L'incroyable odyssée d'un faux triomphe anglais au Canada !

Message par Paul Ryckier » Lundi 28 Mai 2007 23:50:46

Mr. Vailcour,

excusez pour le délai et merci pour votre réponse intéressante.

Le "stratisc.org" n'était plus accessible, mais en clicquant sur le "cache" on peut lire le texte. Et c'est un lien trés intéressant, qui donne presque tout sur la question concernante, comme d'ailleurs le vôtre.

Je vous remercie de nouveau et avec estime pour toutes vos recherches.

Cordialement,

Paul.
Paul Ryckier
 
Message(s) : 483
Inscription : Lundi 29 Janvier 2007 17:18:36

Message par vailcour » Mercredi 30 Mai 2007 15:20:04

Bonjour M. Ryckier,


Montcalm et la perte du Canada
par
Jean-Pierre Poussou,
Stratisc. Org
«Institut de stratégie comparée.»

Pour l’original de l’article de Jean Pierre Poussou, incluant tous les liens.

http://www.stratisc.org/strat_050_POUSSOUMON.html

C’est une étude des plus complètes sur le rôle de Montcalm lors de la perte de la Nouvelle-France

Il y a quelque temps, ayant eu des difficultés à retracer cet article, une fois repéré, je l’avais enregistré sur mon site.

http://www.geocities.com/vailcour/jppoussou.htm

Cordialement
Jacques.
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

La lettre du 14 7bre 1759. De Vaudreuil à M. de Ramesay

Message par vailcour » Lundi 11 Juin 2007 02:45:12

Bonjour à tous,

Lettre du 14 7bre1759, Vaudreuil à Ramesay

Dans cette lettre, en particulier on laisse entendre que M. De Vaudreuil aurait tenté d’amorcer des négociations avec l’ennemi par l’entremise M.de Ramesay.

Aussi dans plusieurs livres d‘histoire, on affirme que Vaudreuil aurait lâchement abandonné Québec.

Or, la présente lettre fait partie de la liasse de documents transmis aux Archives Nationales du Québec en 1923, soit 164 ans après les évènements. Thomas Chapais dans son mémoire portant sur la critique en histoire, souligne que plusieurs lettres de ce genre ont surgi de toutes parts 100 ans après les évènements et dont on ignore bien sûr la provenance.

Toujours, selon cette correspondance, M. de Vaudreuil n’aurait pas été informé de la mort de Montcalm, ou du moins son état agonisant.

D’ailleurs dans toute cette correspondance, du 14 septembre au 20 septembre, 1759 faisant partie de cette liasse de documents, jamais le nom de Montcalm fut mentionné C’est comme, s’il n’avait jamais existé.


Jusqu’ici toute cette correspondance entre M. de Ramesay et M. de Vaudreuil n’ a pas été retracée dans les Annales du Canada, le cahier de l’année 1905.

LIEN;
La lettre de M. De Vaudreuil à M. De Ramesay
Le texte et le manuscrit.

http://www.geocities.com/vailcour/14-7bre.html

Vailcour
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

James Wolfe et l'amiral Nelson sur un même pied

Message par vailcour » Dimanche 01 Juillet 2007 16:13:50

Bonjour à tous,
James Wolfe et l’amiral Nelson sur le même pied dans la ferveur populaire

Citons un extrait d'un article de Jean Pierre Poussou intitulé: «Montcalm et la perte du Canada»: Centre d'études stratégiques

La capitulation de Québec ayant provoqué des manifestations de joie en Grande-Bretagne comme dans les colonies, "le major-général James Wolfe y acquis un prestige énorme, et par voie de conséquence, son adversaire ne pouvait être également qu'un grand général, d'ailleurs victorieux jusque là. Il est tout à fait frappant de voir combien les historiens anglo-américains ont à la fois loué Wolfe et Montcalm même si, bien entendu, le premier, in fine, ressortait comme un très grand général, bien meilleur que son adversaire."

James Murray, un des subalternes de Wolfe fut indigné lorsqu’il vit la populace de Londres faire de Wolfe un grand héros. «Ce n’est pas mérité, dit-il» et selon ses propres termes:

«knocking my obstinate Scotch head against the admiration and reverence of the English mob for Wolfe’s memory»
Il n’a pas décoléré depuis ce temps

Wolfe selon la principale hypothèse, fut atteint mortellement par un tireur embusqué alors qu’il supervisait les opérations de débarquement de ses troupes à l’Anse au Foulon, à Sillery, très tôt le matin du 13 septembre 1759.

Aussi, il ne faut pas se surprendre que dans son rapport du 20 septembre 1759, Townshend n’ait pas mentionné la présence de Wolfe à la tête ou non de son armée, sur les Plaines lors de l’affrontement avec les troupes de Montcalm

Cette frénésie du culte de Wolfe persiste encore aujourd’hui. C’est ainsi qu’en décembre 2005, les médias faisaient part de l’adjudication d’un document sur les Plaines d’Abraham Il s’agit du rapport Townshend du 20 septembre 1759

Il fut acquis par un acheteur privé canadien, jeudi, lors d’une vente aux enchères à New-York chez Christie’s au coût de 66000$US.

Selon M. Victorin Chabot, de la Bibilothèque Nationale d’Ottawa, pour le document en question adjugé chez Christi’s, il s’agirait de la quatrième ou cinquième version.
Pour l’authenticité, on repassera.

Les médias rapportaient le même jour que quelques années auparavant, chez Christie’s, fut vendu un document pour à peu près le même montant 60000$US. Il s'agit du journal d’un officier accompagnant la dépouille de Wolfe lors de son retour en Grande Bretagne.

Concernant la dépouille de Wolfe, pour la traversée de cinq semaines, le corps de Wolfe fut déposé dans un tonneau contenant du rhum de la Jamaïque. Il n’était pas question de réfrigération à cette époque.

À Québec, Wolfe fut d’abord transporté à l’Église de St-Joseph de Lévis, servant d’hôpital pour les troupes anglaises et retourné en Grande Bretagne à bord du navire Royal William. Il repose depuis ce temps dans l’église de St-Alfege située à Londres dans le quartier Greenwich C’est apparemment devenu un lieu de pèlerinage pour les Canadiens se rendant à Londres.

Wolfe sur les Plaines:
Imagerie populaire

http://www.geocities.com/vailcour/wolfe-attaque.html

Bonnes vacances,
Vailcour
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

LA MORT MYSTÉRIEUSE DE JAMES WOLFE

Message par vailcour » Samedi 04 Août 2007 13:34:56

Bonjour à tous,

La mort mystérieuse de James Wolfe le 13 septembre 1759.

Dans l’histoire de la Grande Bretagne et du monde anglo-saxon, les noms des Plaines d’Abraham et de Trafalgar sont associés

Concernant la mort de Wolfe ce 13 7bre 1759, en raison de l’absence de document officiel relatant circonstances exactes, il s’en est suivi que plusieurs légendes ont eu cours.

D’après l’ historien C.P. STACY
«La bataille des plaines d'Abraham, probablement le tournant le plus décisif de notre histoire, a inspiré ce que l'historien C.P. Stacey appelle une « récolte abondante de légendes populaires ». Néanmoins, même si l'histoire militaire n'est plus à la mode, cette bataille reste, au fond de notre imaginaire collectif, dramatique, tragique et pathétique. Bien sûr, il y a ce célèbre tableau romantique de Benjamin West représentant La mort de Wolfe. Pendant des siècles, il a été l'une des images les plus populaires du monde anglophone, mais, du point de vue de la précision historique, c'est une des moins véridiques.»

Parmi ces légendes:
Dans le volume et télé-serie du gouvernement fédéral, voici la version parfaitement chronométrée dans le  «Canada, une histoire populaire» (ne pas confondre avec «l’Histoire populaire du Québec» de Jacques Lacoursière)

«Les soldats français épuisés s’arrêtent à 40 m des Britanniques et reprennent le tir. Les habits rouges s’effondrent sous les balles qui s’enfoncent brutalement dans leur chair et leur brisent les os. Avant de donner l’ordre de tirer, Wolfe est vite repéré dans son nouvel uniforme par un tireur isolé qui lui transperce le poignet d’une balle. La blessure est bandée et à 10h.15 ,Wolfe brandit sa canne pour donner l’ordre de tirer....»

«Wolfe est touché à l’aine puis à la poitrine avant de s’effondrer recevant avec joie la nouvelle que l‘ennemi bat en retraite» (Je meurs content dans notre livre d‘histoire)

Voilà la version officielle de la mort de Wolfe selon «Le Canada,une histoire populaire»: Wolfe tué à la tête de ses troupes sur les Plaines d'Abraham.

Une autre version (Source Brave Wolfe)
Wolfe a-t-il été assassiné?

«Une des nombreuses légendes entourant la mort de Wolfe est celle que le coup fatal soit l’oeuvre d’un sergent anglais qu’on dit combattant du côté des Français sans doute pour éviter le terme assassinat Il est rapporté que le soldat avait déserté après avoir été rétrogradé pour avoir frappé un simple soldat. Il fut capturé après la bataille et condamné à mort. Peu avant d’être exécuté il confessait d’être l’auteur de l’attentat contre Wolfe»
Si ce récit est véridique on devrait en retrouver l’origine dans les Archives à Londres.

Simon Schama dans son analyse de l’oeuvre de Benjamin West, se reférant à l’historien américain réputé Francis Parkman Shama parle de la mort misérable de Wolfe, seul, sans que personne ne vienne à son aide.

Wolfe fut atteint par un tireur isolé alors que dans les broussailles de Sillery, il supervisait les opérations de débarquement, se déroulant à l’anse au Foulon. (Voir LIEN)

En effet, c’est à cet endroit que se tenaient les miliciens. Cependant, il est peu probable qu’un milicien aurait pu identifier Wolfe. Quant à l’uniforme écarlate, c’était la tenue de tous les officiers anglais de cette époque. Il semble qu’aucun milicien s’est manifesté comme étant l’auteur de cette action.

Cependant, voici un témoignage qui semble accréditer cette dernière hypothèse.
Samuel Holland ingénieur et arpenteur au retour d’un mission dangereuse de reconnaissance des environs , affirme qu’il trouvait Wolfe agonisant sur les lieux. Holland commentant le tableau de Benjamin West, «Dans la bataille du 13 septembre 1759, j’ai perdu mon protecteur (Wolfe) alors que je lui tenais sa main blessé pendant qu’il expirait.»

D’autres récits soutiennent que plusieurs autres lui ont tenu la main alors qu’il expirait. mais à des endroits différents

Que Wolfe ait été bêtement assassiné par un subalterne frustré ou victime d’un franc-tireur milicien, et ce avant même que l’affrontement sur les Plaines aie eu lieu. il ne faut pas se surprendre que dans une version du rapport de Townshend du 20 septembre et destiné à William Pitt portant sur cette bataille en aucun cas il fait mention de la présence de Wolfe sur les Plaines.. Il ne fait même pas mention de la mort de Wolfe.

Le rapport de l’amiral Saunders du 20 septembre 1759, ne mentionne pas non plus la présence de Wolfe sur les Plaines. Aucun des deux, ne mentionnent la mort de Wolfe et des circonstances l’entourant.
(Réf: Les Archives du Canada, cahier 1905)

Mentionnons en outre, les fortes tensions régnant chez les subordonnés de Wolfe. Ces derniers appréhendaient le fiasco. Wolfe aurait entraîné dans ce désastre ses seconds, Monckton, Townshend, Murray et Saunders, lequel désastre, le plus grand de toute l’histoire coloniale de la Grande Bretagne. serait resté attaché au nom de chacun d‘eux.

De sorte. qu’il n’est pas exclu que Wolfe ait été victime d’un règlement de compte. Il faudrait peut-être chercher là les explications sur le mystère entourant la mort de Wolfe.

Nus n'avons retracé aucun document officiel relatant les circonstances de la mort de James Wolfe, ce 13 7bre 1759

LE LIEN:
Un tableau représentant le débarquement de l’armée anglaise à l’Anse au Foulon dans la nuit du 12 septembre 1759 au 13 septembre 1759.

http://www.geocities.com/vailcour/Acu120.html

Vailcour
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Message par BRH » Lundi 06 Août 2007 16:04:37

Ce que vous écrivez est assez renversant...

En tout cas, admirons le génie des propagandistes anglais qui ont sû faire d'une escarmouche et d'une mort quasi-accidentelle un affrontement de "géants"...

D'autant que Montcalm a été touché par une balle dont on ignore encore si elle était vraiment anglaise !
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3826
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Renversant, mais génial en effet!

Message par vailcour » Mardi 14 Août 2007 16:29:16

Bonjour à tous,

Renversant et génial en effet

[En tout cas, admirons le génie des propagandistes anglais qui ont sû faire d'une escarmouche et d'une mort quasi-accidentelle un affrontement de "géants"]

Il est évident que c’est absolument génial.
Cet exploit peut être dû au fait que l’on a utilité l’histoire à des fins politiques. À tout évènement, on a fini par se croire soi-même. Pour s’en convaincre, il s’agit de se référer aux documents transigés chez Christie’s à New-York tel que mentionné précédemment. Quant à l’origine du culte de Wolfe, il nous paraît évident que les seconds de Wolfe, Townshend, Murray et l’amiral Saunders y sont pour rien. bien au contraire. Ce serait l’oeuvre de l’exubérance populaire que l’on aurait entretenue et par la suite exploitée.

Actuellement un nouveau manuel d’histoire est en préparation au Ministère de l’éducation du Québec. Il devrait être prêt pour septembre 2008. Dans ce nouveau manuel on dit avoir laissé tomber la partie de l’histoire qui se rapporte à des évènements conflictuels dont le chapitre connu sous le nom de la «Bataille des Plaines d’Abraham.»

On remplacerait un manuel dont le contenu en histoire est en grande partie falsifiée par un manuel qui peut être considéré comme une non-histoire. On attend toujours le contenu de ce chef d’oeuvre.

Quand l’histoire devient propagande:
Il y a quelques années le Ministère du Patrimoine canadien, produisit une télé série très médiatisée au coût de 30 millions de dollars. Cette télé série intitulés «Le Canada, une histoire populaire» devait représenter une histoire du Canada, commune et acceptable aux anglophones et francophones.

Or, dans cet ouvrage on omettait des pans entiers d’histoire dont la période de la guerre d’indépendance américaine de 1778 à 1783. Tout le mandat de Frédéric Haldimand, un Suisse francophone a été escamoté. Pendant cette période, quelque 12000 Prussiens ou mercenaires allemands, ont séjourné au Québec. La population du Québec était alors de 115 000. Hab.

Tous les documents officiels et manuels d’histoire ont tout fait pour effacer toute trace de la présence allemande au Québec pendant la période. de 1776 à 1783. On ignore la raison, il ne s’agissait pas quand même d’un tableau d’horreurs.

Voici ce qu’écrit Madeleine Ferron dans son ouvrage "Les Beaucerons ces insoumis" (Ceux de cette époque, bien sûr):

«La tradition orale ne transmet aucun trouble sérieux entre occupants et occupés» puis, elle poursuit: «Il faudrait être naïf pour imaginer que ces huit années d'occupation n'ont pas causé de perturbations ou laissé des souvenirs tangibles». Joseph Edmond Roy révèle plusieurs doléances adressées au gouverneur: des brutalités, des abus de pouvoir de la part des soldats allemands.»
Mais dans l'ensemble, on dit ces cas isolés, mais, il y restera toujours un doute en raison du silence systématique entourant ces années de présence de soldats allemands sur le territoire québecois. De plus on a essayé d'effacer toute trace de cette présence non seulement dans l'histoire mais aussi aujourd'hui comme dans la télésérie "Le Canada, une histoire populaire »

Un autre chapitre qui a été complètement escamoté est celui de l’anéantissement du corps expéditionnaire britannique sous le commandement du général Braddock, par les milices de la Nouvelle-France et leurs alliés amérindiens. Cette armée anglaise venait pour conquérir la vallée de l’Ohio. Cela se passait en juillet 1755 au fort Duquesne, près de Pittsburg.

Fenimore Copper dans son roman «Le dernier des Mohicans» y fait allusion:
Parlant de l’état d’esprit régnant alors dans la population des colonies anglo-américaines:

«Tout récemment, ils avaient vu une armée d’élite arrivée de cette contrée qu’ils respectaient comme leur mère-patrie, et qu’ils avaient regardée comme invincible, honteusement mise en déroute par une poignée de Français et d’Indiens»

Pour ce qui est de Montcalm, avec les méthodes de combat de cette époque, dans une charge désordonnée comme ce fut le cas, les balles amies sont aussi dangereuses que les balles ennemies. Dans les faits, lors du siège de Québec, tout le monde a su taire ses divergences et soutenu Montcalm. .

Voici le portrait de Wolfe présenté aux jeunes Canadiens anglais. Il n’existe pas de version française correspondante de ce document.

LIEN
Wolfe sur les Plaines selon le « Canada, une histoire populaire»

http://www.geocities.com/vailcour/Wolfe-120.html

Cordialement
Vailcour
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Les caricatures du brigadier-général Townshend

Message par vailcour » Mardi 28 Août 2007 19:21:28

Bonjour à tous,

Les caricatures du brigadier-général Townshend

.
Auparavant si le torchon brûlait entre Montcalm et Vaudreuil, ce fut de la petite bière comparées aux tensions qui régnaient entre Wolfe et ses subordonnés, Monckton, Murray, et Townshend. Ce dernier arrogant , et méprisant en plus étant doué d’un talent de caricaturiste, Wolfe était sa cible favorite.

Les trois brigadiers aristocrates sont tous plus âgés que Wolfe, bien que reconnus comme compétents ils étaient aussi ambitieux, arrogants et obstinés. Ils étaient supérieurs à Wolfe de par leur naissance et origine et ressentaient mal le fait de servir sous les ordres d’un général d’une classe inférieure. Townshend s’estimait aussi bon sinon meilleur que Wolfe
. .
Avec ces personnalités aussi susceptibles; et Wolfe doué d‘une nature irritable et tendue, la combinaison de ces comportements ne pouvaient qu’engendrer des relations très tendues. et persistantes pendant toute la durée des opérations D’autant plus que Wolfe avait traité publiquement les deux premiers de lâches et le troisième ...de scélérat, rien de moins.

Doué d’un talent de caricaturiste Townshend trouvait en l’aspect pale et maladif de son commandant en chef un splendide sujet pour son art. Ajoutons que les caricatures montrent Wolfe dans des situations peu flatteuses.

On ne pourrait pas s’attendre à ce qu’il garde pour lui ses dessins, Il lui arrivait d’exhiber à ses collègues officiers quelques échantillons. Si ces dessins étaient spirituels et comiques ils étaient pour le moins dévastateurs pour le commandant en chef. pour ne pas dire plus

Wolfe endurait en silence ces attaques caricaturales, mais la fréquence de ces dessins finirent par l’ennuyer grandement. Une fois par hasard, il prit possession d’ une de ces caricatures insultantes, il mit le papier dans sa poche, le visage livide: il y aura investigation pour cette insubordination, il ne perd rien pour attendre déclare-t-il avec colère.

Lorsque sollicités pour faire partie du fameux tableau de Benjamin West représentant Wolfe agonisant sur les Plaines d’Abraham. les seconds de Wolfe à l'exception de Monckton refusèrent catégoriquement d’apparaître sur le tableau aux côtés de Wolfe, même mort; et ce 12 ans après les évènements.

LIEN
Des caricatures de Townshend
http://www.geocities.com/vailcour/Caricatures.html

Cordialement
Vailcour

Sources: Early Canada Historical Narratives
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Relations de Wolfe avec ses subordonnés

Message par vailcour » Mardi 11 Septembre 2007 15:47:07

Bonjour à tous,

État d'insubordination

Parlant de James Wolfe:
«J'espère qu'il(ce fou)mordra quelques-uns de mes généraux» (le roi George II)

Lorsque l'on a confié à Wolfe la tâche de s'emparer de Québec, plusieurs
ont des doutes sur ses capacités. Même William Pitt, qui l'a nommé, est
inquiet. Un soir, lors d'un dîner chez ce dernier, Wolfe quitte la table, dégaine son épée et fait semblant de taillader un ennemi imaginaire. Pitt s'inquiète vivement de cette scène. Wolfe pourtant n'est pas ivre, et
plusieurs convives suggèrent qu'il est peut-être fou. Le roi George II accueille la nouvelle de l'incident avec bonne humeur:

«J'espère qu'il(ce fou)mordra quelques-uns de mes généraux.» (Extrait du "Le Canada, une histoire populaire")

Wolfe quitte Londres avec le quart de la marine britannique, qui est sous le commandement de l'amiral Charles Saunders. C'est une flotte extraordinaire qui compte 29 navires de haut bord, chacun portant jusqu'à 800 personnes, 22 frégates, 80 navires de transport et environ 55 petites embarcations. Ils transportent 15000 soldats, en plus des marins, 2000 canons et 40000 boulets, des chirurgiens, des pasteurs, des prostituées, des enfants et du bétail. La flotte s'étend sur 150 km, véritable ville flottante dont la population est plus importante que celle de Québec. (Le Canada, une histoire populaire)

Wolfe écrivait beaucoup
-Lettre à Jeffrey Amherst
La décision de Wolfe de dévaster le pays avait été prise lors de la traversée de l’Atlantique.

"Si nous nous apercevons que Québec ne semble pas devoir tomber entre nos mains écrit-il à Amherst, (le commandant en chef des armées anglaises en Amérique du Nord ) je propose de mettre la ville à feu avec nos obus, de détruire les moissons, les maisons et le bétail tant en haut qu'en bas de Québec et d'expédier le plus de Canadiens possible en Europe et de ne laisser derrière moi que famine et désolation: belle résolution et très chrétienne, mais nous devons montrer à ces scélérats à faire la guerre comme des gentilshommes."

«Faire la guerre comme des gentilshommes«.
Décidément, Wolfe à l’instar de Montcalm, n’aimait pas les miliciens..

Opinions de Wolfe sur les milices américaines.

Si dans le film de l’ONF(Ottawa) (Le sort de l'Amérique) on qualifie de «pleutres» les miliciens de la Nouvelle-France, que dire de ceux des colonies anglo-américaines si on se réfère au général James Wolfe.

Ce dernier écrivait en 1758::
«les Américains sont en général les plus sales et les plus méprisables chiens peureux qu’on puisse imaginer (...) Ils tombent raides morts dans leur propre frange et désertent par bataillons entiers officiers et tous les autres» (Le Dictionnaires biographiques du Canada.)

«désertent par bataillons entiers»
C’est sans doute à une référence à la bataille de la Monongaéla Il en sera question dans un sujet en préparation portant sur les «Milices de la Nouvelle-France»

Opinions de Wolfe sur ses subordonnés
-De Monckton, son bras droit, il le qualifiait d’esprit médiocre: 
«un mois sous son commandement aurait été suffisant pour ruiner cette excellente armée.»
.
Pour revenir à Townshend il y a cette caricature montrant son ami et adjudant prenant la mesure quotidiennement avec la légende: Plus grand qu’hier! Mon général commence sa journée.

Cette caricature n‘est pas gratuite, il se peut qu‘elle traduise la réalité. Ce qui correspondrait à une manie de Wolfe

Townshend et le commandement de Wolfe.
Dans une lettre à sa femme:
«La santé du général Wolfe est très mauvaise et selon mon opinion, son commandement n’est guère meilleur.».

Murray et le commandement de Wolfe
«...ses ordres au cours de toute la campagne dénotent peu de fermeté, une absence de stratagème et de constance.»

Les brigadiers furent souvent exaspérés par l’ attitude de Wolfe, qui les tenait à l’écart de toute décision et aussi par son indécision chronique.
Toute décision qu’il prenait était entièrement sienne, jamais il consultait ses seconds, et acceptait aucun avis.

Traités publiquement, deux d’entre eux de lâches et un troisième de ....scélérat, les subordonnés de Wolfe se sont vite rendus compte qu’ils allaient être à la merci de celui qu’ils estimaient être un déséquilibré et qu’il allait mettre un terme à la carrière de chacun, une fois les hostilités terminées. Aussi c’est sûrement avec soulagement qu’ils ont vu leur commandant prendre le chemin de retour en Grande Bretagne le corps plongé dans un tonneau de rhum de la Jamaïque.

Le mystère de la mort de Wolfe reste entier.

LIENS
Pour en savoir plus
Les comportements bizarres de Wolfe et autres documents
http://www.geocities.com/vailcour/Caricatures1.html


(
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Message par BRH » Mercredi 12 Septembre 2007 13:46:03

Décidément, on en apprend de belle sur ce Wolfe ! Merci de déboulonner l'idole de son piedestal ! :wink:

Il est bien fâcheux que cette immense flotte n'ait pas été attaquée par quelques-uns de nos vaisseaux, frégates ou corsaires...

Cela aurait été difficile de leur courir sus ! Un corsaire hardi aurait ouvert le feu de nuit au milieu du convoi et les navires anglais se seraient canonnés entre-eux (cela s'est vu...)!

Il faut croire que -quelque part- il était écrit que le Canada devait succomber...
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3826
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Message par hibernatus » Mercredi 19 Septembre 2007 19:09:49

Remarquable!
Je viens tout juste de découvrir ce forum, et je suis très impressionnée par le sérieux et la très haute qualité des interventions.
Je me présente rapidement. Je suis retraité, et depuis dix ans je suis devenu un accro de l'histoire; c'est devenu ma principale occupation du temps. Puis, il y a deux ans, j'en avais marre de tous les mythes, légendes, interprétations tronqués, parfois même biaisées, de l'histoire de la Conquête du Canada (1754-1763). Depuis lors, c'est à ce sujet que je consacre le plus gros de mon temps.
Je suis très soulagé de voir que certaines de mes opinions, que je croyais être seul à avoir, sont partagées. Ce me donne encore plus de courage pour continuer à défricher et à essayer de mieux comprendre cette période infiniment plus complexe qu'on le croit de cette période.
Je demeure à Montréal, à moins de trois heures d'auto de Québec, où je me suis rendu pour comprendre in situ les évènements de naguère, et parfois ça ajoute une perspective insoupçonnée à certains événements d'alors, malgré que le site est en grande partie "contaminé" par deux siècles et demi d'histoire subséquente.
J'aurais bien des choses à soumettre à ce forum, mais ça va attendre un peu; demain, triste 248éme anniversaire de la capitulation de Québec par Ramezay (peut-être une idée de génie, mais j'y reviendrai) je compte me rendre à Québec pour mieux comprendre la géographie de la bataille de Sainte-Foy, mais aussi me rendre à l'endroit précis où, selon un documentaire récent de la BBC, Wolfe aurait été abattu; je compte pouvoir constater avec précision la distance entre la position présumée de Wolfe et l'endroit le plus près où un franc-tireur aurait pu être. Mais déjà, j'ai de sérieux doute que ses blessures soient le résultat d'un franc-tireur. J'y reviendrai.
Se rendre sur place donne parfois des résultats cocasses. Il est dit par certain que la signature de la redition aux Anglais aie eu lieu à la maison d'Ailleboust, aujourd'hui connu comme étant la maison Kent. Sur place, je me suis roulé de rire; elle abrite aujourd'hui... le consulat de France.
À bientôt.
Claude
hibernatus
 
Message(s) : 11
Inscription : Mercredi 19 Septembre 2007 18:37:40
Localisation : Montréal, P. Québec, Can.

Message par hibernatus » Mercredi 19 Septembre 2007 19:12:26

Quelle gaffe de ma part.
La capitulation de Québec, c'était hier, pas demain.
J'en rougi.

Claude
hibernatus
 
Message(s) : 11
Inscription : Mercredi 19 Septembre 2007 18:37:40
Localisation : Montréal, P. Québec, Can.

Le culte de Wolfe en septembre 2007

Message par vailcour » Dimanche 23 Septembre 2007 03:20:11

Bonjour à tous


Le culte de Wolfe en septembre 2007. Wolfe forever!
et l’inusable chagrin.

Le culte de Wolfe persiste toujours. Voici une dépêche tirée du journal Montreal Gazette
Tel que rapporté par le Journal de Montréal le 14 septembre 2007


The Gazette - Wolfe forever
Le Journal de Montréal
vendredi 14 septembre 2007
Par Mathieur Boivin

14/09/2007
[Même si elle est survenue il y a près de 250 ans, l’anniversaire de la mort du général anglais James Wolfe est souligné chaque année dans les pages de The Gazette.

En effet, une discrète notice a été publiée, hier, dans la rubrique nécrologique du quotidien montréalais, en mémoire du commandant en chef des forces britanniques décédé lors de la bataille des plaines d’Abraham.

Très brève, la notice se lit comme suit : « Wolfe, General James. Mort dans la ville de Québec, le 13 septembre 1759. Regretté (sadly missed). » Contrairement à la pratique habituelle, personne ne signe ce texte commémoratif.

Selon les gens des petites annonces de The Gazette, ce seraient des descendants du général Wolfe qui font paraître cette notice, chaque 13 septembre, depuis une vingtaine d’années.
« Ils s’ennuient de la Conquête ».

Nous avons cherché à joindre ces parents pour mieux comprendre l’inusable chagrin de gens n’ayant jamais connu le défunt, mais ils ne sont « pas intéressés » à nous parler, nous a-t-on fait savoir.¨]
I
Bonjour Claude
C’est avec plaisir que l’on prendra connaissance du résultat de vos recherches. Le sujet est loin d’être épuisé. Lors de vos voyages à Québec, je vous conseille de vous rendre au pavillon Casault de l’Université Laval et consulter les archives lesquelles sont facilement accessibles.
Entretemps je vous invite à examiner les fameuses lettres de M. De Vaudreuil à M. De Ramezay et autres documents lesquels ont été transmis aux Archives nationales du Québec en 1923, quelque 164 ans après les évènements. Ces pièces d’archives, d’origine inconnue. sont des reproductions des manuscrits et leur transcription.
LIEN
http://www.geocities.com/vailcour/docplaines.html

Salutations,
Vailcour
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Message par hibernatus » Dimanche 23 Septembre 2007 21:29:57

Vailcour
Merci pour le lien; bien utile et intéressant
Quant à notice nécrologique dans The Gazette qui m'avait complètement échappée, ça prend un front de boeuf (ou de beefeater) pour affirmer que Wolfe est mort dans la ville de Québec.
Une question que je me pose, aussi valable que qui a tué Wolfe, c'est qui a tué Montcalm? Je n'ai pas encore approfondi la question, mais il me semble improbable que ce fut un "Anglais" ("Britannique" serait plus approprié, à mon avis, mais je m'en tiens au terme que tous utilisaient à cette époque). Mes soupçons se portent, pour l'instant, sur un anonyme Canadien. La motivation serait que la défaite était due au fait que Montcalm, le Français plutôt raciste, avait fait fi des protestations de Vaudreuil, le Canadien, qui voulait absolument que Montcalm attende Bougainville. Commentaires?

Claude
hibernatus
 
Message(s) : 11
Inscription : Mercredi 19 Septembre 2007 18:37:40
Localisation : Montréal, P. Québec, Can.

Circonstances entourant la mort de Montcalm

Message par vailcour » Mercredi 26 Septembre 2007 16:29:45

Bonjour à tous,

Circonstances entourant la mort de Montcalm.

Toute cette période de l’histoire du 13 septembre 1759 et 20 septembre 1759 repose en grande partie sur des documents dont on ne connaît pas l’origine tel qu'admis par M. Aégidius Fauteux archiviste de la Province de Québec et reçus en 1923, soient 164 ans après les évènements
.
Voici le déroulement des évènements ce 13 7bre tels que rapportés généralement et proches de la version officielle.

-«Montcalm, arrivant du Camp de Beauport entre 9½ hrs et 10 hres, tente de déloger les soldats de Wolfe de leur position.. Constatant que les troupes anglaises étant en surnombre, après un échange de salves d’une durée de moins d’une demi-heure, il décide de faire volte-face et de réintégrer l’intérieur des murs.

Montcalm, lors de cette retraite est atteint mortellement au dos. Il décédera le lendemain le 14. Quant à Wolfe, atteint par un franc-tireur, il est mortellement blessé.
-À 11hrs tout était terminé.»


Dans cette liasse de documents parvenus aux archives en 1923 on relève des lettres de M. De Vaudreuil adressées à M. De Ramezay commandant de la place.

Dans ces lettres datées du 13 et du 14 septembre de M. De Vaudreuil à M. De Ramezay on ne fait pas mention en aucune façon de la mort de Montcalm, d’ailleurs dans toute cette correspondance du 13 au 20 7bre 1759 nulle part on mentionne le nom de Montcalm, ni de Wolfe d’ailleurs.

En conséquence toute l’histoire que l’on raconte repose sur des documents peu crédibles.
Que s’est-il passé exactement?


Selon des documents provenant de différentes sources il aurait été blessé mortellement au dos lors du repli à l‘intérieur des murs. Donc, il est logique de penser que la balle pouvait provenir des troupes anglaises. Il est plausible qu‘elle soit aussi accidentelle.¨

On n'a pas relevé dans les archives un indice quelconque qu’il y aurait eu possibilité de vendetta.


Accompagnant ces documents .dont l’auteur est anonyme «Le journal du siège de Québec du 10 mai au 18 septembre 1759» dont voici un extrait (ANQ 1920-1921, Page 200)

«Pendant l’action M. De Vaudreuil a paru sur la coste étant en calèche . Sa vue n’a fait qu’augmenter la déroute, et lui-même a décampé aussitôt....»


LIENS; lettres: manuscrits et transcriptions;
Sources; Les Archives nationales du Québec.

Lettre du 13 septembre 1759
: http://www.geocities.com/vailcour/13-7bre-1.html

Lettre du 14 septembre 1759
vers : http://www.geocities.com/vailcour/14-7bre.html

Cordialement,
Vailcour
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

PrécédentSuivant

Retour vers Les Temps Modernes (1589-1789)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron