L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 24 Avr 2019 17:56

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 27 Août 2008 21:05 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13875
Article paru le 29 août 1992

PORTRAIT DE MEMOIRE

Son trisaïeul est né à Ajaccio, pour devenir empereur des Français durant douze ans. Le comte Léon est en effet l’arrière-petit-fils du plus illustre des Corses, Napoléon 1er. Un bagage que ce Villiérain porte avec sérénité, se reconnaissant simplement comme un humble républicain

« VOUS savez, je vis dans le souvenir et la commémoration de mon ancêtre », assure modestement le comte Léon, doux octogénaire dont les yeux gris-bleu semblent par fréquents instants perdus dans un ailleurs, peut-être plus impérial.

Car, depuis sa naissance, en 1911 - la République en était alors à sa troisième mouture, avec Armand Fallières comme locataire présidentiel - M. le comte vit, hérédité oblige, en un permanent aller-retour affectif entre les riches heures de l’empire napoléonien, dont il ne lui est possible que de rêver, et ce XXe siècle qu’il a quasiment traversé de bout en bout.

Rien pourtant de tape-à-l’oeil ni de fastueux dans le mode de vie du comte : retraité de l’agriculture après avoir été éleveur de chevaux et de moutons pendant quarante ans sur un domaine de La Queue-en-Brie, il réside aujourd’hui dans un fort modeste pavillon à Villiers-sur-Marne, s’étant permis récemment comme seule folie somptuaire l’achat d’une voiture neuve pour relayer les services d’une R 16 antique. Rien donc d’un hobereau chez M. le comte, pour qui le culte de l’ancêtre ajaccien est bien la seule richesse. Et encore ne la revendique-t-il qu’avec modestie, conscient que sa nostalgie est bien moins d’ordre politique que strictement filiale. D’ailleurs, le comte Léon tient à lever toute ambiguïté possible : « Je suis un républicain, patriote et attaché aux valeurs de la solidarité. »

Un historien pointilleux, et le lecteur lui-même pourrait se demander par quel haut fait d’alcôve notre interlocuteur a pu prendre sa place sur l’une des dernières branches de l’arbre généalogique impérial : qu’on se rassure, le comte Léon n’est point l’un de ces plaisantins qui, dans les histoires d’enfants, se prennent par dizaines pour Napoléon, confondant entonnoir et bicorne. Remontons à l’année 1806 : Napoléon est alors auréolé de gloire, à son sommet, après son retour de la campagne d’Austerlitz. Il rend visite au début de cette année à sa soeur Caroline, épouse du maréchal Murat. Arrivé au château de Neuilly, où demeure le couple, Napoléon - qui n’est pas qu’homme de conquêtes militaires et d’assauts guerriers - pose les yeux sur une très belle jeune fille de dix-huit ans, qui s’appelle Louise Catherine Eléonore Denuelle de La Plaigne et exerce la fonction de lectrice et de dame d’annonce à la cour de Caroline. Surnommée la « Belle Eléonore », la demoiselle avait en outre une conversation brillante qui séduisit vivement l’empereur. Après le repas de famille, où l’on imagine que Napoléon devait trouver peu d’attrait au menu, le Corse enfiévré se hâta de se rendre dans la chambre du pavillon occupé par la jeune personne, lui rendant un hommage particulier. Bilan du corps à corps : une naissance masculine le 13 décembre 1806, donnant vie à l’enfant naturel Charles-Léon. Ce dernier, devenu adulte, accomplit alors à son tour, mais tardivement, ses devoirs de reproduction, engendrant en 1857 le petit Gaston-Léon, père de l’actuel comte Léon. La véracité de tout cela n’est d’ailleurs aujourd’hui contestée par personne, la seule petite pierre dans le jardin familial étant le froid persistant dont fait preuve le prince Napoléon envers son parent. Passons…

Pour se convaincre de l’intimité quasi religieuse qui existe entre le comte et son arrière-grand-père, il suffit d’ailleurs de promener les yeux sur les murs et le buffet bas de la salle à manger du pavillon de notre hôte : toute la pièce est en effet promue musée de la mémoire napoléonienne, les murs devenant cimaises pour les petits et grands portraits de l’empereur, le buffet étant mobilisé pour l’alignement de cinq statuettes de maréchaux d’Empire. Un sanctuaire qui, à l’instar des pyramides d’Egypte donnant le vertige à Napoléon, permet au visiteur de replonger quelques siècles en arrière.

Mais il ne faudrait pas réduire la vie du comte Léon à la seule défense et illustration de la saga impériale. Sa biographie le montre aussi homme de plaisirs terrestres et de dévouements altruistes, passionné par l’équitation, longtemps amateur de cyclisme (« J’avais rencontré Antonin Magne, deux fois vainqueur du Tour de France, qui m’a dit : « Je suis napoléonien et communiste », en me montrant sa carte du Parti ! »). En 1940, la drôle de guerre le voit se morfondre pendant des mois le long de la ligne Maginot, puis l’Occupation le décide à rejoindre les Forces françaises de l’intérieur (FFI). Un geste qu’il explique par son refus de voir la France envahie et humiliée, privée de sa souveraineté et de sa liberté. Réflexes ataviques ? En tout cas, notre homme garde cette fibre si solide que la dissolution de l’intégrité nationale dans la potion maastrichienne le fait bondir et retourner à ses références familiales : « Jamais mon ancêtre n’aurait conçu une Europe contre les nations. » Une indignation qui devient étonnement affligé lorsqu’il a appris qu’une récente brochure de propagande d’Etat, énumérant divers personnages de l’histoire de France promus VRP de Maastricht, s’était permis d’asseoir Napoléon dans cette galère ! Un tel nom pour un « oui », alors pour Léon ce sera « non ».

Enfin, on ne pourrait achever ce portrait en pied sans évoquer les activités de ce monsieur placide, qui, à quatre-vingt-un ans, continue à s’occuper d’une association nationale pour la recherche cardiologique et d’une autre, sise à Villiers, apportant aide matérielle aux enfants handicapés.

Et puis, faisant l’inventaire des affaires sales tachant la vie politique nationale, il nous quitte en résumant par une devise calembour, très sérieuse cependant, ce qui constitue son idéal républicain : « Servir, sans se servir. » A bon entendeur…

Bruno Delion.

Nota: le dernier "Léon" était décoré de la médaille de la Réistance.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 28 Août 2008 8:38 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1825
Merci, Cher Bruno, d'avoir porté à notre connaissance ce très intéressant article , évoquant l'arrière petit-fils du Grand Homme. :2:

Sa personnalité, aux traits particulièrement attachants, m'avait séduite lorsqu'elle me fut contée par une personne ayant eu le privilège de le rencontrer à plusieurs reprises.



:salut:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 06 Nov 2008 17:03 
Hors-ligne
Stagiaire
Stagiaire

Inscription : 03 Oct 2004 14:29
Message(s) : 30
Localisation : Gradignan (près de Bordeaux)
Oui, merci, Bruno, pour cet article. Comme quoi, le nom de Napoléon reste positif pour l'ensemble des Français. Je retiens la parole d'Antonin Magne "napoléonien et communiste". C'était original. De nos jours, qui aurait ce goût de réunir des causes que les événements historiques et politiques ont facticement séparées ?

Léon

_________________
Une tête sans histoire est une place sans garnison.
Napoléon 1er


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB