Invasions ou grandes migrations ?

Invasions ou grandes migrations ?

Message par BRH » Lundi 09 Février 2009 10:17:30

Paul Veyne, professeur au Collège de France, l’un des spécialistes français les plus réputés de la civilisation gréco-romaine, évoque les barbares (cf. L'Histoire, n° 326, janvier 2008) :

"Après 400, l’effondrement politique de l’Occident, mal déguisé par la prétendue dépendance des royaumes germaniques, a entraîné un effondrement économique et une régression dans la vie quotidienne et culturelle. Dans un livre récent et équilibré, The Fall of Rome and the End of Civilization, Oxford, 2005, Ward Perkins a discerné les marques de cette régression : reculent ou disparaissent la maçonnerie avec mortier et pierres, les célèbres « tuiles romaines » à crochet et, pour trois siècles, les poteries faites au tour. Ajoutons qu’on ne frappe plus guère de monnaies divisionnaires (je suppose qu’on payait le barbier avec une douzaine d’œufs) et, signe frappant, la coutume épigraphique, la religion de la pierre inscrite, n’existe pratiquement plus : il n’y a plus guère d’inscriptions, c’est une pratique réservée au bénéfice d’une petite élite d’évêques.
Il est à croire que cette régression technique et économique se double d’une régression mentale, d’une perte de fierté. Les gens se laissent aller dans tous les domaines. Est-ce que les classes moyennes continuent d’aller à l’école ? Est-ce qu’on continue à lire et à écrire ou est-ce réservé au monde des clercs et à l’Eglise, ce qui a sauvé pour nous la littérature latine païenne, que le Moyen Age ne cessera de lire, sans attendre la Renaissance ?

Il nous manque à nous archéologues (ou du moins il manque à l’auteur de ces lignes) l’expérience vécue d’un effondrement politique et militaire qui entraînerait une régression dans tous les domaines. On voudrait pourtant comprendre le comment de cette clochardisation collective, clochardisation matérielle et sans doute aussi morale.
On sait bien que les « barbares » au Vème siècle viennent, non plus en ennemis et en pillards, mais en immigrés… Ce ne sont pas des agresseurs, ce sont des amis envahissants. Cela dit, il ne faut pas oublier pour autant la part de violences individuelles d’une soldatesque toute puissante. Ces immigrés sont des amis brutaux et sans gêne. Ils viennent en immigrants qui s’installent de force ou que le pouvoir romain doit finir par accepter et par caser dans une province, parce qu’il ne peut s’en débarrasser. Cela dit qui a des armes à la main et a sous la main des villas et des domaines à prendre les prend. Tout ce qu’on peut dire est que cette violence n’entrait pas dans un plan prémédité et idéologique.
La victoire des Goths n’est pas due à une inondation démographique qui aurait submergé l’empire et ses armées, mais à la rencontre de deux stratégies différentes : la stratégie d’une armée en ligne – surpuissante pour l’époque – et une stratégie de semi-nomades. Les Goths ont 30 000 hommes avec eux, leurs troupeaux et le pillage facile des greniers de l’annone militaire ennemie. Tandis que l’armée puissante qui les poursuit est obligée de se déplacer lentement, car il faut que l’intendance suive.
Ces envahisseurs, les Goths, se sentent une identité ethnique (qu’ils confirment en restant ariens), mais veulent aussi avoir la dignité de la civilisation gréco-romaine, qui est la grande civilisation mondiale du temps. Ils veulent entrer dans la partie civilisée et moderne de la Terre, mais en restant eux-mêmes et, si possible, en maîtres. C’est pour cela qu’ils restent ariens et refusent les décisions de Nicée. Les Barbares veulent rester des non-Romains, des Germains, de même que les Romains ont voulu avoir la grande civilisation mondiale, la grecque, en restant romains.
Songeons à ce roi wisigoth de Toulouse qui regrettait que son grand-père Alaric ait saccagé Rome en 410. Un roi germanique à la haute culture impériale, mais, en même temps il tient à montrer qu’il reste le roi et il reste arien pour bien montrer que ce ne sont plus les Romains qui gouvernent."


Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3675
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Invasions ou grandes migrations ?

Message par Tietie007 » Dimanche 22 Juillet 2018 18:02:41

Je lis" La chute de l'Empire romain, une histoires sans fin" de Betrand Lançon, qui explique les polémiques entre experts de l'histoire antique, entre partisan de l'antiquité tardive et de la continuité (Ozanam, Marrou, Brown) et ceux qui comme Ward Perkins insistent sur le déclin économique et les migrations barbares. Bref, rien n'est simple. Théodoric le grand, roi goth de 489 à 526, a été plus puissant que les faibles empereurs romains de la fin, style Julius Nepos.
Tietie007
 
Message(s) : 143
Inscription : Vendredi 31 Mars 2017 20:51:23


Retour vers De la Préhistoire à la Chute de Rome (476 ap JC)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité