L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 22 Nov 2019 2:15

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 25 Mars 2008 23:47 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1822
Nous ne l'avons pas commencée ensemble cette prodigieuse Campagne, et ce soir, je m'en repens ... :6:

Mais il reste néanmoins quelques jours que nous pouvons évoquer ici, si vous le voulez bien ... :2:

Au cours de ce premier trimestre 1814, de nombreux combats eurent lieu, en dehors des plus connus et des plus couramment cités.

Nous sommes le 25 Mars, et ce jour historique nous rappelle la défaite tactique de Marmont et de Mortier, face à Schwarzenberg ...

Vous l'avez deviné, nous nous trouvons en pleine campagne champenoise, dans ce petit village au nom évocateur de .....
Fère-Champenoise ...

Ce jour-là, le "rouleau-compresseur" allié, composé de quelques 200.000 hommes surgissent, à proximité de Fère-Champenoise, devant les 15.000 Soldats de Marmont et de Mortier, qui faisaient route pour rejoindre Napoléon ...

C'est au prix d'un combat acharné que les deux Maréchaux parviendront à se dégager, pour faire retraite vers Paris.

C'est là aussi, que les divisions des Généraux Pacthod et Amey, constituées d'à peine 5.000 Conscrits et Gardes nationaux, dépourvus d'expérience, vont se trouver enveloppés et assaillis par 20.000 cavaliers alliés ...

Ils finiront par se rendre, après une résistance héroïque qui fit même l'admiration du Tzar ...




:salut:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 26 Mars 2008 21:57 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1822
26 Mars 1814 ...

Depuis hier soir, Caulaincourt a rejoint l'Empereur à Saint Dizier, et s'entretient longuement avec Lui ...

En ce jour, 26 Mars, il écrira à Metternich :

- "Arrivé cette nuit seulement près de l'Empereur, Sa Majesté m'a, sur-le-champ, donné ses derniers ordres pour la conclusion de la paix"

A Saint Dizier, Napoléon multiplia les ordres, mais le découragement, autour de Lui, est quasiment total ...
Ce qui lui vaut cette exclamation :

"Vous êtes tous des trembleurs" !...

Napoléon ne se doutait pas du mouvement des armées ennemies lorsqu'il se battait à Saint Dizier, contre les Russes ...

Cependant Il épouve de l'inquiétude ...

Devant Lui, il était persuadé avoir les cavaliers de Schwarzenberg ; or, c'est bien un Corps dépendant de Blücher qu'il vient de vaincre ...

Que s'est-il donc passé ? ...

Il l'apprendra demain ....




:salut:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 27 Mars 2008 0:24 
Hors-ligne
Directeur de recherche
Directeur de recherche
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Août 2004 11:01
Message(s) : 773
Mais c'est avec plaisir que je vous lirai! :salut:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 27 Mars 2008 23:58 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1822
Merci Cher Duc ...

Nous sommes encore le 27 Mars, pour quelques minutes ...
Je serai donc très brève... :4:

Napoléon se trouvant à Vitry, voit affluer des dépêches interceptées, des bulletins et du courrier ennemi ...

Le voile se déchire enfin : les forces alliées marchent sur Paris ...

Autour de Lui, quelques troupes ennemis n'ayant qu'un seul but : le tromper !

Alors, que faire ?

Ne devrait-il pas poursuivre, voire élargir son plan, sans s'inquiéter plus de Paris que le tzar ne s'était soucié de Moscou en 1812 ?

En restant en Lorraine, ne pouvait-on rassembler toutes les garnisons allemandes, proclamer une levée en masse, détruire les colonnes de ravitaillement ennemies, et reprendre enfin les villes qu'occupaient les Austro-Russes ?

Mais en même temps, Il se souvenait de ses promesses , selon lesquelles , jamais, de son vivant, Paris ne serait occupé ...

Combien de fois, en effet, n'avait-il répété que le jour où l'ennemi arriverait à Paris, tout espoir serait perdu ! ...

Cruel dilemne que j'abandonne à vos rêves ...


Bonne nuit ! :4:




:salut:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 28 Mars 2008 0:22 
Hors-ligne
Directeur de recherche
Directeur de recherche
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Août 2004 11:01
Message(s) : 773
Bonne nuit à vous aussi...


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 29 Mars 2008 20:52 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1822
Cher Duc, bonsoir .... :4:

Je m'aperçois que j'ai dû trop bien dormir après vos souhaits, car j'ai raté la journée du 28 Mars ! :rougi:

Ce soir-là, Napoléon n'avait pas encore pris sa décision ...
De Saint Dizier où il se trouvait, il gagna Doulevent, et c'est là que Lavalette lui remit le billet qui disait en substance :

"-La présence de l'Empereur est nécessaire , s'il veut empêcher que sa capitale soit livrée à l'ennemi. Il n'y a pas un moment à perdre."

Cette fois, l'Empereur n'a plus qu'une idée, et s'écrie :

-"A Paris !"

Le même soir à dix heures, le Conseil est réuni aux Tuileries.
Tous, sauf Joseph, estiment que quitter la capitale serait une faute lourde de conséquences ...

L'unanimité s'étant exprimée pour retenir l'Autrichienne et le gouvernement à Paris, la décision allait être arrêtée, lorsque Joseph fit lecture d'une lettre de l'Empereur qu'il détenait depuis quelques jours déjà :

"- Vous ne devez pas permettre que, dans aucun cas, l'impératrice et le roi de Rometombent entre les mains de l'ennemi. S'ils avancent sur Paris avec des forces telles que toute résistance devient impossible, faites partir dans la direction de la Loire la Régente, mon fils, les grands dignitaires, le Trésor ..."

Ainsi le Maître avait décidé, et tous s'en tinrent à son conseil. Mais tous se disaient aussi qu'en abandandonnant Paris, l'impératrice y laissait aussi sa couronne.

De Paris, Marmont envoie un billet aux avant-postes dans la nuit du 28 au 29 Mars :

"- L'ennemi gagne du terrain : nous pouvons être cernés ce soir..."

C'est le sauve-qui-peut, et, à 9 heures, dans ce matin pluvieux du 29 Mars 1814, les Parisiens regardent en silence le long cortège remontant les Champs Elysées, composé des berlines vertes aux armes impériales, et dans lesquelles se sont engouffrées l'impératrice, le roi de Rome, Laetizia, la reine de Westphalie, Cambacérès, les dames d'honneur ainsi que les ministres ...

Dand la brume matinale, l'or des lourds carosses du sacre qu'encadrent les lanciers de la Garde, brille de tout son éclat ...

Enfin, pour fermer cette marche impériale, roulant avec grand fracas sur les pavés humides, voici qu'arrivent les fourgons remplis des bijoux de la Couronne, du glaive impérial, d'argenterie, de la vaisselle de vermeil, des costumes du Sacre, ainsi que du Trésor représenté par trente-deux petits barils d'or ...

Toutefois, les Parisiens semblent ne pas s'alarmer de la situation, et continuent à vaquer à leurs occupations ou à s'adonner à leurs loisirs ...

Les faubourgs sont noirs de monde : Le canon n'est plus très loin ...
Devant une maison de Belleville où est apposé cet écriteau : "Ici, o, voit la bataille pour deux sous", une file de badauds piétinent ...

Tandis que les marchands d'eau-de-vie cirent à tu-tête :"Prenez la goutte ! Cassez la croûte !", de petits groupes de soldats passent, entourant leurs prisonniers ...

Pendant tout ce temps, Napoléon a quitté Doulevent, ce jour, 29 Mars à trois heures du matin ... (Toujours aussi matinal notre Empereur ! :4:) ...

Au pont de Dolencourt, plusieurs courriers lui apportent des nouvelles fraîches : Meaux vient d'être pris ... La bataille fait rage à Claye, pendant que Marmont et Mortier s'efforcent de défendre la capitale ...

Parviendront-ils à tenir jusqu'à l'arrivée de l'Empereur ??

Napoléon entre à Troyes : la Garde vient de marcher quinze lieues, l'équivalent de 60 kilomètres ...depuis le matin ...

Quant au reste de l'Armée, il suit tant bien que mal ...




:salut:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 30 Mars 2008 14:52 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1822
... 30 Mars 1814 ...

Mortier qui s'était retranché dans de vieilles redoutes à la Villette, se voit bientôt contraint de se replier ...

En effet, les chasseurs russes se sont mis à attaquer de flanc, pendant que les Prussiens attaquaient, eux, de face ...
Parvenant à déboucher de l'autre côté de la rue, la garde prussienne, Mortier se trouvant pris à revers, parvient à se rapprocher du mur d'enceinte , en perçant une trouée ...

Blücher se trouve maintenant à Montmartre, et bombarde allègrement Paris ...
De très loin, l'on aperçoit déjà les longues lances des cosaques et leurs fouets démesurés ...

Dans les pensions de jeunes filles, c'est la panique ; on les habille en toute hâte avec des costumes d'hommes, avant de les cacher au fond du Marais ...

A Clichy, c'est Moncey qui s'active à élever des barrières, aidé par les élèves de l'Ecole Polytechnique ...
De son poste, le Maréchal assure une résistance héroïque, parvenant à contenir le flot tumultueux des cosaques ...

Hélas, la fin de l'après-midi voit venir l'affaiblissement logique de ces Braves, devant l'ennemi implacable ...

Marmont signe alors la capitulation de la capitale, dans une guinguette de la Chapelle que tient un marchand de vin, du nom de Thouron, à l'enseigne "Petit Jardinet" ...

Toute la nuit entendra le pas sourd des hommes et des chevaux, composant cette armée impériale qui, selon l'ordre, évacue Paris ...

A l'aube de ce même jour, Napoléon laissant là sa Garde, part à cheval avec une simple escorte ...
Et, à Villeneuve-l'Archevêque, abandonnant cet escadron de service, il s'engouffre dans un cabriolet, accompagné de Caulaincourt, et uniquement suivi de Gourgaud et du Maréchal Lefebvre, roulant tous vers Paris ...

Chemin faisant, il déjeunera à Sens, puis arrivera vers 10 h du soir au lieu dit "La cour de France", juste après Juvisy ...

C'est là qu'apprenant la capitulation de Paris, notre pauvre Empereur s'exclamera :

-" Partout où je ne suis pas, on ne fait que des sottises ! Tout le monde a donc perdu la tête ! Voilà ce que c'est que d'employer des hommes qui n'ont ni sens commun, ni énergie ... Ce cochon de Joseph qui s'imagine être en état de conduire une armée aussi bien que moi ! ...
Et ce J... F... de Clarke qui n'est capable de rien, si on le sort de la routine des bureaux !"




:salut:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 30 Mars 2008 18:10 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14073
Il s'en est fallu de deux heures ! L'Empereur avouera plus tard avoir perdu une demi-journée à réfléchir, après avoir été correctement instruit de la marche des coalisés. Son intention première était de se désintéresser de Paris et d'appliquer son plan jusqu'au bout.

Quoi qu'il arrivât, il aurait coupé les communications des coalisés, se serait emparé de leurs subsistances et de plusieurs de leurs convois. Après avoir dispersé les faibles garnisons coalisées entourant les places fortes de l'Est, il serait revenu vers Paris renforcé par toutes celles ayant brisé leur siège et c'est avec 100 000 hommes qu'il aurait marché à la rencontre des coalisés.

Dans cette circonstance, il ne supposait pas qu'Alexandre et Schwarzenberg se seraient enfermés dans la capitale, mais auraient au contraire marché à sa rencontre pour lui en imposer avec leur 140 000 hommes.

Le calcul était vrai sur le plan stratégique, mais ne tenait pas humainement parlant. En effet, beaucoup d'officiers et la plupart des généraux avaient des intérêts ou de la famille à Paris. Napoléon ne mit pas longtemps à comprendre que l'armée murmurait et ne tarderait pas à réclamer à grands cris la marche pour secourir la capitale...

Il jugea qu'il n'était pas trop tard pour tenter de s'y porter de sa personne, sinon avec l'armée. A mon avis, l'autre faute qu'il a commise, c'est de marcher militairement jusqu'à Troyes avec l'armée. Bien entendu, il ignorait à quel point l'esprit d'abandon et de capitulation soufflait dans Paris... S'il l'avait sû, sans nul doute qu'il n'eût tenté de rallier Troyes au galop avec sa seule escorte, prenant le risque d'être intercepté par un fort parti de cavalerie ennemie. :AI:

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 30 Mars 2008 19:33 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1822
Il s'en est fallu de deux heures ! (Bruno) ...

En effet, et l'on peut dire que, décidément, la chance souriait aux envahisseurs, car, s'il n'a manqué que très peu de temps à Napoléon pour venir défendre sa capitale, Alexandre finira par avouer qu'aux portes de Paris, ses troupes ne disposaient plus que d'une journée de munitions ...

Par ailleurs, (et pour un hommage en passant aux troupes françaises), dans ses aveux à Macdonald, le tsar dira avoir été fortement étonné que de longues et fréquentes privations étaient supportées sans murmure par les Soldats et Officiers français, ne comptant pour rien toutes leurs fatigues ...

Il eût fallu lui répondre qu'avec un Guide tel que Napoléon, il ne pouvait ressortir du comportement de ces militaires, que courage, abnégation et détermination ... :VE2:




:AI:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 31 Mars 2008 20:41 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1822
Il est midi, en ce 31 Mars 1814 ...

Sous la porte Saint-Denis, entourée d'un silence religieux, apparaît la tête de l'armée russe ...

Alexandre s'est installé chez Talleyrand ; c'est lui qui obtiendra des alliés, le retour des Bourbons ...

Napoléon, quant à Lui, a fait les cents pas sur la route, jusqu'à trois heures du matin ...Puis est rentré à sa maison de poste ...

Des témoins racontent l'avoir vu rester prostré, la tête entre les mains, avant de se décider à prendre une plume et du papier, pour écrire ces quelques lignes à Marie-Louise :

"- Je réunis mon armée du côté de Fontainebleau. Je souffre de ce que tu dois souffrir" ...



:salut:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB