L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 07 Déc 2019 19:05

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 62 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 20 Juil 2018 9:08 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14079
Alexandre Benalla est habituellement chargé de mission à l'Elysée.... Bizarrement, il se trouvait lors des cérémonies officielles du 1er Mai aux côtés des forces de police en tant "qu'observateur"... C'est à cette occasion qu'il a agressé fâcheusement un manifestant, se plaçant alors de facto hors de ses fonctions.... l'Elysée a réagi rapidement (mais faiblement) en le mettant à pied pour quinze jours sans maintien de salaire :

https://actu.orange.fr/france/affaire-b ... 4dddd.html

L'affaire ne va pas s'arrêter là : la justice a été saisie et une commission d'enquête parlementaire a été constituée !

Libération résume ce matin avec humour et discernement le scandale d'état qui se profile :

"Gare au Gorille" ! :hahaha: :rire2: :baton: :beurk:

A J+1 : toujours pas de révocation de Benalla... :16:

Ce "brugnon" est la chasse-gardée de notre "prince-résident" !!!

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 20 Juil 2018 10:05 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14079
Ah quand même !

Benalla, placé en garde à vue ; une procédure de licenciement lancée à son encontre...

ttps://www.lci.fr/politique/en-direct-a ... 93676.html

Notre "prince-résident" prend enfin la mesure du scandale et va tenter de faire le ménage...

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 20 Juil 2018 16:31 
En l'espèce, il y a très clairement eu usurpation de fonctions et usage de violences avérées. :11:
De quoi justifier très largement les sanctions prises même si celles-ci ont tardé de manière assez incompréhensibles alors qu'il semble que le Président était informé de ces "dérapages" depuis belle lurette.
On est même en droit de se demander ce qu'il en serait advenu si "Le Monde" n'avait pas rendu cette affaire publique et partagé la vidéo incriminante pour le nervi.
Il y a gros à parier qu'on aurait cherché à étouffer l'affaire et le scandale qui en découle.
Assisterait-on au retour des milices en Macronie ? :15:


Haut
  
 
Message Publié : 20 Juil 2018 22:09 
En ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1565
Joker a écrit :
En l'espèce, il y a très clairement eu usurpation de fonctions et usage de violences avérées. :11:
De quoi justifier très largement les sanctions prises même si celles-ci ont tardé de manière assez incompréhensibles alors qu'il semble que le Président était informé de ces "dérapages" depuis belle lurette.
On est même en droit de se demander ce qu'il en serait advenu si "Le Monde" n'avait pas rendu cette affaire publique et partagé la vidéo incriminante pour le nervi.
Il y a gros à parier qu'on aurait cherché à étouffer l'affaire et le scandale qui en découle.
Assisterait-on au retour des milices en Macronie ? :15:


on apprend ce soir que selon le propre Directeur de cabinet de Macron, ce dernier savait depuis son déplacement en Australie, soit début Mai.... il aurait alors préconisé des sanctions, aboutissant donc à la mise à pied de quinze jours et la mutation sur un autre poste de Benalla.... sauf que celui-ci a continué depuis à assumer des missions de sécurité, allant même jusqu'à s'occuper de la descente triomphale des Bleus sur les Champs Elysées :grands yeux:

on parle d'affaire d'Etat, de scandale d'Etat, de barbouzes à l'Elysée.... Macron n'est pas éclaboussé directement, mais en tout cas, par cette déplorable affaire, il risque fort de perdre tout le bénéfice politique qu'il escomptait retirer de la victoire des Bleus en Coupe du Monde :7: Le premier gros couac du quinquennat macroniste :bah:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 21 Juil 2018 13:27 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14079
Touchée, coulée !!! :3:

http://www.bvoltaire.fr/affaire-benalla ... r-lelysee/

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 22 Juil 2018 9:20 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14079
Et maintenant, on apprend que Benalla avait un badge d'accréditation pour circuler librement dans l'Assemblée Nationale, badge délivré à la demande du directeur de cabinet de l'Elysée... Et pas n'importe lequel : un badge H qui donne accès à l'hémicycle ! Pourquoi faire ? Le président n'ayant pas accès à l'Assemblée Nationale, encore moins dans l'hémicycle !!! Les députés -toutes tendances confondues (sauf LReM)- sont fous de rage !

En attendant, il va être entendu par un juge d'instruction ainsi que quatre autres personnes. Marine Le Pen a raison de dire qu'il y a autant de mensonges dans cette affaire que dans celle du Watergate !

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 22 Juil 2018 10:59 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14079
Et là, ça commence à sentir le roussi... A LR, tout comme chez Mélenchon, certains députés commencent à murmurer qu'il va falloir réfléchir à engager une procédure de destitution du président !

Texte constitutionnel dans sa rédaction en vigueur depuis 2007.

« Le président de la République n'est pas responsable des actes accomplis en cette qualité, sous réserve des dispositions des articles 53-2 et 68.
Il ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative française, être requis de témoigner non plus que faire l'objet d'une action, d'un acte d'information, d'instruction ou de poursuite. Tout délai de prescription ou de forclusion est suspendu.
Les instances et procédures auxquelles il est ainsi fait obstacle peuvent être reprises ou engagées contre lui à l'expiration d'un délai d'un mois suivant la cessation des fonctions. »

— Article 67 de la Constitution de la Cinquième République française dans sa rédaction en vigueur depuis le 24 février 2007
« Le président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour.
La proposition de réunion de la Haute Cour adoptée par une des assemblées du Parlement est aussitôt transmise à l'autre qui se prononce dans les quinze jours.
La Haute Cour est présidée par le président de l'Assemblée nationale. Elle statue dans un délai d'un mois, à bulletins secrets, sur la destitution. Sa décision est d'effet immédiat.
Les décisions prises en application du présent article le sont à la majorité des deux tiers des membres composant l'assemblée concernée ou la Haute Cour. Toute délégation de vote est interdite. Seuls sont recensés les votes favorables à la proposition de réunion de la Haute Cour ou à la destitution.
Une loi organique fixe les conditions d'application du présent article. »

— Article 68 de la Constitution de la Cinquième République française dans sa rédaction en vigueur depuis le 24 février 2007
La loi organique prévue dans cet article a été discutée au Parlement à partir de 2010 et promulguée le 24 novembre 2014. À cette occasion, le Conseil constitutionnel précise que « […] le Président de la République n'est responsable devant aucune juridiction des actes accomplis en cette qualité ; [la Haute Cour], ne constitue pas une juridiction chargée de juger le Président de la République pour des infractions commises par lui en cette qualité, mais une assemblée parlementaire compétente pour prononcer sa destitution en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat »

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 22 Juil 2018 12:31 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14079
Il semblerait que des éléments d'information transmis au Monde l'aient été par le biais de l'amicale des anciens préfets. Un préfet en exercice aurait saisi ladite amicale. Parmi ces hauts membres, quelques-uns, dignitaires des loges maçonniques, auraient jugé que le scandale devait cesser :

malgré des avertissements restés lettre morte, le "janissaire favori" était en train de s'ériger en une sorte de maire du Palais ! Le cadre républicain était bafoué au profit de la cour du "Sultan"...

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 22 Juil 2018 13:52 
En ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1565
on a appris effectivement qu'un juge d'instruction avait été désigné afin d'entendre Benalla....

Mais de là à parler de "Maire du Palais" et de procédure de destitution à l'encontre de Macron.... il me semble que vous allez vite en besogne ! :7:

Auparavant, le Président de la République ne pouvait être traduit en Haute Cour qu'en cas de haute trahison (en gros, intelligence avec l'ennemi) mais désormais on parle de "manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat"....

Tout est donc dans l'interprétation que ferait la Haute Cour de ces termes... La procédure serait inédite sous la Vème République, il n'y a pas de précédent, pas de jurisprudence !

L'Assemblée Nationale lui est acquise, De Rugy veille au grain.... Nous sommes très loin d'une destitution :12:

et d'abord.... quel manquement pourrait-on lui reprocher ?

- ce n'est pas lui qui a demandé à Benalla de tabasser un manifestant

- ce n'est pas lui qui est chargé de gérer le personnel de l'Elysée

:VE: :france:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 22 Juil 2018 17:45 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14079
barthelemy a écrit :
on a appris effectivement qu'un juge d'instruction avait été désigné afin d'entendre Benalla....

Mais de là à parler de "Maire du Palais" et de procédure de destitution à l'encontre de Macron.... il me semble que vous allez vite en besogne ! :7:


Vous voulez dire que certains députés vont vite en besogne, je suppose ? Nous ne sommes pas sur place, toutes les rumeurs ne nous sont pas encore connues... :diablotin:

Citer :
Auparavant, le Président de la République ne pouvait être traduit en Haute Cour qu'en cas de haute trahison (en gros, intelligence avec l'ennemi) mais désormais on parle de "manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat"....

Tout est donc dans l'interprétation que ferait la Haute Cour de ces termes... La procédure serait inédite sous la Vème République, il n'y a pas de précédent, pas de jurisprudence !


Tout dépend de ce qui sera révélé par les enquêtes : imprudence, favoritisme (c'est un délit puni par la loi), violation de la loi, abus de pouvoir, obstruction à la manifestation de la vérité, il y aura matière à choisir... :16:

Citer :
L'Assemblée Nationale lui est acquise, De Rugy veille au grain.... Nous sommes très loin d'une destitution :12:

et d'abord.... quel manquement pourrait-on lui reprocher ?


Mais pas le Sénat. Et LReM ne dispose pas du tiers bloquant pour empêcher le vote d'une motion de destitution au 2/3. Si une telle motion était adoptée par le Sénat, il sera extrêmement difficile à l'Assemblée Nationale de s'y opposer.

Citer :
- ce n'est pas lui qui a demandé à Benalla de tabasser un manifestant

- ce n'est pas lui qui est chargé de gérer le personnel de l'Elysée


C'est ce que l'enquête devra établir. Surtout, il faudra examiner pour quelles raisons Benalla a pris une telle importance (lieutenant-colonel de la réserve citoyenne, proposé sous-préfet au tour extérieur, etc.). Quant au choix des collaborateurs de l'Elysée, c'est bien le président qui approuve les propositions de nomination et les sanctions éventuelles. Alors même qu'il aurait été écarté de la protection du président, Benalla en est resté pourtant très proche et a continué d'intervenir en ce domaine, notamment pour le retour des bleus à Paris...

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 62 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB