L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 05 Avr 2020 10:38

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 07 Mars 2014 11:09 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14232
Lionel s'est mis à l'écriture, paraît-il... Quoi de plus naturel pour un trotskyste que de s'attaquer à Napoléon ?

De l'avis général, c'est assez minable et plutôt mal écrit.


Dans « Le Figaro », du 6 mars, Eric Zemmour (gloire à lui) remet les pendules à l’heure avec une fiche de lecture :

« Cette réécriture de l’Histoire révèle finalement plus sur son auteur et sur la gauche que sur l’Empereur et ses successeurs. « Le Mal napoléonien » est le livre d’un bourgeois louis-philippard qui ne comprend plus qu’on puisse mourir pour la gloire de la patrie, confond les grognards de la Grand-Armée avec les fusillés de 1917, la Liberté avec la liberté du commerce, la démocratie avec le régime parlementaire et la soumission à l’hégémonie anglo-saxonne avec la paix. Il prouve avant tout la désagrégation de la gauche : Etat, peuple, nation, égalité et même gloire, tout a été renié, liquidé, bazardé. Avec Jospin, la gauche française a trouvé le plus digne des notaires pour annoncer aux ayants-droits du peuple français que son héritage avait été dilapidé. »

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 30 Mars 2014 10:11 
Avant de rentrer à Berlin en avril 1945, les russes sont entrés à Paris il y a tout juste 200 ans. Il eut mieux valu donner le pouvoir à Bernadotte en 1799. Au moins lui est mort sur son trône; après avoir bien servi son peuple.


Haut
  
 
Message Publié : 18 Août 2016 14:51 
Hors-ligne
Chercheur
Chercheur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Août 2016 22:43
Message(s) : 483
Localisation : sud-ouest de l'Empire
Bernadotte, mon cher Pilayro, n'est resté au pouvoir en Suède qu'en se mettant du côté des anglais et en trahissant la France, son pays! :11:

Quand à monsieur Jospin, le contraire de sa part m'aurait étonné. Le peu que j'ai entendu à la télé sur ce livre m'a dégoûté à jamais de l'ouvrir dans une librairie :beurk:

Il récite par cœur ce qu'il a appris à l'école :diablotin:. Son argumentation était vide et fade. J'avais l'impression qu'il ne faisait qu'une pâle récitation scolaire.

Pour refaire parler de lui, il n'hésite pas à s'attaquer au plus grand homme de l'Histoire de France, si ce n'est du monde. Pas fou le frelon! Napoléon est mort depuis près de deux siècles et ne peut plus se défendre! Courageux mais pas téméraire...

Il a seulement oublié que nous sommes là pour le défendre! :baton:

_________________
Né dans une île pour aller mourir dans une île, aux limites de trois continents ; jeté au milieu des mers où Camoëns sembla le prophétiser en y plaçant le génie des tempêtes

Châteaubriand


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 18 Août 2016 15:47 
Au risque de vous décevoir, je dois vous confesser que je possède cet ouvrage. :rougi:

En effet, Jospin était venu à Waterloo pour le présenter lors d'une conférence.
A défaut d'être un bon historien, c'est toutefois un brillant orateur et son exposé était alors très convaincant.
J'ai donc acheté son livre afin d'en savoir davantage et l'auteur me l'a fort aimablement dédicacé.

Le plus drôle, c'est qu'il est toujours dans ma bibliothèque sous une pile d'autres ouvrages et que je ne me suis jusqu'ici jamais résolu à l'ouvrir pour le lire... :16:


Haut
  
 
Message Publié : 18 Août 2016 16:05 
Hors-ligne
Chercheur
Chercheur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Août 2016 22:43
Message(s) : 483
Localisation : sud-ouest de l'Empire
Je ne vous le reproche pas :4:

Au moins comble-t-il un espace vide dans votre bibliothèque :rire2:

Moi aussi j'ai des ouvrages que j'ai à peine lu et qui prennent la poussière :rougi:

_________________
Né dans une île pour aller mourir dans une île, aux limites de trois continents ; jeté au milieu des mers où Camoëns sembla le prophétiser en y plaçant le génie des tempêtes

Châteaubriand


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 04 Sep 2016 1:08 
Hors-ligne
Chercheur
Chercheur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Août 2016 22:43
Message(s) : 483
Localisation : sud-ouest de l'Empire
Je viens de trouver cette interview sur bibliobs... Totalement affligeant et minable. Je n'ai pas de mots assez forts :9:

Citer :
Lionel Jospin: "Napoléon, quel désastre !"
Lionel Jospin: "Napoléon, quel désastre !""Portrait de Napoléon Ier après ses adieux de Fontainebleau", par Paul Delaroche (1840, détail) (Josse/Leemage)
Pour l'ancien Premier ministre, l'Empereur fut un despote qui a laissé la France dans un état catastrophique. Et son influence se fait encore sentir. Entretien.

Laurent JoffrinLaurent JoffrinPublié le 15 mars 2014 à 10h39

On l'attendait plutôt du côté de Jaurès ou de Mitterrand. Voici que Lionel Jospin se passionne pour... Napoléon. Loin de Matignon ou du congrès de Rennes, nous sommes à Austerlitz, à Waterloo ou à la Malmaison. Après le poing et la rose, l'aigle et l'abeille.

A la fois occulté par la république et omniprésent dans la culture politique nationale, l'Empereur a suscité depuis sa mort une moyenne d'un livre par jour. Celui de Jospin frappe par sa précision, son sens du récit et surtout la rigueur de son analyse politique. L'ancien Premier ministre met au service de son travail historique sa connaissance intime des rouages politiques. Tout sauf bonapartiste, il construit un réquisitoire implacable contre le petit officier corse devenu maître de l'Europe.

Il analyse aussi, la déplorant, l'étonnante persistance du bonapartisme jusque dans la vie contemporaine. Dictant ses souvenirs à Sainte-Hélène, l'Empereur déchu, orfèvre de la propagande, avait réussi à faire oublier le despote qu'il était pour se présenter en soldat de la Révolution constamment attaqué par l'Europe des rois. Jospin réfute cette légende tricolore avec méthode.

Pour stimuler la controverse, il fallait porter la contradiction au procureur socialiste. Napoléon était-il l'Ogre de Corse ou bien, selon le mot de l'époque, «Robespierre à cheval»? Jospin répond en historien et en politique.


Laurent Joffrin

Lionel Jospin et Laurent Joffrin, à "l'Obs", le 13 février (J. Graf/Divergence pour "le Nouvel Obs")

Le Nouvel Observateur Un livre sur Napoléon. Etrange pour un socialiste... Vous avez été fasciné ?

Lionel Jospin Non, intrigué. Intrigué par le contraste entre le bilan de Napoléon, désastreux, et la gloire qui s'attache à son nom avec cette récurrence de la tentation bonapartiste en France.

Napoléon a effectivement porté au plus haut la gloire française et il a répandu dans toute l'Europe les idées de la Révolution.

Napoléon n'a pas porté les idées de la Révolution, il les a détournées. Je ne sous-estime en rien le personnage. Mais je montre en quoi les quinze années du Consulat et de l'Empire ont été néfastes pour la France et pour l'Europe. Quant à son héritage, il reste quelques grandes institutions mais aussi une certaine nostalgie française de la grandeur factice, associée paradoxalement à un manque de confiance, qui conduit parfois nos compatriotes à soupirer après un pouvoir fort.

Vous avez donc écrit un réquisitoire...

Plutôt une démystification fondée sur les faits. Quand vous observez la carrière météorique de Napoléon, vous vous apercevez qu'au bout de quinze ans le bilan de l'Empire est catastrophique ; la France sort de l'aventure avec une population stagnante, une puissance abaissée et un territoire amputé. Elle est détestée en Europe. Ses ennemis triomphent. Elle a entre-temps été dirigée par un pouvoir de plus en plus policier, emporté par la logique de la guerre et qui a cherché à dominer les autres peuples comme il a soumis le sien.

A l'aune des principes républicains d'aujourd'hui, c'est un constat irréfutable. Mais peut-on comparer le Consulat et l'Empire à une république qui, à l'époque, ne peut exister ? En 1800, la France reste royaliste dans sa grande majorité. La seule véritable alternative à Napoléon, c'est la restauration monarchique. En ce sens, l'Empire prolonge la Révolution en maintenant certains de ses acquis.

Mais elle existe justement, la république, puisque Bonaparte mettra cinq ans pour l'effacer ! Les grands acquis de la Révolution sont ceux de 1789. Lorsqu'une classe nouvelle, la bourgeoisie, s'affirme et proclame l'égalité et la liberté. Certes, sous le poids de la guerre étrangère et de la guerre civile, viendra la Terreur. Mais les grands principes qui font encore aujourd'hui référence, comme ceux de la «Déclaration des droits de l'homme et du citoyen», sont élaborés pendant cette période initiale. Avec Napoléon, l'aspiration à la liberté devient soumission au despotisme.

Ne faut-il pas distinguer deux époques dans le règne ? Le Consulat est une remise en ordre réussie, avec des réformes très importantes, comme le Code civil. Il succède au Directoire, régime à la fois autoritaire et corrompu. Le début de l'Empire, de 1804 à 1807, est marqué par trois campagnes dans lesquelles la France est attaquée. Ces trois campagnes débouchent sur des victoires spectaculaires, à Austerlitz, Iéna et Friedland. C'est ensuite que les choses se gâtent. Si Napoléon était mort en 1807, il aurait des statues partout en France...

Pendant la première phase, le régime est effectivement populaire. Il s'appuie sur un besoin d'ordre, une aspiration à la paix, un désir de réconciliation entre les deux France. Il n'a nul besoin d'être despotique. Or il le devient. Il est censé porter en Europe le message d'émancipation de la Révolution. Or il le nie à l'intérieur par l'oppression et à l'extérieur par les guerres de conquête.

Après 1807, Napoléon est saisi par le vertige des victoires. Il pense que la guerre surmontera tous les obstacles...

Oui. Parce que son régime repose sur une légitimité incertaine, introuvable, sauf dans les victoires militaires. L'idée neuve de la souveraineté du peuple a été supplantée et Napoléon ne peut pas créer une nouvelle monarchie. Dès que la fortune des armes l'abandonne, son régime s'effondre.

Tout cela va entraîner ce que j'appelle le trouble français. Après l'Empire, la société ne sait plus sur quoi repose la légitimité du pouvoir. Sur le peuple, sur la monarchie de droit divin, sur le charisme d'un homme providentiel ? L'instabilité institutionnelle sera la plaie de l'histoire politique française.

Napoléon y a beaucoup contribué. Au fond, il eût mieux valu pour la France une république bourgeoise, voire une monarchie constitutionnelle que le peuple aurait bientôt poussées à se démocratiser. Avant de poser la question sociale. L'Empire a été un détour grandiose mais néfaste.

Comment expliquer la fascination des écrivains de la période pour Napoléon ? Balzac, Stendhal, Dumas, Vigny, Chateaubriand, et même Hugo, le «grand-père de la république», expriment leur admiration, parfois leur approbation. Ils le voyaient comme un héros de la Révolution.

Il était logique que le roman de Napoléon impressionnât les romantiques. Tous ces jeunes gens ont été des témoins très proches de l'épopée. Elle les émeut d'autant plus que la Restauration les déçoit. Et puis ils ont été séduits par la légende napoléonienne forgée à Sainte-Hélène par Napoléon lui-même et par son transcripteur, Las Cases.

Les ennemis de Napoléon aussi le voyaient comme un soldat de la Révolution, qui exportait partout ses idées d'égalité. On disait qu'il était «Robespierre à cheval».

Napoléon n'a rien fait pour émanciper les peuples. Il a transformé en adversaires ou en ennemis des esprits enthousiasmés par la Révolution, comme Beethoven ou Fichte. Il installait à la tête des pays conquis des membres de sa famille ou des dignitaires impériaux qui avaient pour obligation de prélever des sommes colossales et des contingents de soldats au profit de son régime.

Il a refusé de soutenir les patriotes locaux, italiens ou polonais, qui partageaient pourtant les idéaux de la Révolution ou voulaient l'émancipation nationale. Il a cherché des alliances dynastiques avec les monarchies les plus rétrogrades.

Mais il n'a pas non plus suivi une stratégie d'alliances d'Etat à Etat rationnelle et stable. Il a changé sans cesse d'amis et d'ennemis, rassemblant finalement tout le monde contre lui. Son seul adversaire constant sera l'Angleterre, celui qu'il ne pouvait atteindre - sur les mers -, le pays dont le régime parlementaire naissant était alors le plus moderne, avec celui de la France. Sa politique est contradictoire, bientôt incohérente. C'est l'origine de sa défaite finale.

Il a répondu à Sainte-Hélène qu'il a été contraint de faire la guerre parce que ses ennemis n'ont jamais admis l'extension de la France au-delà du Rhin, dont il a hérité, et toujours refusé les principes de la Révolution.

Certes, Napoléon n'a pas été le seul responsable des guerres en Europe. Mais il pouvait s'en tenir aux «frontières naturelles» conquises par la Révolution. Qui les lui aurait disputées ? Or, une fois vainqueur, Napoléon ne limite jamais ses ambitions. Aller en Espagne, puis en Russie sont des erreurs majeures. Ce pragmatique se fixe des buts irréalistes. Pourquoi ? Parce qu'il est mû par la poursuite de sa propre gloire et non par la recherche des intérêts à long terme de la France.

Le bonapartisme survit ensuite dans les têtes, puis trouve une nouvelle incarnation avec Louis Napoléon, le neveu, qui est nettement moins admiré. Pourtant certains auteurs, Philippe Séguin, par exemple, lui ont trouvé des qualités.

Le neveu est intéressant. D'abord il a théorisé le bonapartisme, quand il était prisonnier, au fort de Ham, notamment. Devenu empereur, il a modernisé l'industrie, instauré le libre-échange, développé l'économie, favorisé les nationalités en Europe. Et puis il a tenté l'auto-réforme de son propre régime, avec l'Empire libéral. C'est un phénomène rare : devant la montée de l'opposition républicaine, au lieu de se raidir, Napoléon III tente de mettre en place un empire constitutionnel.

S'il n'y avait pas eu Sedan et la perte de l'Alsace-Lorraine, il serait peut-être jugé plus favorablement. Mais son régime est antirépublicain. Napoléon III fixe les traits du bonapartisme : l'homme providentiel, l'ordre, le dépassement de l'opposition droite-gauche, l'antiparlementarisme, un régime autoritaire, qui se dit populaire dans son inspiration.

On le retrouve ensuite dans plusieurs figures...

Oui, dans le général Boulanger, qui incarne un bonapartisme de la «revanche» (contre la Prusse), mais échoue dans sa conquête du pouvoir et connaît une fin pathétique, puisqu'il se suicide sur la tombe de sa maîtresse. Puis dans les ligues de l'entre-deux-guerres, qui dérivent très vite vers la réaction et le fascisme, et finalement dans le maréchal Pétain, qui incarne un bonapartisme de la défaite.

De Gaulle représente le bonapartisme moderne, non Pétain ! Le Général est un homme providentiel qui se fonde sur la gloire, sur la résistance à l'ennemi, sur l'énergie, sur la réunion des Français au-delà des clivages partisans. Il reprend les traits principaux du bonapartisme. Pétain émerge du désastre national et prêche la reddition.

De Gaulle, c'est le courage. La gloire vient après. En tout cas est bonapartiste celui qui dissout la république, pas celui qui la restaure. Pétain se présente aux Français comme «le vainqueur de Verdun». Il n'est pas considéré comme le responsable de la défaite de 1940, même si ses thèses militaires y ont contribué. La IIIème République s'effondrant, Pétain s'avance comme le sauveur. Il prétend effacer les divisions droite-gauche, il répudie le Parlement, il fonde un régime dictatorial. A l'intérieur, il a bien des attributs du bonapartisme, un bonapartisme de la sénescence. C'est un bonapartisme infecté par les idées de l'extrême droite et dénaturé par sa soumission à une puissance totalitaire

Et de Gaulle ? Il fonde une république dotée d'un exécutif fort et qui a une politique de grandeur.

Justement, de Gaulle, avec la Résistance, en 1944-1945, rétablit la république. Et, s'il se rapproche du bonapartisme en 1958 quand il profite d'un coup de force légalisé pour arriver au pouvoir, il refuse le césarisme et fait ratifier par le peuple sa vision de la république. D'où son mot célèbre: «Pourquoi voulez-vous qu'à 67 ans je commence une carrière de dictateur?»

Le bonapartisme est-il encore un danger aujourd'hui ?

Disons qu'on retrouve l'écho déformé de ses thèmes dans les partis populistes, en France et en Europe: la critique des «élites», l'appel au chef charismatique comme seul interprète des besoins du peuple. S'y ajoute la peur de l'étranger. Contre ces formes bâtardes du «mal napoléonien», l'antidote doit être une république exemplaire.

Propos recueillis par Laurent Joffrin

Ces propos m'énervent. Toujours cette propagande négationniste! :11: :diablotin:

_________________
Né dans une île pour aller mourir dans une île, aux limites de trois continents ; jeté au milieu des mers où Camoëns sembla le prophétiser en y plaçant le génie des tempêtes

Châteaubriand


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 04 Sep 2016 10:50 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1674
ou là !
encore un sujet sensible Chère Maria KEL et Joker !

pour ma part, je dois aussi confesser avoir acheté le livre de Jospin... je l'ai seulement parcouru en diagonale, il ne m'a pas convaincu.... mes chats ayant fait leurs griffes dessus, je l'ai finalement jeté !

ceci étant, je me garde de tout sectarisme... pourquoi ne pas lire et conserver les livres d'auteurs dont on ne partage pas d'emblée les opinions ? tout argument est bon à prendre, ne serait-ce que pour les réfuter

à titre de comparaison, j'ai dans ma bibliothèque napoléonienne le pamphlet de CARATINI.... et la réponse étayée que lui avait apportée le journaliste Dominique JAMET ! "si j'avais défendu Napoléon"...

Je ne suis pas allé écouter JOSPIN à la Fondation Napoléon, mais lors d'une conférence ultérieure j'avais été heureux d'entendre Thierry LENTZ dire "qu'il se trompait honnêtement".... que sa prose était "une vision Sciences-Po" de Napoléon...

:AI:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 04 Sep 2016 11:28 
Hors-ligne
Chercheur
Chercheur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Août 2016 22:43
Message(s) : 483
Localisation : sud-ouest de l'Empire
Félicitez vos chats de ma part :prie:

Les arguments sortis pour cette interview sont pauvres, fades. Je n'y voie qu'une pâle manœuvre politicienne :non!:

_________________
Né dans une île pour aller mourir dans une île, aux limites de trois continents ; jeté au milieu des mers où Camoëns sembla le prophétiser en y plaçant le génie des tempêtes

Châteaubriand


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB