L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 04 Août 2020 4:08

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Duroc, vu par Marmont...
Message Publié : 10 Jan 2020 10:14 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14323
"Duroc était d'une bonne famille. Son père, gentilhomme de la province d'Auvergne, sans fortune, servant dans un régiment de cavalerie en garnison à Pont-à-Mousson, s'y maria, et. s'établit dans cette ville. Duroc, placé comme élève du roi à l'École
militaire qui y existait alors, fut destiné au service de l'artillerie, débouché le plus sûr. carrière la plus avantageuse autrefois pour un gentilhomme qui n'avait ni appui ni protection. Il y entra en même temps que moi, et nous fûmes reçus élèves sous-
lieutenants à Chalons, au commencement de janvier 1792. Plus tard, une partie de l'école ayant émigré, Duroc alla rejoindre l'armée des princes et fit le siège de Thionville. Son bon sens naturel lui ayant promptement fait apprécier la confusion qui régnait parmi les émigrés, il rentra en France, et vint à Metz, où moi-même, reçu officier, j'étais en garnison. Il me fit confidence de ce qui lui était arrivé, et de sa résolution de reprendre du service. Le gouvernement ferma les yeux sur son absence momentanée, mais le contraignit à subir l'examen de sortie, et à retourner à Châlons pour y reprendre sa place d'élève. Quelque temps après, et cette formalité étant remplie, il rejoignit le quatrième régiment d'artillerie. De là, il passa dans une compagnie d'ouvriers employée à l'armée de Nice. C'est là que je le retrouvai en 1794.


Duroc continua à servir dans son arme, et devint aide de camp du général Lespinasse, commandant l'artillerie de l'armée d'Italie. Après la bataille d'Arcole, le général Bonaparte ayant perdu plusieurs aides de camp, et m'ayant consulté sur les officiers qui pouvaient les remplacer, je lui proposai et lui présentai Duroc qui fut admis. Voilà l'origine de sa fortune. Duroc se l'est toujours rappelé, et m'a constamment voué une amitié très-vive, que le temps n'avait fait que consolider. Il fit. en qualité d'aide de camp, le reste des campagnes d'Italie et la campagne d'Egypte. Arrivé au grade de colonel quand le général Bonaparte devint premier consul, il eut l'administration de sa maison. Puis, quand Napoléon prit la couronne impériale, il fut
grand maréchal avec une autorité très-étendue, et investi d'une confiance sans bornes. Duroc eut diverses missions diplomatiques à Berlin et à Pétersbourg, qu'il remplit à la satisfaction de l'Empereur.
Il était le centre de mille relations diverses. L'Empereur le chargeait souvent de travaux étrangers à ses fonctions habituelles, et il s'en acquittait toujours bien. Aussi fut-il toujours surchargé de besogne, accablé de fatigues et d'ennuis, et au point
de murmurer souvent contre la faveur et les grandeurs.

Le duc de Frioul avait un esprit sans éclat, mais sage et juste; peu de passions, mais une profonde raison et une ambition bornée. Les faveurs sont venues le chercher plus souvent qu'il n'a couru après elles. Naturellement réservé, son commerce
était sûr, et jamais on n'eut à lui reprocher la plus légère indiscrétion. Étranger au sentiment de la haine, il n'a nui personne; mais, au contraire, il a rendu une multitude de services à des personnes qui l'ont ignoré. Une réclamation juste et fondée
l'a toujours trouvé bien disposé, et il faisait auprès de l'Empereur telle démarche qu'il croyait utile, sans jamais s'en faire de mérite auprès de celui qui en était l'objet. Simple, vrai, modeste, probe et désintéressé, son caractère froid l'aurait empêché de se dévouer pour un autre, de se compromettre pour le servir; mais, dans sa position, c'était déjà beaucoup que de rencontrer, si près du pouvoir suprême, un homme sans malveillance; car tout ce qu'on peut raisonnablement désirer et espérer, c'est d'y trouver, en outre de la justice, une bienveillance active quand elle est sans danger. Duroc était bon officier, et il a regretté d'être éloigné du métier pour lequel il avait de l'attrait. Très-utile à l'Empereur, il lui a fait souvent des amis. Ses opinions, toujours sages, lui perînettaient, en les exprimant, de s'élever avec une certaine indépendance, quoiqu'il craignit beaucoup Napoléon. S'il eut vécu pendant l'armistice de 1813, peut-être aurait-il eu sur l'Empereur une influence utile et lui aurait-il fait sentir les in-convénients qui devaient résulter de la reprise des hostilités, Mais Napoléon, après l'avoir perdu, n'avait près de lui alors presque que des flatteurs: et de ceux-là seuls il aimait les conseils."

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Duroc, vu par Marmont...
Message Publié : 10 Jan 2020 19:30 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1712
Au moins, Marmont a le mérite de reconnaitre des qualités à un ancien compagnon d'armes...

on ne saura jamais si Duroc vivant aurait pu influer sur le cours des évènements (son poste avant tout administratif et représentatif ne s'y prêtait guère) :bah:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Duroc, vu par Marmont...
Message Publié : 10 Jan 2020 21:41 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14323
Duroc voulait la paix, mais... Napoléon la voulait aussi !

Il est vrai qu'il aurait voulu revenir au statu quo ante... Ce qui était impossible. Ce qu'il comprenait très bien. Cela lui coûtait de renoncer au Grand-Duché de Varsovie. Surtout pour l'abandonner à la Prusse et à la Russie. Mais enfin, il y était plus ou moins résigné. Il avait perdu la campagne de Russie : il fallait bien payer l'addition.

De même, était-il prêt à restituer l'Illyrie à l'Autriche. C'était prévu, sauf que cette province aurait dû être échangée contre la Galicie polonaise.

Il envisageait aussi de céder la 32e division militaire (cad les territoires allemands annexés en 1810). A ce prix, s'il pouvait obtenir la paix qui lui était nécessaire, ainsi qu'à la France, ce n'était pas trop cher payé, surtout si l'Angleterre s'associait au traité...

Mais ce à quoi il se refusait, c'était de renoncer à la Confédération du Rhin. Ce n'était pas vraiment au titre de "Protecteur" qu'il tenait beaucoup, c'est surtout à l'amoindrissement politique et militaire qui en serait la conséquence. En effet, y renoncer, c'était perdre des alliés, comme la Saxe, la Bavière, le Wurtemberg, le Bade, etc. Et qui pouvaient à leur tour devenir des ennemis.

On le sait, c'était les quatre conditions mises en avant par l'Autriche, pour qu'elle accepte d'imposer sa médiation aux coalisés.

Toutefois, était-elle vraiment sincère ? On sait aujourd'hui que non, puisqu'elle avait signé avec les autres coalisés la convention secrète de Reichenbach qui l'obligeait à soumettre ses conditions à ses autres partenaires, notamment l'Angleterre.

Admettons que Napoléon ait finalement accepté les 4 conditions mises en avant par l'Autriche, juste avant l'expiration de l'ultimatum fixé le 10 août à minuit. La comédie du congrès de Prague aurait continué quelques jours et alors, il est certain qu'une cinquième condition aurait été formulée, comme -par exemple- l'indépendance des Pays-Bas, à laquelle l'Angleterre tenait par-dessus tout ! Et alors, quel soutien attendre des confédérés pour reprendre éventuellement la lutte ?

Sans-doute, le double-jeu de l'Autriche aurait été démasqué, mais, à. la reprise des hostilités, la France se trouvait placée dans une situation des plus difficiles !

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Duroc, vu par Marmont...
Message Publié : 10 Jan 2020 22:15 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1712
en effet.... pour vouloir la paix, il faut être deux sinon ce n'est plus une paix équitable, c'est aller à Canossa

hélas, dès le désastre de Russie, les vieilles monarchies absolutistes, financées par la perfide Albion, relevèrent la tête... tout faire pour abattre "l'ogre Corse" et rétablir l'ordre ancien en Europe... il est donc erroné d'estimer que Napoléon aurait dû accepter la paix en 1813, surtout si les conditions de celle-ci étaient trop draconiennes, et surtout chargées d'arrière-pensées ! :7:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Duroc, vu par Marmont...
Message Publié : 13 Jan 2020 17:36 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1840
"Mais Napoléon, après l'avoir perdu, n'avait près de lui alors presque que des flatteurs: et de ceux-là seuls il aimait les conseils."

(Marmont, cité par Bruno)

Avec Berthier, Duroc était l'un de ceux en qui Napoléon avait la plus grande confiance, jouissant tous deux de l'amitié de leur Chef.
A la perte de Duroc, Napoléon, affecté, écrivait à Marie-Louise :

-"J'ai été bien triste de la mort du Duc de Frioul ... Il est mon ami depuis vingt ans ... C'est une perte irréparable, la plus
grande que je pouvais faire à l'armée".



:salut:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB