L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 18 Nov 2019 5:57

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 25 Mai 2019 10:54 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14071
A lire :

http://www.planete-napoleon.com/docs/18 ... renees.pdf

Nous partageons les conclusions de l'auteur : avec 32 000 hommes environ, le maréchal Soult n'a pas osé détruire Wellington (41 000 hommes), alors qu'il en avait les moyens. Les Anglais ont, en effet, manoeuvré avec une rivière à dos et ont fait preuve d'une témérité rare de leur part. Wellington a pris de grands risques, face à un adversaire timoré, décidé à demeurer sur la défensive ! Cette bataille aurait pu être une victoire, si Soult avait manoeuvré comme Napoléon à Friedland !

En réduisant de moitié l'effectif de Wellington, Soult aurait pu le repousser jusqu'à la frontière, faire lever le siège de Bayonne et tuer dans l'oeuf l'échappée de Beresford vers Bordeaux. Et ainsi, détacher 10 000 hommes de son armée vers le Nord pour renforcer les faibles effectifs de Napoléon !

"La bataille d'Orthez montre qu'une défense passive est très souvent impuissante face à une offensive ennemie concentrée sur certains points de la ligne, sauf si le défenseur utilise des réserves adéquates pour mener des contre-attaques.
La disposition initiale des troupes et le déroulement des combats indiquent que Soult avait l'intention de recevoir la bataille mais qu'il avait planifié d'avance une retraite échelonnée vers le nord-est, en pivotant sur son extrême droite, avec une seconde ligne placée dans le but de recueillir les troupes de la première ligne plutôt que de contre-attaquer avec énergie.

Présent lors du conseil de guerre informel tenu le 26 février, le GD Foy constatait que le duc de Dalmatie hésitait sur la conduite à tenir et comptait sur la valeur de ses positions : "Sans être décidé à donner ou à recevoir la bataille, il espérait que la présence de ses troupes réunies en imposerait aux Anglais. Il ordonna à l'armée de se masser mais en continuant d'occuper Orthez. De tous les partis à prendre, c'était le plus mauvais."

La défaite suscite inévitablement des critiques envers Soult.
- Le 26 février, le mouvement de retraite sur Orthez, ordonné par le duc de Dalmatie, livre à Wellington les gués aux environs de Bérenx, où il peut ainsi concentrer le gros de ses forces sur la rive droite du Gave de Pau.
- Ce même jour, quatre divisions françaises (Foy, Darmagnac, Taupin et Rouget), réunies à quatre kilomètres de Baigts, ne sont pas employées contre les trois divisions ennemies (Picton, Cole et Walker) qui viennent de franchir le Gave de Pau et sont isolées du reste de l'armée adverse.
- Le 27 février au matin, la 3rd ID Piction est restée isolée deux à trois heures, en avant-garde de couverture, sans être inquiétée, en présence immédiate de deux divisions françaises disponibles (Foy et Darmagnac), alors que les trois autres (Taupin, Rouget et Pâris) suffisent à faire face aux mouvements sur Saint-Boès des deux divisions de la colonne de Beresford (Cole et Walker).
- Ou bien alors, quatre divisions françaises (Taupin, Rouget, Pâris et Darmagnac) ne sont pas utilisées contre les deux divisions isolées de Beresford (Cole et Walker), tandis que la 1ère DI Foy, appuyée par la 8e DI Harispe et soutenue par la 6e DI Villatte, peut être laissée face à la 3rd Picton, très aventurée, qui attend l'arrivée de la 6th ID Clinton et de la Light Division Alten, franchissant le pont de bateaux en aval de Bérenx et commençant à peine à déboucher.
- En s'arrêtant à Orthez mais en abandonnant la tête de pont sur la rive gauche du Gave de Pau, Soult n'a plus de point d'appui offensif qui lui permettrait de menacer le flanc et les derrières des colonnes ennemies cherchant à passer sur la rive droite. Dès lors, il va se borner à une action défensive et subir les manoeuvres de Wellington, en résistant plus ou moins longtemps avec habileté, méthode et fermeté, mais sans vraiment être en mesure de peser sur le cours de la bataille."

Thierry Louchet.

Voir aussi :

viewtopic.php?f=30&t=4115&hilit=Orthez

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 25 Mai 2019 17:56 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1560
Depuis l'Espagne jusqu'à Toulouse, avec des effectifs inférieurs en nombre, le duc de Dalmatie a effectué une belle retraite... Mais il faut croire que le "premier manœuvrier d'Europe", comme tant d'autres, en avait assez de la "gloire de l'Empire"... :bah:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 25 Mai 2019 20:41 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14071
Il ne s'agissait pas de faire une "belle retraite", mais de repousser le duc de fer, voire de l'anéantir. Soult en était capable, mais lui aussi, n'avait plus le feu sacré. L'occasion s'est présentée à Orthez, il ne l'a pas saisie !

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 25 Mai 2019 21:58 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1560
Certes, mais cette bataille se déroule en pleine Campagne de France, Soult sait probablement que Napoléon guerroie sur le front de l'Est avec des troupes bien inférieures en nombre à celles des Coalisés.... Alors que faire ? affronter Wellington qui avait déjà battu d'autres maréchaux, ou ménager l'avenir ? N'oublions pas qu'au Portugal, lors de la seconde invasion, Soult s'était déjà vu plus ou moins en roitelet... l'Empereur avait passé l'éponge, mais cet épisode devait trotter dans la tête du Duc de Dalmatie.... en l'absence du chef, les "grosses épaulettes" étaient souvent tétanisées, ne sachant pas vraiment quelle conduite tenir, recevant souvent des instructions contradictoires... Malgré tout, à l'inverse de Marmont et d'Augereau, Soult ne sera pas sur la liste des traitres un an plus tard... et Président du Conseil en 1840, c'est lui qui accueillera les Cendres à Courbevoie :4:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 26 Mai 2019 11:25 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14071
Nous commentons simplement l'aspect militaire de la conduite de Soult. Qu'il ait eu d'autres arrière-pensées, c'est un autre débat qui sort de ce cadre. Toutefois, il est peu probable que Soult se soit arrêté à ce genre de raisonnements. Fin février 1814, la situation militaire est un peu meilleure pour l'Empereur qui vient de remporter une série de victoires. De plus, le fait que Soult ait livré la bataille de Toulouse, le 10 avril 1814, démontre qu'il ne songeait nullement à précipiter la fin de l'empire.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 27 Mai 2019 19:10 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1560
Bruno Roy-Henry a écrit :
De plus, le fait que Soult ait livré la bataille de Toulouse, le 10 avril 1814, démontre qu'il ne songeait nullement à précipiter la fin de l'empire.


Je ne suis pas allé jusqu'à suggérer cela... Je connais peu la bataille d'Orthez, mais compte tenu du contexte général des dernières années de l'Empire (Retraite de Russie, Campagne de France...) j'imagine une forme de lassitude chez Soult, il a manqué d'audace et de volonté, voilà tout ! :salut:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 28 Mai 2019 10:36 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14071
barthelemy a écrit :
j'imagine une forme de lassitude chez Soult, il a manqué d'audace et de volonté, voilà tout ! :salut:


Et c'est bien ce qu'on lui reproche ! Imaginez si 10 000 hommes étaient remontés sur Paris. Ils pouvaient y être le 20 mars. Probablement auraient-ils été utilisés pour renforcer la garnison de Paris : et alors, tout changeait !!!

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 28 Mai 2019 22:43 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1560
Bruno Roy-Henry a écrit :
Et c'est bien ce qu'on lui reproche ! Imaginez si 10 000 hommes étaient remontés sur Paris. Ils pouvaient y être le 20 mars. Probablement auraient-ils été utilisés pour renforcer la garnison de Paris : et alors, tout changeait !!!


Avec des si on mettrait Paris en bouteille :4:

Au final, 10.000 hommes supplémentaires auraient-ils inversé la vapeur et évité la capitulation de Paris en Mars et la défection d'Essonnes de Marmont ? je suis peut-être défaitiste, mais il est permis d'en douter :bah:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 01 Juin 2019 11:06 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14071
Sans faire d'uchronie, il est permis de penser qu'un renfort de 10 000 hommes aurait pu prolonger la résistance de Paris, le 30 mars, jusqu'à la nuit. Et alors, tout changeait car l'Empereur était parvenu à Juvisy à minuit ! Dans ces conditions, Marmont n'aurait pas trahi et la lutte se prolongeait le lendemain avec de grandes chances de succès, car les coalisés étaient à court de munitions !

viewtopic.php?f=30&t=4252

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 01 Juin 2019 20:49 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1560
Bruno Roy-Henry a écrit :
Sans faire d'uchronie, il est permis de penser qu'un renfort de 10 000 hommes aurait pu prolonger la résistance de Paris, le 30 mars, jusqu'à la nuit. Et alors, tout changeait car l'Empereur était parvenu à Juvisy à minuit ! Dans ces conditions, Marmont n'aurait pas trahi et la lutte se prolongeait le lendemain avec de grandes chances de succès, car les coalisés étaient à court de munitions !


C'est possible.... Cela aurait peut-être dissuadé Marmont de trahir, dans ces conditions la lutte ne se serait peut-être pas prolongée, mais du moins Alexandre aurait été enclin à accepter une Régence et l'accession au trône de Napoléon II :salut:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB