L'incroyable odyssée d'un faux triomphe anglais au Canada !

L'incroyable odyssée d'un faux triomphe anglais au Canada !

Message par BRH » Lundi 29 Janvier 2007 18:49:55

Je veux parler de la victoire anglaise dite "des plaines d'Abraham" devant Québec en septembre 1759. Je ne résiste pas au plaisir de citer M. Jacques Vaillancourt qui s'efforce de dégonfler ce mythe anglo-saxon si profitable à la domination des mêmes en Amérique du Nord (extrait d'Histoforums):


"J’ai beaucoup apprécié ces échanges sur le forum de la BBC portant sur le sujet suivant
« Et si Montcalm avait triomphé sur les Plaines d’Abraham le 13 septembre 1759»

Votre observation à l’effet que l’on a gonflé la réalité pour rendre la victoire plus glorieuse est juste.

Toute l’histoire de la «Bataille des Plaines d’Abraham» du 13 septembre 1759, consignée dans les archives, livres et manuels d’histoire repose sur des documents dont on ne connaît pas la provenance en plus d’être source anonyme. Tel qu’admis par M. Aégidius Fauteux dans le rapport de « l‘Archiviste de la Province de Québec» pour les
Années 1922-1923.

En 1923 M. Aégidius Fauteux responsable des Archives accusait réception d’une liasse de documents pourtant sur la capitulation de Québec 164 ans après les évènement du 13 septembre 1759.
Et c'est sur ces documents que repose l’histoire officielle des deux côtés de l’Atlantique

J’ai effectué une analyse de ces documents sur mon site «Les Plaines d’Abraham Revisitées» Aussi j’ai reproduit tous les documents pour la période du 13 septembre au 18 septembre 1759, la date de la livraison de la ville de Québec. On pourra les examiner à loisir manuscrits et transcriptions tels qu’ils figurent aux Archives et en faire l’évaluation.

http://www.geocities.com/vailcour/docplaines.html

Nous sommes toujours à la recherche du document officiel décrivant la mort de Wolfe. D’après la télésérie «Le Canada, une histoire populaire» Wolfe aurait été atteint à deux reprises par un franc-tireur. Ce dernier devait être particulièrement doué.

A ce forum de la BBC, nous opinons dans le même sens pour cette autre réflexion

Si Montcalm avait été patient, aujourd’hui dans les écoles de France et peut-être du Québec, on parlerait d’un des plus grands désastres de l’histoire coloniale de la Grande Bretagne alors que le siège avait dû être levé. En effet, la date d’appareiller pour la flotte avait été fixée par l’amiral Saunders au 20 septembre alors que la reddition de la ville de Québec avait eu lieu le 18 septembre deux jours auparavant.

« que serait-il donc arrivé si cette flotte s’en était retournée bredouille?»

Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3751
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Message par Sabredor » Mardi 30 Janvier 2007 14:53:31

Intéressant, ça... On nous aurait menti ? Bon, pour le reste, c'est un what-if. Je crois quand même avec leur navy supérieure que les Anglais auraient fini par gober le québec. au mieux, Napoléon l'aurait vendu aux USA en 1803 ! :wink:
Sabredor
 

Les Anglo-Saxons et les Plaines d'Abraham

Message par vailcour » Vendredi 02 Février 2007 17:46:05

Bonjour à tous,
Bonne chance à ce nouveau Forum.

La Bataille des Plaines d'Abraham chez les Anglo-Saxons.

Dans le monde anglo-saxon, la reddition de Québec est la pierre angulaire de l’histoire de l’Amérique de Nord et l’affrontement sur les Plaines d’Abraham du 13 septembre 1759 fait partie du cours de stratégie militaire.

Tel fut le bilan de cette bataille des Plaines d'Abraham, la plus grande bataille de l’Histoire selon le Feld Maréchal Bernard Montgomery.

Montgomery après sa victoire à El Alamein contre les troupes de Rommel à l’automne 1942 déclarait:
«J’imaginais Wolfe chassant les Français sur les Plaines d’Abraham.»
(En fait qui était l’ennemi?)

Ce fut le cas aussi avec Douglas MacArthur à la guerre de Corée.
« à l’automne 1951, il assimilait sa manœuvre de débarquement à l’arrière des troupes nord-coréennes à celle de Wolfe débarquant à l’arrière des positions françaises.»

Les Français seront sans doute étonnés d’apprendre que les Anglo-Saxons les considèrent comme les grands vaincus d’une bataille dont la plupart ignore l’existence.

Cordialement
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Message par BRH » Vendredi 02 Février 2007 18:52:28

Bonjour,

Bienvenue à vous. :wink: Oui, c'est extraordinaire ce mythe de la victoire des plaines d'Abraham ! Quand je vous ai lu la 1ère fois (il y a quelques années, maintenant), je n'en revenais pas !

Il est vrai pourtant que notre histoire en primaire accordait beaucoup de place à la chute de Québec (et à la mort de Montcalm). Il s'agissait surtout de stigmatiser Louis XV...
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3751
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Le mythe de la bataille des Plaines d'Abraham.

Message par vailcour » Lundi 05 Février 2007 02:48:42

Bonjour à tous,

J’apporte une correction à mon texte précédent:

«Les Français seront sans doute étonnés d’apprendre que les Anglo Saxons les considèrent comme les grands vaincus d’une bataille laquelle en tant que bataille n’a jamais existée.»

La dite Bataille des Plaines d’Abraham ne fut en fait qu’une escarmouche de moins d’une demi-heure.  Certains auteurs mentionnent même 20 minutes.
(La plus grande bataille de l’histoire selon le Feld Maréchal Montgomery)

Par la suite on a construit de toute pièce un récit en partant de cette escarmouche et d’en faire une grande bataille. C’est là l’origine du mythe de la bataille des Plaines d’Abraham

Quant à la reddition de Québec même, elle résulte d’un acte de félonie.
Voici un extrait du document: ( 18 septembre 1759)

[Faut-il rappeler que le 9 août précédent Montcalm avait donné l’ordre à Lévis, d’aller seconder Boulamarque qui tenait le second front près du Lac Champlain. Le chevalier de Lévis ne fut de retour que le 17 septembre et allait rejoindre Vaudreuil au camp de la rivière Jacques Cartier. (à 40 km de Québec)

Ainsi, Québec privé de Montcalm décédé le 14, le Chevalier de Lévis absent, et M. de Ramezay, sorti de l’Hôpital mais diminué, se trouvait à toute fin pratique sans gouvernail.

Aussi, qui sont ces gens profitant de ces circonstances ont livré la place sans qu’elle soit attaquée ou investie pour reprendre l’expression de Lévis. Ces gens qui ont livré la place forte ne sont toutefois pas identifiés dans le récit du DBC.] (Dictionnaire biographique du Canada)

Le présent document identifie le personnage.

Cordiales salutations
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Comment est-on arrivé à fabriquer un tel mythe

Message par vailcour » Lundi 05 Février 2007 22:46:14

Bonjour à tous,
Le mythe de la bataille des Plaines d’Abraham
Comme est-on arrivé à fabriquer un tel mythe et qui persiste encore aujourd’hui?

Citons un extrait d'un article de Jean Pierre Poussou intitulé: «Montcalm et la perte du Canada»: Centre d'études stratégiques

La capitulation de Québec ayant provoqué des manifestations de joie en Grande-Bretagne comme dans les colonies, "le major-général James Wolfe y acquis un prestige énorme, et par voie de conséquence, son adversaire ne pouvait être également qu'un grand général, d'ailleurs victorieux jusque là. Il est tout à fait frappant de voir combien les historiens anglo-américains ont à la fois loué Wolfe et Montcalm même si, bien entendu, le premier, in fine, ressortait comme un très grand général, bien meilleur que son adversaire."

Cette manifestation de popularité et d'admiration pour la mémoire de Wolfe de la part de la populace anglaise rendait furieux le brigadier général James Murray, un de ses subalternes.
«Ce n’est pas mérité dit-il avec colère». Il a refusé catégoriquement d’apparaître au côté de Wolfe agonisant, dans le célèbre tableau Benjamin West, et ce douze ans après les évènements.

Ce qui a contribué grandement à la fabrication de ce mythe est justement ce fameux tableau de Benjamin West «La mort de Wolfe sur les Plaines (1772)»
Simon Schama. Un historien et écrivain réputé, en fait l’analyse dans son ouvrage »Dead Certainties» Cet ouvrage est relativement récent, datant de 1991. C’est pour dire que dans le monde anglo-saxon le mythe persiste.

Ce tableau de Benjamin West, fit sensation lors de sa sortie à Londres et fut salué comme un chef d'oeuvre de l'art anglo-américain. La question fut quand même posée à savoir: le général qui était représenté dans un pareil chef-d'oeuvre devait assurément être un grand général. Qu'a-t-il fait?

Évidemment, un général de 32 ans n'avait pas une feuille de route bien garnie. Et la perspective d'être cité comme victorieux dans une escarmouche de moins d'une demi-heure n'avait rien d'emballant pour impressionner le public.

Il a bien fallu inventer quelque chose.

Voir le LIEN Le tableau de Benjamin West (1772)
http://www.geocities.com/vailcour/mortdewolfeA.html

Cordiales salutations
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Capitulation de Québec, réaction de LOUIS XV

Message par vailcour » Dimanche 11 Février 2007 01:15:38

Bonjour à tous,

Ainsi Québec privé de Montcalm décédé le 14, le Chevalier de Lévis absent, et M. de Ramezay, sorti de l’Hôpital mais diminué, se trouvait à toute fin pratique sans direction
Aussi, qui sont ces gens profitant de ces circonstances ont livré la place sans qu’elle soit attaquée ou investie pour reprendre l’expression de Lévis. Ces gens qui ont livré la place forte ne sont toutefois pas identifiés dans le récit du DBC. (Dictionnaire biographique du Canada)

M. de Ramezay sur qui portaient des soupçons de mollesse dans cette capitulation de Québec a eu fort à faire pour se disculper. Dans les Archives Nationales du Canada (1905) page 355 en date du 20 juillet 1764 on lit ce qui suit: (Ce qui semble-t-il, fut emprunté aux archives Nationales françaises)

«Le Roi a reçu son mémoire concernant ses services et particulièrement au sujet de la reddition de Québec où il commandait après la mort de M. de Montcalm. La permission qu’il demande de publier ce mémoire pour rétablir sa réputation, qu’il dit être devenue suspecte en raison du traitement médiocre qui lui a été fait, ne peut lui être accordée. Il contient des détails que d’autres officiers pourraient vouloir expliquer ou contredire, et il en résulterait des discussions qu’il vaut mieux ne pas soulever. Le Roi a clairement exprimé son sentiment là dessus en lui accordant néanmoins une pension de 800 livres.»

Le texte original de M. De Ramezay sur la capitulation de Québec devrait se trouver aux archives Nationales de France. Celui que nous avons en mains est une pièce fabriquée et fantaisiste. Elle fait partie des documents de la collection [Our Roots , Nos racines] du gouvernement canadien. Beaucoup d'extraits relèvent de la plus haute fantaisie dans ces documents dont le récit voulant que le gouverneur M. de Vaudreuil se soit promené en calèche sur les Plaines d’Abraham pendant la dite bataille.

Cordialement
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Le récit de la capitulation...

Message par BRH » Dimanche 11 Février 2007 08:53:17

On trouve ce récit ici:

http://www.cyberacadie.com/Biographie/f18_ramezay.htm

Cette version semble confirmer la responsabilité du chevalier de Ramezay, Lieutenant du Roi pour Québec, qui se serait laissé influencer par une députation de "bourgeois" de Québec et par l'avis des 14 officiers présents réunis au cours d'un conseil de guerre, unanimes pour consentir une capitulation, sauf un...
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3751
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

La requête des marchands et bourgeois du 15 7bre 1759

Message par vailcour » Mardi 13 Février 2007 14:28:37

Bonjour à tous,

La requête des marchands et bourgeois de Québec du 15 septembre 1759

En 1923 M. Aégidius Fauteux responsable aux Archives nationales du Québec accusait réception d’une liasse de documents portant sur la capitulation de Québec 164 ans après les évènements conduisant à la reddition de Québec du 18 septembre 1759.

Il ne pouvait toutefois expliquer la provenance de ces documents.

«L’histoire de leurs pérégrinations de 1759 à 1923 serait sans doute forte intéressante, mais pour le moment qu’il nous suffise de dire que nous les avons acquis de leur légitime propriétaire.»

Pour les autres documents dont le récit du siège de Québec, et faisant partie de cette liasse de documents. M. Fauteux déclare, reconnaissant la source anonyme du document.:

«Ci-après publié, il n’en reste pas moins que avec son mérite intrinsèque et même anonyme, nous croyons qu’il est encore une contribution précieuse à notre littérature historique»

Et c’est toute l’histoire telle que racontée par ces documents faisant partie de l’histoire officielle et que l’on retrouve dans le «Dictionnaire biographique du Canada et les manuels d’histoire. Les encyclopédies empruntent textuellement les mêmes récits lorsqu’ils relatent ces évènements de 1759.

Parmi les documents dont on a accusé réception en 1923, nous avons la requête des bourgeois et marchands du 15 septembre 1759, appelant à la capitulation de la ville. Cette requête fut présentée au conseil de guerre du même jour présidée en principe par M. de Ramezay.

En annexe nous avons la liste des 24 négociants avec les signatures de chacun d’eux. En plus on trouvera le texte intégral de la requêtes des bourgeois et négociants.

Je laisse à la graphologie et autres sciences le soin d’évaluer les 24 signatures figurant sur ce document. Comme aucun prénom accompagne les noms, la tâche pour retracer ces personnages dans les archives est assez ardue.

Pour en savoir plus:
http://www.geocities.com/vailcour/Negociants.html

Cordialement
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Message par BRH » Mardi 06 Mars 2007 22:33:35

Ces documents ont tout l'air de "preuves" préfabriquées. Mais que voulait-on cacher ? Une trahison préméditée de Vaudreuil ?
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3751
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

L'histoire de famine pendant le Siège de Québec,

Message par vailcour » Mercredi 07 Mars 2007 20:05:41

Bonjour à tous,

Il y a une certaine fabrication de l’histoire qui attribue à Vaudreuil le fait
d’avoir abandonné lâchement Québec.

On ne doit pas oublier que Vaudreuil accompagné du Chevalier de Lévis furent à un cheveu près de reprendre Québec le 28 avril 1760. La bataille de Ste-Foy fut un exploit tout à la fois logistique et militaire. On n’avait plus qu’à attendre la capitulation de l’armée anglaise lorsque les navires anglais sont apparus avec les renforts. Entre-temps pendant toute l’automne qui a suivi la reddition de Québec, le gouverneur Murray se plaignait que Vaudreuil harcelait ses troupes.

Dans la requête des bourgeois et marchands on évoque beaucoup la famine qui aurait sévi lors de cette période du Siège de Québec à l’été 1759. Ce chapitre sur la soi-disante famine fut aussi repris dans le rapport du Conseil de Guerre du 15 septembre 1759. En fait on reprend dans les termes mêmes la requête des bourgeois et marchands de Québec.

Et puis. il y a cette perle.
Dans le Dictionnaire biographique du Canada, sous la plume de W.J. Eccles de l'université de Toronto, un historien très apprécié, il est fait mention que les termes de la capitulation de Québec auraient été rédigés par Montcalm, PLUSIEURS SEMAINES avant cette date du 13 septembre 1759` le texte de ce document se lit comme suit: (du moins une des versions)
«QUAND IL N'Y AURA PLUS DE PAIN ON ARBORERA LE DRAPEAU BLANC ET ON ENVERRA L'OFFICIER DE LA GARNISON LE PLUS CAPABLE ET LE PLUS INTELLIGENT POUR PROPOSER LA CAPITULATION.»

La même version est attribuée à Vaudreuil, et que l’on retrouve dans les instructions qu’il aurait transmis à M. De Ramezay le 13 septembre 1759.

Dans les études historiques spécialisées, on fait état que le pain en Nouvelle-France, n’était pas un aliment de base comme ce fut le cas en Europe. (Histoire du Québec par Jean Hamelin)

Quand on parle de famine en Nouvelle-France on ne peut qu’esquisser un sourire. L’habitant est capable de vivre à l’indienne. Il a appris à vive avec les ressources de la nature. Les forêts environnantes des parties habitées regorgent de gros et petits gibiers. Le poisson abonde dans les lacs très nombreux et situés toujours à proximité. Sans parler du fleuve St-Laurent d’avant la pollution dans lequel le poisson également abondait.

Parlant de gros gibier les chevreuils toujours curieux ,s’approchaient des habitations et allaient observer les citoyens ..Même encore aujourd’hui on rapporte que souvent des chevreuils vont se promener dans les agglomérations urbaines. Les agents de la faune sont souvent appelés pour capturer ces cervidés, les endormir et les retourner dans leur habitat.


Aussi de tels récits relatant la famine pendant le siège de Québec, ne peuvent être rédigés qu’en Europe. Lorsque nous étions écoliers et vivant à la campagne on se demandait d’où venait cette histoire de famine toujours évoquée comme la cause première de la capitulation de Québec. Nous avions toutes les peines du monde à protéger nos jardins contre les incursions des petits et gros gibiers rôdant tout autour.
On avait l’impression que quelque chose ne fonctionnait pas dans ces récits de famine.
.
Dans un prochain document il sera question du procès-verbal du Conseil de guerre du 15 septembre1759. Le procès verbal sera reproduit intégralement.

Il restera toujours à élucider les raisons de cette fabrication.

Cordialement
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Message par BRH » Mercredi 07 Mars 2007 20:55:49

On ne peut écarter totalement l'hypothèse d'une capitulation "achetée"... Comment, combien, c'est là des supputations qui me dépassent. Mais les éléments que vous nous avez apportés sont certes de nature à éclairer d'un jour nouveau cet instant fatidique !

Je retranscrirai intégralement ce qui était enseigné à ce sujet à l'école communale de Jules Ferry... :wink:
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3751
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

L'étrange Conseil de guerre du 15 septembre 1759

Message par vailcour » Jeudi 08 Mars 2007 20:21:50

Bonjour à tous,

LA CAPITULATION DE QUÉBEC.
Le procès-verbal du Conseil de guerre tenu à Québec, le 15 septembre 1759.

Rappelons les faits:
Voici la version officielle

Selon un article paru dans le Dictionnaire biographique du Canada, le 15 du mois de septembre 1759, M. de Ramezay reçoit une requête des bourgeois de Québec, le suppliant de capituler. De Ramezay convoque un conseil de guerre où on décide la capitulation. Un procès-verbal des délibérations fut tenu dont le texte intégral est reproduit dans le LIEN.

Cette prise de décision de capituler fut faite en l'absence et à l'insu du Gouverneur M. de Vaudreuil ,du Chevalier de Lévis et de son second de Bougainville.

Voici comme se présentait la situation en ce 15 septembre 1759:

-Deux corps d'armées n'avaient pas encore été engagés. Le troisième s'était joint aux deux premiers, de sorte que l'armée d'environ de 13000 à 15000 hommes étant en surnombre sous le commandement du Chevalier de Lévis, était sur le point de refouler l'ennemi.

Dispositif de la défense: --L'artillerie disposée sur les remparts était toujours en action soumettant l'armée anglaise à un feu nourri, gardant ainsi l'ennemi éloigné de la place, selon des sources anglaises.

-La voie principale de ravitaillement de Batiscan à Québec était toujours ouverte, et gardée par l'armée de Bougainville.

Pour revenir à ce procès verbal de ce Conseil de guerre tenu à Québec, le 15 septembre 1759, le préambule est rédigé dans ces termes:

Aujourd'hui le 15 du mois de septembre 1759, M. de Ramezay, lieutenant pour le Roy au gouvernement de Québec ayant jugé nécessaire d'assembler le Conseil de guerre des principaux officiers qui composent sa garnison pour délibérer sur les moyens de défense de la Place." Il convenait dans son préambule

"que la place était en mesure de résister quelque temps par son artillerie et ses munitions si la partie des vivres s'était toujours trouvée abondante." C'est la seule allusion que l'on fit de l'état de la défense et presque aucune allusion à l'état de l'armée.

Comme coïncidence en ce 15 septembre parvient au conseil de guerre une pétition de la part de 24 notables de la ville demandant de capituler toujours prétextant disette des vivres. (Voir la requête des marchands et bourgeois de Québec.)

Comme on le mentionnait auparavant, il n'est fait aucune mention dans ce procès verbal de l'état des armées, de ses effectifs, des effectifs de l'ennemi, de la protection et même de l'existence des voies de ravitaillement pour s'en tenir à un seul thème, soit la rareté des vivres.

Il ne fut aucunement question de la fin éventuelle du siège, et du retrait forcé de la flotte anglaise. En fait, il n'y a eu aucune allusion que l'armée anglaise devait envisager d'appareiller dans les quinze jours qui allaient suivre. Chaque habitant de la ville de Québec et des environs était conscient que les Anglais devaient quitter la place en raison de la saison tardive.

La manoeuvre de l'appareillage des quelque 180 navires allait être de plus en plus ardue en raison des hautes marées d'automne. ( 5m.) D'après les évaluations de l'amiral Saunders, on ne devrait pas aller au delà du 20 septembre pour mettre en branle la flotte. D'ailleurs c'était la hantise des soldats anglais à bout de nerf de rester pris dans les glaces. et d’être à la merci surtout des miliciens.

C'est ainsi que le 18 septembre 1759, Ramezay capitule. Lévis ne peut cacher son indignation: «Il est inouï que l'on rende une place sans qu'elle soit attaquée ni investie, alors que cette campagne allait se terminer glorieusement.

LE LIEN:
Résumé de la situation.
Le texte du procès-verbal

http://www.geocities.com/vailcour/Docplaines-6A.htm

A qui était destiné ce récit?

Cordialement
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Il n'y a pas de requête des bourgeois et marchands de Québec

Message par vailcour » Samedi 10 Mars 2007 23:32:25

.Bonjour à tous,

Il faut rappeler que les pièces d’archives qui servent d’éléments de base à cette histoire officielle de la Conquête, furent transmises aux Archives Nationales du Québec en 1923, soient 164 ans après les évènements. On a admis aux ANQ, qu’on ignorait la provenance de ces documents.

Reprenons quelques extraits de la version officielle inscrite dans le « dictionnaire biographique du Canada.»

«Le 15 du même mois M. De Ramezay reçoit une requête des bourgeois de Québec le suppliant de capituler»:

La conclusion est formelle::
Après analyse du document, la conclusion est formelle il n’y a jamais eu de« requête des bourgeois de Québec suppliant de capituler»:

À propos de cette requête, j’ai suggéré à la Société Saint-Jean Baptiste, qu’à l’occasion des fêtes du 400è de Québec, d’organiser un concours en vue de vérifier l’identité ou l’existence de chacun des signataires de cette requête. Je demande de faire appel à tous les généalogistes professionnels ou amateurs, historiens, défricheurs d’archives, etc

Jusqu’ici sur les 24 noms figurant sur cette requête, à peine 4 noms ont pu être retracés sans pour autant être signataires de cette requête.
Et l’on sait que les registres du Québec et de la Nouvelle-France sont particulièrement impeccables: les naissances, les mariages, les sépultures, les actes notariés, les délibérations devant les cours de justices auxquelles faut ajouter les histoires de familles.

Un autre analyse
Le 15 du même mois
M. De Ramezay convoque un conseil de guerre ou on décide de la capitulation
Je laisse pour le moment au lecteur le soin d’en tirer ses propres conclusions.
I
Pourquoi, cette fabrication:?
. Après tout c’est un travail énorme.

Il y a plusieurs hypothèses dont celle-ci qui peut paraître extravagante
Cette fabrication ne nous était pas destinée, si elle nous a atteint c’est plutôt par ricochet mais par la suite elle fut amplifiée pour des raisons politiques.

Les tenants de cette hypothèse allèguent que c’est surtout «une affaire anglaise.»

Elle prend appui sur le rapport du 20 septembre 1759 de l’ambitieux Townshend , lequel dans ce rapport, relègue aux oubliettes son commandant en chef le brigadier général James Wolfe.
Et d’autres éléments sont venus s’ajouter pour appuyer cette thèse

Remarquez que ce n’est qu'une hypothèse mais qu’il n’y a pas lieu d’écarter.

Quant à mon opinion, m’appuyant sur des documents d’archives, j’ai toujours soutenu que cette histoire avait été fabriquée pour couvrit le fait que la reddition de Québec résulte d’un acte de félonie. C’est un sujet qui va être développé au fur et à mesure que l’on s’avance dans cette analyse. On a voulu rendre la chose plus glorieuse.

Mes cordiales salutations:
vailcour
vailcour
 
Message(s) : 70
Inscription : Vendredi 02 Février 2007 14:15:38

Message par BRH » Samedi 10 Mars 2007 23:52:04

Félonie, oui, mais de la part de Ramezay, alors ? :?:
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3751
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Suivant

Retour vers Les Temps Modernes (1589-1789)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron