L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 15 Déc 2018 18:18

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 08 Sep 2018 15:36 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13678
On lira avec intérêt, cette brochure du temps sur l'invasion de la Normandie et l'occupation de Rouen.

http://le50enlignebis.free.fr/spip.php?article13752

Une question, jamais résolue : pourquoi le général Briand qui commandait toutes les troupes françaises dans le département de la Seine inférieure, ne crut pas possible de défendre Rouen ? Certes, il n'avait que 25 000 hommes à opposer aux 40 000 qui marchaient sur Rouen, sous les ordres du général Manteuffel et aux cent pièces prussiennes, il n'en avait pas la moitié à lui opposer. Néanmoins, des travaux de défense avaient été esquissés. Peut-être eût-il fallu les pousser davantage. Mais rien ne put faire revenir le général Briand sur sa décision, malgré les objurgations répétées du conseil municipal qui penchait pour une résistance à outrance.

Il paraît que Briand, convaincu de la faiblesse de ses forces, songeait surtout à prémunir Le Havre d'un coup de main allemand. Sa retraite, mal préparée, fut désordonnée. Certains témoins la décrivent même comme une sorte de "petite retraite de Russie". 500 mobiles y auraient perdu la vie suite à un froid sibérien...

Il ne songea même pas à défendre la rive gauche et à faire sauter les ponts. Il paraît que ceci n'aurait rien amené à la défense du territoire et aurait conduit plutôt à faire courir à la ville de Rouen des risques et des destructions inutiles. Les rigueurs de l'occupation prussienne firent regretter plus tard ce manque de fermeté ! Pourtant, Briand s'était illustré lors de la bataille d'Etrepagny, le 30 novembre 1870, quand il avait tenté un coup de main de nuit pour libérer la ville de Gisors...

La seule excuse qu'il trouvât fut de prétendre que le conseil municipal n'avait pas assez marqué sa volonté de défendre la ville, en refusant -notamment-de faire sonner le tocsin à 4 heures du matin le 5 décembre.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 08 Sep 2018 15:57 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1269
Voilà un "épisode" si j'ose dire fort peu connu et rarement abordé par les historiens, de la Guerre de 70-71.... on évoque beaucoup plus fréquemment l'Armée du Nord (Faidherbe) ou l'Armée de la Loire (Chanzy) après la chute de l'Empire :bah:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 09 Sep 2018 20:02 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13678
En me replongeant dans cette guerre de 70, je suis frappé par le fait que les Allemands emmenaient leurs tués quand ils ne restaient pas maîtres du terrain ! Une manière de maquiller les pertes ?

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 09 Sep 2018 23:10 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1269
Bruno Roy-Henry a écrit :
En me replongeant dans cette guerre de 70, je suis frappé par le fait que les Allemands emmenaient leurs tués quand ils ne restaient pas maîtres du terrain ! Une manière de maquiller les pertes ?


Aucune idée.... peut-être par crainte de représailles françaises sur leurs soldats morts....

coté Français, cela me fait songer à un tableau assez célèbre (de Detaille, ou de Neuville...) où l'on voit des soldats français morts alignés dans la neige.... ils sont dépouillés de leurs armes, uniformes, guêtres.... par les Allemands :7:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Le fatal abandon de Rouen...
Message Publié : 10 Sep 2018 9:08 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13678
Détails intéressants ; les retranchement de Rouen à la date du 4 décembre 1870 :

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... Image.zoom

La ligne au nord et à l'est de Rouen présentait un développement de 40 km. Elle n'était qu'à moitié terminée, dans ses aménagements, mais complète dans son développement *. Les travaux commencés activement le 23 novembre s'étaient poursuivis sans désemparer jusqu'au 4 décembre au soir. Sur les 46 pièces de marine qui devaient l'armer, deux seulement étaient en état de tirer. Briand n'avait que 15 000 hommes de troupes d'active, mais pouvait compter sur les 10 000 hommes de la garde nationale de Rouen et sur les mobiles encore en ville. Soit 25 000 hommes. Il restait des fusils pour armer plusieurs milliers de volontaires, notamment les ouvriers qui avaient travaillé à l'édification des retranchements. Il devait donc pouvoir compter sur 35 000 à 40 000 hommes, les uns exercés, les autres pleins de bonne volonté.

Les Prussiens se présentèrent devant l'enceinte le 5 au matin. La trouvant vide de défenseurs, ils la franchirent sans difficulté et entrèrent dans la ville. Accueillis à coups de fusil, il est bien évident qu'ils n'auraient pas tenté l'assaut le jour même. Ce qui donnait automatiquement une journée de répit à la défense. A notre avis, les Prussiens auraient encore mis une journée supplémentaire pour s'installer, reconnaître les points faibles de la défense et positionner leur artillerie. C'est donc le 7 décembre au plus tôt qu'ils auraient commencé le bombardement de points choisis à l'avance pour y lancer un assaut. Deux ou trois, au maximum, selon leurs habitudes.

Qui sait ce qui pouvait être accompli en 48 heures par les défenseurs ? La faible artillerie de Briand pouvait être mise en ligne, plusieurs autres pièces de marine convoyées aux points prévus, tous les chevaux et charrettes de l'agglomération étant réquisitionnés... Enfin, des renforts pouvaient se mettre en route et gagner la ville par le sud, encore libre de ses communications.

Examinée sous cet angle, l'évacuation de Rouen par Briand avec 25 000 hommes fut une faute qui déboucha sur une catastrophe !

* Au minimum, ces retranchements présentaient un fossé de 2 m de large, profond de 1 m à 1, 50 m, avec un parapet en terre, haut de 1,50 à 2 m avec des positions de tir aménagées. Si bien que les fantassins prussiens auraient eu à escalader un obstacle de 2,50 m au moins. Il leur fallait se munir d'échelles, soit en les réquisitionnant aux alentours, soit en les fabriquant sommairement.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 10 Sep 2018 9:52 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1269
un sujet pour un nouveau livre ? :4:

:salut:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB