Témoignage de Vincent Torres...

Les Totalitarismes à l'assaut de l'Europe !

Témoignage de Vincent Torres...

Message par BRH » Vendredi 10 Août 2007 09:16:03


Ces témoignages sont tirés du forum:


http://www.debarquement-normandie.com/phpBB2/

avec l'autorisation de l'auteur. Nous l'en remercions vivement tout en rendant hommage au magnifique combattant qu'il fut !

Nous vous invitons à les commenter sur un sujet à part, afin d'éviter un désordre trop courant dans les commentaires...


23 août 2005:


Bonsoir toutes et à tous
J’ai été très sensible à tous vos témoignages de sympathie pendant cette période incertaine. Un grand merci à tous donc. Comme dirait « Légionnaire », je suis tombé, mais vous avez tout fait pour me relever ! » et…je suis debout grâce à Dieu.
Dans un premier temps je vais répondre à votre question relative à mes convictions politiques. Mais, avant toute chose il faut que je vous rappelle que je suis fils d'agriculteur et que c'est seulement en 1938, le 4 janvier, que j'ai été appelé sous les drapeaux. Je n'avais alors que 20 ans. Mon père ayant fait 14 - 18 (artillerie lourde sur chenilles) le portrait de Pétain était exposé en permanence dans le salon de notre maison. Le maréchal était considéré comme le sauveur de la patrie. Voila, du grand classique pour l’époque, une période où le travail aux champs était physique, il durait en moyenne 14 heures par jour, six jours d’affilée. Les congés, la télévision, la radio étaient inconnus… Nous avions tout de même la permission d’acheter le journal (le Dimanche) et le pain. Ceci dit nous avions très peur du système communiste. Il avait fait des ravages sanglants en 1936 en Espagne, nous ne savions rien de l’intervention Allemande en faveur de Franco et pour nous, le premier objectif était d'éviter que ces drames se reproduisent en France. Nous étions préoccupés par la violence, les agitations, les grèves, les manifestations et autres sabotages qui venaient troubler gravement le moral des troupes en cette période. Et de cela nous n'avions vraiment pas besoin. Il faut dire aussi que les communistes ne brillaient pas de par leur esprit patriotique ! Encore moins ses dirigeants. La France profonde et silencieuse ne voulait ni de Staline ni de Hitler. Or à la stupéfaction générale, l’Allemagne et la Russie s’alliaient !!! Car pour nous, à l’époque il s’agissait d’une alliance. Je pensais de toute évidence que les Russo-allemands se préparaient ainsi à conquérir l’Empire Français…Pour ce qui est de la Pologne, et compte tenu de ses ambitions (Berlin) nous pensions finalement à une alliance secrète entre les trois blocs à l’ Est…( Ribbentrop avait été accueilli comme un héros à Varsovie et Goering allait chasser là bas…De plus ici les manifestants communistes Français se réjouissaient de cela et acclamaient la venue du bolchevisme, du national socialisme et de la « gentille » Pologne en France ! Quant à l'Espagne, les rouges y étaient fortement implantés, et il aurait été très facile à des agresseurs Socialo-communistes unis, d'imposer leur régime. L'Italie fasciste isolée, n'aurait plus qu'à déposer les armes. Aussi qui pourrait arrêter les coalitions de l’Est si celle-ci se décidait à envahir la France ? ! Tout cela est bien complexe et il me paraît invraisemblable de parler de mes convictions politiques car la seule conviction dont que je pouvais prétendre à l'époque était de défendre mon pays de ma patrie de mon mieux. Mais nous nous sentions bien seuls, déterminés mais seuls. Le moral était au plus bas. La France divisée par ceux qui prônaient la collaboration avec le bloc de l'Est dont j'ai parlé ; à ce sujet avons ainsi appris que Maurice Thorez (et son équipe) je crois, malgré qu'il ait été appelé à servir dans un régiment d'infanterie, avait déserté et je crois même que l'on a plus du tout entendu parler de lui. (je crois me rappeler que certains disaient qu’ils avaient rejoint l’armée Russe ? ) Vous me demandez si les Communistes ont effectué des sabotages. On le disait, mais le seul pour lequel j'ai été témoin , le voici : Un matin alors que l’Allemagne et la Russie sont « alliées » notre Capitaine nous ordonne d'aller assurer la sécurité des abords d’un terrain d'atterrissage devant accueillir 10 avions de chasse neufs que nous avions acheté aux USA . On nous signale l'approche de ces avions vers 15 heures. Nous disposons nos H 39 à 300 mètres tout autour de façon à protéger l'aire atterrissage. Il y avait aussi de l’infanterie aux abords même de la piste. Nous observions, curieux, des civils s’opposer violemment à nos soldats !?
Ne recevant aucun ordre, nous n’avons pas bougé. Soudain, les avions pilotés par des Français sont arrivés à destination vers 16 heures. Ils se sont mis à tourner à tourner à tourner en rond sans que nous ne comprenions pourquoi il n'atterrissait pas. (Ma première remarque fut de noter un certain silence par rapport à nos Morane et Dewoitine).Ces chasseurs étaient très élégants… Nous avons cependant très rapidement compris la raison de leurs hésitations. Les éléments du génie civil qui devaient préparer une piste d'atterrissage adaptée s’étaient mis en grève sur ordre du parti Communiste. Il en résulta que sous nos yeux ébahis et dans la bagarre qui opposait manifestants et soldats à terre, ces merveilleux avions, ces chasseurs tout neufs une fois arrivés à un cours d'essence s’écrasaient tour à tour au sol. Nous étions dégoûtés, outrés. Je vous reparlerai et de mes convictions politiques par la suite notamment en 41 et ainsi de suite jusqu'à la tragédie avec l’abandon sanglant des trois départements français d’Afrique du Nord, de la deuxième réserve mondial de gaz et des immenses gisements de pétrole d’Hassi Messaoud. Mais Je voudrais pour respecter l’ordre chronologique, revenir sur le sujet à savoir le H 39. Alors que l'on nous demande le silence le plus complet au sujet de nos engins de guerre, l’invraisemblable se produit. D’ultrasecrets nos engins deviennent ultra divulgués dans des foires ou l'exposition des hordes de civils, étrangers parfois, pouvaient visiter, photographier à souhait nos engins !!! Ordre nous était donné de faciliter à chacun ces «visites » dans le char et permettre la manipulation de celui-ci (à l’arrêt) mais sans aucune réserve !? Manipulation de la tourelle, du canon, ouverture des trappes de visite moteur etc… Vous imaginez-vous, en temps de guerre, ce que nous ressentions ?! Cela nous était tellement insupportable qu’au bout du deuxième jour de cette invraisemblable opération d’espionnage organisée contre la France par des français, nous avons décidé de « réagir ». Ainsi, étant donné que nous devions placer une douille de 37 vide dans le canon pour permettre à ces clowns de manipuler nos armes, en compagnie de l'armurier du régiment nous avons confectionné pour le lendemain même une douille de 37 très particulière. Nous avons enlevé l’ogive, vidé le la totalité de la poudre et dans cette douille vide nous avons rempli jusqu'au sommet de la graisse nous avons ensuite remis l’obus dans la culasse et laissé le tout ainsi. Le lendemain, alors qu’il y avait une nuée de curieux, dedans, sur et autour du char, la réaction n'a pas tardé à se produire. Un visiteur zélé a appuyé sur la commande du canon, percutant l’amorce et faisant jaillir de la bouche un nuage de graisse qui alla se répandre sur les visiteurs avec les conséquences que l'on peut imaginer. Cette plaisanterie justifiée par le fait que l'on prenait vraiment pour des imbéciles nous a valu les félicitations du Capitaine, un sourire complice du Commandant et une punition du Général !. Bref, Je devins ensuite moniteur sur H 39 et ce n'est qu’aux environs de Mai 1940 que je rejoignais mon régiment pour percevoir mon char de combat équipé de son fameux canon de 47. Sa grande puissance de feu et son tir tendu allaient nous permettre de mâter les agresseurs de la France à qui nous avions déclaré la guerre. Je développerai en conséquence dans mon nouveau projet le départ de Vannes pour le front. Pour ce faire, j'ouvrirai une nouvelle rubrique que j'intitulerais : « au combat, pilote du H. 39 »
Bonsoir tout et à tous et à bientôt si Dieu veut.
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3638
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Message par BRH » Vendredi 10 Août 2007 09:31:44

Mer Mar 30, 2005 12:45 am Sujet: La Guerre à l'Ouest ce n'était pa cela!
Bonsoir à toutes et à tous. Je souhaiterais vous faire part de mes témoignages relatifs aux hostilités en Europe et dans le monde de 1936 à 1962. J'étais en 1938 appelé du contingent à Vannes. J'avais 20 ans.
Ceci dit, comme il faut un début à tout, je commencerai par Les Accords de Munich que je situe fin 1938, début 1939. Comment se fait-il que les Historiens ne développent jamais ce thème si important pour nous soldats et officiers ? Pour nous qui étions anxieux arme au pieds; jamais un tel moment ne fut aussi important! Il est ressorti des ces accords (Chamberlin (ttb) , Daladier, Hitler...) que la Paix serait sauvée. Autant vous dire que nous étions ravis de cette nouvelle et que celle-ci s'arrosa dans tous les foyers, civils et militaires. Un bulletin qui circulait au 505° Chars de Combat, (et dont je retrouve quelque exemplaires) nous informait du fait que la très puissante Pologne était au mieux avec Hitler depuis ces fameux accords au cours desquels il y eu une sorte de partage. Varsovie consenti à rendre Dantzig aux allemands et par là même les territoires isolés du nord en échange de quoi, les Polonais récupéraient les territoires de Teschen. Il y eu une sorte de doux flottement, pendant deux mois. On apprenait que Goering allait chasser en Pologne et vis et versa pour le premier Polonais, Pilsudski, je crois. Hitler ne voulant la guerre ni avec la France, ni avec l'Angleterre, le voilà qu'il nous rassurait du côté de l'Est ! Fabuleux ! Je me souviens même que nous parlions de démobilisation lorsque Ribbentrop, Ministre des Affaires Etrangères du Reich fût invité à se rendre officiellement à Varsovie le 26 Janvier 1939. La Ville Polonaise l'accueilli dans la liesse!
Drapeaux à croix gammées à tous les balcons, pluie de fleurs, confettis etc...!!!! (Certainement pour le remercier de leur avoir livré les territoire Teschen au détriment de la Tchécoslovaquie...)Pas un d'entre nous, fut-il Allemand, Anglais, Polonais ne croyait plus à la guerre!
Puis alors que nous passions déjà des heures à nettoyer nos uniformes pour les rendre au fourrier, ce fut l'incroyable nouvelle (début Mars 39 je crois)
La radio annonça que contrairement au accords conclus à Munich entre les "trois grands" la Pologne refusait de rendre Dantzig et refusait l'établissement d'un couloir neutre etc... Par contre la Pologne gardait les territoires Teschen issus de la seule victime, la Tchécoslovaquie (sous réserve de bon souvenir pour moi...)
Très rapidement Ribbentrop est retourné voir Beck ou Bech (sous réserve de bon souvenir pour moi...) et l'a mis en demeure de respecter ses engagements. La Pologne refusa tout net et Bech répondit au monde: "nous ne craignons personne car on nous craint dans le Monde"
Ribbentrop s'en retourna la queue basse et sans ovation cette fois si ce n'est celles des étudiants Polonais qui ont ravagé l' ambassade d'Allemagne ! Ils criaient :"A Berlin!" (allons à Berlin )
Le ministre de la guerre Polonais Kapriski (sous réserve) déclara "on nous recommande la défensive et la passivité, nous n'en ferons rien, Notre génie est l'offensive et c'est en la prenant que nous vaincrons en Europe car nous sommes les plus forts!" Et pour bien confirmer ses dires, il proclama la mobilisation générale le 1° Septembre 39.
Deux grandes Armées "Kutrezba" et "Bortnowsky" Général Rydzmigli (?) devait prendre Berlin en 5 jours!
Eh bien à ce moment là autant vous dire, mes chers Lecteurs attentifs et messieurs les Historiens que nous, français sous les drapeaux nous fumes terriblement surpris. Notre Capitaine qui entra brutalement dans le mess nous déclara: "Les enfants cette fois-ci c'est foutu, Hitler doit se battre ou baisser culotte"! Nous ne comprenions plus rien. Aujourd'hui aussi je ne comprends plus rien non plus car la rumeur, les livres d'histoire présentent les choses beaucoup trop différemment de ce qu'elles furent en réalité ! Nos officiers étaient écoeurés. L'on a reproché ensuite à nos armées d'être démotivées ! D'être en désaccord fondamental!
Comment ne pas l'être !? Ajoutez à cela une pression importante des communistes, le trouble était partout et surtout dans les esprits.
Saviez-vous tout cela ? Moi je le sais pour l'avoir vécu. Les faits sont sacrés (non?)
Ceci est mon témoignage, je serais heureux d'avoir des réactions, non pas épidermiques mais Historiques, étayées par des faits! Des faits qui devraient faire l'Histoire, la vraie. Hélas ce n'est pas trop le cas.
Ce soir j'ai été encore un peu long !
Ah, les souvenirs...
Vincent Classe 1938
Pilote H 37 - Détourellé en 40 Chef de char tué.
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3638
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Message par BRH » Vendredi 10 Août 2007 09:33:15

Mer Mar 30, 2005 11:52 pm Sujet: Declanchement des hostilités à l'Ouest - 39/45
Il m'est très agréable de vous retrouver sur ce site où règne une ambiance constructive, positive et claire;
Je remercie dans un premier temps "Igor" pour ses précisions. Eh oui, 24 heures peuvent bousculer le sens de l'Histoire. Donc rectification faite !
Je remercie aussi chaleureusement "Alx" pour son développement. Je veux simplement utiliser quelque lignes pour lui dire ceci en réponse:
- Attention, lors des "Accords de Munich", les Polonais n'ont pas été invités à la table des "grands". Pour cela ils en ont voulu à ceux qui y étaient...Nous nous n'avons pas compris la raison une telle bavure diplomatique. Il n'en demeure pas moins qu'il se sont invités ( imposés) sans soucis de protocole et ont obtenu ainsi Teschen, un morceau de la Tchécoslovaquie déchirée, en échange de Dantzig; mais j'ai déjà développé cela. Je vous cite:
"En réaction dites vous...lui revenait bien" Vous m'avez fait rire aux éclats pour cette expression fort à propos!
-lorsque vous parlez d'abandon de la Pologne par les Franco-Brtitanniques
et de la convention qui les liaient à La Pologne, je pense que vous faites allusion aux "Accords de Concarneau" vers 1925...qui garantissaient les frontières de l'Ouest de l'Europe ? ( ou bien est- ce une autre étape dont je ne me souviens plus...?) De toutes façons, là vous me faites bondir (dans mon char) 0) car il y a bien eu une réaction Française à l'agression (le mot est controversé) de Hitler vers la Pologne. Et j'en fus partie !!!
C'est la fameuse "Offensive de la Sarre". Immédiatement après l'entrée des troupes allemandes en Pologne et pour honorer nos accords, la France a bien attaqué l'Allemagne !!! Daladier Président du Conseil de l'époque ordonna à Gamelin de former une vingtaine de divisions et d'attaquer! Ah! ces fameuses divisions! Gamelin qui "ne pensait qu'a économiser le sang Français" les constitua de "Français de seconde zone"
(mention sur mon livret militaire) Nous avions quelque Légionnaires, beaucoup de Pieds Noirs gonflés à bloc mais n'ayant eu qu'un entraînement
ridicule, et beaucoup de Malgaches, Sénégalais, Congolais - sans instruction militaire!?)! Il fallait voir cette infanterie progresser en territoire ennemi ! Heureusement, quelques jours après sont arrivés les chars... Nous nous pensions aller jusqu'à Berlin! Il n'y avait aucune résistance du coté ennemi (dont les armées étaient massées à l'Est)!
He bien non, après avoir pratiquement fraternisé avec les qque territoriaux allemands restés à l'Ouest; ordre nous été donné de nous replier dans nos casernes !?! Des bruits fous courraientt au Mess indiquant que les généraux Allemands allaient "déboulonner" Hitler et s'allier avec la France pour faire une Europe de Paix et aussi... pour combattre l'ennemi - ami - ennemi -...Polonais.
Quelle confusion, quelles hésitations. Nous ne savions plus qui croire et la violation des accords de Munich par la Pologne nous incitait à ...attendre
Bref je ne veux pas trop m'égarer. Mais je tenais à souligner cette réaction de la France qui, si au contraire, elle avait été soutenue par tout le peuple Français et Britannique aurait pu donner une sacrée correction à "l'aiglon"
Là il y a eu à nos yeux faute extrêmement grave des Politiques Français et Britanniques. De grâce, chers Amis chers Historiens n'oubliez pas l'Offensive de la SARRE initiée par la France en 1939!
Je suis entièrement d’accord avec vous quant à l'abandon inexplicable de la Tchécoslovaquie.
D’accord aussi avec votre conclusion.

Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3638
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Message par BRH » Vendredi 10 Août 2007 09:36:47

Ven Avr 01, 2005 4:39 pm Sujet: Bonsoir à toutes et à tous - Avant d'entrer dans les détails

Bonsoir à toutes et à tous,
Dans un premier temps, je vais me présenter à vous car la question de savoir qui je suis revient trop souvent et je ne peux vous répondre individuellement faute de temps. A ce titre, je vous demande d’éviter autant que faire ce peut de m’adresser directement des questions même si je ressens cela comme un grand signe d’amitié. Passez par le site ou bien par l’excellent administrateur de ce site Thierry Dargenlieu. Il saura centraliser et trier mieux que moi vos attentes et vos questions.
Je suis de la classe 1938. J'avais alors 20 ans. J'ai été appelé à Vannes pour y effectuer mon service militaire via Alger et Port Vendres au sein du 505° Régiment de Char de Combat; 14° Bataillon de Chars H 37; 3° Compagnie, 2° Section de combat – Secteur Postal 304 (dès le départ de la caserne pour le front) - Capitaine AYBI (Mort au combat) en 40. J'ai été formé sur char FT 17 puis confirmé pilote sur H 37 et finalement détourellé en Juin 40 sur l’ Ailette par un coup direct de 75 court d'un PzKW III qui a fini par m'avoir par ruse alors que je traversais de part en part un bar situé au RDC d'un immeuble pour le contourner et le tirer dans l'arrière.(le 37 court que nous avions était trop faible pour le tirer de face)Chef de char tué, et moi déclaré Mort pour la France à mes parents modestes cultivateurs depuis six générations à Alger. Puis inconscient, le Lazaret Allemand pendant six mois. Fraternisation avec le chef de char allemand qui m'a passé sa bague à tête de mort au doigt dans mon lit, alors que j’étais encore inconscient. Je ne l'ai jamais enlevée !(Nous nous sommes revus longtemps après ; lors de réunions de Vétérans. Nous sommes devenus amis au point de se recevoir mutuellement en vacances. Il m'a longuement raconté les mouvements de mon char qu’il observait de la tourelle de son Panzer. Il m’a dit avoir apprécié à sa juste valeur mon attitude combative! J'ai su ainsi que mon chef de char (+) et tireur avait incendié juste avant un PzkWII et démoli un canon anti-char de son unité! Quelle noblesse chez cet homme! Un vrai Chevalier Teuton. Jamais je ne me serais laisser tenter d’imaginer une seconde que ceux que nous traitions jour et nuit de « sales Boches » se conduiraient ainsi au feu. Il a fini colonel dans la BW). C'est toujours mon Ami.
Attention : Je parle de mon vécu et de Ce Soldat en particulier. Les faits sont sacrés. Faire la guerre était un devoir civique. Et tuer un ennemi au combat n’était pas un crime ni un délit mais une « nécessité ». Un refus de combattre était une désertion face à l’ennemi et le peloton… Je n’ai pas eu le courage de choisir La Mort « tout de suite » Oui mais je ne peux pas dire que « Je ne regrette rien » Que Dieu nous pardonne !
Je sais pour que l’on me l’ait décrit, que dans un autre domaine que je n’estime ne pas être La Guerre, d’autres Humains ont subi des atrocités inqualifiables de la part des Nazis. Je rends à cette occasion un vibrant hommage à tous ceux qui ont été victimes de crimes odieux.
Je reviendrai sur ce sujet pour vous témoigner d’un fait contradictoire, aussi stupide et bouleversant, mais dont les Nazis sont pour rien et que l’on a appelé avec beaucoup de mansuétude la « Maladresse de Bad Reichenhall » mais aussi de ; Dresde ; Cologne etc…Seulement ce que j'ai vu.

Ensuite ce fut la guérison partielle et l’évasion pour rejoindre l’Espagne, le Maroc,l’ anonymat de la Légion et De Lattre etc...Ce n'est que fin 45 que je suis entré chez moi. C'est le chien qui m'a reconnu. 14 Fractures, gorge coupée; aveugle temporaire, brûlé à 100%) Non pensionné, non couvert socialement puisque "mort au combat"...Toute une vieille histoire un peu amère...La Sarre pour rien, Narvik avec Général Béthouard (++) pour rien Sedan, le KO, le débarquement pour libérer la Provence, la déception avec De Lattre, Strasbourg et reblessure (grave)et... A mon retour à Alger en 1946, mon Père qui avait fait Sedan en 14/18 avec Pétain m’a déclaré à peine ému : « On ne demandera rien à la France, j’ai donné mon fils pour la Patrie pas pour de l’argent » Il faut dire qu'en Algérie, Département Français au même titre que la Provence ou la Savoie la Patriotisme était à la limite de l'excès! Mon père avait fait don de sa pension de Gueule Cassée de Verdun à la France dès la mobilisation de 1939 ! Et Dieu sait si nous étions pauvres.Le lendemain matin, j’étais aux champs et seulement Dimanche nous avons remercié la Providence Divine et fait le Méchoui avec le Curé et les Gendarmes qui avaient annoncé la mauvaise nouvelle à mes Parents en 40. C’est mon fils qui a tenu a me redonner une identité et à me faire avoir ma carte du Combattant en 1993. J’ai reçu la Croix de guerre avec une citation au feu. (Merci Col. GAUJAC( Mais je refuse toujours toute pension pour respecter le sentiment de Mon Père vis à vis de la Mère Patrie ( Madame La France).
Voilà, brièvement la réponse à tous ceux qui ont eu la gentillesse de me demander de préciser mes origines et donc de parler un peu de moi.
Une dernière précision, je me refuse à prendre documentation dans des livres ; pour cela certains le feront. Aussi si je dis des énormités c’est soit que je les ai vécues comme cela, soit que l’un des bout de ferraille, un « Rost - ferraille » (Rostfrei) teuton que j’ai ramené en nombre dans ma chair me frôle un peu trop le cervelet !
.
Dès lors, je peux répondre à vos aimables et constructives critiques !
Très bonne soirée à toutes et à tous.

I want to say all to my friends veterans, to English, to Americans, to Canadians, to Germans, to Pole, Australiens, Goumiers, Légionnaire etc... which it can write in their native language their criticisms and testimonys. I will answer them in their language (without claim however)

Ich will all meinen Freunden Veteranen, Engländer, Amerikaner, Kanadier, polnische, australische Deutschen, Goumiers, Légionnaire usw. sagen... daß er in ihrer Geburtssprache ihre Kritiken und Zeugenaussagen schreiben könne. Ich werde ihnen in ihrer Sprache (ohne Forderung allerdings) antworten

Quiero decir a todos mis amigos veteranos, Inglés, Americanos, Canadienses, Alemanes, Polacos, Australianos, Goumiers, Légionnaire etc... que puede escribir en su lengua nativa sus críticas y testimonios. Les responderé en su lengua (sin pretensión no obstante)

أنا أريد أن يقول كلّ إلى ي صديقات محارب قديم ، إلى اللغة الانجليزية ، إلى أمريكيات ، إلى كنديات ، إلى ألمانيات ، إلى [بول] ، [أوسترلينس] ، [غوميرس] ، [لجونّير] [إتك…] أيّ هو يستطيع كتبت في [نتيف لنغج] هم هم نقود و [تستيمونس]. أنا سأجيبهم في لغتهم (دون إدعاء مهما

Vincent TORRES
Je triche, j'ai volontairement oublié de vous dire que j'étais aussi interprète!
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3638
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29


Retour vers Les années 30 et la Seconde Guerre Mondiale (1930-1945)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité