Les bannis s'expriment

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Jeudi 16 Novembre 2017 21:29:57

http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 38a9116836

Sur l'attentat d'Elser, je suis porté à estimer qu'il s'agit d'un acte individuel. Ses interrogatoires, parfaitement conservés, rendent compte de manière satisfaisante de la façon dont il a procédé, et leur invention serait une performance de faussaire dont on perçoit mal la finalité. D'autre part, le journal de Goebbels rend compte de la surprise de Hitler lorsqu'il apprend la nouvelle dans son train, ce qui certes ne prouve rien mais s'accorde avec le fait que Himmler, qui est également du voyage, commande immédiatement à Heydrich de cesser le petit jeu avec les agents anglais Best et Stevens (intoxiqués par le SD sur l'existence d'une conspiration militaire prête à renverser Hitler si les conditions de paix anglaises sont acceptables), de leur mettre la main au collet et de les amener en Allemagne, ce qui ne s'explique que par un fort soupçon d'une main anglaise dans l'attentat de Munich.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Mardi 21 Novembre 2017 21:41:45

http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 041a1e6568

Un début d'échange particulièrement vasouillard sur Hitler en 1919.
Précisions sur demande.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Samedi 09 Décembre 2017 15:25:43

http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 87#p543763

Je n'ai pas fait de recherches personnelles sur la mort de Hess mais une connaissance du dossier par la presse combinée avec mes connaissances sur le nazisme et sa guerre donne un mobile plausible pour un assassinat par le MI 6, couvert par les services américains.

Churchill, tout en écrivant dans ses mémoires que sa condamnation à vie lui répugnait, n'était sans doute pas mécontent de laisser le mauvais rôle aux Soviétiques. Soit il avait laissé un testament explicite disant "il ne faut pas qu'il sorte, là-dessus vous pouvez faire confiance à l'URSS", soit ses successeurs avaient compris ainsi sa pensée. Du coup, quand Gorbachev arrive au pouvoir et se dit prêt à relâcher Hess pour des raisons humanitaires à la condition formelle qu'il n'ait aucune activité politique, Thatcher, qui n'est ni finaude ni historienne, s'affole, vasouille et s'entend avec son compère Reagan pour finish the job.

L'exécution est éléphantesque (deux communiqués succcessifs, le premier disant qu'il s'est étranglé assis, le second pendu. La famille obtient de récupérer le corps, le fait autopsier et le second communiqué est confirmé (traces de strangulation verticales). Mais alors, pourquoi cette correction de trajectoire ? parce qu'entre-temps on s'était avisé qu'un handicap moteur lui interdisait de lever les bras à la hauteur de son cou ?

Reste la question : pourquoi un tel testament churchillien, explicite ou implicite ? Ici, je renvoie à la dépêche de Franco Lequio, une information (non truquée) due à Martin Allen dont j'ai pu faire bénéficier mes colistiers de Passion-Histoire avant le raguséen dérapage à mon endroit (et à son envers :twisted: ) http://www.passion-histoire.net/viewtop ... =49&t=3750 .
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Samedi 16 Décembre 2017 19:36:16

http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 497a2937d3

encore un fil sur le nazisme qui s'ingénie à ne pas parler de son chef ni de la folie d'icelui.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Dimanche 14 Janvier 2018 06:49:40

http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 80&t=40503

Gaulle, c'est méprisant et quelque peu grossier, dans la bouche de Giraud (à Metz autour de 1938) et, apprends-je ici, du papa d'Ormesson.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Samedi 20 Janvier 2018 09:21:32

http://www.passion-histoire.net/viewtop ... e30d45c5cd

la surprise des intervenants devant le fait que la devise de Moltke voisinait avec celle des SS est surprenante : le Troisième Reich s'enracine au maximum dans le Second et récupère tout ce qui est compatible.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Mercredi 07 Février 2018 11:22:50

Un débat sur les buts de guerre français et britanniques, intéressant et capital mais bien confus http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 6&start=15 .

Cela manque de spécialistes de Hitler ! La tarte à la crème du "plan Manstein" reçoit une couche de chantilly de la part de Pierma, qui aggrave son cas en prétendant que grâce aux divisions blindées Hitler aurait gagné un peu plus tard quels que fussent les plans ! C'est du gaullisme primaire !!!

Personne ne relève une erreur de Jérôme sur la garantie anglaise à la Pologne (mai au lieu de mars 39).
CEN pas très en forme :

CEN_EdG
Sujet du message : Re: Buts de guerres franco-britanniques en 1939-40
Message Publié : 04 Fév 2018 18:03

Pierma a écrit :
En revanche, je pense qu'il s'était fait une idée fausse des raisons qui allaient amener Hitler à l'attaquer, et il a donc été totalement pris par surprise par le timing de celui-ci. Timing un peu fou, il faut l'admettre.



Au contraire, il est très rationnel, quand on l'analyse soigneusement. Ses prémisses sont erronées, mais le timing suivi est parfaitement compréhensible. Hitler sait très tôt, dès le début de l'été 1940, qu'une invasion réussie des îles britanniques est improbable à court terme. C'est un homme pressé et il ne veut pas attendre cinq ans pour espérer la concrétiser. Il tente alors une manoeuvre audacieuse comme il les affectionne : tout en maintenant une forte pression sur Londres pour démoraliser la population et les gouvernants britanniques (recours à la guerre sous-marine et aux raids de surface, attaques aériennes et "Blitz") en espérant les faire sortir du conflit par des méthodes indirectes (visant aussi à menacer plus ou moins directement des points stratégiques en mains britanniques : Gibraltar, la Grèce, les détroits turcs, l'Irak), il décide de s'attaquer à la dernière source d'espérance des Britanniques, ce qu'il aurait appelé "l'épée orientale du Royaume-Uni" : l'URSS.

L'idée d'attaquer cette dernière, et les préparations pour le faire, sont lancées peut-être aussi tôt que le 13 juillet 1940 (bien avant l'échec de la bataille d'Angleterre donc), même si ce n'est pas avant la venue de Molotov à Berlin le 12 novembre 1940 que la possibilité ne devienne une probabilité puis une inéluctabilité après le 18 décembre 1940 (diffusion de la directive n°21).
Quand on regarde ce timing, et c'est paradoxal, l'Allemagne nazie a consacré bien plus de temps (plus de onze mois) à la préparation de "Barbarossa" qu'à celle de "Gelb" (même pas trois mois)...


Non, non et non, Loïc !
Tu nous montes un Kriegspiel classique en faisant l'économie du racisme hitlérien. Si Hitler va vers l'est, c'est bien pour y conquérir son "espace vital", à la fois parce qu'il a décrété les Slaves inférieurs et qu'il a besoin de l'alliance anglaise pour dominer la planète d'aryenne façon.
Mais même, si je puis me permettre, dans un Kriegspiel classique, il est curieux de ne pas nommer les Etats-Unis, géant au réveil lent mais irrésistible : c'est pour cela aussi, pour cela surtout qu'il faut aller vite.
En d'autres termes, le calcul hitlérien reposait presque tout entier, et de manière fort bien calculée, sur la prémisse fausse d'un Chamberlain gouvernant dix jours de plus. C'est la présence de Churchill au poste de Premier, et le fait qu'il gagne d'un cheveu son bras de fer contre Halifax, qui transforment la promenade diplomatique puis militaire de 1933-1940, fertile en contre-pieds magistralement réussis, en une très aventureuse guerre d'usure, dans laquelle l'exploit hitlérien consiste surtout à la faire durer cinq ans.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Mercredi 14 Février 2018 04:57:04

http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 1&start=45

Faget a écrit :
Sujet du message : Re: La surprise


Je me félicite que les échanges sur ce sujet soient d'excellent niveau. Cela rappelle le Forum d'il y a plusieurs années. Vu la qualité des participants, j'en profite pour poser une question.


qu'attend-on pour bannir l'insolent ?
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Mercredi 14 Février 2018 05:25:42

CEN_EdG a écrit :
Sujet du message : Re: La surprise
Message Publié : 11 Fév 2018 12:34

Aménagements spéciaux qui ont été bien mal réalisés par les unités françaises envoyées en avant des IIe et IXe Armées - faute de temps.
Les unités de cavalerie qui étaient chargées d'y freiner les Allemands échoueront totalement dans leur mission. Le livre de Frieser en rend bien compte, qui montre les infortunes des 2e et 5e DLC et de la 3e Brigade de spahis. Et aussi la chance insolente qui a été, en certaines occasions, celle des Allemands...


Loïc digne des sarcasmes contre les militaires qui ont parsemé ce fil, y compris parfois de sa part.

Il y a une quinzaine d'années je l'avais repris sur un forum à propos de sa confiance aveugle dans le livre de Frieser. Il m'avait concédé que les premiers chapitres (qui recyclent, en l'accentuant, le thème éculé d'un Hitler tout surpris qu'on lui déclare la guerre en raison de son caprice polonais) étaient les moins convaincants. Il en est toujours là, semble-t-il : la chance insolente... et le plan Manstein, bien sûr. Tout sauf le talent de Hitler, particulièrement développé en matière de surprise, à commencer par tout ce qui le faisait prendre pour un frimeur et un énervé, incapable de la moindre planification. Et un lâche charognard, qui faisait sa pelote avec de petites proies qu'il était temps de lui disputer en une "bataille des neutres", car il allait finir par devenir plus puissant que les grandes puissances à force d'avoir peur de les affronter.

CEN_EdG a écrit : En Allemagne et en France il y avait cette idée que les Ardennes étaient infranchissables par les colonnes blindées. C'était l'idée dominante. Si les Allemands sont assez audacieux pour attaquer dans les Ardennes, ce ne sera pas l'attaque principale. Voilà l'opinion qui dominait.
En Allemagne et en France un petit nombre d'officiers ont voulu contester l'idée dominante. Manstein ne s'est pas fait beaucoup d'amis dans le haut-commandement allemand en proposant le plan audacieux qui fut accepté par Hitler.
Quand l'offensive est déclenchée en mai 1940 les chefs militaires allemands sont étonnés par la réussite de ce plan auquel il ne croyait pas initialement. Pour eux c'est une agréable surprise.



Barbetorte a écrit :
CNE_EMB a écrit :
Sans doute quelqu'un d'aussi peu sérieux qu'un autre militaire imaginatif comme Manstein.


Le problème est qu'un Manstein, servant dans l'armée allemande était pris au sérieux, contrairement à un Pétrelat servant dans l'armée française.



Pris au sérieux par Guderian et Hitler. Dans un premier temps Hitler n'est même pas informé du plan qui est proposé par Manstein. Les chefs militaires ont sans doute pensé que ce plan était tellement absurde qu'il n'était pas nécessaire d'informer Hitler.


Que ne s'applique-t-il cela à lui-même, en remplaçant semaines par années (et bientôt décennies ?) :

CEN_EdG a écrit :A noter qu'il est extrêmement difficile intellectuellement de remettre en cause un raisonnement dans lequel on a croché avec conviction, ses certitudes nourries par des indices objectifs (ou qui le paraissent), surtout si ce raisonnement a pu mûrir des semaines et des semaines d'intenses réflexions.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Mercredi 14 Février 2018 05:44:07

Un débat ancien : http://delpla.org/article.php3?id_article=114 .

Loïc, dans les cordes, finit par concéder que l'écrasement rapide de la France a pu être planifié.

Son évolution ultérieure, jusqu'à la présente joute, montre qu'il s'agissait de défense élastique !

Quant à votre serviteur, sans être devenu parfait, il a montré certaines capacités d'évolution.

Pendant ces années sur la lancée de Hitler et les femmes (originellement Les Tentatrices du diable), j'a petit à petit pris en compte les fragilités de Hitler, liées à sa psychose. Approche féconde, qui me conduit encore à de nouvelles découvertes tous les jours ou presque.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Mercredi 14 Février 2018 05:51:13

Francois Delpla a écrit :Approche féconde, qui me conduit encore à de nouvelles découvertes tous les jours ou presque.


... et qui m'a valu d'être banni de P-H !

Blessure de coup de canif, qui néanmoins se révèle chaque jour un peu plus glorieuse ! L'histoire avance et le forum P-H se sclérose, comme Faget a l'insolence de le constater.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Mardi 06 Mars 2018 19:01:11

http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 49&t=40611

Un papier d'un pro-américanisme échevelé :

CEN_EdG a écrit :

Sujet du message : Re: Barbarossa prévue à New York en mars 1941 ?Message Publié : 04 Mars 2018 18:49

Jerôme a écrit :
D'un autre côté le fait que Hitler ait déclaré la guerre aux États Unis en décembre 1941 montre au contraire qu'il était peu attaché à la neutralité américaine ...



Vous analysez mal les raisons qui poussent Hitler à déclarer la guerre aux Etats-Unis le 11 décembre 1941. En fait, il était extrêmement attaché à ce que les Etats-Unis restent en dehors de cette guerre. Mais voilà, depuis l'été 1940, et même avant, les actes d'hostilité américains envers l'Allemagne, ou en tout cas de soutien direct aux ennemis du Reich, rendent cette neutralité très artificielle.
Dans les faits, même si Roosevelt n'a pu entrer directement dans le conflit dès l'été 1940, les Américains y sont trempés jusqu'au cou dans à peu près tous les domaines - y compris le militaire avec l'extension de la zone d'escorte des convois par les Américains et la prise en compte de la protection de l'Islande par les Marines américains. Hitler ne fait qu'entériner une situation de fait en décembre 1941, et veut sur les conseils de Dönitz profiter à fond de l'impréparation navale américaine dans l'Atlantique pour asséner au trafic vers la Grande-Bretagne des coups décisifs.

Les Américains auraient réellement été neutres et n'auraient pas constamment contourné les lois de la guerre depuis 1940, Hitler ne leur aurait jamais déclaré la guerre en décembre 1941. Parce qu'il était très attaché à les maintenir en dehors du conflit, justement.

L'autre épisode que je trouve particulièrement éclairant est celui de Pearl Harbor. Les Américains ont, de facto, été agressés par les Japonais. Mais après, seulement, les avoir mis sous un embargo pétrolier qui signait leur asphyxie économique à très brève échéance. Bref, en ne leur laissant comme choix que la capitulation politique ou l'entrée en guerre. Aucune puissance ne peut considérer la diplomatie américaine en 1940-1941 comme étant neutre. Elle est très offensive, et entièrement dirigée contre les puissances de l'Axe qui sont acculées à leur déclarer les hostilités. Le reste n'est que story-telling et manipulation médiatique très habile, pour faire croire le contraire. A contrario, le fait que les Américains soient surpris à Pearl Harbor et par "Pauckenschlag" témoigne de leur grande naïveté, de croire que leurs manoeuvres ne susciteront aucune réaction chez leurs adversaires qui ne sont pas encore leurs ennemis....

Sur la question centrale de votre message, je n'ai que peu de lumières sur le sujet mais ce ne serait guère étonnant. Les Américains ont des relais bien implantés en Europe de l'Est, personne n'ignore les mouvements de troupes massifs menés par l'Allemagne de l'Ouest vers l'Est à compter de début février 1941, et une guerre germano-soviétique est une option qui, sans être certaine, présente une probabilité relativement élevée. Je doute que cela signifie qu'il y ait eu des certitudes absolues sur le sujet en mars 1941 à New York...
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Jeudi 08 Mars 2018 15:50:31

Le fil a évolué en bien, je suis d'accord avec une grande partie de ce que Loïc écrit depuis deux jours et particulièrement avec ceci :

CEN_EdG
Sujet du message : Re: Barbarossa prévue à New York en mars 1941 ?Message Publié : 08 Mars 2018 11:32

Tout à fait.
Je développe un de vos exemples, celui de la nécessité de renforcer les composantes aérienne et navale de la Wehrmacht. En août 1941 (je n'ai plus la date exacte, c'est peut-être même fin juillet, avec les directives n°33 et n°34), Hitler ordonne d'arrêter la production d'un grand nombre de programmes terrestres (canons antichar, chars, etc.) afin que l'industrie allemande se concentre sur les programmes air et mer. Cela alors que "Barbarossa" bat son plein et, on le sait maintenant, est très loin d'être une victoire.

Cette décision nous apprend plusieurs choses, même si habituellement on en conclut - à tort dans le cas présent - qu'Hitler était un demeuré incompétent dans le domaine militaire :
- les Allemands - puisqu'Hitler n'a pas pris cette décision seul, sans consulter ses généraux - étaient certains, avant même la fin de la bataille de Kiev, que l'Armée rouge était sur le point de s'effondrer. Ils n'avaient donc qu'une vision partielle de ses capacités, et étaient encore, un à deux mois après le "B-Tag", complètement inconscients de l'existence d'un troisième échelon de réserve stratégique soviétique et du potentiel humain et matériel de l'URSS ;
- l'objectif, déjà, est bel et bien de pousser le Royaume-Uni hors du conflit en améliorant les capacités décisives censées le dissuader de poursuivre les hostilités, capacités navales et aériennes au premier chef. Cette décision hitlérienne est pleinement cohérente avec l'objectif prioritaire, de mon point de vue, de "Barbarossa"; et le narratif que j'en fais : évincer le dernier espoir britannique en un secours continental, tuer dans l'oeuf toute idée de poursuivre le conflit dans la durée en raison d'une situation géostratégique impossible à redresser pour Londres.

On est bien loin d'une décision irrationnelle, même si elle est erronée au final. Ce sont les prémisses de la réflexion qui sont faussées, celles qui l'amènent à penser que l'URSS est sur le point de s'effondrer militairement - prémisses partagées par une bonne partie de la Generalität, il n'y a qu'à lire les entrées du journal de Halder début juillet, d'un enthousiasme confinant au délire, pour s'en persuader. Ce n'est pas le résultat de cette réflexion qui est faux. Il est au contraire parfaitement logique et cohérent, notamment avec les décisions prises antérieurement, celle d'attaquer l'URSS au printemps 1941 au premier chef.


Restent deux points de désaccord :

- pour que la bataille d'Angleterre ait été perdue, il aurait fallu qu'elle fût livrée. Or elle ne le fut pas, au sens où on l'entend couramment et où tous les participants à ce fil semblent l'entendre : comme une tentative de débarquement. Puisque Barbarossa est décidé EN JUILLET (journal de Halder, souvent oublié, jamais contesté), les bombardements de la Grande-Bretagne sont des diversions et non une tentative d'obtenir la maîtrise du ciel en vue d'un débarquement. C'est, de plus, cohérent avec Mein Kampf et avec toute l'idéologie raciale qui voit dans les Anglais des cousins professeurs de domination et dans les Slaves des sous-hommes.

- il faut prendre en compte la foi de Hitler en la Providence, surtout à partir du moment où cette peau de vache n'a pas été fichue d'écarter Churchill de son chemin. Toi, tu me tentes ! mais je sais bien que tu ne vas pas me lâcher après m'avoir tant favorisé. Donc en fait tu veux que j'attaque à l'est et vainque assez vite pour pouvoir me retourner vers l'ouest et y gagner la paix. Si je me mets à privilégier les armes navales et aériennes avant d'être sûr que Staline va céder avant l'hiver, c'est parce qu'il faut que cela se passe ainsi et que, si je prends ce risque, tu vas encore récompenser mon audace et ma confiance.

Au passage, on entrevoit que loin d'être inconscient du rapport des forces, il en est très conscient. Il sait que les Etats-Unis sont sur le sentier de la guerre, et que s'il ne contraint pas à l'armistice, avant l'hiver, et Staline, et Churchill, la situation va se compliquer singulièrement.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Jeudi 08 Mars 2018 19:20:21

Là, en revanche, on régresse :

Lord Foxhole
Sujet du message : Re: Barbarossa prévue à New York en mars 1941 ?Message Publié : 08 Mars 2018 18:12
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Mai 2009 21:52
Message(s) : 1303
Localisation : Belgique
On a déjà longuement parlé de ce sujet sur le Forum, mais si les Allemands et les Italiens s'étaient entendus sur une vraie stratégie en Méditerranée, en 1941-42 ( et tant soit peu que Hitler ait compris l'importance de la chose ), ils avaient une vraie opportunité pour lier les mains de la Grande-Bretagne.
Il fallait seulement s'emparer de trois gros points stratégiques (alors aux mains des Britanniques) : Gibraltar, Malte et l’Égypte (Canal de Suez)...
Si ces trois points tombaient entre ses mains, l'Axe contrôlait totalement la Méditerranée. En ce qui concerne tout le flanc Sud de l'Europe, Hitler pouvait donc ensuite dormir sur ses deux oreilles... De son côté, la Grande-Bretagne ne pouvait plus rien faire en Méditerranée, mais - en plus - était fortement handicapée en ce qui concerne ses communications avec l'Inde et le Pacifique (imaginez les conséquences quand les Japonais allaient faire de leurs siennes).

Au lieu de ça, Hitler a considéré la Méditerranée comme un front secondaire, et n'a pas « mis le paquet » là où il l'aurait fallu. Les Britanniques ont conservé Gibraltar, Malte et le Canal de Suez... Et l'affaire s'est enlisée en Afrique du Nord de 1940 à 1942, jusqu'au moment où les Américains interviendraient.
Stratégiquement parlant, tenter d'abattre l'URSS en 1941 sous prétexte que c'était un allié potentiel de la Grande-Bretagne, ça peut paraître logique d'une certaine façon, mais c'était la bourde du siècle.
Je n'ai pas lu les mémoires de Winston Churchill, mais je pense qu'il a certainement cru - à l'époque - que les Allemands allaient tout tenter pour liquider les Britanniques en Méditerranée... Et que le déclenchement de l'Opération Barbarossa était une stupidité qui le sauvait.
Il n'a certainement jamais cru non plus à la possibilité d'un débarquement allemand en Angleterre...

_________________

Quand il s’agit d’argent, tout le monde est de la même religion. (Voltaire)



Haut Profil Répondre en citant

CEN_EdG
Sujet du message : Re: Barbarossa prévue à New York en mars 1941 ?Message Publié : 08 Mars 2018 18:31
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4311
Localisation : Bade-Württemberg
Je m'efforce d'éviter les jugements de valeur. Ils biaisent très souvent l'analyse objective d'une décision ou d'une stratégie.
Oui, en 2018, on peut juger cela de cette manière. Mais à l'époque ?

Hitler pensait sans doute que l'Italie était suffisante pour s'emparer de l'Egypte. Imaginez donc : 130000 soldats italiens contre 35000 Britanniques.
Franco n'était pas franchement enthousiaste à l'idée de faire entrer trois divisions allemandes avec un appui d'artillerie et aérien considérable pour aller "coiffer" le "Roc".
Quant à Malte, était-elle plus importante que la Crète ? Or il n'y avait pas assez de capacités aéroportées pour les deux...

Bref, c'était plus compliqué que cela, comme souvent...




Monsieur l'officier ne résiste pas à la tentation de pédantiser en mouchant un amateur (avec un képi de modérateur, qu pis est).

Hitler s'est clairement refusé à mettre le paquet en Méditerranée. Il a fait le choix de la cible soviétique et ce dès juillet 40, il n'y a pas à sortir de là.
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

Re: Les bannis s'expriment

Message par Francois Delpla » Samedi 17 Mars 2018 08:33:16

http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 10&start=0

Un coup de griffe anti-churchillien et indirectement philonazi que personne n'a encore relevé :

Loïc a écrit :
Sujet du message : Re: Evacuation de Dunkerque 2nde GMMessage Publié : 14 Jan 2018 23:28


les soldats Français évacués, c'est à dire ceux qui ne sont ni morts sur les plages ni prisonniers pour que les Britanniques puissent filer à l'anglaise, sont renvoyés ipso facto pour la plupart sur la Normandie ou Bretagne où beaucoup seront capturés, d'autres ont pu rejoindre la moitié sud


Si le sectarisme bannisseur n'avait pas sévi, quelqu'un pourrait écrire :

"Pétain, Weygand, Reynaud et consorts, persuadés que la défaite était inéluctable, tournaient le dos à la mer et prônaient avec plus ou moins de conviction une lutte dans les Flandres en forme de baroud d'honneur, précédant les choses sérieuses c'est-à-dire une négociation sur le tapis vert pour circonscrire par la diplomatie les gains hitlériens.

Filer à l'anglaise, en l'occurrence, c'était renouer avec les meilleures traditions de la ténacité britannique en les dépassant de beaucoup, car l'empire n'était plus en expansion mais, un peu partout, sur la défensive et le fait d'affronter seul le nazisme ne pouvait que lui coûter très cher, avant d'éventuels secours américains et/ou soviétiques, eux-mêmes à prix d'or. Mais le nazisme menaçait le monde d'un "nouveau moyen âge, rendu plus sombre et peut-être plus long par les lumières d'un science pervertie", Churchill était l'un des rares à l'avoir compris et il convertissait pas à pas son peuple sans lui annoncer exactement la couleur, sinon en termes vagues de sang, de peine, de larmes et de sueur."

merci qui ?
Francois Delpla
 
Message(s) : 3189
Inscription : Mardi 24 Avril 2007 15:00:15
Localisation : 95 France

PrécédentSuivant

Retour vers Annonces et suggestions

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron