L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 20 Nov 2019 11:50

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Une paix sans annexion ?
Message Publié : 26 Oct 2009 12:49 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14073
Thierry Choffat, dans un entretien accordé à la revue "GénérationFa8", s'exprime ainsi :

"Puis-je alors vous faire remarquer que la défaite de Sedan n’enlève aucune province à la France ? Le 2 septembre 1870, la Prusse ne revendique aucun territoire, tout au plus la démilitarisation de Strasbourg. Ce ne sont que la poursuite – vaine – de la guerre en 1870-1871, les défaites successives des armées de la Défense Nationale, qui impliqueront la perte de l’Alsace et de la Moselle."

Pourtant, quand Jules Favre rencontre Bismarck lors de l'entrevue de Ferrières, le 17 septembre 1870, ce dernier évoque bel et bien l'annexion de l'Alsace et des cantons frontaliers de la Moselle... Il est douteux que le chancelier ait changé d'avis à ce point en quinze jours.

On sait que Napoléon III rencontra Bismarck et Guillaume Ier au château de Bellevue dans les environs de Sedan, au cours de la matinée du 2 septembre.

Que se sont-ils dits exactement ? Moltke intervînt de tout son poids pour que Napoléon III ne rencontre que Bismarck tout d'abord. Pour celui-ci, il s'agissait de se faire confirmer si Napoléon III rendait son épée ou celle de la France.

Bien entendu, les conditions ne pouvaient être les mêmes en fonction de la qualité du signataire de la capitulation. Napoléon III -qui n'était pas encore prisonnier- pouvait signer des préliminaires de paix en sa qualité de chef d'état qui laisseraient l'armée encerclée à Sedan comme simplement neutralisée. Et dans lesquels une paix sans annexion serait stipulée !

Napoléon III a bien exprimé qu'il rendait son épée, mais pas celle de la France. Et que des négociations de paix ne pouvaient qu'être menées par la Régente, l'impératrice Eugénie.

Peut-on croire que Napoléon III aurait consenti à son propre abaissement si des conditions de paix avantageuses lui avaient été proposées ? La seule démilitarisation de Strasbourg n'était pas contraire à l'honneur. Si vraiment la Prusse n'avait émis que cette exigence, cela aurait sottise et folie de la part de Napoléon III de refuser.

Officiellement, rien de tel n'a été échangé de la part des protagonistes. Ni Bismarck, ni Napoléon III n'ont laissé entendre de tels développements. A dire vrai, il est plus que probable que Bismarck ait bien abordé la question, mais en informant l'Empereur que l'annexion de l'Alsace serait le prix de la paix. Napoléon III ne pouvait consentir à pareille humiliation. Il savait que ce serait la chute immédiate de son gouvernement et la déchéance de sa dynastie.

Jusqu'à preuve du contraire, je suis très réservé sur cette insinuation...

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Une paix sans annexion ?
Message Publié : 28 Oct 2009 9:43 
Hors-ligne
Directeur de recherche
Directeur de recherche
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Nov 2005 13:28
Message(s) : 828
dites nous en plus MMessieurs, jamais entendu parler de ça... Paix sans annexion ? mais c'était inespéré... M. Choffat doit nous donner des précisions. S'il a raison, on nous aurait menti à l'insu de notre plein gré ??? :louche:

Encore un nouveau combat pour BRH : la vérité pour Napoléon III :VE: :AI:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Une paix sans annexion ?
Message Publié : 28 Oct 2009 9:46 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1822
Mais la vie n'est-elle pas un éternel combat ?



:salut:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Une paix sans annexion ?
Message Publié : 28 Oct 2009 12:12 
Hors-ligne
Directeur de recherche
Directeur de recherche
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Nov 2005 13:28
Message(s) : 828
Fautb des pauses, quand même... Le repos du guerrier ! :prie: :3:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Une paix sans annexion ?
Message Publié : 28 Oct 2009 13:46 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1822
Nous sommes les soldats de l'Empereur, ne l'oublions pas. :4:
Alors, battons-nous pour Lui, et pour "eux" (c'est pour rester dans le sujet !) :ange:

Mais je suis d'accord avec vous pour les pauses, cher Mahler.

Sur le sujet mis en ligne par Bruno, je ne comprends pas bien non plus.
Il me semblait justement que la perte de l'Alsace et d'une partie des Vosges avait constitué l'une des conditions les plus sévères dans le contexte de cette défaite. :grands yeux:



:salut:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Une paix sans annexion ?
Message Publié : 21 Jan 2010 14:21 
Hors-ligne
Ecolier
Ecolier

Inscription : 09 Mai 2006 10:12
Message(s) : 4
Au sujet de la perte de l’Alsace Lorraine, sans doute plus imputable aux républicains (gouvernement de défense nationale après le 4 septembre 1870) qu’à Napoléon III et au Second Empire, je vous renvoie à quelques ouvrages dont celui de Renée Casin « Napoléon III ou le catholicisme en action », celui de JB Barbier « Silences sur le Second Empire », Eric Leguèbe, « Napoléon III le Grand »ou encore Jeanne Pajot « Napoléon III calomnié ».

Le 3 septembre 1870, le tsar informait le ministère des Affaires Etrangères par dépêches que la Paix pouvait être signée sans aucune cession de territoire.
Le 4 septembre, jour du coup d’Etat républicain contre le Second Empire, le nouveau gouvernement repoussait la proposition russe.
Puis, Jules Favre sollicita de Bismarck une entrevue qui s’est déroulée à Ferrières le 20 septembre 1870. La Prusse propose alors la paix moyennant la cession de Strasbourg et de sa banlieue. (et non l’Alsace et les cantons frontaliers de la Moselle). C’était déjà moins avantageux que l’offre faite le 3 septembre à l’Impératrice et refusée par les républicains. Mais, ce n’était pas toute l’Alsace et la Moselle comme ce sera le cas par la suite, seulement Strasbourg et sa banlieue.
Le fait est avéré.
Le Journal Officiel relatant les discussions à la Chambre des Députés les 16 et 17 juin 1871 rappelle cette proposition moins désastreuse que celles qui suivront…

La perte de l’Alsace Moselle n’est donc pas à imputer à Napoléon III mais bien à la République naissante.
CQFD


Thierry
Président du Centre d’Etudes et de Recherches sur le Bonapartisme

_________________
CERB


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Une paix sans annexion ?
Message Publié : 21 Jan 2010 15:16 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14073
choffat a écrit :
Le 3 septembre 1870, le tsar informait le ministère des Affaires Etrangères par dépêches que la Paix pouvait être signée sans aucune cession de territoire.


C'est possible, mais j'ai encore des doutes. Peut-être était-ce seulement le point de vue de la Russie.

Citer :
Puis, Jules Favre sollicita de Bismarck une entrevue qui s’est déroulée à Ferrières le 20 septembre 1870. La Prusse propose alors la paix moyennant la cession de Strasbourg et de sa banlieue. (et non l’Alsace et les cantons frontaliers de la Moselle). C’était déjà moins avantageux que l’offre faite le 3 septembre à l’Impératrice et refusée par les républicains. Mais, ce n’était pas toute l’Alsace et la Moselle comme ce sera le cas par la suite, seulement Strasbourg et sa banlieue.
Le fait est avéré.
Le Journal Officiel relatant les discussions à la Chambre des Députés les 16 et 17 juin 1871 rappelle cette proposition moins désastreuse que celles qui suivront…


Là encore, je ne dis pas non, mais cela contredit les récits de Favre et de Bismarck. Je ne demande qu'à être convaincu. Evidemment, la question a dû être débattue d'abondance, les républicains ne voulant pas être accusés d'avoir aggravé la situation... Merci pour ces renseignements que je vais tâcher de vérifier. :salut:

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Une paix sans annexion ?
Message Publié : 21 Jan 2010 15:20 
Hors-ligne
Assistant de recherche
Assistant de recherche
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Nov 2003 21:22
Message(s) : 162
Localisation : Provinces illyriennes
Citer :
La perte de l’Alsace Moselle n’est donc pas à imputer à Napoléon III mais bien à la République naissante.

Humm... C'est un peu rapide comme affirmation.
Bismarck avait promis en cas de victoire à ses alliés allemands un Reichsland, une terre d'Empire, qui serait le cadeau de l'unité pour les autres Etats - essentiellement du Sud - d'Allemagne. Une terre de colonisation en quelque sorte.
Donc, il me paraît étrange qu'un telle offre de paix a pu être avancée par celui-ci et surtout qu'elle était définitive. Nous savons que les offres de paix évoluent en fonction de la situation militaire. Or, rien ne semblait pouvoir arrêter les Allemands coalisés.
Quant au niveau des responsabilités, Napoléon III est largement en tête : c'est bien lui qui tombe dans le piège de Bismarck et c'est encore lui qui décide d'envoyer une armée mal préparée au combat sous le commandement de personnages plus que douteux.

_________________
"Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Une paix sans annexion ?
Message Publié : 21 Jan 2010 15:33 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14073
Cher Raguse, on en a tellement parlé... C'est surtout son gouvernement et l'impératrice qui sont tombés dans le piège. Napoléon III n'était que l'ombre de lui-même, détruit par cet opium qui lui épargnait momentanément les terribles douleurs dues à la maladie de la pierre... On discute toujours en ignorant cette grave réalité médicale.

Après ça, evidemment que Leboeuf n'était pas à la hauteur. Au moins pour la logistique, ce qui ne laisse pas d'être surprenant pour un polytechnicien...

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Une paix sans annexion ?
Message Publié : 22 Jan 2010 20:35 
Hors-ligne
Assistant de recherche
Assistant de recherche
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Nov 2003 21:22
Message(s) : 162
Localisation : Provinces illyriennes
Citer :
C'est surtout son gouvernement et l'impératrice qui sont tombés dans le piège.

Avec des aigre-fins irresponsables comme Gramont, il s'agit bien plus qu'un piège. Il a creusé la tombe dans laquelle le pays a plongé. :6:

Citer :
Napoléon III n'était que l'ombre de lui-même, détruit par cet opium qui lui épargnait momentanément les terribles douleurs dues à la maladie de la pierre... On discute toujours en ignorant cette grave réalité médicale.

Biensûr Bruno, ce cancer de la vessie handicapait gravement l'empereur et le fougueux Louis-Napoléon n'était plus... :6:
Mais, malgré cela, il aurait pu se rendre compte des dangers des manoeuvres de Gramont et

_________________
"Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule"


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB