L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 01 Déc 2021 23:12

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Ce que j'en pense, par BRH...
Message Publié : 15 Déc 2002 17:00 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14863
Tout compte fait, de moins en moins d’historiens et de médecins – à l’étranger – repoussent la thèse de l’empoisonnement. Nous partageons pleinement l’opinion de Ben Weider, lorsqu’il affirme: « Il m’est apparu que la mort, dans la fleur de l’âge, de cet homme doté jusque-là d’une santé de fer, ne pouvait être attribuée à un cancer héréditaire de l’estomac. » La raison évidente, c’est qu’en cas de cancer, une tumeur finit par obturer le pylore: les aliments ne passent plus dans l’intestin et le malade finit par mourir d’inanition dans un état de maigreur squelettique!
Même si, en France, un « noyau dur » de spécialistes continue de refuser l’évidence, ne doutons pas qu’elle finira par s’imposer. Ainsi André Castelot, après avoir signifié à René Maury qu’il se rangeait à ses arguments, s’est exprimé à la télévision en niant la possibilité d’un empoisonnement. Quant à Jean Tulard, il ne prend pas position, mais n’affirme plus que Napoléon n’a pas été empoisonné. Comme l’a écrit Jean Boisson:

« Quand il s’agit de la mort de Napoléon, la thèse du cancer étant généralement acceptée, celle de l’empoisonnement se trouve rejetée et condamnée comme si elle constituait une sorte de crime de lèse-majesté, commis par des historiens étrangers et inacceptable pour notre orgueil national. »
En somme, la thèse de l’empoisonnement est le serpent de mer de l’historiographie napoléonienne, dont il est de bon ton de se gausser avec un brin de condescendance.
Reste une question: qui est l’assassin? Pour réussir, il
fallait être dans l’intimité de l’Empereur sans éveiller les soupçons. Indiscutablement, Montholon, qui supervise l’intendance et demeure à Sainte-Hélène du début à la fin, apparaît comme le coupable idéal. A-t-il agi seul ou avec la complicité des Anglais? Il est peu probable qu’il ait pu mener son entreprise criminelle jusqu’au bout sans certaines complicités: celle du docteur Arnott, par exemple; c’est bien ce médecin anglais qui impose le remède du calomel. Montholon le lui a-t-il habilement suggéré, ou s’en était-il fait un véritable complice? Difficile de répondre…
Plus important: Hudson Lowe était-il dans le secret? Ben Weider en est persuadé, René Maury ne le croit pas. Le président du Souvenir napoléonien international produit le témoignage de Gorrequer, aide de camp du « sicaire »:

« Hudson Lowe attaqua les docteurs Shortt et Arnott pour qu’ils modifient le rapport d’autopsie. Après beaucoup de bruit et de rage, il obtint satisfaction et tous les médecins concernés acceptèrent de falsifier le procès-verbal.
Ceci ne lui suffit pas. Il continua à harceler Shortt et Arnott, jusqu’à ce qu’ils acceptent de rédiger une lettre, à joindre au procès-verbal déjà expédié, dans laquelle ils précisaient que Napoléon n’aurait pas vécu si longtemps si ce n’avait été l’adhésion du foie.
Madame Bertrand m’a dit, le 6 mai, qu’Hudson Lowe était très heureux que Napoléon ne soit pas mort d’une hépatite. »

Pourquoi le gouverneur tenait-il tant à ce que le foie de l’Empereur soit en parfait état? Est-ce, comme le pense Ben Weider, parce qu’il savait qu’une dilatation du foie, non accompagnée de lésions ou de détérioration des tissus, est caractéristique de l’empoisonnement à l’arsenic? Les sceptiques avancent que Sir Lowe voulait simplement éviter qu’on puisse attribuer le décès à une hépatite causée par le climat insalubre de Longwood, auquel cas l’Angleterre aurait vu sa responsabilité engagée… Weider réplique que le gouverneur n’aurait eu aucune peine à démontrer l’absence de nocivité du climat, ajoutant que si les Français avaient tellement souligné sa nocivité, c’est parce qu’ils ne percevaient pas la cause de leurs graves malaises.
Ben Weider insiste sur une phrase de Gorrequer où l’on sent qu’Hudson Lowe veut – à tout prix – une attestation prouvant que « Napoléon n’aurait pas vécu si longtemps » si la perforation de la paroi de son estomac n’avait été bouchée par une adhésion du foie! Il rappelle les déclarations d’O’Meara selon lesquelles, en 1818, le gouverneur l’aurait incité à supprimer le « général Bonaparte »:

« La vie d’un homme est peu de chose, surtout quand il est responsable de millions de morts et qu’il pourrait l’être encore. »

Ainsi, l’Empereur aurait vu juste quand il déclarait: « Je suis sûr que cet homme-là a reçu l’ordre verbal de me tuer. » Et O’Meara aurait dit la vérité! Cependant, le débat sur l’empoisonnement n’en finit pas de rebondir ! La revue Science et Vie, sous la signature d’Isabelle Bourdial, dans son numéro 1022 de novembre 2002, remet en cause la validité des travaux scientifiques commandés par Ben Weider ou René Maury. Dix neuf cheveux de Napoléon (prélevés en 1805, 1814 et 1821) auraient été minutieusement analysés en étant soumis aux rayonnements du synchrotron de Lure (Essonne), le tout sous la conduite et le contrôle du professeur Ivan Ricordel, directeur du Laboratoire de Police judiciaire de Paris.

Le résultat, c’est qu’il est avéré que ces mèches contiennent de 30 à 100 fois la dose naturelle d’arsenic, et ceci, malgré un lavage intensif destiné à éliminer une éventuelle contamination exogène. Malheureusement, le même résultat étant obtenu avec les cheveux des scientifiques volontairement contaminés avec de l’arsenic d’origine exogène (saupoudrage sur le cheveu), il est ainsi prouvé que le cheveu possède une tendance irréversible à absorber l’arsenic ne provenant pas de l’organisme. Par conséquent, il serait impossible de déterminer si Napoléon avait dans ses cheveux de l’arsenic d’origine exogène ou endogène, les mèches de 1805 et de 1814 contenant évidemment de l’arsenic exogène (sinon, Napoléon serait mort bien avant 1821...) !

De notre point de vue, c’est la seule chose qui soit prouvée dans cette affaire : est-ce suffisant pour conclure que la thèse de l’empoisonnement à l’arsenic ne tient pas ? Admettons que l’on ne puisse plus l’établir du fait de cette contamination généralisée d’origine exogène (saupoudrage à base d’arsenic pour conserver les cheveux, charbon de bois, vapeurs produites par les tapisseries de Longwood, etc., et sous réserve des contre-expertises qui ne manqueront certainement pas d’être entreprises).

Il reste que les laboratoires vont pouvoir travailler sur des traces de chlorures mercureux ou de cyanure. C’est pourquoi les conclusions hâtives sur l’évidence d’un cancer de l’estomac ou autre cancer gastrique nous paraissent sujettes à caution. De plus, qui a financé les travaux du Pr. Ricordel ? Ce dernier dirige un laboratoire d’Etat, ne l’oublions pas ! c’est d’ailleurs pourquoi l’historien Philippe Delorme, dans les analyses du cœur de Louis XVII, avait confié les travaux génétiques à deux laboratoires étrangers indépendants.

Jean Tulard, sommé de prendre position, se risque une nouvelle fois à prendre parti : alors qu’il avait déclaré durant l’émission de Bernard Pivot « Bouillon de culture », le 16 février 2001, qu’après en avoir été convaincu par le Pr Lucien Israel, cancérologue réputé, il ne dirait plus que Napoléon est mort d’un cancer à l’estomac, il déclare que la thèse de l’empoisonnement n’est pas fondée historiquement, ce qui est vrai jusqu’à un certain point ; mais, scientifiquement ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : contamination
Message Publié : 15 Déc 2002 17:51 
Ce que je ne comprends pas, c'est que si un cheveu est contaminé, ne devrait-il pas l'être de façon homogène? :???:

Dans son livre, M. Weider fait une courbe de présence arsenicale qui oscille avec les moments de crise de l'Empereur. :neutral:


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Déc 2002 23:55 
Hors-ligne
Stagiaire
Stagiaire

Inscription : 15 Déc 2002 23:47
Message(s) : 28
Localisation : Seine St Denis
non, cher NapNap,
Les cheveux sont comme une 'carotte', et donne en 'temps réel' la dose ingurgité par la victime.
ERic.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Je ne comprends pas bien.
Message Publié : 16 Déc 2002 0:03 


comme une 'carotte', et donne en 'temps réel' la dose ingurgitée par la victime.

Cela signifie donc avec plus ou moins de concentration arsenicale, suivant les doses ingurgitées, c'est bien ça?

Tandis que si les quantités sont homogènes, cela tente à prouver qu'il s'agit d'un apport extérieur?



Haut
  
 
 Sujet du message : préservatif
Message Publié : 16 Déc 2002 0:46 
Bonsoir Eric,
heureux de vous lire! :wink:
Je parle d'une contamination extérieure.
Si il y a eu utilisation d'arsenic pour préserver le cheveu et que le dit cheveu en a absorbé,
l'absorbtion est-elle homogène?
:neutral:


Haut
  
 
 Sujet du message : Empoisonnement?
Message Publié : 17 Déc 2002 11:51 
Bonjour

Je ne suis pas (encore) convaincu sur la these de l'empoisonnement. Pour les arguments Weider indiques ici par BRH, je pense utile de donner mes sentiments:

"La raison évidente, c’est qu’en cas de cancer, une tumeur finit par obturer le pylore: les aliments ne passent plus dans l’intestin et le malade finit par mourir d’inanition dans un état de maigreur squelettique!"

Cet aspect squelettique des cancereux est sans doute vrai en 2002 quand on traite le cancer. Avec la chimio, le malade "survit" sans doute plus longtemps qu'en 1821. Pour Napoleon, les temoins de l'autopsie affirment que l'estomac etait altere dans la majeure partie et que des parties dures se trouvaient autour de la perforation (de la largeur d'un goigt, par ailleurs). Donc on peut penser que le centre du probleme se trouvait plutot autour de cette perforation (ou abces?) plutot qu'autour du pylore lui-meme.

"Indiscutablement, Montholon, qui supervise l’intendance et demeure à Sainte-Hélène du début à la fin, apparaît comme le coupable idéal. A-t-il agi seul ou avec la complicité des Anglais? Il est peu probable qu’il ait pu mener son entreprise criminelle jusqu’au bout sans certaines complicités:"

Il y avait un grand nombre de personnes a Longwood (environ 40). Dans les fonctions de Montholon, je ne pense pas que c'etait lui qui s'occupait des bouteilles de vin. Cette tache etait laissee au maitre d'hotel, voire aux autres serviteurs. Montholon n'avait pas la position pour s'occuper des fournitures lui-meme. Mais, bon, on ne peut rien ecarter de facon certaine. Mais ce point de Weider manque de logique, je pense.

"celle du docteur Arnott, par exemple; c’est bien ce médecin anglais qui impose le remède du calomel. Montholon le lui a-t-il habilement suggéré, ou s’en était-il fait un véritable complice? Difficile de répondre…"

Montholon ne voyait presque jamais Arnott. Dans les semaines de l'intervention du docteur Arnott, celui-ci faisait ses visites en journee. Montholon etait des gardes de nuit, avec Marchand le plus souvent. En journee, c'etait Bertrand et Ali. Bertrand servait d'interprete entre Napoleon et Arnott, selon ce qui ressort des rapports du docteur. Pour le calomel, c'etait un remede "logique" pour l'epoque selon les symptomes de Napoleon. Meme O'Meara et d'autres l'avait preconise. Il s'agissait d'utiliser le calomel comme un purgatif contre un derangement de l'appareil digestif. Le "cocktail" final du dernier jour avait sans doute emporte Napoleon. Mais l'Empereur etait deja tombe dans son coma final au moment de l'administration du cocktail: de son vivant, il s'opposait a la prise de medicament.

"Pourquoi le gouverneur tenait-il tant à ce que le foie de l’Empereur soit en parfait état?"
Parce que Hudson Lowe etait en conflit contre O'Meara et Stokoe qui tous deux avaient affirme que Napoleon subissait l'influence malseine du climat de Longwood. Les docteurs basaient leur impression sur le fait bien connu des maladies endemiques a Saint Helene a l'epoque: inflammation abdominale, dysenterie, hepatite. Comme Napoleon se plaignait de douleurs sur le cote droit au foie, ils concluaient logiquement qu'il etait atteint par une des maladies endemiques a l'ile et qui avait emporte bon nombre de soldats et marins (par exemple, sur l'equipage du Conqueror, 100 marins sur 600 moururent a Sainte Helene!). Bref, Hudson Lowe aurait mis en portafaux enorme vis a vis de la presse anglaise si le diagnostic avait fait etat de la mort a cause d'une hepatite. Il n'empeche... Le foie etait sans doute affecte, car trop grand pour la normale, mais les docteurs penserent que cet elargissement du foie avit en fait permis a Napoleon de vivre plus longtemps... car le fois faisait alors obstruction a la performation de l'estomac qui -normalement- aurait du deja etre une cause de deces par elle-meme. En final, cette histoire de foie etait plus l'objet d'une controverse Lowe-O'Meara plutot qu'un probleme crucial pour la sante de Napoleon.


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Déc 2002 17:22 
Cher Florian

Il y aurait toujours eu des personnes pour preferer Napoleon sous terre que sur terre... Mais bon, dans la pratique, Napoleon ne pouvait plus nuire aux Monarchies europeennes dans son ilot de Sainte-Helene. Les protagonistes des these d'assassinat vont, a juste titre, avancer les points suivants qui mettent en valeur l'utilite d'un assassinat:

- crainte de resurgence bonapartiste en France: assassinat du duc de Berry, crise politique,...
- crainte de revolution en Espagne
- couts de maintenir une ile-prison a Sainte-Helene pour un seul homme
- tentatives d'evasion qui surgissent de temps a autre (la derniere en date fut notifiee par le cabinet anglais a Hudson Lowe vers fin 1820)

Bref, qui cherche des raisons peut en trouver. Mais ca ne veut pas dire que l'intention mene au crime...


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Déc 2002 22:56 
Hors-ligne
Ecolier
Ecolier
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Déc 2002 6:02
Message(s) : 1
Citer :
« Il m’est apparu que la mort, dans la fleur de l’âge, de cet homme doté jusque-là d’une santé de fer, ne pouvait être attribuée à un cancer héréditaire de l’estomac. »

Cette phrase contient deux exagérations manifeste:
-En 1821, je ne pense pas qu'on puisse dire qu'à 50 ans passés, on est dans la fleur de l'âge.
-Dire que Napoléon a toujours eu une santé de fer me parait quelque peu exagéré aussi. Il a été souvent atteint de diverses maladies, ses lettres de jeunesse ne le confirment que trop où il de plaint souvent d'avoir de la fièvre.

Sur le fond, pour l'instant, j'estime que rien n'est prouvé par personne, que ce soit les historiens ou les scientifiques, et quand on me demande mon avis sur le sujet, je réponds que je n'en sais rien car pourquoi s'avancer face au manque flagrant d'élèments historiques et à l'aspect fort douteux des diverses analyses scientifiques effectuées? Et puis, toujours la même question: POURQUOI? Qui avait interêt à se débarasser de Napoléon en 1821? A mon sens personne.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Déc 2002 10:37 
Cher Garcinion

Citer :
oui bon, en tout cas chez les Anglais, personne, à mon avis.


En effet. A la mort de Napoléon, les journaux anglais mentionnent que cette mort n'aura l'effet immédiat que d'annuler les frais de gardiennage de la prison Longwood. Aucun journal ne prévoit de troubles graves. Dans le Times du 5 juillet 1821, un des membres de l'East India Company se fait houspiller par tout le reste de l'Assemblée pour avoir "félicité" l'annonce de cette mort en pleins débats. Un orateur, Douglas Kinnaird, s'écrit alors "qu'il est indecent et incorrect à un homme d'honneur Anglais de faire du décès d'un homme, qui était depuis longtemps politiquement défunt, un quelconque objet de félicitations". Cette remarque est alors suivie de l'approbation de toute l'Assemblée.
Bref, la mort de Napoléon eut en fait en Angleterre la vague inverse supposée peut etre par le Cabinet: il y eut d'enormes marques de sympathie, même dans les journaux. La prédiction de l'Empereur déchu s'avéra vraie: il avait dit que sa mort sera suivie en Angleterre par une révulsion et vengeance de l'opinion publique. Comme on le sait, Hudson Lowe fut le premier à pâtir de cette prédiction avérée.
A l'inverse, la mort de Napoléon n'eut aucune vague en France notamment. Il est vrai que celle-ci était en plein débat sur le maintien ou non de la liberté de presse...

Citer :
contrairement à ce qui a dû se passer avec Cipriani Franceschi, qui à mon avis, a été l'objet d'un assassinat prémédité


Pourquoi pensez vous à un meurtre? Et par qui?

Citer :
Il en va de même pour les éventuels mobiles de Montholon ou quiconque parmi les proches de l'Empereur aurait perpétré ce crime: Je ne vois pas un meutre par intérêt, donc...haine, pitié, passion...?


Il va sans dire que je repousse l'idée de Montholon comme seul acteur d'un éventuel assassinat de Napoleon, auquel je ne crois pas vraiment par ailleurs. Mais si il y eut assassinat, alors je croirais plutôt à la complicité de tout l'établissement de Longwood. Le but? Aider l'Empereur à mourir, comme il le souhaitait d'ailleurs, et écourter l'agonie de tout le monde à Longwood, agonie qui devenait sans but ni motif de perdurer, vu qu'un retour de Napoléon venait d'être exclus par le dernier congrès européen à Torgau. Bref, tout espoir était fini, et il devenait certain que Montholon, Bertrand, Ali, Noverraz, Antommarchi, (et après Buonavita) allaient repartir en Europe comme ils en avaient fait leur demande séparée au Gouverneur. Napoléon eut alors préférer mourir plutôt que de laisser son image politique se détériorer par l'usure et le départ de ses pseudo "proches".
Bref, il n'y eut aucun coupable ou alors... ils le furent tous! (y compris Napoléon, qui aurait donner licence à se laisser "faire" mourir). Ceci est certes une hypothese mais qui me parait bien plus probable qu'un Montholon agissant seul par amour pour Albine ...


[/quote]


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 10 Oct 2007 13:21 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14863
Ces messages seraient bons à relire pour certaines et certains...

On y lira avec profit que Garcinion soutenait la thèse de l'assassinat prémédité de Cipriani.

Sur ce point, je dois rendre hommage à sa lucidité et à la logique de sa réflexion.

Dommage qu'il ne raisonne pas avec la même rigueur sur l'affaire du masque...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB