seing pour violer les règles de la démocratie et des droits de l'Homme qui venaient justement d'être proclamées !
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 4126
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: A propos du Livre Noir sur la révolution...

Message par Francois Delpla » Jeudi 17 Octobre 2013 10:20:09

mettriez-vous une distance abyssale, avant juin 94, entre Robespierre et Carnot ?

BRH a écrit : La guerre n'était certainement pas un blanc-seing pour violer les règles de la démocratie et des droits de l'Homme qui venaient justement d'être proclamées !


Ce que je dis, c'est qu'il faut perdre la très mauvaise habitude de parler de mesures d'exception comme si elles correspondaient à la pensée profonde de leurs auteurs sur ce qui est désirable en temps normal, et étaient destinées à être pérennisées, même le jour où les "tyrans étrangers" auraient évacué le sol national et cessé de le menacer.

Il est indispensable de rappeler qu'on est en temps de guerre, c'est tout ! A plus forte raison si on veut, en sus d'une description et d'une explication historiques, émettre un jugement de valeur.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3528
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: A propos du Livre Noir sur la révolution...

Message par BRH » Vendredi 18 Octobre 2013 08:38:06

Aujourd'hui, Carnot et Robespierre sont compris dans le même lot des décideurs du populicide de la Vendée.

Pour l'un comme pour l'autre, l'ennemi intérieur est phantasmé comme se dressant contre la nouvelle démocratie naissante, tout comme la figure des despotes éclairés est remaniée pour façonner celle du tyran autocrate prêt à dévorer les bons citoyens de la nouvelle république... L'état de guerre justifie des mesures exceptionnelles prises avant tout contre les contestataires de l'Ordre Nouveau. Mais, ces mesures sont déjà discutées au sein des Jacobins avant la déclaration de guerre (dès l'escapade de Louis XVI à Varennes)... La guerre continue après le 9 thermidor et les mesures exceptionnelles seront rapportées, preuve que le prétexte de la guerre a été instrumentalisé pour mieux asseoir l'autorité du nouveau pouvoir.
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 4126
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: A propos du Livre Noir sur la révolution...

Message par boisbouvier » Samedi 17 Mai 2014 10:26:44

Et si la plus grande faute de la Révolution, jamais dénoncée celle-là, était d'avoir créé le mythe de l'état-nation ?
Sous l'ancien régime il y avait des états et il y avait des nations mais personne ne voyait d'impérieuse nécessité de les réunir entre eux. Certains états à force de vivre longtemps sous un même sceptre devinrent des nations ce qui fut le cas de la France bien qu'elle comportât des Bretons et des Corses. Inversement, certaines nations réunies par la culture et la langue ou par des unions douanières comme l'Allemagne (ou la Grèce antique) toléraient très bien de posséder de très nombreux états largement indépendants les uns des autres. Pourquoi a-t-il fallu qu'on voulût absolument les réunir et les faire coïncider au risque d'un embrasement général ? Hitler apparait presque inéluctable dans un pareil environnement mental.
J'ai envie de distinguer le loyalisme de Du Guesclin (mais aussi , de Mazarin...de Gurnemanz ou d'Amfortas) du patriotisme de la Pucelle (mais aussi de Pétain) et ces deux choses du nationalisme proprement dit qui fut propre aux deux derniers siècles à partir de 1792 et qui se voit en particulier chez Bismarck, Mussolini, Hitler, les militaires japonais... voire De Gaulle puisqu'il a refusé, je crois bien, d'adhérer à la charte atlantique qui stipulait de renoncer à toute conquête territoriale et qu'il a tenté de créer le fait accompli au Val d'Aoste en interdisant à ses troupes commandées par le général Le Doyen de l'évacuer comme le commandait Eisenhower (au besoin en tirant sur les troupes américaines - ce qui est un sacré culot).
La révolution française aurait donc quand même créé une forme nouvelle du "vivre ensemble" en matière de relations extérieures. La conscription qui en a résulté l'a, en même temps créée, selon un processus de cercle : l'oeuf et la poule. Le nationalisme a donc à voir avec la démocratie et celle-ci fut quand même liée à l'histoire de l'Europe et du monde à partir de la révolution. On est passé avec elle du loyalisme au nationalisme. Or, de celui-ci, on est quand même sorti en 45 avec le plan Monnet-Schumann et l'idéologie européenne et de la démocratie chrétienne présente déjà chez un Briand et chez Pie XI. L'appel à son peuple de Louis XIV un dimanche de juin 1709 diffère essentiellement de "La patrie en danger" de Danton en 1792. Dans un cas on demande des volontaires, dans l'autre on commence d'instituer la conscription. Une sacrée différence tout de même !
boisbouvier
 
Message(s) : 1091
Inscription : Samedi 09 Juin 2012 15:37:34

Re: A propos du Livre Noir sur la révolution...

Message par BRH » Dimanche 18 Mai 2014 12:11:27

Les HS sur la 2ème guerre mondiale sont purement et simplement supprimés. Il y a assez de rubriques ouvertes à ce sujet !!!
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 4126
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29


Retour vers La Révolution et la 1ère République (1789-1804)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron