L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 16 Nov 2018 18:02

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 29 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message :
Message Publié : 01 Sep 2004 20:38 
En ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Nov 2003 21:47
Message(s) : 2422
Bruno , qui doit déjà nous faire la synthèse des apports d'Albertuk , va nous raconter l'hypothèse Napoléon III qu'il connaît bien mieux que moi !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 02 Sep 2004 6:27 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13637
Les apports d'Albert uk ?

Commençons par le "négatif": il a trouvé un document qui est l'inventaire des biens devant être ramenés en Angleterre par Hudson Lowe, au moment de son départ de Sainte-Hélène, vers le 25 juillet 1821: y figure le corbillard ayant servi à convoyer l'Empereur à sa "dernière" demeure.

On peut en conclure que le corbillard aurait quitté Sainte-Hélène dès 1821, et non en 1828 comme Rétif l'avait avancé et comme je l'ai crû. Cela dit, nous n'avons pas de date pour son dépôt à l'académie militaire de Woolwich. Nous n'avons donc pas une certitude absolue.

Le positif:

Albertuk a retrouvé les copies des dessins originaux des cinq têtes et confirmé que Ibbetson en était bien l'auteur. Ceci a trait à la fameuse caricature de Cipriani. IL a établi que les croquis avait bien été réalisé sur le Northumberland pendant la traversée pour Sainte-Hélène en 1815 et qu'ils devaient servir aux Anglais pour mieux identifier les Français !

A cette époque, les dessins ne comportaient pas de légendes qui ont été rajoutées après quand les croquis ont été fondus en un seul, pour produire la litographie des "cinq têtes" ! Le personnage nommé comme Gourgaud n'a pas son physique: nez à la Cyrano, favoris, cheveux raides plantés vers l'avant: ceci correspond en tout point au profil du masque Antommarchi.

Un point qui a été très fortement contesté par les "légalistes"! L'apport d'Albertuk les a quasiment réduit au silence...

Il a encore rappelé que Cipriani avait été examiné sur son lit de mort, notamment ses intestins, par le docteur Baxter. Et veillé par les révérends Boys et Vernon. Quelle considération des Anglais pour Cipriani...

Albertuk a pu confirmer que le masque authentique de Napoléon avait été expédié par la mer -via la douane anglaise- jusqu'au port de Livourne, afin d'être adressé à Madame Mère (dès septembre 1821). Comme Larrey nous dit qu'Antommarchi venait visiter Laetitia en novembre 1821 à Rome avec un masque dans ses bagages, on peut donc conclure que ça n'est pas le masque authentique qu'apportait Antommarchi.

Il y a bien d'autres points en apparence mineure relevés par Albertuk, mais le temps me manque pour tous les relater...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Sep 2004 14:39 
Bonjour

Au sujet de la veille du corps de Napoléon après autopsie, celle-ci ne fut faite que par le docteur Rutledge. La décision fut prise par Thomas Reade, et non par Lowe, pour les raisons suivantes:

- après autopsie, on devait recoudre Napoléon; Shrott demanda à Antommarchi de le faire. Montholon pria Reade, l'officier supérieur présent à l'autopsie, de conserver le coeur à part afin de l'envoyer à Marie-Louise selon le voeu du défunt; pour des raisons de preuve médicale, on sait que Antommarchi réclama aussi de garder la pièce anatomique prouvant que la guérison de Napoléon lui était impossible

- Reade ne sut que répondre et voulut attendre la décision de Lowe à ce sujet; donc, en accord avec Montholon sur place, ils décidèrent de mettre le coeur et l'estomac dans de l'alcool, et de recoudre tout le reste du corps; en revanche, Reade demanda à ce que Rutledge fasse la veillée auprès du corps et des organes, afin de s'assurer qu'aucune tentative ne fut faite de les substituer; on sait que Rutledge garga l'oeil ouvert toute la nuit, et raconta comment Mme Bertrand et Antommarchi vinrent tous les deux continuer de lui réclamer ces pièces, mais sans succès

Il n'y eut pas d'autre officier que le docteur Rutledge à cette veillée. Arnott, quant à lui, et dû à ses efforts auprès de Napoléon vivant, fut relevé des fonctions de Longwood après l'autopsie. Il ne participa donc pas à la fermeture du cercueil. Le seul docteur présent fut Rutledge et son rapport subséquent à Reade déclara qu'il "fut le dernier officier Britannique à voir Napoléon". A la mise en cercueil, il y eut aussi les ouvriers anglais Darling, Millington et Ley.

La confusion de l' "officier présent" vient peut être du fait que Samuel Ley était en fait un caporal du 20ème régiment et avait prêté main forte à Millington à la préparation du cercueil de fer blanc. Mais Rutledge avait bien raison de dire qu'il fut le dernier officier à voir Napoléon car un caporal n'est pas officier, bien entendu. Et Ley ne veilla pas le corps: il se présenta avec les cercueils le lendemain avec Millington et Darling.


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Sep 2004 14:55 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13637
Eh bien voilà une réponse "définitive", si elle se confirme. Rutledge s'est vanté -en effet- d'avoir fermé le cercueil, Antommarchi en faisant autant.

On ne sait pas d'ailleurs vraiment si c'est Millington ou Ley qui souda le cercueil en fer blanc.

Les témoignages relevés par François ne résistent pas à un examen sérieux. Je ne pouvais conclure ainsi sans l'avis d'un autre spécialiste. Albertuk vient de nous départager... :salut:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Sep 2004 19:31 
En ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Nov 2003 21:47
Message(s) : 2422
Voyons Bruno ! N'allons pas si vite ! Nous avons tout notre temps non ?
D'abord , je salue avec beaucoup de sympathie Mr Albertuk que je n'avais pas l'honneur de connaître et que je remercie vivement pour ses précisions.
Sur notre sujet , je tiens à rappeler que l'épisode du "jeune officier sans nom " (JOSN) se situe avant la fermeture du cercueil . Si l'on se fie au témoignage Alexander , le " JOSN" quitte la pièce où il surveille le corps de Napoléon dans le temps ( non précisé) qui suit la prise d'un masque ( celui d'Arnott sans doute ) donc après 16 h dans l'après-midi du 7 mai . Quand il part en laissant seul le corps de l'Empereur , celui-ci n'est probablement pas encore dans le cercueil , sans quoi il faudrait en déduire que la mise en bière a constitué une opération séparée de la fermeture du cercueil , ce qui n'est pas le cas ( sauf erreur de ma part ).
Quand il revient , le cercueil est fermé . Ce qui signifie qu'entre temps et en son absence , pendant que le "JOSN" se restaurait à l'invitation des Français , les témoins de la mise en bière et de la fermeture du cercueil ont accompli leur tâche.
L'hypothèse française suppose que , entre le départ du "JOSN" et l'arrivée des témoins de la mise en bière , les Français ont disposé ,seuls , du temps nécessaire à la substitution des deux corps.
Voilà la question posée : la réponse à lui apporter est indifférente à l'identité des témoins de la mise en bière.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Sep 2004 20:18 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13637
Oui, mais Rutledge prétend avoir lui-même déposé des "souverains" à l'effigie de Georges III. Et fermé le cercueil en fer blanc...

Il faut donc rechercher le JOSN. Selon ce que nous indique Albert, le seul gradé anglais présent (en tant qu'officier), c'était Rutledge, médecin militaire de son état.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 06 Sep 2004 0:22 
Exact BRH.

Cette histoire de JOSN est tout à fait farfelue. Après autopsie, le corps est préparé par les serviteurs et habillé en tenue de grande cérémonie. Il est déposé sur un lit pour la parade des visiteurs. Ces visites commencent l'après midi même après l'autopsie. Tout se déroule sous la surveillance de Rutledge, et de même pendant la nuit.

Le lendemain, après la messe du matin donnée par Vignali, le train incessant de visiteurs continue et beaucoup de croquis sont faits de Napoléon sur son lit de mort. Les 3 premiers cercueils arrivent en début d'après midi, mais on dut attendre l'arrivée de Burton avec le plâtre pour tenter la prise du masque. Celle ci fut faite dans la fin d'après midi et, à la fin de cette opération seulement, on put déposer Napoléon dans les cercueils et fermer ceux-ci. Il était environ 19h30 quand la fermeture des cercueils fut faite. Rutledge, une fois ses devoirs accomplis, fut invité à dîner avec Montholon et le reste de Longwood. La discussion de ce dîner porta sur l'état moribond de l'estomac de Napoléon dont tous les témoins français avaient pu constater la dégradation avancée (90% de la paroi interne de l'estomac était affectée).

Je ne sais pas qui est cet Alexander dont François nous parle. Le seul en rapport avec Napoléon fut celui de 1840.


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 06 Sep 2004 18:46 
En ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Nov 2003 21:47
Message(s) : 2422
Bonsoir Albertuk ! Nous sommes d'accord ! C'est bien le 7 mai pendant ces quelques heures qui séparent la prise du masque Burton de la mise en bière ( environ 3 heures ) que se situe l'épisode du JOSN . Ce JOSN a prétendu avoir surveillé le corps de Napoléon au cours de cette brève période et avoir été éloigné par les Français.
Le "Alexander" qui rapporte ce témoignage ne me paraît pas être celui de l'exhumation . C'est l'auteur d'un ouvrage que vous pourriez peut-être retrouver en Angleterre : il a été édité à Londres en 1837 et son titre est " Narrative of a voyage of observation among the colonies of Western Africa " par le capitaine J.-Ed. Alexander.
Peut-être pourriez-vous au moins identifier cet auteur et en savoir davantage sur lui , sa vie , son oeuvre , sa crédibilité ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 06 Sep 2004 22:49 
Bonsoir

Cet Alexander était James Edward Alexander. Voir sa bio sur http://59.1911encyclopedia.org/A/AL/ALEXANDER_SIR_JAMES_EDWARD.htm
Il était aussi l'auteur d'une bio sur Wellington.

La référence complète de ce livre est la suivante:

Title: Narrative of a voyage of observation among the colonies of Western Africa, in the flag-ship Thalia; and of a campaign in Kaffir-Land, on the staff of the commander-in-chief
Author: Alexander. James Edward
Publication details: London. Henry Colburn. 1837
Description: 2. v.. ill. maps

Mais son anecdote sur Napoléon ne prouve rien. Etant sans doute honnête, il a dû répété qqe chose qu'il avait entendu d'un officier sur place à Sainte Hélène. Rien ne prouve que cette histoire soit authentique d'autant que, depuis son décès, Napoléon ne faisait pas l'objet d'une "surveillance militaire", ni Longwood d'ailleurs car l'officier d'ordonnance, Crokat, fut envoyé à Londres et ne fut pas remplacé. La seule surveillance fut médicale, par Rutledge. Thomas Reade qui ordonna cette veillée ne mentionne aucune surveillance autre que celle de Rutledge. Et il était celui aux premières loges pour donner de tels ordres.

Cependant, pendant les visites des personnes de Sainte Hélène, le corps de Napoléon fut déposé sur un lit en costume complet comme on le sait. Dans cette procession des visiteurs, plusieurs personnes était autour de Napoléon. Il y avait Vignali qui récitait les prières, Ali qui éloignait les mouches, le jeune officier Duncan Darroch qui faisait pénétrer les visiteurs dans la chambre mortuaire (il fut de garde le second jour des visites, donc après la prise du masque) et fut aidé par un autre officier du nom de Rae. Il y eut de très combreux visiteurs, et il me semble impossible que Napoléon put être esquivé aux yeux de tous alors que la foule se pressait aux portes de Longwood. Les urnes contenant le coeur et le morceau d'estomac avaient été déposées par Rutledge, toujours présent, au pied du lit de Napoléon. Darroch, à qui Rutledge montra ces pièces, raconta la graisse autour du coeur et décrivit la perforation dans l'estomac, à travers laquelle on pouvait passer le petit doigt.

Il n'y avait aucun officier du nom que mentionne Alexander donc je crois qu'il s'est fait raconté des sornettes. Ceci n'était pas rare. J'ai lu des articles dans le Times de 1821 qui rapportait des "témoignages" de personnes sur place à Sainte Hélène. Ces témoignages n'étaient pas tous corrects, et le nom des témoins n'était pas toujours correct ni mentionné non plus. Bref, il faut faire le tri entre l'Histoire et les légendes.


Haut
  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 29 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB