Hitler perd la guerre en août 1940 !

Les Totalitarismes à l'assaut de l'Europe !

Message par BRH » Vendredi 13 Juillet 2007 10:30:20

D'après Liddell Hart, la 1ère vague devait être composée de 10 ID, appuyée par 650 panzers non-endivisionnées (pas de PzD dans cette configuration).

Le transport de cette 1ère vague de 250 000 hommes nécessitait 155 bâtiments de transports de troupes totalisant un tonnage de 700 000 tonnes auxquels s'ajoutaient 1720 péniches, 470 remorqueurs et 1 160 vedettes (E.Boot).

Ces transports furent bien concentrés à la mi-septembre 1940.

Les bâtiments de transports devaient porter 2 pièces de 88 mm au minimum, sans compter les autres pièces plus légères de la Flak. Ils n'auraient donc pas été sans défense face aux destroyers de la Navy.

Il est incontestable que les amiraux allemands craignaient l'intervention de la Home Fleet.

Mais, il est tout aussi incontestable que cette 1ère vague pourrait intervenir avant toute intervention de celle-ci. Et que toute tentative de vive force s'effectuerait de nuit.

Enfin, on se rappelera que les moyens aériens de la RAAF et de la Navy n'étaient pas aussi efficaces que cela dans la surveillance de la Manche, puisque en février 1942, le Scharnost, le Gneisenau et le Prinz Eugen parvinrent à quitter Brest et à franchir le Pas de Calais, au nez et à la barbe des Britanniques...



- Opération Seelöwe (Opération Otarie) :

L'Opération Seelöwe (''otarie'' ou ''lion de mer'', en français...) était un plan d'invasion allemand du Royaume-Uni (ou, plus exactement, de la Grande Bretagne...) au tout début de la Seconde Guerre mondiale. Retardé à fin 1940, du fait de l'évolution géopolitique du conflit mondial (avec l'entrée en guerre de l'URSS puis des Etats-Unis) il fut finalement définitivement abandonné en 1943.

Cette opération était initialement prévue pour le 17 septembre 1940, nécessitant l'emploi de neuf divisions terrestres (plus deux divisions aéroportées) sur des sites d'invasion se situant entre Douvres et Portsmouth. (mais ce plan d'opération de guerre fut, par la suite, reporté à une date ultérieure ; notamment car Adolf Hitler était sûr qu'en battant les Russes grâce à l'opération Barbarossa prévue pour 1941, il priverait les Britanniques d'alliés en Europe et ainsi n'auraient eu d'autre choix que de se rendre...). Mais l'entrée en guerre des USA et les revers de la Wehrmacht en URSS allait par la suite considérablement diminuer les chances de réussite d'une telle opération...

Préalable à l'invasion de la Grande-Bretagne : l'Operation Adler, initialement prévue pour donner à la Luftwaffe la supériorité aérienne sur le front ouest et pour permettre l'invasion des troupes allemandes au sol. Pour ce faire, les transports utilisés auraient été les bateaux que les Allemands avaient employés contre la France durant le franchissement du Rhin (la Kriegsmarine ne possédant pas de vraies barges de débarquement, ce qui réduisait la capacité d'acheminement d'artillerie et de tanks...).

La plupart des analystes militaires restent perplexes sur une réussite de l'opération Seelöwe si elle avait été lancée. D'abord parce que les Allemands manquaient cruellement de bateaux en comparaison à la Royal Navy (et puis parce que les pertes de leurs forces aéroportées durant la bataille des Pays-Bas n'auraient pas été remplacées à temps pour cette nouvelle opération...).

En 1974, des wargames menés à l'Académie royale militaire de Sandhurst (supposant que la Luftwaffe n'avait pas encore gagné la suprématie aérienne...), concluaient que les Allemands pouvaient effectivement établir une tête de pont au Royaume-Uni en utilisant un champ de mine dans la Manche pour protéger leur assaut initial. Mais ensuite, les analystes supposent que les forces terrestres allemandes auraient retardées sur les ''Stop lines'' : une série de positions défensives qui avaient été établies, où chacune d'elles étaient formées d'une combinaison de barrages routiers et de troupes de la British Home Guard.

Et, pendant ce laps de temps, les troupes régulières de la British Army pouvaient se mettre en formation. Puis après seulement quelques jours, la Royal Navy, déployée depuis ses bases de Scapa Flow (Ecosse) aurait atteint la Manche, pouvant alors couper le ravitaillement des troupes allemandes au Royaume-Uni. Isolée (et confrontée à des troupes britanniques régulières, munies de blindés et d'artillerie...) la force d'invasion allemande aurait alors été contrainte à la reddition.

Néanmoins, il faut savoir qu'une invasion allemande de masse par la mer n'était en fait pas nécessaire pour mettre le Royaume-Uni à genoux. En effet, dans des documents britanniques découverts, en 1998, au British Wartime Cabinet, il était indiqué qu'après l'échec du « British Expeditionary Force » en France et son évacuation à Dunkerque, Winston Churchill avait déjà perdu l'appui du Parlement. Et que si la RAF avait été défaite par la Luftwaffe, Churchill aurait alors été remplacé par son ministre des affaires étrangères Edward Wood, lequel préférait faire la paix avec l'Allemagne plutôt que d'avoir à faire face à un massacre de civils sur le sol britannique...

Ronan Blaise
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3679
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Message par Loïc Bonal » Vendredi 13 Juillet 2007 13:11:06

Bruno, je ne mets pas en doute le fait que les Allemands auraient été capables de franchir la Manche en un bond en déjouant une interception "lourde" de la Home Fleet. Par contre, une fois qu'ils auraient eu leurs dix divisions de l'autre côté, il aurait suffi de positionner Home Fleet, destroyers et vedettes en permanence dans le Channel pour les couper de leurs arrières et d'interrompre une logistique primordiale dans cette configuration.

La configuration "tête-de-pont aérienne" par les paras est séduisante, mais elle ne tient pas la route sur une période de plusieurs jours : même en admettant que l'assaut aéroporté était possible (et je l'admets sans trop de difficulté), la RAF aurait mené un combat d'interdiction qui aurait rendu la vie des troupes débarquées impossible en raison du manque de ravitaillement.

Trop d'inconnues, trop de hasard dans ce schéma. On ne peut risquer 250 000 hommes en ne maîtrisant qu'un quart des paramètres...

Loïc Bonal
"Ils s'instruisent pour vaincre" / "Nec Pluribus Impar"
Loïc Bonal
 
Message(s) : 36
Inscription : Jeudi 31 Mai 2007 22:30:49

Message par BRH » Vendredi 13 Juillet 2007 13:57:34

Loïc Bonal a écrit :Bruno, je ne mets pas en doute le fait que les Allemands auraient été capables de franchir la Manche en un bond en déjouant une interception "lourde" de la Home Fleet. Par contre, une fois qu'ils auraient eu leurs dix divisions de l'autre côté, il aurait suffi de positionner Home Fleet, destroyers et vedettes en permanence dans le Channel pour les couper de leurs arrières et d'interrompre une logistique primordiale dans cette configuration.


C'est déjà intéressant de le reconnaître. :wink:

Pour le reste, j'ai bien conscience que c'est bel et bien ce danger qui a dissuadé les stratèges allemands d'insister auprès de Hitler pour réaliser quand même l'opération.

Mais, en risquant ainsi la Home Fleet, les Anglais ne l'exposaient-ils pas également aux coups des stukas, des U-Boots et des E-Boots ? Pensez au "Marat"...

N'y-a-t-il pas eu entre stratèges britanniques et allemands une sorte de poker menteur ?

Enfin, cette 1ère vague allemande, qu'aurait-elle eu à affronter ? La charge de la brigade légère ? Les Anglais auraient-ils appliqué la tactique de la terre brûlée ?

Si une dizaine d'ID avaient pris pied sur le sol britannique en repoussant tout ce qui leur était opposé, je suis persuadé que Churchill aurait été renversé... Le mythe de l'inviolabilité d'Albion se serait effondré !

La configuration "tête-de-pont aérienne" par les paras est séduisante, mais elle ne tient pas la route sur une période de plusieurs jours : même en admettant que l'assaut aéroporté était possible (et je l'admets sans trop de difficulté), la RAF aurait mené un combat d'interdiction qui aurait rendu la vie des troupes débarquées impossible en raison du manque de ravitaillement.


Elle ne se concevait pas sans une tentative de débarquement, en effet.

Trop d'inconnues, trop de hasard dans ce schéma. On ne peut risquer 250 000 hommes en ne maîtrisant qu'un quart des paramètres...


Oui, c'est ce qu'on dit... Mais Hitler a perdu 5 millions d'hommes en Russie !
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3679
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Message par Loïc Bonal » Vendredi 13 Juillet 2007 15:43:47

Et pourtant, l'opération "Barbarossa" a été l'une des mieux planifiées du conflit ! Si ce n'est la combativité des Soviétiques et leur capacité à régénérer leurs armées détruites en un temps record, tous les facteurs (y compris l'espace et le temps météorologique, mais à l'exception des renforcements et des réserves générales, largement sous-estimés) avaient été anticipés au mieux.

Pour ce qui est de risquer la Home Fleet, je suis pour ma part convaincu que les Britanniques l'auraient risqué s'il s'était agi de la survie de leur indépendance. Mieux vaut se battre en perdant sa magnifique flotte que moutonner en la conservant...

LB
"Ils s'instruisent pour vaincre" / "Nec Pluribus Impar"
Loïc Bonal
 
Message(s) : 36
Inscription : Jeudi 31 Mai 2007 22:30:49

Message par BRH » Vendredi 13 Juillet 2007 21:57:51

Loïc Bonal a écrit :Et pourtant, l'opération "Barbarossa" a été l'une des mieux planifiées du conflit ! Si ce n'est la combativité des Soviétiques et leur capacité à régénérer leurs armées détruites en un temps record, tous les facteurs (y compris l'espace et le temps météorologique, mais à l'exception des renforcements et des réserves générales, largement sous-estimés) avaient été anticipés au mieux.


Apparemment, il y a eu une carence des renseignements allemands ! Le problème du germain, c'est que -parfois- à force de planifier, il perd l'essentiel de vue... Les kriegspiels étaient très au point aussi en 1914 !

Pour ce qui est de risquer la Home Fleet, je suis pour ma part convaincu que les Britanniques l'auraient risqué s'il s'était agi de la survie de leur indépendance. Mieux vaut se battre en perdant sa magnifique flotte que moutonner en la conservant...


On ne le saura jamais. J'estime cependant qu'au 1er échec d'une contre-attaque britannique pour rejeter les Allemands sur les plages, Churchill aurait été renversé. C'est une chose d'être tenace derrière ses falaises; c'en est une autre de voir ses vertes prairies ravagées...
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3679
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: Hitler perd la guerre en août 1940 !

Message par Tietie007 » Jeudi 09 Août 2018 18:21:09

J'ai cru pendant longtemps qu'Hitler, en effet, avait perdu la guerre cet été 40, non pas pour ne pas avoir tenté de débarquer en Britannie, cet été 40, mais pour ne pas avoir exploité son avantage en Méditerranée , alors que le Royaume-Uni était très seul et très affaibli ! J'avais eu d'ailleurs une discussion musclée à ce sujet avec Cédric Mas, sur le forum Italie 39-45.

http://www.italie1935-45.com/forum/viewtopic.php?f=14&t=152

Et puis, progressivement, après beaucoup de lecture et de recherche sur un sujet assez mal connu (armée italienne, logistique en Libye), j'en suis venu à la conclusion, qu'il aurait été très difficile, pour l'Axe, cet été 40, d'initier une stratégie méditerranéenne !

https://www.youtube.com/watch?v=AAqzH588rr0
Tietie007
 
Message(s) : 143
Inscription : Vendredi 31 Mars 2017 20:51:23

Précédent

Retour vers Les années 30 et la Seconde Guerre Mondiale (1930-1945)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité