L'Algérie Française...

L'après-Guerre et ses conséquences: la confrontation Est/Ouest jusqu'à la chute de l'URSS.

L'Algérie pouvait-elle rester française ?

Oui
5
31%
Non
5
31%
Peut-être, à certaines conditions (précisez).
6
38%
Ne sait pas
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 16

Message par François » Dimanche 20 Mai 2007 10:55:08

Je suis bien d'accord avec vous , Reichstadt , pour admettre que l'union franco-algérienne supposait un souffle spirituel dont le peuple français de métropole , rassasié de suffisance par l'enracinement des idéaux républicains , n'était plus capable . Mais c'est précisément toute l'équivoque du rappel de de Gaulle : on est allé le chercher parce qu'on le jugeait seul capable de redresser la France contre l'avachissement des Français . Au lieu de cela , il s'est laissé entrainé lui-même par le chien crevé au fil de l'eau , et cette politique à la petite semaine où ce qui restait des Français aimait tant à se vautrer...De Gaulle est l'histoire d'une trompeuse contradiction entre l'être et le paraître : son discours n'a été qu'un rideau de fumée derrière lequel la France est devenue la petite puissance qui est sortie de la V° République...
Aujourd'hui , l'union France-Algérie se reconstitue sur d'autres bases : la passion que les Algériens ont mise à suivre l'élection présidentielle française et leur désaffection pour les élections de Boutéflika , prouvent qu'au fond d'eux-mêmes ils savent bien qu'ils sont une partie de la France , et que peu à peu la réunification fait son oeuvre dans les âmes en attendant que meurent les derniers survivants des enflures nationalistes de part et d'autre du grand lac qui rassemble nos destinées !
Mes amis comptent plus que mes idées
François
 
Message(s) : 214
Inscription : Mercredi 14 Février 2007 19:25:24

Message par A.Lionel » Dimanche 20 Mai 2007 12:43:16

Bonjour François, votre optimisme fait chaud au coeur meme si de mon coté je n'y crois peu ou pas du tout...

Vous avez dit une chose importante : "Aujourd'hui , l'union France-Algérie se reconstitue sur d'autres bases : la passion que les Algériens ont mise à suivre l'élection présidentielle française et leur désaffection pour les élections de Boutéflika , prouvent qu'au fond d'eux-mêmes ils savent bien qu'ils sont une partie de la France , et que peu à peu la réunification fait son oeuvre dans les âmes"

C'est vrai qu'il y a des restes ceci dit n'oublions pas les motivations pour lesquelles les algérois interpellaient J Chirac lors de sa visite il y a quelques années, ils criaient "des visas, des visas!" pour venir en France, or c'est précisément ce qu'il ne faut pas accorder, que ces gens là restent chez eux pour reconstruire l'Algérie, sinon ce pays finira dans les bras du FIS.
Pour autant étaient-ce des amoureux de la France ou des nostalgiques de l'Algérie française? Je n'y crois pas un seul instant, pour ma part les Algériens sont les derniers que je voudrais voir en France, ils l'ont voulue cette indépendance et on sait les atrocités commises, qu'ils l'assument donc ou qu'ils nous rendent les clefs!

Cher François, j'ai déjà rencontré, une seule fois il est vrai, un Algérien résidant en France, m'avouer qu'il existait des Algériens vivant en Algérie (précision importante) qui regrettaient l'Algérie française.
Vu les passions qu'il y a eues je ne crois pas à un retour à l'ordre ancien, quant à une zone de libre échange, merci mais sans façon, c'est encore une nouvelle vague d'immigration qui nous attend sans parler des islamistes qui viennent de faire allégeance à Al Qaida!


"De Gaulle est l'histoire d'une trompeuse contradiction entre l'être et le paraître : son discours n'a été qu'un rideau de fumée derrière lequel la France est devenue la petite puissance qui est sortie de la V° République..."

Oui on est allé cherché de Gaulle pour ça! Les pourris de la IVème ne savaient plus que faire du bébé, ils étaient près à accepter n'importe quoi pour le jeter avec l'eau du bain ; jusqu'à s'incliner devant un coup d'Etat!
Je comprends ceux qui en veulent à de Gaulle pour n'avoir pas tenu parole qui avait valeur de serment vu les circonstance dans lesquelles de Gaulle cria "Algérie française!"

Le pays était pacifié mais pour combien de temps? Cela n'empechait pas les attentats et la montée de la haine entre communautés, vous dites que la République s'est couchée, c'est vrai mais si nous avions eu simplement un régime à pouvoir executif fort au sortir de l'après-guerre je ne pense pas que nous aurions perdu nos trois départements...

S'il y a des restes de France en Algérie vraiment, ce ne sont que des lambeaux, auncune flamme n'a été entretenue, ces restes ne sont que les vestiges d'une époque brillante déjà trop ancienne pour qu'elle demeure gravée dans la mémoire collective. Il parait que le colonialisme n'a rien eu de positif! :lol:

Bien à vous.
DDR.
"Les vraies conquêtes, celles qui ne donnent aucun regret, sont faites sur l'ignorance."
A.Lionel
 
Message(s) : 285
Inscription : Mardi 30 Janvier 2007 12:41:26
Localisation : Paris - France.

Message par rapentat » Dimanche 20 Mai 2007 21:09:17

Bonsoir,

Duc de Reichstadt a écrit : j'ai déjà rencontré, une seule fois il est vrai, un Algérien résidant en France, m'avouer qu'il existait des Algériens vivant en Algérie (précision importante) qui regrettaient l'Algérie française.DDR.


Pour quelqu'un habitant l'Est de Berlin, voir les initiales DDR, cela me fait toujours sourire.
Croyez-vous qu'il reste encore beaucoup de personnes qui se souviennent, 45 ans après, de l'Algérie Française, peut être pour l"idéaliser. A-t-on posé cette question aux harkis ??
Pensez-vous que l'Algérie Française était vivable ?? Les pieds noirs étaient à peine 1 million et côté " indigène " la démographie était galopante. Sans compter avec le problème religieux, pensez-vous faire cohabiter musulmans et chrétiens ?? Peut être dans une enclave, mais pour finir comme Israël....
Je pense que de Gaulle voulait vraiment garder l'Algérie, élevé dans cette République une et indivisible, mais la réalité du terrain c'est imposé et en bon politique il a choisi la seule solution, l'indépendance.
Bien entendu aujourd'hui nous pouvons refaire l'Histoire, la seule chose que nous aurions pu garder est le Sahara qui n'appartenait pas à l'Algérie, qui à l'époque se souciait du pétrole.

Cordialement.
rapentat
 
Message(s) : 168
Inscription : Vendredi 09 Février 2007 16:00:33
Localisation : Berlin

Message par A.Lionel » Dimanche 20 Mai 2007 21:31:08

Rapentat, vous vous trompez de personne relisez moi et bien...
"Les vraies conquêtes, celles qui ne donnent aucun regret, sont faites sur l'ignorance."
A.Lionel
 
Message(s) : 285
Inscription : Mardi 30 Janvier 2007 12:41:26
Localisation : Paris - France.

Message par Paname » Mercredi 10 Octobre 2007 11:36:34

Bonjour,

J'ai répondu "oui". Mais m'est avis que la vraie question aurait du être "Garder l'Algerie Française aurait-il été un bien ?"

Paname
Paname
 
Message(s) : 8
Inscription : Mercredi 10 Octobre 2007 10:46:04
Localisation : Le Havre

Message par BRH » Mardi 18 Décembre 2007 19:00:48

La revue L'Histoire a publié en janvier 1991 un numéro spécial sur le « Temps de l'Algérie française ».

Dans un dernier article intitulé « L'Algérie sans la France », l'écrivain algérien Rachid Mimouni(décédé quelques années plus tard), s'exprimait ainsi:

"[...] On continue à appeler Omo la marque locale de détergent et les consommateurs commandent du Vichy lorsqu'ils veulent une eau minérale. Les cafés ont même conservé cette surprenante habitude française de majorer le prix d'une boisson quand elle est servie à table. Et les clients celle de laisser un pourboire raisonnablement injustifiable. Les conducteurs et les garagistes préfèrent les voitures françaises, qu'ils connaissent mieux, et on a même vu certains mécaniciens répondre d'un air indigné à un possesseur de Honda : « Monsieur, nous ne faisons par les étrangères ! » Si vous demandez votre chemin à Alger, ne vous étonnez pas quand on vous propose de passer par la rue d'Isly [pourtant renommée Didouche Mourad]. [...]

Ce qui reste de la France en Algérie ? D'abord quelques faits historiques qui ont durablement marqué la conscience collective. Il y eut d'abord le choc du débarquement, en 1830 [...]. On n'allait pas non plus oublier la férocité de la conquête qui dura plus de vingt ans [...]. Le mot français « séquestre », de sinistre mémoire, est passé dans la langue populaire et fait encore trembler les vieillards qui l'évoquent. « Le comportement de Beauprêtre », du nom du général qui sévit dans la région d'Aumale, est devenu une expression courante synonyme de parfait arbitraire.

Plus récent est le souvenir des années de terreur, celles de la guerre de libération. [...] Il faut relever que ces années de combat ne suscitèrent, parmi la population algérienne, aucune haine envers la France [...].

Bien au contraire, avec les dysfonctionnements sociaux qui surgissent peu à peu dans l'Algérie indépendante, la période coloniale apparaîtra de plus en plus comme une référence. Les choses ne sont plus ce qu'elles étaient, se lamenteront ceux qui vécurent sous le régime français. [...] Ces vieux radoteurs omettront de signaler que leurs revenus avaient considérablement augmenté. C'est ainsi que peu à peu s'idéalisera la période coloniale.

Il subsiste aussi, dans l'esprit de la population algérienne, cette idée de la France comme parangon de la modernité, avec ce qu'elle implique de rationalité et d'efficacité. On apprécie la clarté qu'introduit l'écrit dans les relations contractuelles. Les obligations de recours à un notaire pour toute transaction foncière, de déclaration des employés et d'établissement d'une fiche de paye suppriment de nombreux conflits inhérents à la pratique orale qui nécessitait la présence de témoins et le recours à leur mémoire. Dans les magasins, l'obligation d'affichage des prix ancre l'idée du « juste prix » et rend caduc l'aléatoire exercice du marchandage.

[...] Après l'indépendance, une collectivisation mal conduite laissera péricliter les champs autrefois verdoyants [des plaines défrichées et mises en valeur par les colons] et, au vu du désastre, les paysans ne pourront refréner un sentiment de paradoxale nostalgie, oubliant qu'ils avaient servi de main-d'œuvre sous-payée dans la mise en valeur de ces terres.

Mais, comme héritage fondamental, il reste la langue française, qui fait de l'Algérie le deuxième pays francophone du monde, après l'Hexagone. [...] Toutes les entreprises et la plupart des administrations continuent à l'utiliser. Le français est présent dans la famille et dans la rue. Les deux quotidiens de langue française, El Moudjahid et Horizons, se vendent chaque jour à 700 000 exemplaires. La télévision algérienne diffuse les séries américaines en version française. Des trois chaînes de radio, la plus populaire est celle qui s'exprime dans la langue de Molière. Dans les rues d'Alger, on ne parle vraiment ni l'arabe ni le français, mais un nouveau « pataouète » [le parler des Européens d'Algérie à l'époque de la colonisation] comportant de succulents néologismes forgés à partir de mots français déclinés de l'arabe ou inversement.

Lors des élections municipales du 12 juin 1990 [les dernières élections ayant eu lieu quand Rachid Mimouni écrivit cet article], le FFS (Front des forces socialistes] d'Aït Ahmed a traduit son mot d'ordre d'abstention dans un affiche qui disait : Ma N'votich (« Je ne vote pas ») ; le verbe français voter y était conjugué au mode arabe. Les notes de téléphone et d'électricité sont toujours rédigées en français. En fait, la langue de l'ex-colonisateur est aujourd'hui encore si présente qu'elle ne cesse d'alimenter un débat houleux. [...]

L'apparition, à partir des années cinquante, d'une littérature algérienne de langue française, cristallise cette question algérienne. [...] Cette curieuse littérature ne semblait pas devoir survivre à l'indépendance ; et pourtant, en dépit de tous les pronostics, elle allait continuer à se développer. Elle apparaît même aujourd'hui comme l'un des plus vigoureux bourgeons de la littérature française.

L'État algérien indépendant s'est largement inspiré, dans sa structure et dans son mode de fonctionnement, de l'État français, ce qui en a fait à l'époque l'un des plus modernes du monde arabe. Le pays est ainsi divisé en préfectures (wilaya), sous-préfectures (daïra) et communes. À leur tête se trouve respectivement un préfet (wali) et un sous-préfet (chef de daïra) nommés par le ministre de l'Intérieur et relevant de lui, tandis que le maire (président de l'Assemblée nationale communale) est élu.

On constate aussi qu'un grand nombre de lois sont inspirées de textes français, y compris dans leur contenu laïque. Ainsi l'Algérie a été pendant longtemps le seul pays arabe où l'on pouvait se marier civilement. L'école primaire est gratuite et obligatoire comme en France, mais non plus laïque.

Il reste enfin les superbes constructions de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle qui font le charme des centre-villes algériens, d'Alger à Oran, d'Annaba à Sidi-Bel-Abbès. Mais toutes ces cités se sont considérablement étendues et leurs rues grouillent de jeunes. [...]"

Commentaires ?
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3752
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: L'Algérie Française...

Message par BRH » Mercredi 05 Août 2009 22:10:39

Le point de vue de ses partisans :

http://www.de-gaulle.info/
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3752
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: L'Algérie Française...

Message par BRH » Jeudi 25 Mars 2010 19:41:29

Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3752
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: L'Algérie Française...

Message par BRH » Lundi 14 Juin 2010 12:15:25

Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3752
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Précédent

Retour vers Décolonisation et Guerre Froide (1946-1991)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron