Souvenir personnel...

1ère guerre mondiale et ses conséquences, jusqu'à la Grande Crise.

Souvenir personnel...

Message par BRH » Vendredi 02 Février 2007 15:21:50

...Par mémoire familiale interposée:

La compagnie qui détruit un bataillon! Mais, ça c'est vu...

Tenez, je vous livre les souvenirs de mon grand-père, en juin 1918, quand sa section (une quarantaine d'hommes) faillit être décimée par 3 mitrailleuses allemandes. Il était sergent, mais faisait fonction de chef de section...

C'était après l'offensive du 27 mai 1918 qui avait emporté les lignes françaises sur le chemin des dames.

Cette section -du 116ème d'infanterie- marchait en terrain découvert pour faire la liaison avec un autre régiment, lui-même en liaison avec les Américains vers le Bois-Belleau. C'était sur la commune de Bouresches.

Sortant d'un bois, cette troupe a abordé une clairière, en légère pente s'inclinant vers le bas. Les éclaireurs n'ont pas vu 3 mitrailleuses soigneusement dissimulées... Soudain, les hommes se sont vus tirés comme des lapins, au centre d'un cercle de feu!

Mon grand-père a pris la seule décision qui pouvait les sauver: il a chargé avec ses hommes la mitrailleuse la plus proche légèrement en contre-bas: une centaine de mètres à parcourir quand même!

Quand il est arrivé sur elle, il a pris une décharge dans son bras droit: c'est comme cela qu'il a perdu son bras...

Le reste, il ne l'a pas vu, car il est tombé sans connaissance! Dans leur élan, ses hommes ont cloué sur place les mitrailleurs et ont pu faire face aux deux autres mitrailleuses, qui se sont prudemment éclipsées.

Bilan: 5 tués chez les Français, 12 blessés (dont mon grand-père) et 2 tués chez les Allemands...

Si les hommes avaient cherché à se terrer au milieu de ce feu d'enfer, ils y seraient tous passés. C'était -du moins- la conviction de mon grand-père!

Le plus extraordinaire, c'est que l'assaut contre la mitrailleuse n'a "coûté" que 2 tués et 5 blessés... Les servants de la mitrailleuse ont dû être surpris de cette charge à la baïonnette: ils ont dû avoir un temps de latence suffisant pour que la section parvienne très près d'eux...

Ainsi donc, 6 mitrailleurs, bien placés en embuscade, auraient pu décimer une quarantaine d'hommes sans coup férir...

Ce que je veux dire, c'est que la section commandée par mon grand-père a failli être détruite par six hommes! ça peut vous paraître un piètre résultat pour un chef de section, mais c'est ainsi...

Pourtant, sa courageuse réaction et celle de ses hommes lui a permis de la sauver! Il faut dire que les soldats n'étaient plus habitués à combattre en terrain libre et que la section a été lancée en avant, sans que l'on sache où se trouvaient les Allemands !

Par contre, les Allemands n'avaient pas oublié leur tactique des débuts de 1914: progresser à couvert, être sûr de la présence de l'ennemi; tendre des embuscades... Sur ce point, leur mission n'était certainement pas de progresser, mais d'attendre des renforts et de stopper toute contre-attaque.

En réalité, mon grand-père a toujours pensé que des guetteurs allemands les avaient vus venir. Ses éclaireurs étaient des "bleus", qui ne connaissaient rien d'autre que de se terrer sous des bombardements ou attaquer à la baïonnette... Il n'a pas eu le temps de les former. On lui avait retiré "sa" section quelques jours avant, pour lui donner une nouvelle dont la moitié était des conscrits de 17...

Donc, un groupe de combat a failli anéantir une section...

Tant que les Français constitueront une nation, ils se souviendront de mon nom !

Napoléon
Avatar de l’utilisateur
BRH
 
Message(s) : 3744
Inscription : Lundi 22 Janvier 2007 18:18:29

Retour vers La Grande Guerre (1914-1929)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron