L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 15 Juin 2024 9:49

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 41 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Re: C'est lui...
Message Publié : 19 Mai 2024 17:59 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 16:30
Message(s) : 15717
Certes, mais Colson est plus précis que vous et explicite : "veiller à la communication avec l'Elbe" ! En l'occurence, c'est la route de Torgau...

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: C'est lui...
Message Publié : 19 Mai 2024 18:44 
Hors-ligne
Assistant de recherche
Assistant de recherche

Inscription : 25 Fév 2024 7:52
Message(s) : 230
Oui, c'est la route de Torgau. En se plaçant, à Eilenburg, il se rapproche de cette place, mais aussi de Leipzig. Si on ne doit pas perdre de vue l'importance de la ligne de l'Elbe, il faut aussi se pencher sur les objectifs explicitement donnés à Reynier outre sa nouvelle position : sauvegarder les positions importantes de Taucha (flanc de Leipzig) et Wurtzen (pont sur la Mulde en direction de Dresde).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: C'est lui...
Message Publié : 19 Mai 2024 23:56 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 16:30
Message(s) : 15717
Vous ne dites rien sur la possible communication des déclarations d'officiers autrichiens faits prisonniers le 16 à Napoléon (qui est certaine, selon moi) ? Elles auraient porté sur la marche de Wrède à la tête d'une armée austro-bavaroise. Pourtant, il semble bien que cela ait été le cas, d'où le rappel de Reynier et le lendemain, la renonciation au projet de se porter sur Torgau...

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: C'est lui...
Message Publié : 20 Mai 2024 0:28 
Hors-ligne
Assistant de recherche
Assistant de recherche

Inscription : 25 Fév 2024 7:52
Message(s) : 230
Bruno Roy-Henry a écrit :
Vous ne dites rien sur la possible communication des déclarations d'officiers autrichiens faits prisonniers le 16 à Napoléon


Sur les bruits courants sur la trahison de la Bavière, je me suis déjà exprimé avec les rumeurs du début du mois, puis Krafft, Fain et l'annonce de Berthier, Raglovitch...

Bruno Roy-Henry a écrit :
d'où le rappel de Reynier et le lendemain, la renonciation au projet de se porter sur Torgau...


D'où, plus exactement, l'abandon dans l'immédiat de toute idée de manœuvre sur la ligne de l'Elbe, et l'ordre dès le 16, à 16 heures, pour Reynier de quitter Eilenburg pour Leipzig et de renoncer à ses missions de protection vis à vis de Taucha et de Wurtzen.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: C'est lui...
Message Publié : 20 Mai 2024 9:35 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 16:30
Message(s) : 15717
C.DROUET a écrit :
si l’Empereur était convaincu le 13 octobre de la trahison de la Bavière, pourquoi, le 14, confiait-il à trois bataillons bavarois la garde du pont d’Eilenbourg, sur la Mulde ?
Pourquoi ce ne fut que le 16 octobre au soir, à Leipzig, que le général badois von Hochberg reçut l’ordre (qu’il n’exécuta pas) d’arrêter le général bavarois Raglovich ?


Oui, vous avez posé la question de savoir si Napoléon avait été convaincu de la trahison de la Bavière le 13 octobre.

Mais il s'évince des faits que vous rapportez, du rappel de Reynier et de l'ordre d'arrêter Raglovich, que c'est bien le 16 à la mi-journée, que l'Empereur a appris de manière certaine la défection bavaroise, ainsi que la marche en avant de l'armée austro-bavaroise... Il n'existait plus aucun délai sur lequel compter, contrairement aux assurances données par le roi de Bavière...

Ps :
Sur la Bavière et la campagne de Leipzig, quelques réflexions ici :
https://www.passion-histoire.net/viewto ... 55&t=42705

Ledit forum n'est plus accessible : il faut désormais s'y inscrire et le formulaire actuel ne le permet plus.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 20 Mai 2024 11:21 
Hors-ligne
Assistant de recherche
Assistant de recherche

Inscription : 25 Fév 2024 7:52
Message(s) : 230
Gageons que les informaticiens de cet excellent forum règlent ces problèmes techniques.

NDA : après communication avec l'un des administrateurs, il s'avère que la connexion ou l'inscription est obligatoire et qu'il y a problème pour l'inscription...


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 21 Mai 2024 19:32 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 16:30
Message(s) : 15717
En attendant, la traîtrise de la Bavière a dû affecter sensiblement l'Empereur qui ne devait pas s'attendre à ce que son armée marche si rapidement contre la France, avec Wrède à sa tête, qu'il connaissait personnellement et dont il avait assuré l'avancement...

[236] Savoir faisons à qu’il appartiendra: qu’ayant été conclu le 8. de ce mois entre Nous et Sa Majesté l’Empereur d’Autriche, Roi de Hongrie et de Bohème une convention préliminaire, dont le teneur suit:
Au nom de la très sainte et indivisible Trinité.
Sa Majesté le Roi de Bavière et Sa Majesté l’Empereur d’Autriche, Roi de Hongrie et de Bohème animés d’un égal désir de rétablir des rapports que des circonstances malheureuses avoient rompus, et assurés que Leur union la plus intime devra éssentielement contribuer au bienêtre [237] de Leurs états; et Sa Majesté le Roi de Bavière ayant acquis la conviction, que les efforts fait par les puissances alliées, pour faire cesser les malheurs de la guerre, ont été infructueux s’etant décidé en conséquence à s’unir d’intentions avec les puissances engagées dans la présente guerre contre la France et à concourir avec elles par tous les moyens en Son pouvoir au but du rétablissement d’un équilibre entre les puissances, propre à assurer à l’Europe un état de paix véritable, ont nommé pour arrêter les préliminaires d’une alliance, savoir:
Sa Majesté le Roi de Bavière: son Excellence Charles Philippe comte de Wrede, général de cavallerie, membre de la section de la guerre du conseil d’état, grand-cordon des ordres militaire et civil de la couronne de Bavière, grand-officier de la legion d’honneur de France.
Sa Majesté l’Empereur d’Autriche, Roi de Hongrie et de Bohême: S. A. le prince Henri XV. de Reuss-Plauen, grand-croix de l’ordre impérial de St. Leopold, chevalier de l’ordre militaire de Marie Thérese et de celui de St. Hubert de Bavière, général de cavallerie de Ses Armées, propriétaire d’un regiment d’infanterie à Son service;
Lequels après avoir échangé leurs pleins-pouvoirs sont convenus des articles suivans:
Art. 1. A partir du jour de la signature du présent acte, il-y-aura paix et amitié entre Leurs Majestés le Roi de Bavière et l’Empereur [238] d’Autriche, Roi de Hongrie et de Bohème, Leurs héritiers et successeurs, Leurs états et sujets à toute perpetuité, et les rapports de commerce et autres entre les deux états seront rétablis tels, qu’ils étaient avant la guerre.
Art. 2. L’alliance entre les deux hautes parties contractantes aura pour but la coopération la plus active des deux puissances pour le rétablissement d’un ordre des choses en Europe, qui assure à toutes l’indépendance et leur tranquilité future. La Bavière en conséquence se dégage des liens de la confédération du Rhin, et elle joindra immédiatement ses armées à celles des Puissances alliées.
Art. 3. Par suite de l’article précédent les hautes parties contractantes sont convenues de s’aider avec tous les moyens que la Providence a mis à leur disposition et à ne poser les armes que d’un commun accord.
Art. 4. Sa Majesté l’Empereur d’Autriche garantit tant en Son nom qu’au nom de Ses Alliés à Sa Majesté le Roi de Bavière la jouissance libre et paisible ainsi que la Souveraineté pleine et entière de tous les états, villes, domaines et fortresses, dont Elle se trouvait en possession avant le commencement des hostilités.
Art. 5. L’armée bavaroise fera partie de la grande armée autrichienne et alliée. Elle sera sous le commandement du général-en-chef [239] de cette armée et sous les ordres immédiats d’un général bavarois. Elle ne pourra être separée, ni disséminée, mais restera constamment unie en corps, agissant sous ses propres officiers et soumise pour la discipline et l’economie à ses réglemens particuliers. Si la défense de sa propre patrie rendait son secours nécessaire, elle pourra y rentrer sans difficulté.
Art. 6. L’armée bavaroise et l’armée autrichienne commenceront à coopérer à dater de la ratification du present traité.
Art. 7. Les trophées, butin et prisoniers faits sur l’ennemi appartiendront aux troupes qui les auront pris.
Art. 8. Les hautes puissances contractantes procéderont immédiatement à la négotiation d’un traité formel d'alliance.
Art. 9. Elles se reservent également la faculté de conclure une convention de cartel à la suite du présent traité.
Art. 10. Les deux hautes parties contractantes s’engagent formellement à n’entrer dans au cun arrangement ou négotiation pour la paix, que d’un commun accord, et elles se promettent de la manière la plus solennelle de n’écouter aucune insinuation ou proposision qui leur serait adressée directement ou indirectement par le cabinet français sans se la communiquer reciproquement.
[240] Art. 11. Le présent traité sera ratifié par Sa Majesté le Roi de Bavière et par Sa Majesté Impériale et Royale Apostolique et les ratifications en seront échangées dans l’espace de huit jours à compter du jour de la signature, ou plustôt si faire se peut.
En foi de quoi nous soussignés en vertu de nos pleins-pouvoir avons signé le présent traité et y avons apposé le cachet de nos armes.
Fait à Ried le huit du mois Octobre l’an mil huit cent treize.
Nous animé du désir d’affermir et de resserrer de plus en plus les lieus de l’union et de la bonne intelligence qui se trouvent par-là si heureusement établies entre les deux couronnes, avons pour agréable, ratifions, confirmons en vertu des présentes la dite convention avec toutes les stipulations, actes et articles qu’elle contient, promettons de l’observer Nous-même et de la faire observer dans tous les points, sans y donner Nous-même ni souffrir qu’il y soit porté la moindre atteinte.
En foi de quoi Nous avons signé la présente et y avons fait apposer Notre sceau royal.
Donné à Munich le 12. Octobre de l’an 1813 et de Notre Regne le 8.
Reg.-Bl. f. d. Königr. Bayern f. d. J. 1813. Nr. 61. S. 1393.

Articles séparés et secrets.
Le but des puissances en guerre contre la France ne pouvant être atteint et les heureux résultats de leurs efforts ne pouvant être assurés [241] que par une juste repartition des forces respectives des puissances, et par l’établissement de leurs limites sur des bases naturelles et réciproquement convenables, L. L. M. M. l’Empereur d’Autriche et le Roi de Bavière voulant écarter d’avance toutes les difficultés qui dans l’application de ce principe à l’èpoque de la paix pourraient se présenter entre Elles sont convenues des arrangemens suivants, savoir:
Art. 1. Les deux H. P. contractantes regardent comme un des objets principaux de leurs efforts dans la guerre actuelle, la dissolution de la confédération du Rhin et l’indépendance entière et absolue de la Bavière, de sorte que dégagée et placées hors de toute influence étrangére, elle jouisse de la plénitude de sa souveraineté.
Art. 2. S. M. le Roi de Bavière Se prêtera à toutes les cessions qui seraient jugées nécessaires, pour assurer aux deux états une ligne militaire convenable.
Art. 3. S. M. l’Empereur d’Autriche, s’engage à Son tour pour Elle-même et de concert avec Ses Alliés, à employer Son intervention la plus efficace, et s’il en est besoin, toutes Ses forces, à l’effet de procurer à S. M. le Roi de Bavière l’indemnité la plus complète et calculée sur les proportions géographiques, statistiques et financières des provinces cédées. La dite indemnité devra être à la convenance du royaume de Bavière et de manière à former avec lui un contigu complet et non interrompu.
Art. 4. La situation géographique des deux états exigeant une nouvelle démarcation entre eux, S. M. I. R. et Apostolique promet, de concert et sous la garantie des Puissances Alliées à S. M. Bavaroise une indemnité pleine et entiére pour les cessions, qu’en vertu de ce principe la Bavière serait dans le cas de faire à l’Autriche.
Tout changement dans l’état de possession actuel de la Bavière est toutefois expressement réservé à l’époque de la pacification future, et ne pourra avoir lieu que par un arrangement de gré à grés entre les deux Puissances.
Art. 5. Quoique S. M. l’Empereur d’Autriche et S. M. le Roi de Bavière ayent consacré au soutien de la cause au’Elles défendent, la totalité de Leur forces. Ils prendront encore l’engagement formel de maintenir Leurs armées au plus grand complet pendant toute la durée de la guerre actuelle; cependant pour préciser davantage Leur engagemens à cet égard Elles promettent de tenir chacun constamment en campagne, savoir S. M. l’Empereur d’Autriche pour le moins 150,000 hommes et S. M. le Roi de Bavière pour le moins 36,000 hommes les garnisons des places de l’interieur non comprises, et d’augmenter le nombre en autant que Leurs moyens le permettront.
[242] Art. 6. Les H. P. contractantes se réservent du convenir le plus tôt que faire se pourra des arrangemens militaires détaillés que pourrait éxiger la coopération de l’armée bavaroise avec l’armée autrichienne.
Art. 7. Les opérations militaires éxigeant que le Tyrol soit ouvert aux troupes autrichiennes, S. M. le Roi de Bavière n’y mettra aucun obstacle, et promet d’y traiter les dites troupes comme le Siennes propres et de leur prêter tout secours nécessaire pour atteindre le but devenu désormais commun entre les H. P. contractantes. Si par la suite des circonstances inattendue l’armée passait de l’offensive à la défensive. S. M. le Roi de Bavière dans le cas que Ses troupes ne fussent pas en état de defendre le Tyrol bavarois, ne mettra aucun obstacle à ce que celles de S. M. l’Empereur d’Autriche se portent partout où les intêréts de la Bavière l’éxigent, en observant les stipulations particulières dont on est convenu à cet egard.
Art. 8. En consequence de l’union intime de principes et d’intentions qui régne entre les puissances alliées, S. M. l’Empereur d’Autriche prend sur Elle, de promettre en Leur nom, que du moment que le présent traité aura reçu sa sanction, les hostilités cesseront entre les troupes alliées et celles de S. M. le Roi de Bavière. S. M. J. et R. Apostolique est également prête, à interposer Ses bons offices auprés de LL. MM. l’Empereur de Russie et le Roi de Prusse, pour faciliter la restitution réciproque des prisonniers faits sur l’armée bavaroise par les puissances alliées.
Art. 9. Dans le cas que S. M. le Roi de Bavière désirât l’entremise des bons offices de l’Autriche, pour faciliter un arrangement avec l’Angleterre, l’Autriche est prête à les faire valoir auprés de cette puissance.
Art. 10. S. M. l’Empereur d’Autriche prend également l’engagement de faire accéder LL. MM. l’Empereur de Russie et le Roi de Prusse par un acte formel d’adhésion et de garantie aux articles tant patents que secrets du present traité.
Art. 11. Les articles secrets cidessus auront la même force et valeur que s’ils étoient insérés dans le traité patent.
En foi de quoi nous soussignés en vertu de nos plein-pouvoirs les avons signés et munis du cachet de nos armes.
Fait à Ried le 8. Octobre 1813.

Martens recueil des principaux traités T. Supp. V. pag. 612.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 22 Mai 2024 23:14 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 16:30
Message(s) : 15717
Avec votre permission, je souhaite reproduire ici votre texte paru sur Passion-Histoire que j'avais pris la précaution d'enregistrer...


NDA : après communication avec l'un des administrateurs, il s'avère que la connexion ou l'inscription est obligatoire et qu'il y a problème pour l'inscription...

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 24 Mai 2024 11:14 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 16:30
Message(s) : 15717
Dans le silence des passions, les extraits traités par Cyril Drouet ont été reportés en page 1 du sujet.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 24 Mai 2024 18:02 
Hors-ligne
Assistant de recherche
Assistant de recherche

Inscription : 25 Fév 2024 7:52
Message(s) : 230
:salut:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 41 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 17 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB