La survie en ligne féminine des Romanov...

1ère guerre mondiale et ses conséquences, jusqu'à la Grande Crise.

Re: борьба продолжается! La lutte continue...!...

Message par SIRACOURT » Dimanche 24 Janvier 2010 23:31:30

Exiger des documents des autorités russes, ca c'est bien et nouveau chez les Romanov.Malheureusement, les Michel Andreivitch et Feodorovitch Romanov qui connaissaient les secrets de la survie de la famille impériale sont morts aujourd'hui.
La seule chez les Romanov qui ait les preuves aujourd'hui de la survie de la famille impériale est Maria Wladimirovna ( la femme forte!...Tolstaya baba!). Elle possède toutes les archives de son grand-père Kyril, de son grand oncle André et de son père le GD Wladimir Kyrilovitch.
Le vieux lapin blanc, Nicolas Romanovitch Romanov (1922- ) veut terminer l'affaire au plus vite. Pas si facile que cela! L'affaire Romanov est une grosse Matriochka (poupée russe),- plus on creuse et plus on trouve d'affaires dans l'affaire.
On n'enterra pas de sitôt les pseudos "restes" d'Alexis et de la GD Maria Nicolaievna, qui pour moi, ne sont pas en Russie. J'y reviendrai.
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Mardi 02 Février 2010 15:01:14

Pour admettre une survivance, encore faut-il fortement douter de la validité de la version du massacre dans la maison Ipatief accréditée par le juge Sokoloff.
Selon les témoignages que j'ai recueillis, l'enquête que j'ai menée et l'analyse que j'ai effectuée, la thèse d'une mise en scène apparaît hautement probable. Examinons succintement celle que Yourovski a organisée dans la maison Ipatief.

Si l’on analyse objectivement et sans a priori tout ce qui a trait à la version du massacre collectif de la Famille impériale et des serviteurs dans la maison Ipatief, force est de constater qu’elle n’est pas probante. Les conclusions des premiers enquêteurs, les premiers avis et communiqués officiels font état d’une possible mise en scène ou, pour le moins, émettent des doutes ou ne tranchent pas.
L’émotion (voulue et toujours actuelle) suscitée par l’évocation d’un massacre d’enfants dans des conditions terribles et les reconstitutions cinématographiques sont très certainement plus persuasives (souvent inconsciemment) que les éléments objectifs pour accréditer le massacre des Romanov dans la chambre jaune (parquet peint en jaune et papier peint à dominante jaune).

Au départ, la thèse du massacre vient de Koutouzov, l’adjoint au procureur public d’Ekatérinenbourg, qui aurait appris du citoyen Fiodor Gorchkov que le tsar et toute sa famille auraient été assassinés dans la maison Ipatief (dans les appartements et non dans l’entresol). Ce dernier aurait dit tenir cette révélation de l’enquêteur Tomachevski qui l’aurait appris d’un témoin oculaire ou d’un proche des autorités soviétiques.
Ce bref témoignage de troisième ordre constitue la trame sur laquelle Sokoloff a brodé sa version. Il servira aussi à fonder la survivance de la grande-duchesse Anastasia.
« Toute la famille fut rassemblée dans la salle à manger où on leur annonça qu’ils allaient être tous fusillés. Peu après, les « Letts » tirèrent et toute la famille s’écroula. Après quoi, en vérifiant que tout le monde était bien mort, des gardes s’aperçurent que la grande-duchesse Anastasia vivait encore. Lorsqu’ils la touchèrent, elle poussa un cri horrible. On lui donna un coup de crosse sur la tête et elle fut percée de trente-deux coups de baïonnette

Il convient aussi de noter que personne, en dehors de Yourovki et de ses tchékistes (et peut-être de Paul Medviedef), n’a eu la possibilité d’identifier les cadavres évacués de la maison Ipatief, ce qui est étrange et particulièrement suspect. Pourtant, officiellement c’est le peuple, à travers les gardes rouges, qui a jugé, condamné et exécuté Nicolas II et sa famille dans la maison Ipatief. Aucun parmi eux n'a pu témoigner avoir directement participer ou assister à l'assassinat, ni même avoir vu les Romanof morts. Ceci est illogique.

Si l’on se réfère aux témoignages connus les membres de la Famille impériale et les serviteurs n’avaient pratiquement rien pris avec eux pour descendre à l’entresol. Or, si l’on se réfère à la quantité considérable d’objets et d’effets vestimentaires retrouvés sur le lieu de l’inhumation présumée (les Quatres-Frères) par les enquêteurs, par les curieux et même par Sokoloff et si l’on y ajoute ceux qui n’ont pas été restitués ou qui ont été brûlés pour faire croire à l’incinération de corps, il est patent que la plupart ont été transportés là en dehors de leurs propriétaires.
L’utilisation de drap et de coupons de toile militaire pour envelopper les corps sans permettre leur identification laisse sérieusement à penser que de faux cadavres ont été confectionnés pour tromper les gardes rouges qui ont observé la scène du chargement dans le camion et qui ont ensuite raconté ce qu’ils ont vu à leurs camarades. Ce sont leurs témoignages qui étayent la version du massacre de la Famille impériale. Faire sortir les Romanof dehors pour se rendre dans l’entresol, alors qu’un escalier intérieur existe, relève du même stratagème pour leurrer les sentinelles extérieures afin qu’elles témoignent en conséquence.
La volonté évidente de ne pas permettre l’identification des corps est aussi anormale que suspecte.
Quant à la scène du crime, les premiers enquêteurs ont tous fait le même constat : beaucoup moins de 11 personnes ont été tuées dans la chambre jaune. Même Sokoloff a été embarrassé. Le nombre d’impacts, la quantité de sang (du sang de porc aurait été ajouté par la suite !)…

Elie Durel

Élie DUREL auteur de : « L’autre fin des Romanof et le prince de l’ombre » aux éditions Lanore (France) 2009 – « Mémoire d’un résistant » chez Gestes éditions (France) - « L’histoire d’un conscrit de 1913 » aux éditions Ouest-France – « Les amants du Val de Loire » chez Geste éditions.
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Mardi 09 Février 2010 17:09:34

Comme dans la chambre jaune de la maison Ipatief, une mise en scène a certainement été organisée pour l’enfouissement des cadavres des serviteurs au lieu-dit des Quatre-Frères pour couvrir la fuite des Romanof. Comme elle a bien failli être éventée, durant trois jours et trois nuits Yourovski s’est livré à un sinistre simulacre.
Je reviens un instant sur le massacre dans la maison Ipatief. Il est très invraisemblable que 11 tireurs armés d’un révolver aient pu tuer 11 personnes dans une pièce de 24 m2, quel que soit la position des uns ou des autres. Seulement 16 impacts de balle ont été retrouvés dans la cloison dont 12 dans un rectangle de 0,50 m X 1,30 m situé au plus bas à 0,20 m du sol et au plus haut à 0,75 m. Le peu d’impacts a beaucoup embarrassé le juge Sokoloff qui a imaginé que des balles étaient restées dans les corps : ceci est peu probable, car à cette distance et vue la puissance des armes, les balles ont certainement toutes traversé les victimes. D’ailleurs, sur les 16 impacts concentrés dans le rectangle, 12 étaient « ourlées » de sang, ce qui montre qu’elles ont traversé des corps. Ces éléments montrent que seuls les serviteurs ont été tués là, comme l’ont conclu les premiers enquêteurs. Il faut savoir qu’en souhaitant rester au service de la Famille impériale, ils se sont condamnés à mort comme traître à la Révolution.

Il est intéressant de noter Yourovski (le tchechiste commandant la maison Ipatief) a fait nettoyer, par les gardes extérieurs, la chambre jaune où ont été assassinés les quatre serviteurs. Une majorité de ces gardes rouges s’interrogeaient sur le sort réellement réservé aux Romanof. Il aurait été facile de les « rassurer » en leur montrant les cadavres, mais comme il n’y en avait pas il fallait trouvait de le moyen les conforter dans l’idée qu’ils avaient été tué. Il n’y avait absolument aucune raison de leur cacher ce meurtre. Si certains d’entre eux avaient bien pu compter le nombre de « paquets » jeté par les tchékistes sur le plateau du petit camion, ils pouvaient douter faute d’avoir identifié les victimes. Yourovski a alors l’idée de leur faire tous nettoyer la chambre pour que la vue du sang (peu abondant) renforce l’affirmation qui leur a été faite. Il n’y aucune autre explication rationnelle à ce grand nettoyage collectif.

Au sujet du sang, je ne peux m’empêcher d’évoquer le témoignage d’un certain Valentin Speranski, ancien professeur à l’Université de Saint-Pétersbourg, qui a écrit en 1928 « La maison à destination spéciale ». Ce livre est le résultat d’une enquête personnelle menée au printemps 1924 à Saint-Pétersbourg et dans ses environs. Dans la préface, il écrit : « Presque six ans après l’assassinat de la Famille impériale, j’ai examiné le lieu de l’atroce évènement… ». Puis encore : « Après avoir regardé le jardin Ipatief, je commençai à examiner attentivement la cour attenante. Sur les dalles noires, les assassins ont traîné les corps encore tièdes de leurs victimes. Sur le sol légèrement incliné a coulé le sang de onze martyrs. Après six ans, les traces du crime ont disparu, si ce n’est sur les marches du perron où j’ai remarqué à la loupe, les traces non équivoques d’une teinte rougeâtre, demeurée, malgré le temps, dans certaines rainures… ». Et oui, 6 ans après, ce professeur aurait décelé des traces de sang. Il est vrai qu’il n’était pas professeur de biologie. L’on voit ce à quoi peut conduire la simple évocation d’un « atroce évènement ».
C’est bien sur cet aspect émotionnel que la version du massacre de la Famille impériale se trouve entretenue. Yourouvki a exploité ce côté émotionnel : voir et essuyer le sang des Romanof, vous pensez !
Les quatre vrais cadavres et sept ballots garnis de vêtements, lingerie et objets divers ont été acheminés par le tchékiste Ermakof au lieu-dit des Quatre-Frères pour être jetés dans un puits de mine. Ermakof (le commissaire militaire pour le district de Verhk-Isetst) a la malencontreuse idée (pour répandre la nouvelle de la mort des Romanof afin de protéger leur fuite) de faire prévenir ses hommes. Ils se sont rendus en nombre sur le lieu de l’inhumation. En apprenant cette initiative intempestive, Yourovski s’est précipité aux Quatres-Frères. Il lui a fallu beaucoup de « persuasion » pour écarter les curieux qui, en aucun cas, ne devait identifier les victimes. A partir de là, Yourovski va s’évertuer à rendre méconnaissable les quatre corps et à faire brûler sept les « ballots ». Comme il sait très bien que des corps ne peuvent être détruits entièrement par le feu, pendant trois jours et trois nuits il va charrier les cadavres des malheureux serviteurs pour décourager les curieux devenus très curieux. Le récit qu’il fait de ces péripéties dans sa note publiée en 1934 est aussi abracadabrantesque qu’invraisemblable. Manifestement, Yourovski (le proche du prince Orloff) a donné beaucoup de sa personne pour protéger la fuite des Romanof qui aurait été compromise si le subterfuge avait été découvert.

Par ailleurs, la quantité d’objets (icônes, ustensiles de toilette, cadres pour photos, flacons…) et de restes de vêtements répertoriés par le juge Sokoloff (sans ce qui a été conservé par les curieux venus aux Quatre-Frères) est en total contradiction avec les témoignages de ceux qui ont vu les Romanof et les serviteurs se rendre dans la chambre jaune. Il est à noter que le Tsarévitch portait des chaussures orthopédiques renforcées, aucune trace n’a été retrouvée malgré des fouilles plus que minutieuses.
Les seules découvertes humaines faites au lieu-dit des Quatre-Frères ont été un dentier et un doigt sectionné clairement attribué au docteur Botkine (le médecin personnel de l’Impératrice) qui lui a bien été assassiné dans la maison Ipatief. Pourtant, le juge Sokoloff dira qu’il s’agissait de celui d’Alexandra dès lors qu’il été manucuré.

En conclusion, sur la base des seuls témoignages dont nous disposons, il est vraiment impossible de conclure au massacre de la Famille impériale dans la maison Ipatief, bien au contraire.
Mon sentiment est que la seule évocation d’un massacre aussi odieux (des femmes, des enfants) suffit à accréditer la version dite officielle.

Elie Durel

Élie DUREL auteur de : « L’autre fin des Romanof et le prince de l’ombre » aux éditions Lanore (France) - Site : http://sites.google.com/site/eliedurelauteur/
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par SIRACOURT » Mardi 09 Février 2010 21:58:32

Merci pour ces précisions trés justes. Je suis tout à fait d'accord avec vous sur ce "massacre bidon" de toute la famille impériale. D'autre part, je pense qu'il y avait plusieurs entrées de souterrains sur la propriété Ipatiev (une qui partait de la cave du jardin, derrière le pavillon d'été, plan p.42 de mon livre et l'autre dans la chambre du sous-sol derrière la chambre jaune du meutre).
La dame qui m'a fait des confidences à Ekatérinbourg dont je parle dans mon livre, entrait pour jouer avec ses copines dans celui du jardin.
J'ai vécu en Crimée en 1992 dans une maison qui possèdait un vieux souterrain de ce type qui partait vers la campagne. Sa trappe d'accés (60 cms x 60 cms) était cachée sous un tapis du salon recouvert par un piano à queue!...de nombreuses vieilles maisons russes en possèdent.
Je suis sur la piste du fameux livre écrit par l'américain concernant le souterrain Ipatiev. En 1970 est paru un livre qui en fait état. Dés que j'ai des nouvelles plus précises, je vous en parlerai.
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Mercredi 10 Février 2010 18:40:45

Si, selon ce que j'ai developpé, l’on admet que les Romanof n’ont pas été massacrés dans la maison Ipatief, qu’est-il advenu d’eux ?
Les témoignages sur leur sort existent et ils sont même plus crédibles que ceux qui accréditent le massacre dans la maison Ipatief. Certains ont été retrouvés dans ce qui restait aux États-Unis des archives du juge Sokoloff. Le prince Orlof exilé aux États-Unis (remarié à une Américaine) les avait soustraites à la veuve du juge et en a restitué la plus grande partie aux autorités soviétiques (à son ami Staline).
Mes sources confirment ces témoignages. Pour faire simple : Nicolas II serait mort (bavure ou acte désespéré) alors qu’il était entre les mains d’officiers allemands chargés d’exfiltrer la famille en Allemagne – Alexis serait mort des suites de sa maladie – Alexandra et ses filles auraient été évacuées sur Perm…

Élie Durel : « L’autre fin des Romanof et le prince de l’ombre » aux éditions Lanore. Site : http://sites.google.com/site/eliedurelauteur/
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par SIRACOURT » Mardi 16 Février 2010 23:45:12

Bon!...D'accord sur Orloff et son ami Staline....Mais, repartons donc de Perm, si vous le voulez bien!...La famille part dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 aprés minuit par train d'Ékatérinbourg vers Perm...et aprés?....Donnez-nous votre route!...
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Vendredi 19 Février 2010 12:23:56

Siracourt (Michel Wartelle) est impatient de connaître la suite qu'il connaît pourtant déjà pour voir lu mon livre (et j'ai lu le sien), mais je m'adresse avant tout aux visiteurs passionnés par cette énigme qui fait encore l'objet de rebondissements.
Si j'insiste sur le prince Orloff, c'est parce que dans cette affaire cette source est inédite autant que son rôle est méconnu.
Il convient donc d'en faire mesurer aux lecteurs toute l'importance, sinon la version des faits que je relate ne présenterait que peu d'intérêt.
Malgré toutes les recherches entreprises dans les archives secrètes, aucune preuve n'a été retrouvée d'un ordre donné par Lénine pour éliminer la famille impériale : il n'avait aucun intérêt à cela. Quatre possibilités se présentaient pour se débarrasser des encombrants Romanof : 1- les faire assassiner par des agents de la tchéka sur ordre du centre (version du juge Sokoloff). 2- les laisser assassiner par les socialistes-révolutionnaires de gauche opposés à Lénine (version locale de Perm qui a valu la mort à des innocents). 3- Les laisser exfiltrer aux risques et périls des "sauveurs", mais avec la complicité de la tchéka. 4- Les laisser condamner et exécuter à la suite d'une décision au niveau local (idéologiquement par le peuple), c'est ce que l'on a laissé entendre à Moscou.
De ces quatre possibilités, Lénine, le pragmatique, a vraisemblablement écarté la première qui était inutilement risquée pour lui. Les trois autres ne le desservaient pas vraiment. Toutes ces possibilités ont été volontairement et involontairement embrouillées, ce qui alimente le mystère. Pour ce qui me concerne, je crois à l'hypothèse 3.
Quant aux Blancs, ils n'avaient effectivement aucun intérêt à récupérer les Romanof. Koltchak, le chef du gouvernement provisoire, s'orientait vers une dictature militaire, non vers le rétablissement du tsarisme.
Ce que l’on appelle la « piste de Perm » (dont j’ai eu confirmation) fait l’objet de témoignages nombreux et précis dans les archives du juge Sokoloff emportées aux États unis par le prince Orloff remarié à une Américaine. Ces affirmations de témoins de premier ordre font mention de la présence à Perm de l’impératrice et de ses quatre filles, d’une ou de deux évasions et de la mort d’Anastasia qui a été reprise dans des conditions parfaitement décrites.
Si l’on n’intègre pas le rôle positif (pour les Romanof) de membres importants de la tchéka, cette version des faits ne tient pas plus qu’une autre. Or, le prince Orloff était très influent dans le réseau de la police secrète où il avait d’anciens «collaborateurs » et il agissait dans l’ombre.
Au motif que certains de ces témoignages émanaient d’agents de la tchéka ou de leurs proches, le juge Sokoloff (instrumentalisé par Orloff) a écarté cette piste en considérant qu’elle n’était faite que pour l’égarer dans son enquête (il devait accréditer le massacre dans la maison Ipatief).
L’historien Nicolas Ross pourtant connu pour sa rigueur et la richesse de sa documentation sur le sujet balaie cette piste au même motif que Sokoloff.

Élie Durel

Élie Durel, auteur de « L’autre fin des Romanof et le prince de l’ombre » aux éditions Lanore (Paris)
Site de l’auteur : http://sites.google.com/site/eliedurelauteur/
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par SIRACOURT » Samedi 20 Février 2010 04:18:25

Bien sûr, je connais votre livre et votre thèse. En fait de témoignages précis sur la "fin des Romanoff", il n'y a qu'Orloff qui aurait pu nous en donner...malheureusement il est mort sans parler et sans rien écrire... Pour ma part, votre thèse Orloff est celle d'une déinformation typiquement russe.
Je ne vous attaque pas loin de là, votre thèse est originale; je constate seulement que c'est une entourloupette d'Orloff, qui a roulé tout le monde dans la farine y compris ce pauvre Nicolas Sokoloff. Il a d'ailleurs dû s'en débarasser.
Cette déinformation permet de mettre un point final à l'affaire Romanoff en faisant croire que toute la famille est morte durant son évacuation.
Je ne suis bien entendu pas d'accord avec cette fin puisque je crois à la survie de la famille impériale en Europe aprés 1918. Je donne d'ailleurs plusieurs témoignages écrits de sa survie ( prince Sigismund de Prusse, Prince Yvan Ghika) dans mon livre à ce sujet.
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Samedi 20 Février 2010 16:39:14

Mon cher Siracourt, je sais que je ne parviendrai pas à modifier vos certitudes sur la survivance de l'impératrice et des grandes-duchesses et ce n'est pas mon but. J'expose une version des faits qui est effectivement originale en cela qu'elle offre une variante que je crois très crédible à celle du massacre dans la maison Ipatief et donc à une éventuelle survivance ultérieure. Tout repose sur le fait qu'une exfiltration de la Famille impériale de la maison Ipatief ne peut se concevoir qu'avec le concours de la tchéka et c'est cela que mon témoin tient du prince Orloff. Que ce dernier ait été un manipulateur est certainement vrai, mais n'est-ce pas un peu le propre des agents secrets. L'autre information émanant de ce personnage clé est que l'affaire Anna Anderson était une diversion et un moyen de semer la discorde au sein de la famille Romanof. Après avoir approfondi cette question, j'ai l'intime conviction pour ne pas dire la certitude qu'Anna Anderson n'était pas Anastasia. L'histoire recombolesque de son sauvetage est peut-être même due à Orloff. En tout état de cause, c'est Paul Boulyguine qui a colporté cette histoire en Allemagne auprès de ceux qui hébergeaient la prétendante.
Par contre, même si je n'y crois pas, j'aurais pu vous suivre sur une hypothétique survivance de l'impératrice et de ses trois autres filles après leur détention à Perm, mais les "preuves" qui vous avancez (photos et témoignages écrits) ne sont pas convaincantes. Il y a eu des centaines de prétendantes pour lesquelles on retrouve le même genre de "preuves". L’inscription sur une pierre tombale ne l'est pas plus : si Anna Anderson n'avait pas été incinérée, il est probable que sa tombe aurait porté le nom de la princesse Anastasie Romanof.
Vous criez trop souvent à la désinformation pour évacuer ce qui ne correspondant pas à votre thèse. Il y a eu manifestement désinformation, mais je ne crois pas qu'elle ait été, au moment des faits dans les années qui ont suivi, de l'ampleur que vous laissez à penser. Le chaos était si grand qu'une désinformation organisée et systématique me paraît peu probable.
Et puis vous savez, les princes sont souvent fantasques.
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par SIRACOURT » Jeudi 25 Février 2010 17:26:43

Cher ami,
Concernant mes preuves écrites, vous me faites penser à l'avocat du grand-duc de Hesse au procés d'Anastasia, qui disait que même s'il voyait dans l'agenda du frère de la tsarine mention du passage clandestin de ce dernier chez le tsar en pleine guerre en 1916, il n'y croirait pas.
Cette révélation d'Anastasia fut une erreur fatale pour elle, car à partir de ce moment la famille Romanoff l'abandonna à elle-même, considérant qu'elle devenait incontrôlable et dangereuse pour tout le monde (héritiers collatéraux et pour sa mère, ses soeurs toujours en vie). Je considère le témoignage de Soeur Pasqualina Lehnert, la collaboratrice de PIE XII, comme essentiel et véridique.
Quand Alexis d'Anjou-Dolgorouky écrivit son livre en 1981, Maria était décédée(1970), Olga était morte (1976) et Tatiana complètement oubliée quelquepart en Angleterre ou en Irlande...peut-être même décédée. Son livre intéressant au plus haut point fut cependant mal écrit et à cause de cela, fut attaqué avec succés par le GD Wladimir Kyrilovitch. Il fut piloné sur ordre de justice.
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Vendredi 26 Février 2010 20:40:24

Si l'on admet que la Famille impériale n'a pas été massacrée dans la maison Ipatief et que l'impératrice est ses filles ont été évacuées sur Perm, il faut considérer l'ensemble des témoignages figurant dans le dossier du juge Sokoloff et qu'il a assez adroitement écartés dans ses conclusions judiciaires. Ces témoignages, à mon sens plus crédibles que ceux qui relatent le pseudo massacre, font état de l'évasion de Maria et d'Anastasia (reprise puis battue à mort) et de l'évacuation vers Glazow et Kazan d'Alexandra, d'Olga et de Tatiana.

Élie Durel

Élie Durel, auteur de « L’autre fin des Romanof et le prince de l’ombre » aux éditions Lanore (Paris)
Site de l’auteur : http://sites.google.com/site/eliedurelauteur/
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par Gvardeyets » Dimanche 28 Février 2010 20:47:13

On aurait retrouvé très récemment une série de squelettes dans le sol d'une cour de la forteresse des saints Pierre et Paul de Petersbourg.
Parmi eux (on cite 17 corps retrouvés – notre Russie est riche dans ce domaine funeste) pourraient figurer les grands-ducs Paul Alexandrovitch, Dimitry Constantinovitch, Nicolas Mikhaïlovitch, Georges Mikhaïlovitch tués fin janvier 1919.
Enquête en cours…
Gvardeyets
 
Message(s) : 80
Inscription : Dimanche 01 Février 2009 14:30:35
Localisation : Sibérie

Re: Découvertes de nouveaux corps Romanov...

Message par SIRACOURT » Lundi 01 Mars 2010 20:41:02

Il faut aller sur le Site de ROYAL RUSSIA de Paul Gilbert, Ontario, Canada, http://www.angelfire.com qui met de trés bonnes videos(YOU TUBE) en ce moment sur la découverte des corps des Grand-ducs fusillés en 1919 dans la forteresse St Pierre et Paul à St Petersbourg. Il faut reconnaître que ce site est trés intéressant, bien qu'il défende les intérêts dynastiques de la GD Maria Wladimirovna (de + en + grosse, un monstre!)...qui n'est pas ma "cup of tea"(ma tasse de thé)...
Auteur de LOUIS XVII OU LE SECRET DU ROI, Louise Courteau, Éditrice, Québec, Canada, 2007 et de L'AFFAIRE ROMANOV OU LE MYSTÈRE DE LA MAISON IPATIEV,Louise Courteau Éditrice,Québec,Canada, 2008.

http://romanovfile.multiply.com
Avatar de l’utilisateur
SIRACOURT
 
Message(s) : 394
Inscription : Samedi 27 Janvier 2007 15:01:22
Localisation : Québec, Canada

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par eliedurel » Mardi 02 Mars 2010 18:16:29

Siracourt écrit :
bien qu'il défende les intérêts dynastiques de la GD Maria Wladimirovna (de + en + grosse, un monstre!)...qui n'est pas ma "cup of tea"(ma tasse de thé)...


Pourquoi ce manque de courtoisie à l'égard de la grande-duchesse Maria ?


Élie Durel

Élie Durel, auteur de « L’autre fin des Romanof et le prince de l’ombre » aux éditions Lanore (Paris)
Site de l’auteur : http://sites.google.com/site/eliedurelauteur/
eliedurel
 
Message(s) : 57
Inscription : Mardi 24 Novembre 2009 17:08:18

Re: La survie en ligne féminine des Romanov...

Message par Gvardeyets » Mercredi 03 Mars 2010 07:19:14

L'attitude de la princesse Maria est une injure à l'honneur dynastique des Romanov sans aucun droit au titre de "grande-duchesse".
C'est, au mieux, une pauvre fille manipulé, sans véritable opinion personnelle.
Recherchez en France le dossier de tentative de changement de nom de son fils en Romanov. Le ministre Badinter s'y est opposé par respect du droit.
Triste.
Gvardeyets
 
Message(s) : 80
Inscription : Dimanche 01 Février 2009 14:30:35
Localisation : Sibérie

PrécédentSuivant

Retour vers La Grande Guerre (1914-1929)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron