L'affaire des emprunts russes...

1ère guerre mondiale et ses conséquences, jusqu'à la Grande Crise.

L'affaire des emprunts russes...

Message par BRH » Lundi 13 Août 2007 13:21:13

Un bon résumé de la question:

Qui n'a pas eu un père, un grand-père, un arrière grand-père qui avait dans ses papiers des emprunts russes ? Qui n'a jamais entendu comment un membre de sa famille avait perdu toute sa fortune après la grande guerre ? Après une guerre de 4 ans, beaucoup de français se sont retrouvés ruinés après avoir "un peu trop" écouté les propos angéliques de l'Etat, des banques et des médias financiers.


1918 : année de la spoliation



1914 : la première guerre mondiale éclate. Les troupes allemandes décident d'envahir la France. Les combats sont rudes et la France est en mauvaise posture face à l'impressionnante armée allemande. Ce qui était tant redouté arriva, et les avancées diplomatiques faites par la France se sont concrétisées. La Russie ouvre rapidement un front à l'est et ainsi oblige l'Allemagne et ses alliés à se battre sur deux fronts différents distincts de plusieurs milliers de kilomètres, ce qui est coûteux en temps, en hommes et en matériel. Un parlementaire déclara même dans les années 1990 que "l'armée russe […] s'était acquittée d'une part importante des obligations souscrites par le gouvernement impérial de Russie à l'égard des souscripteurs français".

La venue de la Russie dans le conflit a effectivement été une étape essentielle dans la victoire finale de la France et de ses alliés.

Mais le début de l'année 1918 fut une année sombre pour la France et ses épargnants. La Russie annonce en pleine guerre en janvier 1918 l'annulation de tous les emprunts étrangers, y compris des emprunts français. En mars 1918, la Russie signe la paix à Brest-Litovsk avec l'Allemagne et permet à cette dernière de renvoyer ses troupes sur le front de l'Ouest. En quelques mois, la France a failli perdre la guerre et les français une fortune. La guerre a finalement été gagné grâce aux Etats-Unis, leur art de la guerre et leurs équipements. Il n'en restait pas moins que la Russie avait annoncé l'annulation de tous les emprunts étrangers. Par la suite, les entreprises russes ont toutes été nationalisées.

Les français qui avaient survécu à la guerre se retrouvaient théoriquement sans un franc d'épargne. La France pense a une solution rapide du problème et verse même les intérêts pour le premier trimestre 1918 des emprunts russes. Mais les nouvelles se confirment. La Russie ne remboursera pas les épargnants français.

Des familles entières sont ruinées, on compte de nombreux suicides parmi les épargnants floués. Du jour au lendemain, un tiers de l'épargne française disparaît au profit de la Russie qui s'est modernisée avec l'argent des épargnants français.

En Septembre 1918, la France organise le recensement des créances et actifs russes par un décret. Ce recensement qui aura lieu en mai 1919 n'aboutira, lui non plus, pas à un remboursement des emprunts. 1,6 millions d'épargnants sont concernés et ont été touchés plus ou moins sévèrement par cette spoliation.


De 1918 à 1924 : l'enlisement des négociations



La France et les gouvernements successifs qui avaient tant prôné la garantie des emprunts russes se doivent de faire leur possible pour recouvrer la dette estimée à plus de dix milliards de francs or. Les négociations vont bon train entre la France et son ancien allié, la Russie. Mais depuis 1917, la Russie a fait sa révolution et est devenue bolchevique. Les tsars ont été remplacés par un célèbre Lénine.

En février 1919, Ludovic Nadeau, dépêché par le gouvernement français de l'époque, tenta une négociation en vue de réaliser le remboursement des emprunts en nature (céréales ou pétrole). Le refus fut catégorique.

En 1921, tout s'accélère. Le décret de 1918 annulant les emprunts est lui même annulé. La Russie semble souhaiter se rapprocher à nouveau de ses anciens alliés et de discuter sérieusement de la question des emprunts russes. Ces négociations aboutiront en avril-mai 1922 par la conférence de Gênes. Mais coup de théâtre, la Russie continue de refuser à rembourser les emprunts. Les dettes appartiennent à la Russie tsariste et les nouveaux dirigeants de l'époque ne souhaitent pas s'encombrer avec une dette de cette importance. Cette décision va d'ailleurs à l'encontre de toutes les règles internationales. Les dettes restent dues tant que l'Etat ne les a pas réglé en totalité quelque soit les changements de régimes opérées dans ces mêmes états.

Le 28 Octobre 1924, la France reconnaît officiellement l'Union Soviétique malgré le profond désaccord sur la question des emprunts russes. La France exprime d'ailleurs les limitations de cette reconnaissance. Les épargnants se sentent une nouvelle fois floués. Eux qui pensaient que la reconnaissance internationale d'un pays pouvaient faire évoluer favorablement les négociations tombent de haut. La France profite tout de même de cette reconnaissance pour rouvrir les négociations. En février 1925, un accord semble se profiler mais la venue au pouvoir de R. Poincaré fait tout basculer. Ce dernier trouve l'accord trop avantageux pour la désormais URSS et annule tout. De 1927 à 1992, aucune négociation ne vit le jour.


http://www.edubourse.com/guide/fiche.php?idFiche=290
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3657
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Message par FELKENZAMOVA » Vendredi 17 Août 2007 19:56:51

Je crois me rappeler que Gorbatchev a rembourse 40 millions de Livres Sterling d Emprunts Russes a l Angleterre en 1986 ou 1987. Avec les avoirs de Nicolas II ?.... (Journal les Echos Janvier 1987).
FELKENZAMOVA
 
Message(s) : 1
Inscription : Vendredi 17 Août 2007 19:37:42

Message par BRH » Vendredi 17 Août 2007 20:14:32

Bonjour (merci de vous présenter à la rubrique adéquate).

Je ne m'en souviens plus précisément, mais ça doit être de cet ordre de grandeur. Et tenons compte du fait que les porteurs anglais n'étaient plus que quelques milliers.

En effet, dans les années 20, le Trésor britannique avait proposé d'échanger les emprunts russes contre des Bons du Trésor de Sa Grâcieuse Majesté. Seuls, quelques irréductibles s'y étaient refusés, mais leurs coupons furent honorés...
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3657
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

emprunts russes

Message par martinez » Dimanche 30 Septembre 2007 09:43:00

voulant assigner devant un tribunal international l'algérie( non rspect des accords d'Evian) comme l'ont fait avec succès les cypriotes grecs pour la turquie j'ai eu a contacter l'agence gouvernementale française chargée de l'indemnistion des rapatries la chef de service m'avait indiqué qu'elle était également chargée de répartir les sommes versées par le gouvernement russe pour le remboursement très très partiel des emprunts russes qu'en a t il été? avez vous des infos sur ce remboursement?
cordialement
martinez
 
Message(s) : 105
Inscription : Jeudi 15 Mars 2007 03:02:13

Re: L'affaire des emprunts russes...

Message par BRH » Mercredi 14 Août 2013 16:23:13

Vieille affaire, vieux débat... La France a soi-disant indemnisé les porteurs d'emprunts russes en leur allouant une somme de 330,36 Fr par titre de 500 Fr-Or, étant admis que 500 Fr-Or valaient 10 000 Fr de 2001... Avec, en sus, 800 Fr forfaitaire pour chaque porteur. L'indemnisation était plafonnée à 150 000 Fr-Or, soit 300 titres de 500 Fr-Or. En réalité, la Russie n'a jamais versé les 300 millions de $ prévus pour cette indemnisation. Cette somme n'a jamais été budgétisée en Russie et la Douma n'a jamais rien voté en ce sens. Les fonds provenaient des avoirs czaristes bloqués par la France en 1918. On peut supposer que la France a dû abonder le fond ainsi constitué...
Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3657
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Re: L'affaire des emprunts russes...

Message par Duc de Raguse » Mercredi 14 Août 2013 17:40:36

Ils auront au moins servi à mettre en échec le plan Schlieffen. C'est mieux que rien... :|
"Le plus terrible entre toutes les horreurs est la calomnie et le triomphe des sots"
Balzac.
Avatar de l’utilisateur
Duc de Raguse
 
Message(s) : 311
Inscription : Lundi 07 Juin 2010 08:48:54


Retour vers La Grande Guerre (1914-1929)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)