L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 23 Mai 2017 21:51

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 88 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 9  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 18 Sep 2015 15:09 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13689
"Les Invalides : grandes éphémérides de l'Hôtel impérial des invalides depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Description du monument et du tombeau de Napoléon 1er"

Par le colonel Gérard. Paris, Plon, 1862.


https://archive.org/stream/lesinvalides ... r_djvu.txt

LIVRE QUATRIÈME. 595

LE GRAND MAITRE DES CÉRÉMONIES DE LA MAISON DE
l'empereur A M. LE GOUVERNEUR.

« J'ai l'honneur de vous faire savoir, par ordre de l'Empereur, que la translation des restes mortels de l'empereur Napoléon I er , de la chapelle Saint- Jérôme de l'église des Invalides où ils sont actuellement déposés, dans le tombeau construit au milieu du dôme, aura lieu mardi 2 avril, à deux heures de l'après-midi , en présence de l'Empereur. »

L'Empereur, les princes de la famille impériale et de la famille de l'Empereur, ainsi que toutes les personnes convoquées pour cette cérémonie, entreront par la porte principale du dôme, du côté de la
place Yauban. » On sera en grand uniforme avec crêpe au bras et à l'épée. »

J'ai l'honneur de vous prier de vouloir bien donner, en ce qui vous concerne, les ordres nécessaires pour que la volonté de l'Empereur soit exécutée.

Veuillez agréer, monsieur le gouverneur, les nouvelles assurances de ma haute considération.

Le grand maître des cérémonies,

Signé : Cambacérès. »

Nouvel avis du grand maître des cérémonies.

Le mardi 2 avril, à deux heures de l'après-midi, les restes mortels de l'empereur Napoléon I er seront transférés, en présence de l'Empereur, dans le tombeau construit au milieu du dôme des Invalides.

Assisteront à cette cérémonie :

S. A. I. Mgr le prince Napoléon;
S. A. I. Mgr le prince Lucien Murât;
S. A. I. Mgr le prince Joachim Murât ;
Les grands officiers de la couronne ;
Les officiers de la maison de l'Empereur ;
Les officiers de service du prince Napoléon ;
Les ministres et les membres du conseil privé ;
Les maréchaux et les amiraux présents à Paris ;
Le grand chancelier de la Légion d'honneur;
Le gouverneur des Invalides ;
Le commandant supérieur de la garde nationale de
la Seine.

Le grand aumônier, assisté du clergé de la chapelle impériale et du clergé de l'église des Invalides, fera la levée du corps.

Le grand maître des cérémonies prendra les honneurs, savoir :

L'épée,

Le chapeau de l'Empereur,

Les insignes de la Légion d'honneur,

il les remettra, sur des carreaux et recouverts de crêpe , aux personnes désignées par l'Empereur pour les porter.

Douze cent-gardes prendront le cercueil et le transporteront, précédé du grand aumônier et du clergé, au tombeau, sous le dôme, au milieu d'une haie de cent-gardes.

Les coins du poêle seront portés par :

S. A. I. le prince Napoléon;
S. A. le prince Lucien Murât;
S. A. le prince Joachim Murât.

Derrière le cercueil marcheront les personnes tenant les honneurs.

Le cortège arrivé au tombeau, le grand aumônier en fera la bénédiction et dira l'absoute.

Les cent-gardes placeront le cercueil dans le tombeau, puis l'absoute aura lieu.

Le tombeau sera ensuite fermé et les honneurs remis au grand maître des cérémonies.

Les invalides borderont la haie sur le passage de l'Empereur.

Le ministre d'État dressera un procès-verbal de cette cérémonie, qui sera déposé aux archives de l'État et transcrit sur le registre de la grande maîtrise des cérémonies.

L'Empereur descendra à la porte principale du dôme, place Yauban.

On sera en grand uniforme avec crêpe au bras et à l'épée.

Translation des restes mortels de l'empereur Napoléon I er de la chapelle Saint-Jérôme dans le tombeau construit au milieu du dôme.


« En présence de S. M. l'empereur Napoléon III, le mardi deux avril mil huit cent soixante et un, à deux heures, a eu lieu la translation des restes mortels de S. M. Napoléon I er , de la chapelle Saint-Jérôme , où ils étaient déposés depuis le 5 décembre 1840, dans le sarcophage préparé pour les recevoir et situé au milieu du tombeau construit au centre de la chapelle du dôme de l'hôtel impérial des Invalides.

S. M. l'Impératrice et S. A. I. le prince impérial accompagnaient l'Empereur.

Assistaient à cette cérémonie :

S. A. I. le prince Napoléon;

S. A. le prince Murât;

S. A. le prince Joachim Murât ;

Les grands officiers de la couronne;

Les officiers de la maison de l'Empereur ;

Les officiers de service du prince Napoléon;

Les ministres et les membres du conseil privé ;

Le maréchal Regnault de Saint-Jean d'Angely;

Le grand chancelier de la Légion d'honneur;

Le maréchal gouverneur des Invalides.

Le cercueil de l'empereur Napoléon I er a été enlevé de la chapelle Saint-Jérôme et transporté à bras par douze porteurs entourés de douze des cent-gardes de l'Empereur, et il a été déposé dans le
sarcophage en granit de Finlande préparé dans le tombeau.

Derrière le cercueil marchaient le maréchal Vaillant, portant l'épée que l'empereur Napoléon I er avait à la bataille d'Austeiiitz; le maréchal Magnan, portant le collier, le grand cordon et la plaque de l'ordre impérial de la Légion d'honneur; et l'amiral Hamelin, le chapeau que l'Empereur avait à la bataille d'Eylau.

Ces objets précieux ont été déposés dans la chapelle pratiquée dans la galerie de la crypte en tête du sarcophage et dont les clefs ont été remises au maréchal gouverneur des Invalides.

LL. MM. l'Empereur et l'Impératrice et S. A. I. le prince impérial,

S. A. I. le prince Napoléon,

S. A. le prince Murât,

S. A. le prince Joachim Murât,

ont jeté l'eau bénite sur le cercueil.

Le sarcophage a été clos par des plaques de granit de Normandie, scellées à demeure et maintenues par des croisillons en fer, également scellés à demeure. Il sera procédé sans désemparer à la pose définitive de la partie supérieure du sarcophage, opération longue et difficile, par suite du volume et du poids énorme de ce bloc.

L'office a été célébré par S. Ém. Mgr le cardinal Morlot, grand aumônier de l'Empereur.

La cérémonie, a été terminée à trois heures un quart.

Conformément aux ordres de l'Empereur, ce procès-verbal a été dressé par nous Alexandre - Florian Colonna, comte Walewski, ministre d'État, assisté de LL. EExc. MM. Baroche, ministre président du conseil d'État; maréchal comte Randon, ministre de la guerre, et maréchal comte d'Ornano, gouverneur de l'hôtel impérial des Invalides, qui ont signé avec nous.

Le ministre président du conseil d'État,
Signé : Baroche.

Le maréchal ministre de la guerre
Signé : M al C' e Randon.

Le maréchal gouverneur des Invalides,
Signé: M al d'Ornano.

Le ministre d'État,
Signé: A. Walewski. »

Ici nous finirons le livre. Cette journée du 2 avril 1861, attendue avec tant d'impatience par les pensionnaires de l'Hôtel, vieux soldats de la République et de l'Empire, pour eux la plus belle de toutes
celles que nous venons de raconter, s'est terminée par une distribution de croix de la Légion d'honneur, d'une croix de commandeur et d'un bâton de maréchal de France.

La joie était grande dans le cœur de tous les pensionnaires de l'Hôtel, et ils acclamèrent chaleureusement le digne héritier du grand Empereur. Mais ce qui particulièrement a surexcité leur reconnaissance et leur enthousiasme, c'est l'élévation de leur gouverneur, du comte d'Ornano, général de division du premier Empire, qui depuis dix ans leur témoigne la bonté et la sollicitude d'un père, à la dignité de maréchal de France.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 18 Sep 2015 17:25 
Hors-ligne
Professeur émérite
Professeur émérite
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Avr 2003 22:49
Message(s) : 4231
Localisation : Bruxelles - Belgique
On est donc d'abord tombé de 36 à 24 pour aboutir à 12 ! :15:
La signification de cette réduction d'effectif n'échappera pas aux plus futés, les autres n'y verront sans doute que pure coïncidence... :diablotin:

_________________
"Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu." (Chamfort)


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 19 Sep 2015 15:28 
Hors-ligne
Etudiant
Etudiant

Inscription : 08 Fév 2003 11:53
Message(s) : 13
Localisation : BRIEY 54150
bonjour

Pour un cercueil 12 porteurs me semble un nombre raisonnable

quand on parle de 24 c'est peut être pour remplacer les porteurs fatigués ! !

cordialement

_________________
S.N - A.C.M.N.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 19 Sep 2015 16:41 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13689

Ayant repris mes notes, je constate que Pons de Las Cases évoque le poids du sarcophage comme étant de 2 4OO livres (soit 1 200 kg). La question était de savoir si cela comprenait l'enveloppe en chêne (en sapin selon d'autres sources) ou pas. Rohan-Chabot apporte la réponse : 5 000 livres, soit 2 500 kg (p.136, les 5 cercueils de l'Empereur).

Si l'on retient ces informations, le poids total du sarcophage, comprenant quatre cercueils internes, serait de 1 200 kg, l'enveloppe en chêne pesant 1 300 kg. Cette dernière doit être mise de côté. Elle a été démontée avant l'entrée dans l'église Saint-Louis des Invalides.

Il était alors prudent d'employer 36 porteurs :

1 200 kg : 36 = 33, 333 kg. Cette charge ne paraît pas excessive.

Si l'on retient seulement 12 porteurs, cela fait 100 kg par porteur ! (1 200 kg : 12 = 100 kg). C'est évidemment impossible !

Une vue parue dans le Monde Illustré du 13 avril 1861 :

Image

Autre vue : gravure de Blanchard (L’Illustration, Journal Universel du 13 avril 1861)


Image


Pour bien comprendre la signification de cette affaire, il est souhaitable de lire ou relire l'affaire du "Gaulois" :

viewtopic.php?f=29&t=4748

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 19 Sep 2015 17:03 
Hors-ligne
Professeur émérite
Professeur émérite
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Avr 2003 22:49
Message(s) : 4231
Localisation : Bruxelles - Belgique
Excellente démonstration, mon cher Bruno ! :2:
Elle apporte en tout cas de l'eau au moulin des thèses substitutionnistes. :4:

_________________
"Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu." (Chamfort)


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 19 Sep 2015 19:34 
Hors-ligne
Etudiant
Etudiant

Inscription : 08 Fév 2003 11:53
Message(s) : 13
Localisation : BRIEY 54150
cher Bruno

belle démonstration comme le dit Joker

mais pour placer une trentaine de porteurs le brancard doit être immense

j'aimerai voir une gravure

amitiés cordiales à vous deux Lukian

_________________
S.N - A.C.M.N.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 19 Sep 2015 20:58 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13689
Au débotté, j'ai ça :

Image

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 20 Sep 2015 10:10 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13689
http://www.napoleon1er.org/forum/viewto ... 18#p389318

La question a été bien résumée par DS. Bien entendu, on ne peut en rester là. Commençons par examiner les hypothèses retenues dans l'ordre inverse de sa présentation.


1 - les douze porteurs étaient aidés par un dispositif :


Cette impression résulte d'une rédaction défectueuse du déroulement des opérations par la presse de l'époque. Impression qui n'est pas corrigée par la relation fautive du colonel Pol Payard.

La réalité, c'est qu'un tel dispositif existait pour hisser le cercueil du bas de l'entrée de la crypte jusqu'au niveau de la cuve en quartzite, au moyen d'un chariot bas progressant sur un plan incliné.

Par contre, le cercueil a bien été descendu à bras d'hommes de la chapelle Saint-Jérôme à la crypte par l'escalier de droite (quand on a la cuve de dos).

2 - Les porteurs n'étaient pas douze mais vingt-quatre :

Nous nous sommes arrêtés aussi à cette hypothèse et faute de pouvoir trancher entre les documents examinés en 2010, ne voulant pas nous contenter du seul témoignage du sieur Crépinet. Dans cette affaire, nous avons collaboré avec un magistrat haut-placé. La notion de prudence a prévalu...

Il n'en est plus de même aujourd'hui avec les documents officiels "redécouverts" (et que nous aurions dû rechercher plus tôt). Le témoignage "Crépinet" prend alors tout son sens ! Soulignons qu'il s'accorde parfaitement désormais avec les PV officiels !

3 - L'ensemble funéraire complet ne pesait pas 2400 livres comme l'indique pourtant Pons de Las Cases (impossible à vérifier sauf à ouvrir le tombeau...).

Le poids donné par Las Cases ne paraît plus devoir être mis en doute. Il correspond d'assez près à l'évaluation du sarcophage et des autres cercueils abrités entre ses parois. Il y avait une incertitude liée à la présence de l'enveloppe en chêne. L'indication donnée par Rohan-Chabot du poids de 5000 livres pour l'ensemble clarifie la situation. Cette objection ne peut donc être retenue.

C'est donc bien la 1ère hypothèse donnée par DS qui est valable :

Le sarcophage [d'ébène] a été vidé de tout ou partie de son contenu et s'en trouve par conséquent allégé.

Une telle constatation est de nature -à elle seule- à imposer l'ouverture du "Tombeau de Napoléon", n'en déplaise à M. Lentz et à tous ses affidés... :salut:

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 20 Sep 2015 10:14 
Hors-ligne
Ecolier
Ecolier

Inscription : 18 Déc 2010 21:16
Message(s) : 9
:2: Cher Bruno ! j'ai un peu de mal à suivre... pardonnez la simplicité de mes propos ... je vais relire votre livre, mais si j'ai bien compris, le poids du catafalque présent dans les cérémonies de son "installation" aux Invalides n'aurait nécessité que 12 porteurs, alors qu'en principe il en aurait fallu plus d'une trentaine si on garde l'idée de tous les cercueils emboîtés les uns dans les autres depuis Sainte-Hélène. Cela je le réalise bien mais cela voudrait dire qu'on a enlevé des cercueils gigognes ?
J'ai du mal à arriver aux conclusions... si on a remplacé le corps de l'Empereur par un autre, ce n'est pas ce changement qui peut jouer sur le poids total ! ce ne peut être que le nombre de cercueils ! ai-je bien compris ?

Merci de m'éclairer !
En toute amitié
Votre voisine charentaise
Donatienne


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 20 Sep 2015 10:21 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13689
En effet, Donatienne, on a bien retiré tout ou partie des cercueils contenus dans le sarcophage d'ébène (ou cercueil d'ébène, si vous préférez). Cela ne peut avoir été ordonné que par Napoléon III, qui a fait retirer les cercueils de Sainte-Hélène contenant le corps de l'imposteur (Cipriani, selon toute probabilité). Vous ne trouverez pas ce développement dans mon livre, car la "découverte" remonte seulement (en ce qui nous concerne) à 2010...

Voyez plutôt :

viewtopic.php?f=29&t=4748

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 88 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 9  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB