Le "combat" de La Fouillouse...

Les Totalitarismes à l'assaut de l'Europe !

Le "combat" de La Fouillouse...

Message par BRH » Samedi 27 Juillet 2019 17:20:22

Souvent cité, le combat de La Fouillouse, le 23 juin 1940, se résume à peu de choses :

Le dimanche 23 juin les Allemands arrivent à La Fouillouse (une compagnie du régiment d'infanterie motorisée SS "Adolf Hitler"). La résistance est organisée par le 4ème escadron du 20e G.R.C.A. (Groupe de reconnaissance de corps d’armée), appuyé par 2 chars R.40 du groupe franc du capitaine Ziégler. Le point de résistance se trouve au nord, à l’intersection de la route nationale – Route bleue - et du chemin de grande communication en direction de St-Just (entrée du lotissement Soleil Couchant). Le combat a lieu entre 16h30 et 20h30. Les Allemands s’installent aussi dans les hameaux.

Le lendemain le journal le Mémorial fait le constat suivant : quelques trous d’obus du côté de la gare, toiture du magasin de fruits et légumes Bonnet à l’angle de la route de St Galmier endommagée, arbres déchiquetés, fils télégraphiques coupés, carreaux brisés.

Sur les lieux mêmes où l’on résista un char léger Renault gît dans un fossé. Un sous-officier et un soldat allemand l’examinent attentivement. Quelques rares piétons circulent sur la route et gagnent les talus lorsque passent à toute vitesse les véhicules allemands. Aux Molineaux les soldats allemands se régalent de tartines de confiture. D’autres écrivent, lisent, se reposent. À Ratarieux un important barrage est édifié à l’intersection des routes et devant l’ancien dépôt des tramways à la Porchère.

La brigade de gendarmerie de La Fouillouse fait état de 2 officiers allemands tués. Ils sont enterrés aux Perrotins et rapatriés dans leur pays en 1942.
Côté français le soldat Henri Vanel, de Bourg Argental, est blessé d'une balle dans l’omoplate sur le chemin du pensionnat (rue de Bel Air). Les 1ers secours lui sont donnés dans une ferme de la Réjaillère, puis il est soigné à l’Hôpital de Bellevue. Il regagne son domicile quelques semaines plus tard et décède en 1992.
Le soldat Marcel Jacquot né à Bresilley, Haute Saône, reçoit un éclat d’obus au flanc gauche aux Molineaux. Transporté au café Paulin il décède le lendemain. Provisoirement inhumé au cimetière de La Fouillouse, il est rapatrié dans sa commune après la guerre. Son nom est inscrit sur le Monument aux Morts de La Fouillouse.

Sources :
-bulletin municipal de la Fouillouse, édition numérique.
-Forum ATF/40
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3750
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Retour vers Les années 30 et la Seconde Guerre Mondiale (1930-1945)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron