L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 17 Août 2019 16:50

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 11 Juin 2005 14:30 
De l'arsenic minéral, connu sous l'appellation populaire de "mort-aux-rats", a été découvert dans les cheveux de Napoléon par un toxicologue français, a annoncé, mercredi 1er juin, la Société napoléonienne internationale.


Cette annonce relance la piste d'une mort par empoisonnement, et non des suites d'un cancer de l'estomac, de l'empereur déchu, le 5 mai 1821, à l'âge de 51 ans. Les causes exactes de la mort de Napoléon suscitent une polémique depuis des décennies.




UNE CONCENTRATION TRÈS ANORMALE
Cette étude a été menée par le Dr Pascal Kintz, président de l'association internationale des toxicologues de médecine légale, qui avait déjà mis en évidence, en 2001, une concentration très anormale d'arsenic sur des cheveux de l'empereur déchu. Elle sera présentée jeudi après-midi à Illkirch-Graffenstaden, dans la banlieue de Strasbourg (est), où exerce le Dr Kintz, en présence du représentant français de la Société napoléonienne internationale, Jean-Claude Damamme, qui a révélé une partie de ces résultats.

"La nature exacte de l'arsenic retrouvé est de l'arsenic minéral, la forme la plus toxique, connue sous l'appellation populaire de 'mort-aux-rats'", a-t-il indiqué, soulignant que pour "la première fois" les analyses avaient été pratiquées à l'intérieur des cheveux de Napoléon et non plus seulement sur leur enveloppe capillaire. "Lorsqu'on donne un poison aussi violent à un individu, ce n'est pas pour prolonger sa vie", a observé M. Damamme.


LA THÈSE PRÉCÉDENTE REJETÉE
"L'arsenic est arrivé dans la 'moelle épinière' du cheveu, ce qui implique qu'il a été poussé par le flux sanguin et qu'il provient d'aliments ingérés", a-t-il poursuivi, rejetant ainsi la thèse, avancée notamment en 2002 par le mensuel français Science et vie, selon laquelle l'arsenic détecté était d'origine exogène et n'avait pas été absorbé par l'empereur.

Le mensuel français avait, entre autres, rappelé que l'arsenic était communément utilisé au XIXe siècle pour conserver les cheveux. La dernière étude sur cette affaire, publiée en mai par des chercheurs suisses, affirmait que Napoléon n'était pas mort empoisonné mais bien d'un cancer de l'estomac. La présence de l'arsenic était expliquée par la coutume des vignerons de l'époque de nettoyer leurs cuves avec cette substance et le goût de l'empereur déchu pour le vin.

A ce propos, M. Damamme a remarqué que les chercheurs suisses ne précisaient pas quel type d'arsenic utilisaient les vignerons, certainement pas, selon lui, de la "mort-aux-rats", beaucoup trop dangereuse. Toujours selon M. Damamme, l'empereur n'était pas, contrairement aux dires de ces chercheurs, un grand amateur de vin, n'en buvait pas plus d'un verre par jour et encore "coupé avec de l'eau".

:yeux:

Napoléon a bien été empoisonné


Epilogue d'une polémique vieille de quarante ans, les dernières analyses toxicologiques effectuées sur les cheveux de Napoléon confirment, de manière irréfutable, que l'Empereur a bien été victime d'un empoisonnement chronique à l'arsenic.



Des cheveux révélateurs (Afp)
LA THÈSE de l'arsenic, décelé dans des mèches de cheveux de l'Empereur, a été avancée dès 1961 et étayée au fil des années par plusieurs autres analyses, notamment en 1995 et en 2000. Mais les tenants d'une autre théorie, selon laquelle Napoléon serait mort d'un cancer de l'estomac, n'ont jamais baissé les bras ; pour eux, l'arsenic retrouvé dans les cheveux ne signerait pas une intoxication, mais proviendrait tout simplement des produits conservateurs utilisés après la mort de l'Empereur.
A la demande du président de la Société napoléonienne internationale, le Canadien Ben Weider, de nouvelles analyses ont été effectuées tout récemment par le Dr Pascal Kintz, toxicologue spécialiste du cheveu, et présentées lors de l'inauguration du laboratoire Chem Tox à Strasbourg. La spectrophotométrie d'absorption atomique électrothermique a permis de mesurer précisément les doses d'arsenic, supérieures de 7 à 38 fois aux doses naturelles. Surtout, l'analyse effectuée grâce au Nano-Sims a montré que l'arsenic se trouvait au cœur du cheveu, dans la médulla, et non pas autour de lui. Cela prouve que l'arsenic a été véhiculé par le flux sanguin, et non par une contamination exogène.


Mort-aux-rats.
Il a été possible de déterminer la nature de l'arsenic retrouvé, de type minéral (AsIII) et non pas organique. En clair, il s'agissait de mort-aux-rats, vraisemblablement versée tous les jours à faible dose dans le vin consommé par l'Empereur. Toutefois, précise le Dr Kintz, « rien ne permet d'affirmer la théorie du vin, pas plus que d'autres produits : nos analyses sont irréfutables quant à l'arsenic utilisé et à l'intoxication mais n'expliquent pas son origine ». Elles ne désignent pas un coupable et les hypothèses restent entières. On a parlé notamment du comte de Montholon, un proche de l'Empereur à Sainte-Hélène, mais aussi du gouverneur de l'île, Hudson Lowe. Mais il ne sera jamais possible de le savoir.
Si la science explique désormais les causes de la mort, elle confirme en outre l'origine des signes cliniques relevés sur Napoléon au cours des trois dernières années de sa vie. Un généraliste strasbourgeois, le Dr Bernard Charton, a étudié récemment tous les rapports et toutes les études et descriptions portant sur l'Empereur à Sainte-Hélène et a identifié plus de 80 symptômes mentaux ou physiques. « Pris séparément, explique-t-il, ils ne signifient rien, mais, ensemble, ils révèlent clairement une intoxication arsenicale. » Le Dr Charton, qui a publié ces observations et son diagnostic en 2003 (« Napoléon empoisonné à l'arsenic », éditions Résurgence), se félicite de la confirmation apportée par les toxicologues à ses hypothèses et rend hommage aux médecins et observateurs de l'époque, qui ont décrit avec la plus grande minutie les symptômes de Napoléon et mené des expérimentations sur de nombreuses substances toxiques entrées en contact avec lui. C'est grâce à eux, souligne-t-il, que les premiers soupçons ont pu être émis dès la mort de l'Empereur, bien avant le diagnostic toxicologique.


> D. D. B.


Le Quotidien du Médecin du : 07/06/2005


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 11 Juin 2005 14:31 
Un lien à ne pas perdre de vue en attendant qu'il soit complété:

http://www.napoleonicsociety.com/french ... presse.htm


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 11 Juin 2005 14:33 
Présentation du Dr Pascal Kintz
Institut de médecine légale de Strasbourg, France

Le docteur Pascal Kintz obtient un doctorat de la Faculté de Pharmacie de Strasbourg en 1985, suite à une étude portant sur la toxicologie de l'amphétamine et la mise au point d'une technique originale de dosage direct par chromatographie en phase gazeuse. Un travail sur les récepteurs b- adrénergiques conduit à un diplôme d'études approfondies (DEA) en pharmacologie moléculaire et cellulaire et pharmacochimie. Puis, un second doctorat en Toxicologie de l'Université Louis Pasteur est acquis en 1989, pour des travaux portant sur des « Méthodes originales d'analyse des narcotiques opiacés et de leurs dérivés hémi-synthétiques et synthétiques par chromatographie en phase gazeuse ». Au niveau hospitalier, d'abord assistant au laboratoire de Toxicologie de l'Institut de Médecine Légale de Strasbourg, il acquiert en 1990 le titre de praticien hospitalier sous la direction du Professeur Mangin. Il est maintenant directeur adjoint de ce même laboratoire et membre de la Compagnie des Experts Judiciaires auprès de la Cour d'appel de Colmar où il agit dans les spécialités Chimie et toxicologie et Contrôle de l'alcoolémie depuis 1992. Il est aussi connu comme expert de référence pour le contrôle de la qualité au niveau de plusieurs Sociétés ou Instituts oeuvrant dans ces champs d'expertise. Pascal Kintz est de plus très actif au niveau académique, comme responsable scientifique de modules spécialisés au Département d'éducation permanente de l'Université Louis Pasteur. Ces modules traitent de sujets tels -la spectrométrie de masse et l'analyse de médicaments ; -l'analyse de stupéfiants dans les cheveux ; -la toxicologie analytique et techniques chromatographiques. Il enseigne aussi la toxicologie médico-légale dans des programmes de Médecine Légale, Médecine du travail, Sciences criminelles, Toxicologie clinique et Toxicologie analytique. Actuellement Président de la Société Française de Toxicologie Analytique et membre de la Société Française de Toxicologie, le docteur Kintz est aussi membre de nombreuses sociétés internationales de Toxicologie ou de Médecine légale ainsi que de l'American Association of Clinical Chemistry (AACC).


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Août 2005 22:13 
Regardez et écoutez la conférence du docteur Kintz:

http://www.napoleonicsociety.com/FRENCH/2_juin_2005/conference.htm


Haut
  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB