L'énigme de la capture du général Robert Altmayer...

Les Totalitarismes à l'assaut de l'Europe !

L'énigme de la capture du général Robert Altmayer...

Message par BRH » Samedi 23 Mars 2013 09:26:07

C'est le seul cas d'un général commandant une armée qui se soit livré volontairement aux Allemands, alors que son armée n'était pas encerclée (bien qu'en cours de dissolution).

D'une conversation avec Eric Denis sur le site ATF40, j'extrais ce qui suit du récit du général Altmayer dans « La Xe armée sur la Basse Somme, en Normandie, vers le réduit breton, mai juin 1940 »:

« Une colonne blindée allemande passée par Vitré en direction de Janzé (sud-est de Rennes) s'est ainsi trouvée sur les arrières du 3e C.A. et du corps de cavalerie. Mais ces deux grandes unités, faiblement pressées sur leur front, avaient encore quelque liberté de manœuvre. Je décidai donc de donner au Général de la Laurencie, commandant le 3e C.A., la mission de prendre sous son commandement le C.C. Langlois et tous les éléments se trouvant actuellement dans sa zone d'action et de passer au sud de la Loire, d'assurer la garde du fleuve entre Ancenis et Saumur concurremment avec les unités qui y seraient déjà et de se mettre aux ordres directs du commandant en chef.

Il y réussira, par les ponts de Behuart, de Chalonnes, et d'Ancenis, en aval des Ponts de Ce, malgré deux attaques faites dans la soirée contre le C.C. au Lion d'Angers et contre la 237e D.L.I. à Château-Gontier par des unités blindées allemandes venues du Mans par la rive droite de la Sarthe. »

En ce qui concerne la capture du général Robert Altmayer, voici ce qu’il en dit dans son ouvrage :

« [Le 19 juin] Vers 9h, le sous-chef d’E.M. de la Xe armée, le colonel Barbier, fut convoqué à la Kommandantur. Il revint vers 9 heures et demie. Le général allemand me demandait de venir à son bureau, à l’Hôtel de Ville. J’y allai en mon auto à 10 h. Le général me reçut avec courtoisie, et même avec une phrase sur la situation inverse de novembre 1918. Il venait de demander par téléphone des instructions à mon sujet : je devais être conduit à Mayence. Il fut convenu que « je serai prêt à partir à 16 heures, accompagné par mon chef d’état-major, le colonel de Lorme, dans mon auto ; dans une deuxième voiture, seront les Généraux Fagalde (18e CA) et Guitry (10e région) et leurs officiers d’ordonnance ; dans une troisième, les bagages. Je puis conserver mon fanion, mes armes et mes archives personnelles. »

Il ajoute dans une note page 131 et 132 :

« Ce ne fut qu’étant en captivité, le 2 juillet, à Mayence (avant d’aller à Königstein (Saxe), que, par des officiers de passage venant de la XI région, j’eu connaissance de télégrammes du GQG Georges du 17 juin et du Gouvernement de Bordeaux (Général Colson) du 18 juin, ordonnant à tous de rester à leur poste, même au risque de tomber entre les mains de l’ennemi, interdisant tout replis sans ordre du commandant de l’armée intéressée, déclarant « ville ouverte » toute localité de plus de 20.000 habitants, et démentant les racontars d’une signature d’armistice ou de suspension d’armes. »
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3679
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Retour vers Les années 30 et la Seconde Guerre Mondiale (1930-1945)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)