Stamfordbridge; la fin des derniers vikings...

Stamfordbridge; la fin des derniers vikings...

Message par BRH » Mardi 14 Octobre 2014 11:12:53

Par Georges Garnier-Rousseau :

http://www.bvoltaire.fr/georgesgarnierr ... ing,131228

À la mort d’Édouard, roi d’Angleterre sans fils, le Witan (le conseil des nobles) choisit comme nouveau roi Harold, beau-frère du défunt monarque et l’homme le plus puissant d’Angleterre.

Le mois dernier, le 25 septembre, était le 948e anniversaire de Stamford Bridge, dont je rappelais le contexte dans l’article précèdent. À la mort d’Édouard, roi d’Angleterre sans fils, le Witan (le conseil des nobles) choisit comme nouveau roi Harold, beau-frère du défunt monarque et l’homme le plus puissant d’Angleterre. Ce n’est pas sans fâcher Harald Hardrada, roi de Norvège, prétendant au trône en vertu d’une promesse faite à son prédécesseur sur le trône scandinave.

Sa vie mérite qu’on s’y arrête : il s’exile dans sa jeunesse à l’Est, mettant son épée au service d’Iaroslav, grand prince de Kiev et de Novgorod. Il passe ensuite sous les ordres de l’empereur byzantin, dans le corps des Varègues : troupes d’élite recrutées parmi les mercenaires scandinaves, islandais puis saxons. À leur tête, il combattra avec bravoure tous les ennemis de l’empire déclinant : Grecs séditieux, Turcs, Khazars, Bulgares, Sarrasins et Normands de Sicile. Son prestige est tel qu’il obtient la main de la fille d’Iaroslav de Kiev, et, à son retour chez lui, le trône de Norvège. La mort d’Édouard d’Angleterre réveille son ambition. Il se trouve vite un allié contre le nouveau roi Harold : Tostig, le propre frère d’Harold, dépossédé de son fief par son royal frère.

Ils débarquent au nord de l’Angleterre avec plus de 7.000 hommes et infligent une forte défaite à Edwin et Morcar, qui gouvernent au nom d’Harold le nord du pays. Les vainqueurs pensent alors pouvoir s’emparer de la clé d’York à 15 kilomètres. Et ils imposent à Edwin et Morcar de leur apporter, au pont de Stamford, des vivres pour leur armée et 500 otages. Harald et Tostig exultent : York s’ouvrira devant eux et leurs ennemis vaincus vont les ravitailler. Le jour de la transaction, ils emportent tout de même les deux tiers de l’armée, au cas où.

Et voilà qu’au loin s’ouvrent les portes de York. Mais c’est le roi Harold qui apparaît, non pas avec des otages mais à la tête d’une armée. Trop tard pour fuir. Dire que les Vikings ont négligé d’enfiler leurs armures… En hâte, on dépêche des messagers ameuter le reste des troupes. Harold, magnanime, déclare à son frère : « Tostig, reconnais-moi comme ton roi et je t’accepterai de nouveau comme mon frère. En outre, tu récupéreras ton comté. »

L’offre est tentante, mais pour Harald ? « À Harald, roi de Norvège, je concède 7 pieds de bonne terre anglaise, voire 8 vu sa taille » (le nécessaire pour l’ensevelir). Tostig refuse. Le massacre commence. Les Anglais, motivés et mieux préparés, taillent en pièces les Vikings. Les renforts arrivent exténués et se font tuer sur place s’ils ne meurent pas de fatigue. Ainsi périt Tostig, frère du roi et sujet rebelle. Puis Harald, « le dernier Viking », d’une flèche dans la gorge. Seuls 24 navires (sur 300 !) revinrent en Norvège. 9 Nordiques sur dix périrent.

« En roulant vers son embouchure les corps d’Harald et de ses hommes, la rivière Derwent paraissait balayer les vestiges de l’ère viking », trois siècles de brutalité qui s’achevaient à jamais.
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3754
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Retour vers Le Moyen-Âge (476-1453)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité