L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 27 Mai 2022 21:14

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Le fusil de Pauly
Message Publié : 06 Mars 2005 16:07 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 16:30
Message(s) : 15031
En 1812 Jean Pauly, armurier suisse installé à Paris, déposa le brevet d'un fusil à chargement par la culasse, tirant une cartouche à culot métallique prolongé par un tube de carton. Cette cartouche contenait balle, bourre et poudre, et le culot portait en son centre une petite pastille de fulminate de mercure. Un percuteur, armé par levier, venait frapper cette pastille quand, le tireur ayant pressé la détente, la gachette libérait ce percuteur.

Au début de janvier 1813, Savary avertit l'Empereur d'une découverte intéressante: "Sire, il existe à Paris, rue des Trois-Frères, un armurier nommé Pauly, qui est inventeur d'un fusil propre à l'usage des troupes, qui parait une découverte extrêmement avantageuse. Sur l'avis que j'ai eu que l'on cherchait à lui acheter son secret, je l'ai fait venir et lui ai fait apporter son arme. En ma présence, dans mon jardin, il en a tiré vingt-deux coups à balle en deux minutes. J'en ai été si étonné que je lui ai demandé si le général Gassiendi, du comité d'artillerie, avait vu cette découverte. Il m'a dit que oui, mais qu'il n'en entendait plus parler depuis qu'il était dans le besoin. J'ai pris alors sur moi de lui demander son fusil, que j'envoie au cabinet de Votre Majesté, parce qu'il m'a paru digne de sa curiosité. Le sieur Pauly m'a dit que ce fusil ne coûterait pas plus cher que celui d'infanterie; il pèse un quart de moins, et la cartouche à balle n'est que les deux cinquièmes de celle de l'infanterie. Tous les accidents auxquels le fusil d'infanterie est exposé par la pluie, par l'amorce, etc sont évités par celui-là. La seule précaution qu'il faut avoir avant de faire feu, c'est de relever le chien au repos avant de le charger. Je demande pardon à Votre Majesté, mais l'expérience que j'ai vue faite chez moi m'a rendu enthousiaste de cette arme, surtout pour les pistolets, qui sont si difficiles à recharger dans la cavalerie."

L'Empereur informé confiera une mission d'expertise à Duroc le 3 janvier. Malheureusement, cette affaire demeurera sans suite, ce qui est fort dommage. En effet, ce fusil avait une cadence huit fois plus élevée que celui de 1777 et possèdait des améliorations de mécanisme indéniables.
Certains affirment que les études sur ce fusil ne furent pas menées à leur terme ! Il n'en est rien:

Si ce fusil offrait la cadence, stupéfiante pour l'époque, de pouvoir tirer 22 coups en 2 minutes ( sans trop prendre le temps de viser, il est vrai ). Il fut présenté à des essais en 1813, mais refusé. A juste titre, il faut le souligner car c'est encore là un de ces points sur lesquels d'aimables incompétents veulent démontrer la "carence technique" de Napoléon.

Beaucoup trop fragile pour être utilisé en campagne, il n'était pas au point au plan de l'étanchéité de la culasse par des "crachements" dangereux pour les yeux de l'utilisateur. Sa production se serait avérée trop complexe et coûteuse. ( En outre, mais la commission ne pouvait en faire état, en 1813 la France ne pouvait s'offrir le luxe des délais nécessaires pour la mise au point, puis pour les modifications à apporter aux ateliers de production des armes de guerre.)

Un des ouvriers de Pauly était un jeune allemand, Dreyse, qui mit au point plus tard, le fameux fusil Prussien du même nom.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Le fusil de Pauly
Message Publié : 06 Mai 2008 20:59 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 13:45
Message(s) : 1863
L'Empereur informé confiera une mission d'expertise à Duroc le 3 janvier. Malheureusement, cette affaire demeurera sans suite, ce qui est fort dommage. En effet, ce fusil avait une cadence huit fois plus élevée que celui de 1777 et possèdait des améliorations de mécanisme indéniables. (Bruno) ...


C'est en effet extraordinaire ... Mais il ne faut pas oublier que poudre constituait en même temps l'inconvénient d'encrasser le canon.

Cher Bruno, vous évoquez Gassendi :

Dans son célèbre aide-mémoire d'artillerie, le meilleur ouvrage concernant les pièces d'artillerie et des armes à feu de l'époque napoléonienne, Gassendi préconise le lavage du canon tous les soixante ou soixante-cinq coups ...

Force est de conclure que cette opération, liée au démontage complet du fusil, n'était guère envisageable durant le combat ...

C'est pourquoi le "feu roulant" entraînait toujours un risque important d'encrassement, et qu'il était apparu comme nuisible de multiplier le nombre de décharges à la minute, en privilégiant la rapidité plutôt que la précision et la justesse ... autant que faire se pouvait !



Beaucoup trop fragile pour être utilisé en campagne, il n'était pas au point au plan de l'étanchéité de la culasse par des "crachements" dangereux pour les yeux de l'utilisateur. Sa production se serait avérée trop complexe et coûteuse. ( En outre, mais la commission ne pouvait en faire état, en 1813 la France ne pouvait s'offrir le luxe des délais nécessaires pour la mise au point, puis pour les modifications à apporter aux ateliers de production des armes de guerre.) (Bruno) ...


L'Empereur écrivait le 25 Novembre 1813 :

"-Il est difficile d'être plus mal en fusils que nous le sommes. Il est donc important d'ordonner sur le champ le désarmement des Dragons (pour transmettre leurs fusils aux Fantassins) indépendamment des 30 à 40.000 fusils que les fabriques d'armes peuvent donner par mois sur le modèle 1777 ; il faudrait en faire 30 à 40.000 sur un modèle moins régulier, à Liège et dans les autres manufactures."

Même si, malgré toutes les mesures prises, il fut constaté un manque d'armes dans de nombreux régiments, il est à noter qu' en dépit des circonstances dramatiques de la fin de l'Empire, l'Armée napoléonienne eût généralement suffisamment d'armes, et ce, notamment dans l'artillerie ...

En 1805, 21.938 pièces avaient été produites, et c'est cette production en masse sous l'Empire, qui contribua à l'évaluation de réserves dépassant largement les pertes.




:salut:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB