L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 02 Avr 2020 14:09

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 13 Déc 2019 12:09 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14225
https://www.ijsciences.com/pub/article/1690

The Napoléon Mutation 16184T is that Found in the HVS1 Sequence of the mtDNA Extracted from an Eyebrow Included in the Plaster of the Antommarchi Death Mask of Napoléon
Gérard Lucotte1, Thierry Thomasset2, Alain Pougetoux3
1Institute of Molecular Anthropology, Paris, France
2Laboratory of Physico-Chemical Analyses, UST of Compiègne, France
3National Museum of the Malmaison and Bois-Préau Castles, Rueil Malmaison, France
Abstract : We have extracted the mtDNA (mitochondrial DNA) from one eyebrow included in the plaster of the Antommarchi death-mask of Napoléon. The corresponding HVS1 (Hypervariable Sequence number 1) contains only one mutation, named 16184T, that is that of the Napoléon family (reference 2). That proves, in accordance with some previously established plaster particularities of the eyebrow part of the mask (reference 1) showing that it originates from the St. Helena island, that the Antommarchi death-mask of Napoléon is the nearest historical mask of the real death-mask of Napoléon.
Keywords : Napoléon, Antommarchi Death-mask of Napoléon, Plaster of the Mask, Eyebrows, mtDNA, HVS1 Sequence, 16184T Mutation
An eyebrow was taken from the left eyebrow of the Antommarchi death-mask of Napoléon (Figure 1). This mask, kept in the Archives of the Bois-Préau Castle since the 15th of December 1944, is now (since December 2017) exhibited to the public in the Museum of Malmaison (near Paris, in France). Careful examination of the plaster of this mask (1) shows that it is in fact of a compound nature (a sort of mosaic structure) ; it is made up of two sorts of plasters : that of the Paris plaster, and that of a less- quality plaster originating from the gypsum of the St- Helena island.
DNA was extracted from this eyebrow, to verify (2) that it is well an eyebrow of Napoléon.
MATERIAL AND METHODS.
Plaster of the mask at the left eyebrow represented on the photograph of figure 1 was scratched with a sterile Gillette blade and then transferred to a dedicated sticky paper (SP) ; it is at the occasion of this transfer that we observed an eyebrow fragment on the SP.
SP and the eyebrow were first observed in optical microscopy, with a binocular stereoscopic microscope.
Eyebrows were then observed and analysed by SEM (Scanning Electron Microscopy) – EDX (Energy Dispersive X-ray). The observations were conducted by SEM, using a Philips XL30 instrument (environmental version) ; GSE (Gaseous Secondary Electrons) and BSE (Back Scattering Electrons) procedures were used , the last one to detect heavy elements.
Elemental analysis were realized by X-ray micro fluorescence, this SEM microscope being equipped with a Bruker AXS energy dispersive X-ray ; the system of analysis is PGT ( Spirit Model, of Princeton Gamma Technology).
Each elemental analysis is given in the forms of a spectrum, with Kiloelectrons / Volts (ke/V) on the abscissa and elemental peak heights (cps/eV) in ordinates.
This article is published under the terms of the Creative Commons Attribution License 4.0 Author(s) retain the copyright of this article. Publication rights with Alkhaer Publications. Published at: http://www.ijsciences.com/pub/issue/2018-05/
DOI: 10.18483/ijSci.1690; Online ISSN: 2305-3925; Print ISSN: 2410-4477
 G. Lucotte (Correspondence)  lucotte@hotmail.com
 +0698829261
The Napoléon Mutation 16184T is that Found in the HVS1 Sequence of the mtDNA Extracted from an Eyebrow Included in the Plaster of the Antommarchi Death Mask of Napoléon
Figure 1 : The Antommarchi death-mask of Napoléon. The circle on the left eyebrow indicates the region where the sample was taken.
Table 1 gives the numbers (among the first fifty detected) of non-plaster (gypsum) particles found on the sticky- paper corresponding to the eyebrow region of the death-mask.
http://www.ijSciences.com Volume 7 – May 2018 (05)
105

The Napoléon Mutation 16184T is that Found in the HVS1 Sequence of the mtDNA Extracted from an Eyebrow Included in the Plaster of the Antommarchi Death Mask of Napoléon
Table 1 : Numbers of non-plaster particles found in the eyebrow region (from 1).
St. Helena lavas 2 Iron-titanium inclusions 1 Iron’ ores 2 Potassium phosphate 2
Plaster impurities :
. celestine 1 . halite
Particles Numbers found
Whites :
28 Lead phosphate 9
Artefacts :
. zinc oxyde 1
. iron chrome plated 1 ___________________________________________________________
. baryum sulphate 2 . lead carbonate
DNA extraction from the eyebrow and obtention of DNA sequence of the HVS1 ( Hyper Variable Sequence 1) of mtDNA ( mitochondrial DNA) was realized as in (2). Briefly : DNA extraction for the eyebrow specimen was conducted using a standard method (0.5 M EDTA, sarcosyl 20% and proteinase K 10 mg/ml) ; the genomic DNA obtained was purified using a commercial kit (NucleoSpin Kit ; Macherey-Nagel, Duren, Germany), in accordance with the manufacturer instructions and with some modifications.
PCR procedure was performed in a sterile PCR hood in accordance with standards for ancient DNA (a- DNA) work, with regular decontamination measures and all precautions taken to avoid any risk of contamination by modern DNA molecules. The mtDNA genomic sequence interval of HVS1 from positions 15,991 to 16,390 was amplified by PCR with primers F15971 and R16410.
For each PCR, the DNA extract for eyebrow specimen was amplified in a 12.5l reaction mixture (2mM MgCl2 , 50 mM KCl, 10 mM Tris/ HCl pH=9,
0.1% Triton X-100, 0.2 mM of each dNTPs, 0.1M each primers) and 2.5 U of DNA polymerase (Ampli Tap Gold; Applied Biosystems, Foster City, CA, USA). The amplification was carried out with an initial denaturation step at 95°C for 6 min, followed by 35 cycles at 95°C for 1 min, and 72°C for 1 min.
PCR product was purified from agarose gel ( QIAQuick PCR purification Kit, Valencia, CA, USA). Both strands of all the amplified mtDNA fragments eluted from the agarose gel slices were directly sequenced ( Big Dye Terminator Cycle Sequencing Kit, Applied Biosystems) and separated (ABI PRISM3130x1 Genetic Analyser, Applied Biosystems).
The Sequences obtained were aligned against the revised Cambridge Reference Sequence, to identify the presence of polymorphic sites. SeqScape software (Applied Biosystems) and Clustal analysis were used for pairwise alignments.
G.L. is the only DNA experimentator. He had only one mutation in his mtDNA HVS1 sequence:
1
http://www.ijSciences.com Volume 7 – May 2018 (05)
106

The Napoléon Mutation 16184T is that Found in the HVS1 Sequence of the mtDNA Extracted from an Eyebrow Included in the Plaster of the Antommarchi Death Mask of Napoléon
16298C.
RESULTS.
1. Another eyebrow on the sticky-paper. Examination by optical microscopy of the SP (Figure2) shows another eyebrow on it. The nomenclature given for the two eyebrows is eyebrow number 2 ( EB2) for the first eyebrow observed ( located at the left part of SP), and eyebrow number 1 (EB1) for the second eyebrow observed (located on the SP middle part).
Only the adhering part of EB2 is visible on the SP. The two eyebrows seem to differ for their thickness, EB2 being lightly lesser thick than EB1. They differ also for their apparent colours: EB1 is brown in colour, while EB2 is of a strange dark-blue colour.
Figure 3 shows the both eyebrows in SEM. EB2 is longer than EB1. Disposition of the points of the transversal scale rows and progressive slimming of the eyebrow diameter permit the eyebrow orientations, from the basis to the extremity.
Both eyebrow basis are broken. Both extremities correspond to natural eyebrow ends. While the EB1 surface is smooth, that of EB2 is covered by numerous deposits.
2. Study of the eyebrow number 1.
The SEM photograph of Figure 4 shows a portion of EB1 located at its medial part; points of scale rows, orientated towards the eyebrow extremity, are well visible. The elemental analysis of this portion establishes that it is mainly constituted of organic matter ( carbon, nitrogen and oxygen), with a well marked sulphur peak that is characteristic of the keratine of hairs.
The photograph of Figure 5 shows clearly the main peculiarity of the EB1 basis: that of a “splice-end” (3), a longitudinal fracture indicating an intense traction in that orientation. This longitudinal breakage corresponds to the traction exerted on the eyebrow 1 basis during its transfer from the plaster of the hollow to that of the mask.
This photograph, and the corresponding spectras, show also that the EB1 basis was coated in mineral particles of gypsum (calcium sulphate of the plaster of the mask). It shows also that the hollow was initially covered, to favour the transfer, with a cotton tissue; we can observe on the photograph residual cotton textile fibers ( large and flat fibers, with twisted segments, and some potassium component that is characteristic of vegetal fibers).
The photograph of Figure 6 shows an enlargement (1265x) of the eyebrow basis ; we can see fibrillation (which indicates a trauma) of the EB1 basis.
The photograph of Figure 7 shows the EB1 extremity, which is a natural end. Spectrum in the corpus corresponds to that shown on figure 4 (with calcite deposits); spectrum at the end shows some terminal silice deposits.
3. Study of the eyebrow number 2.
The photograph of Figure 8 is an enlarged view of EB2 in its initial position.
The photograph of Figure 9 shows an EB2 portion in the eyebrow region1. The corresponding spectrum, compared to that shown on figure 4, shows three (those of sodium, of aluminium and of chromium) supplementary peaks. The sodium, combined with chloride, represents probably the salt (ClNa) of the sweat.
The chromium combined with potassium represents probably the potassium dichromate (Cr2K2O7 ), a chemical product used since the XVIII th century for its oxidative properties. In the present case, it was used to bleach the eyebrow. Presence of aluminium is more difficult to explain; possibly it is that of a biting, used for some form of eyebrow colouring.
The photograph of Figure10 shows the EB2 portion at the basis; the basis of this eyebrow is also split- ended. The corresponding spectrum of this split- ended eyebrow shows that it is partly calcified.
The detailed photograph of Figure 11 shows the terminal part of the portion of the EB2 basis. Under the action of the X-rays of the SEM beams, the covering matter melts under the form of bubbles that look like to glue bubbles. The corresponding spectrum of the matter contains phosphorous, so the glue is an osseous glue ( of PCa).
That establishes that the eyebrow basis was fixated, by the mean of an osseous glue, on the plaster of the mask.
The photograph of Figure 12 shows that the eyebrow part, partially fixated on the sticky-paper, is located further than the distal part of the eyebrow basis; it is constituted of a sleeve, of a thickness greater than that of the eyebrow basis; the corresponding spectrum shows that the sleeve is more calcified.
The photograph of Figure 13 shows the breakage point between the distal part (more stick) of the sleeve and the free part of EB2. Certainly, the breakage was caused by the load of the eyebrow on the sticky-paper.
The photograph of Figure 14 shows the EB2 extremity, which is also a natural end. The spectrum of the detached scale layer is practically the same (aluminium peak excepted) than that of the eyebrow corpus.
http://www.ijSciences.com Volume 7 – May 2018 (05)
107

The Napoléon Mutation 16184T is that Found in the HVS1 Sequence of the mtDNA Extracted from an Eyebrow Included in the Plaster of the Antommarchi Death Mask of Napoléon
Contrarily to EB1, there are some numerous and relatively large calcium deposit particles on the eyebrow2 surface. Photograph of Figure 15 shows three of such deposits; they can to be calcium carbonate (CaO) and calcite (CaCO3) particles but, because mainly of them has a magnesium peak in the spectrum, we think that they are carbonate-doubles of calcium and magnesium (tartar).
There are also lava particles on the eyebrow2 surface. Photograph of Figure 16 shows an example of such a lava particle, with a relatively elevated peak of magnesium. Such a lava is a “mineral marker” of the St- Helena island (4). A total number of four of these particles were found on the EB2 surface.
4. Skin-debris and dandruffs on the EB2 surface.
Skin-debris (SD) debris are human skin residues that were well studied by SEM-EDX analyses in some balistic investigations (5, 6). Several SD, located on or at the vicinity of the eyebrow2 surface (figure 8), are detected in the present study. The three largest of them (SD1, SD2 and SD3) are associated to micro- blades of silice or to other contendent materials.
The photograph of Figure 17 shows SD1, located on a portion of EB2 under the tartar particles number 3. We can see clearly on this photograph the skin shred that extrudes from the eyebrow corpus, outside of the silice ( rich in silicium) micro-blade; this micro-blade cuts practically all the eyebrow thickness.
The photograph of Figure 18 shows that SD2 is a relatively great skin-debris, that is located under the eyebrow corpus. Its size diameter is about 50 m; as
the thickness of the eyebrow at that level is less than 20 m, the two parts of it (P1 and P2) are visible at each sides. The silice micro-blade is located inside of the skin-debris.
The photograph of Figure 19 shows that SD3 is located on the EB2 corpus. It is divides into three distinct parts (1, 2 and 3), the second one being partitioned from the third by a contendent segment. Elementary composition of SD3 is the same than that of the eyebrow, but the sulphur peak is less elevated.
Contrary to squamed epidermis cells (that are devoided of DNA), dandruffs are relatively great bulging multinuclear formations (7). We previously used hair’ dandruffs to establish the autosomal and the Y-chromosome STRs profiles of Napoléon (8). Several dandruffs (D) are detected on the eyebrow2 surface.
The largest of them (D1) is illustrated on the photograph of Figure 20. It is a relatively angular bulging formation of about 13 m of length. Her elemental composition is similar to that of the EB2 surface. Another dandruff of a more little size, located under P1, is represented on the photograph of Figure 21 and three other ones on the photograph of
Figure 22
Table 2 summarizes the comparison between the two eyebrows, based on twelve different criterias.
Table 2 : Comparison between eyebrows 1 and 2.
Criterias
EB1
EB2
1.
Approximate length
1.2 cm
1.8 cm
2.
Thickness in the median part
27μm
16μm
3.
Broken basis
+
+
4.
Split-ended basis
+
+
5.
Natural end at the extremity
+
+
6.
Typical composition of an hair
+
+
7.
Chromium
-
+
8.
Surface
smooth
rough
9.
Calcium carbonate deposits
very few, of little sizes
numerous, of relatively great sizes
10.
Lavas detected
no
3
11.
Skin-debris detected
no
3
12.
Dandruffs detected
no
5
http://www.ijSciences.com Volume 7 – May 2018 (05)
108

The Napoléon Mutation 16184T is that Found in the HVS1 Sequence of the mtDNA Extracted from an Eyebrow Included in the Plaster of the Antommarchi Death Mask of Napoléon
5. The mutation of the HVS1 mtDNA sequence of eyebrow 2.
Only the free part (that located after the breakage point) of EB2 was used for DNA extraction. We found only one mutation (Figure 23) in the HVS1 corresponding sequence (sequencing repeated twice) : in position 16, 184, the cytosine (C) is replaced by a thymine (T) ; this transversion 16,184C > T, named
16184T, is the HVS1 mtDNA mutation characteristic of Napoléon (2).
Figure 23 : HVS1 DNA sequence (from positions 16149 to 16189) of the EB2 mtDNA. A (in green) : adenine ; C (in blue) : cytosine ; G (in yellow) : guanine , T (in red) : thymine. The little black point and the column indicate the mutation site.
DISCUSSION
We have previously shown that the plaster of the Antommarchi death-mask of Napoléon is partly composed of a bad-quality plaster, whose gypsum originates from the St-Helena island (1) ; on the surface of that plaster are included numerous particles of a special sort of aluminosilicate iron-rich (lavas), which also constitute a mineral signature on this island. We found in the present study three particles of such a lava on an eyebrow of the left eyebrow of the mask , that establishes its geographic origin.
The detection of the 16184T mutation in the HVS1sequence of the mtDNA of one eyebrow adhering to the death-mask is the genetic proof that this eyebrow is well an hair of Napoléon. Secondarily, it demonstrates that the corresponding part of this death-mask is directly derived to some portion of the initial death-mask that was applied in St. Helena to the Napoleon face at the time of his death.
At the time of her discovery (2) the 16184T mutation of the HVS1 mtDNA sequence was attributed to hairs of Napoléon, of his mother Letizia and of his sister Caroline. Recent information on mtDNA mutation frequencies obtained in a public data-base (EMPOP)
establish that, at the present time, 14 subjects only (on more than a thousand of European subjects tested) bear the 16184T mutation in their HVS1 sequences. With a so very low incidence, this rare mutation constitutes a highly resolutive genetic marker of Napoléon and his family (It is a private, quasi-familial DNA marker).
From what part of the eyebrow the mtDNA come from? A first possibility is that it originates from the eyebrow cuticle. Hair cuticle, which contains DNA, can effectively be seen ( for example on the photograph of figure 4) at the limits and between individual scales; the fact that the scales are not completely flattened on the eyebrow matrix is also in favour to the existence of some cuticle part). Probably DNA originates also from the skin-debris, at least from those (scraped) shown on the photographs of figure 18 and 19 from which thickness indicates that there is some dermis part in the skin layers.
Figure 24 explains how eyebrows ( and skin-debris detached from, and also dandruffs adhering to) of the copse face were transferred to the mask. In a first time the mould ( constituted of the bad quality plaster of St. Helena) was applied to the face ; the face was
http://www.ijSciences.com Volume 7 – May 2018 (05)
109

The Napoléon Mutation 16184T is that Found in the HVS1 Sequence of the mtDNA Extracted from an Eyebrow Included in the Plaster of the Antommarchi Death Mask of Napoléon
probably coated by oil, and locally covered by some textile piece of cotton’ tissues (figure 5). The pulling up of the mould from the face drived the in situ transfer of numerous of some residual eyebrows to the mould.
Figure 24 : The different steps (1,2 and 3) in the transfer of the eyebrows from the face to the mould (in yellow) and then to the initial mask ( in red); levels and abundances of eyebrows : e ( on the face), e1(on the mould), e2 ( on the mask), are indicated.
Then the initial mask (also constituted of the bad- quality plaster) was obtained in casting this liquid plaster into the mould hollow; this initial mask was finally obtained in separating it from the hollow. A second in situ transfer , from the hollow to the initial mask, of some eyebrows was in this way carried out.
We have formal historical proofs (1) that the mould was destroyed. The splitted-end aspects of the broken basis of the two eyebrows examined (figures 5 and 10) occurred very probably during the first transfer, when eyebrows were pulled up from the skin’ face. We have also evidence (figure11) that osseous glue
Table 3 : Whites on the eyebrow sticky-paper (see table 1)
There is no doubt that white particles of ceruse and barytine are micro-scales of the painting used to paint the mask in white. In the eyebrow region the white painting was certainly applied to hide the darkness of the eyebrows.
Nine ( of 50 detected) of lead phosphate particles
was applied to the basis of one of the eyebrow, to maintain it on the death-mask.
Our previous study on the death-mask (1) had shown that there are numerous particles of white on the mask surface (table1) ; these whites are of three different sorts (Table 3): ceruse ( a lead carbonate), barytime ( the baryum sulphate) and occasionally white of zinc (a zinc oxide). The concentration in white particles of ceruse and barytine is especially intense in the eyebrow region of the mask, where they represent more than 62% of the total number of non - plaster particles detected.
(Figure 25 shows of the spectrum of another one) were found on the eyebrow sticky-paper ( see table 1). They probably correspond to the lead phosphate (Pb3(PO4)2, a chemical product that was widely used since the 18 th century for her stripping properties.
Whites
Chemical formulaes
First dates of their use
Ceruse
2PbCO3. Pb(OH)2
since the Antiquity
Barytine
BaSO4
since 1820
White of zinc
Zn0
since 1779
http://www.ijSciences.com Volume 7 – May 2018 (05)
110

The Napoléon Mutation 16184T is that Found in the HVS1 Sequence of the mtDNA Extracted from an Eyebrow Included in the Plaster of the Antommarchi Death Mask of Napoléon
We have previously presented here some evidence ( for example figure 9) that the eyebrow 2’ surface is covered by potassium bichromate, its indicates an early attempt to bleach it.
In his predictive text book (9) Gérard Azémar indicated two sorts of experimentations to do about the Antommarchi death-mask of Napoléon, to valid it : i. The study of the plaster of the mask; ii. The study of eyebrows included in the plaster. We have previously published (1) this first study; the present paper concerns this second study. Both confirm that the Antommarchi death-mask of Napoléon is, among the historical masks, the one that is the nearest from the real death-mask of Napoléon.
At least two other historical death-masks of Napoléon have Napoléon’ s hairs at their surfaces. Among them is one wax mask of Napoléon, said “the Noverraz mask” (10).
Acknowledgments
We acknowledge Amaury Lefébure, Director of the National Museum of Malmaison and Bois- Préau , who allowed us to study the Antommarchi death- mask of Napoléon. G.L. We would like also to thank Franz Jullien, Chief of the Taxidermic Unit of the Museum of Natural History of Paris, who introduced us to the realization of facial masks of plaster. Thank
you also to Count Alexandre Colonna Walewski for his indefectible financial support.
References
1. Lucotte G. (2017). Etude minéralogique et chimique du masque mortuaire Antommarchi de Napoléon 1er. Revue de l’Institut Napoléon, 214: 27-76.
2. Lucotte G. (2010). A rare variant of the mtDNA HVS1 sequence in the hairs of Napoléon’s family. Investigative Genetics, 1: 1-5.
3. Swift J.A. (1997). Mechanism of split-end formation in human head hair. Journal of the Society of Cosmetical Chimistry, 48: 123-126.
4. Lucotte G. (2013). Etude de la composition minéralogique et chimique du masque mortuaire Gilley 1 de Napoléon 1er. Revue de l’Institut Napoléon, 206: 51-91.
5. Varetto L. (1990). The use of plasma ashing on samples for detection of gunshot residues with scanning electron microscopy and energy dispersive X-ray analysis. Journal of Forensic Sciences, 35: 964-970.
6. DeGaetano D., Siegel J.A. and Klomparens K.L. (1992). A comparison of three techniques developed for sampling and analysis of gunshot residue by scanning electron microscopy/ energy dispersive X-ray analysis ( SEM-EDX). Journal of Forensic Sciences, 37: 281-300.
7. Ackerman A.B. and Kligman A.M. ( 1969). Some observations on dandruff. Journal of the Society of Cosmetical Chemistry, 20: 81-101.
8. Lucotte G and Bouin Wilkinson A. (2014). An autosomal STR profile of Napoléon the first. Open Journal of Genetics, 4: 292-299.
9. Azémard G. (2002). Napoléon: revelations sur son vrai masque mortuaire, les causes de sa mort, son dernier docteur. Editions des Ecrivains, Paris.
10. Lucotte G. (2015). L’autre masque de cire, le masque Noverraz. La Revue Napoléon, 17: 55-61.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 13 Déc 2019 12:15 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14225
La mutation Napoléon 16184T est celle trouvée dans la séquence HVS1 de l'ADNmt extrait d'un sourcil inclus dans le plâtre du masque mortuaire Antommarchi de Napoléon
Gérard Lucotte1, Thierry Thomasset2, Alain Pougetoux3
1Institut d'anthropologie moléculaire, Paris, France
2Laboratoire d'analyses physico-chimiques, UST de Compiègne, France
3Musée national des châteaux de la Malmaison et de Bois-Préau, Rueil Malmaison, France

Résumé: Nous avons extrait l'ADNmt (ADN mitochondrial) d'un sourcil inclus dans le plâtre du masque mortuaire Antommarchi de Napoléon. La HVS1 (séquence hypervariable numéro 1) correspondante ne contient qu'une seule mutation, nommée 16184T, qui est celle de la famille Napoléon (référence 2). Cela prouve, conformément à certaines particularités en plâtre préalablement établies de la partie sourcilière du masque (référence 1) montrant qu'elle provient de l'île Sainte-Hélène, que le masque mortuaire Antommarchi de Napoléon est le masque historique le plus proche de la mort réelle -mask de Napoléon.
Mots-clés: Napoléon, Antommarchi Masque mortuaire de Napoléon, Plâtre du masque, Sourcils, ADNmt, séquence HVS1, mutation 16184T
Un sourcil a été prélevé sur le sourcil gauche du masque mortuaire Antommarchi de Napoléon (figure 1). Ce masque, conservé aux Archives du Château de Bois-Préau depuis le 15 décembre 1944, est aujourd'hui (depuis décembre 2017) exposé au public au Musée de la Malmaison (près de Paris, en France). Un examen attentif du plâtre de ce masque (1) montre qu'il est en fait de nature composée (une sorte de structure en mosaïque); il est composé de deux sortes de plâtres: celui du plâtre de Paris et celui d'un plâtre de moindre qualité provenant du gypse de l'île de Sainte-Hélène.
De l'ADN a été extrait de ce sourcil, pour vérifier (2) qu'il s'agit bien d'un sourcil de Napoléon.
MATÉRIEL ET MÉTHODES.
Le plâtre du masque sur le sourcil gauche représenté sur la photographie de la figure 1 a été rayé avec une lame Gillette stérile puis transféré sur un papier collant dédié (SP); c'est à l'occasion de ce transfert que nous avons observé un fragment de sourcil sur le SP.
SP et le sourcil ont d'abord été observés en microscopie optique, avec un microscope stéréoscopique binoculaire.
Les sourcils ont ensuite été observés et analysés par MEB (microscopie électronique à balayage) - EDX (rayons X dispersifs d'énergie). Les observations ont été effectuées par SEM, à l'aide d'un instrument Philips XL30 (version environnementale); Des procédures GSE (électrons secondaires gazeux) et BSE (électrons à diffusion arrière) ont été utilisées, la dernière pour détecter les éléments lourds.
L'analyse élémentaire a été réalisée par micro-fluorescence X, ce microscope SEM étant équipé d'un rayon X dispersif d'énergie Bruker AXS; le système d'analyse est le PGT (Spirit Model, de Princeton Gamma Technology).
Chaque analyse élémentaire est donnée sous la forme d'un spectre, avec des kiloélectrons / volts (ke / V) en abscisse et des hauteurs de crête élémentaires (cps / eV) en ordonnées.
Cet article est publié sous les termes de la licence d'attribution Creative Commons 4.0. Les auteurs conservent les droits d'auteur de cet article. Droits de publication avec Alkhaer Publications. Publié sur: http://www.ijsciences.com/pub/issue/2018-05/
DOI: 10,18483 / ijSci.1690; ISSN en ligne: 2305-3925; Imprimer l'ISSN: 2410-4477
   G. Lucotte (Correspondance)  lucotte@hotmail.com
 +0698829261
La mutation Napoléon 16184T est celle trouvée dans la séquence HVS1 de l'ADNmt extrait d'un sourcil inclus dans le plâtre du masque de mort Antommarchi de Napoléon
Figure 1: Le masque mortuaire Antommarchi de Napoléon. Le cercle sur le sourcil gauche indique la région où l'échantillon a été prélevé.
Le tableau 1 donne le nombre (parmi les cinquante premiers détectés) de particules non plâtrées (gypse) trouvées sur le papier collant correspondant à la région des sourcils du masque mortuaire.
    http://www.ijSciences.com Volume 7 - mai 2018 (05)
105
  
La mutation Napoléon 16184T est celle trouvée dans la séquence HVS1 de l'ADNmt extrait d'un sourcil inclus dans le plâtre du masque de mort Antommarchi de Napoléon
Tableau 1: Nombre de particules non plâtreuses trouvées dans la région des sourcils (à partir de 1).
Laves de Sainte-Hélène 2 Inclusions fer-titane 1 Minerais de fer 2 Phosphate de potassium 2
Impuretés de plâtre:
. célestine 1. halite
       Numéros de particules trouvés
     Blancs:
28 Phosphate de plomb 9
Artefacts:
. oxyde de zinc 1
. fer chromé 1 ___________________________________________________________
. sulfate de baryum 2. carbonate de plomb
L'extraction d'ADN du sourcil et l'obtention de la séquence d'ADN du HVS1 (Hyper Variable Sequence 1) de l'ADNmt (ADN mitochondrial) a été réalisée comme en (2). En bref: l'extraction d'ADN pour l'échantillon de sourcil a été réalisée en utilisant une méthode standard (0,5 M EDTA, sarcosyl 20% et protéinase K 10 mg / ml); l'ADN génomique obtenu a été purifié à l'aide d'un kit commercial (Kit NucleoSpin®; Macherey-Nagel, Duren, Allemagne), conformément aux instructions du fabricant et avec quelques modifications.
La procédure de PCR a été réalisée dans une hotte de PCR stérile conformément aux normes pour les travaux sur l'ADN ancien (a-ADN), avec des mesures de décontamination régulières et toutes les précautions prises pour éviter tout risque de contamination par des molécules d'ADN modernes. L'intervalle de séquence génomique de l'ADNmt de HVS1 des positions 15 991 à 16 390 a été amplifié par PCR avec les amorces F15971 et R16410.
Pour chaque PCR, l'extrait d'ADN pour l'échantillon de sourcil a été amplifié dans un mélange réactionnel de 12,5 ul (2 mM de MgCl2, 50 mM de KCl, 10 mM de Tris / HCl pH = 9,
0,1% de Triton X-100, 0,2 mM de chaque dNTP, 0,1M de chaque amorce) et 2,5 U d'ADN polymérase (Ampli Tap Gold; Applied Biosystems, Foster City, CA, USA). L'amplification a été réalisée avec une étape de dénaturation initiale à 95 ° C pendant 6 min, suivie de 35 cycles à 95 ° C pendant 1 min et 72 ° C pendant 1 min.
Le produit de PCR a été purifié à partir de gel d'agarose (kit de purification par PCR QIAQuick, Valencia, CA, USA). Les deux brins de tous les fragments d'ADNmt amplifiés élues des tranches de gel d'agarose ont été directement séquencés (Big Dye Terminator Cycle Sequencing Kit, Applied Biosystems) et séparés (ABI PRISM3130x1 Genetic Analyzer, Applied Biosystems).
Les séquences obtenues ont été alignées sur la séquence de référence Cambridge révisée, pour identifier la présence de sites polymorphes. Le logiciel SeqScape (Applied Biosystems) et l'analyse Clustal ont été utilisés pour les alignements par paires.
G.L.est le seul expérimentateur d'ADN. Il n'avait qu'une seule mutation dans sa séquence d'ADNmt HVS1:
1
http://www.ijSciences.com Volume 7 - mai 2018 (05)
106

La mutation Napoléon 16184T est celle trouvée dans la séquence HVS1 de l'ADNmt extrait d'un sourcil inclus dans le plâtre du masque de mort Antommarchi de Napoléon
16298C.
RÉSULTATS.
1. Un autre sourcil sur le papier collant. L'examen par microscopie optique du SP (figure 2) montre un autre sourcil dessus. La nomenclature donnée pour les deux sourcils est le sourcil numéro 2 (EB2) pour le premier sourcil observé (situé à la partie gauche du SP), et le sourcil numéro 1 (EB1) pour le deuxième sourcil observé (situé sur la partie médiane du SP).
Seule la partie adhérente d'EB2 est visible sur le SP. Les deux sourcils semblent différer pour leur épaisseur, EB2 étant légèrement moins épais que EB1. Ils diffèrent également par leurs couleurs apparentes: EB1 est de couleur brune, tandis que EB2 est d'une étrange couleur bleu foncé.
La figure 3 montre les deux sourcils en SEM. EB2 est plus long que EB1. La disposition des points des rangées d'écailles transversales et l'amincissement progressif du diamètre des sourcils permettent les orientations des sourcils, de la base à l'extrémité.
Les deux sourcils sont cassés. Les deux extrémités correspondent aux extrémités des sourcils naturelles. Alors que la surface d'EB1 est lisse, celle d'EB2 est recouverte de nombreux dépôts.
2. Etude du sourcil numéro 1.
La photographie SEM de la figure 4 montre une partie d'EB1 située à sa partie médiale; les points des rangées d'écailles, orientés vers l'extrémité des sourcils, sont bien visibles. L'analyse élémentaire de cette portion établit qu'elle est majoritairement constituée de matière organique (carbone, azote et oxygène), avec un pic de soufre bien marqué caractéristique de la kératine des poils.
La photographie de la figure 5 montre clairement la principale particularité de la base EB1: celle d'une «épissure» (3), une fracture longitudinale indiquant une traction intense dans cette orientation. Cette rupture longitudinale correspond à la traction exercée sur le sourcil 1 lors de son transfert de l'enduit du creux à celui du masque.
Cette photographie, et les spectres correspondants, montrent également que la base EB1 était recouverte de particules minérales de gypse (sulfate de calcium du plâtre du masque). Il montre également que le creux était initialement recouvert, pour favoriser le transfert, d'un tissu de coton; on peut observer sur la photo des fibres textiles de coton résiduelles (fibres larges et plates, avec des segments torsadés, et un composant potassique caractéristique des fibres végétales).
La photographie de la figure 6 montre un agrandissement (1265x) de la base des sourcils; nous pouvons voir une fibrillation (qui indique un traumatisme) de la base EB1.
La photographie de la figure 7 montre l'extrémité EB1, qui est une extrémité naturelle. Le spectre dans le corpus correspond à celui montré sur la figure 4 (avec des dépôts de calcite); le spectre à la fin montre quelques dépôts de silice terminaux.
3. Étude du sourcil numéro 2.
La photographie de la figure 8 est une vue agrandie d'EB2 dans sa position initiale.
La photographie de la figure 9 montre une portion EB2 dans la région des sourcils1. Le spectre correspondant, comparé à celui montré sur la figure 4, montre trois pics supplémentaires (ceux de sodium, d'aluminium et de chrome). Le sodium, combiné au chlorure, représente probablement le sel (ClNa) de la sueur.
Le chrome associé au potassium représente probablement le dichromate de potassium (Cr2K2O7), un produit chimique utilisé depuis le XVIII e siècle pour ses propriétés oxydantes. Dans le cas présent, il a été utilisé pour décolorer les sourcils. La présence d'aluminium est plus difficile à expliquer; c'est peut-être celle d'une morsure, utilisée pour une certaine forme de coloration des sourcils.
La photographie de la figure 10 montre la partie EB2 à la base; la base de ce sourcil est également à pointes fourchues. Le spectre correspondant de ce sourcil à pointes fourchues montre qu'il est partiellement calcifié.
La photographie détaillée de la figure 11 montre la partie terminale de la partie de la base EB2. Sous l'action des rayons X des faisceaux SEM, la matière de couverture fond sous forme de bulles qui ressemblent à des bulles de colle. Le spectre correspondant de la matière contient du phosphore, donc la colle est une colle osseuse (de PCa).
Cela établit que la base des sourcils était fixée, au moyen d'une colle osseuse, sur le plâtre du masque.
La photographie de la figure 12 montre que la partie des sourcils, partiellement fixée sur le papier collant, est située plus loin que la partie distale de la base des sourcils; il est constitué d'un manchon, d'une épaisseur supérieure à celle de la base des sourcils; le spectre correspondant montre que le manchon est plus calcifié.
La photographie de la figure 13 montre le point de rupture entre la partie distale (plus de bâton) du manchon et la partie libre d'EB2. Certes, la rupture a été causée par la charge du sourcil sur le papier collant.
La photographie de la figure 14 montre l'extrémité EB2, qui est également une extrémité naturelle. Le spectre de la couche d'écaille détachée est pratiquement le même (à l'exception du pic d'aluminium) que celui du corpus des sourcils.
http://www.ijSciences.com Volume 7 - mai 2018 (05)
107

La mutation Napoléon 16184T est celle trouvée dans la séquence HVS1 de l'ADNmt extrait d'un sourcil inclus dans le plâtre du masque de mort Antommarchi de Napoléon
Contrairement à EB1, il y a des particules de dépôt de calcium nombreuses et relativement grandes à la surface des sourcils2. La photographie de la figure 15 montre trois de ces gisements; ils peuvent être des particules de carbonate de calcium (CaO) et de calcite (CaCO3) mais, parce que principalement d'entre eux ont un pic de magnésium dans le spectre, nous pensons qu'ils sont des carbonates doubles de calcium et de magnésium (tartre).
Il y a également des particules de lave sur la surface des sourcils2. La photographie de la figure 16 montre un exemple d'une telle particule de lave, avec un pic de magnésium relativement élevé. Une telle lave est un «marqueur minéral» de l'île de Sainte-Hélène (4). Au total, quatre de ces particules ont été trouvées à la surface d'EB2.
4. Débris cutanés et pellicules sur la surface EB2.
Les débris cutanés (SD) sont des résidus de peau humaine qui ont été bien étudiés par les analyses SEM-EDX dans certaines enquêtes balistiques (5, 6). Plusieurs SD, situés sur ou à proximité de la surface des sourcils2 (figure 8), sont détectés dans la présente étude. Les trois plus grands d'entre eux (SD1, SD2 et SD3) sont associés à des microlames de silice ou à d'autres matériaux dépendants.
La photographie de la figure 17 montre SD1, situé sur une partie d'EB2 sous les particules de tartre numéro 3. On voit clairement sur cette photo la peau déchiquetée qui ressort du corpus des sourcils, à l'extérieur de la micro-lame de silice (riche en silicium) ; cette micro-lame coupe pratiquement toute l'épaisseur des sourcils.
La photographie de la figure 18 montre que SD2 est un débris cutané relativement important, qui est situé sous le corpus des sourcils. Son diamètre de taille est d'environ 50 µm; comme
l'épaisseur du sourcil à ce niveau est inférieure à 20 µm, les deux parties (P1 et P2) sont visibles de chaque côté. La micro-lame de silice est située à l'intérieur des débris cutanés.
La photographie de la figure 19 montre que SD3 est situé sur le corpus EB2. Il se divise en trois parties distinctes (1, 2 et 3), la seconde étant séparée de la troisième par un segment contigu. La composition élémentaire de SD3 est la même que celle du sourcil, mais le pic de soufre est moins élevé.
Contrairement aux cellules de l'épiderme squamé (qui sont dépourvues d'ADN), les pellicules sont des formations multinucléaires bombées relativement grandes (7). Nous avons précédemment utilisé des pellicules capillaires pour établir les profils STR autosomique et chromosomique Y de Napoléon (8). Plusieurs pellicules (D) sont détectées à la surface des sourcils2.
Le plus grand d'entre eux (D1) est illustré sur la photographie de la figure 20. Il s'agit d'une formation relativement anguleuse renflée d'environ 13 µm de longueur. Sa composition élémentaire est similaire à celle de la surface EB2. Une autre pellicule de plus petite taille, située sous P1, est représentée sur la photo de la figure 21 et trois autres sur la photo de
Figure 22
Le tableau 2 résume la comparaison entre les deux sourcils, sur la base de douze critères différents.
Tableau 2: Comparaison entre les sourcils 1 et 2.
Critères
EB1
EB2
1.
Longueur approximative
1,2 cm
1,8 cm
2.
Épaisseur dans la partie médiane
27μm
16μm
3.
Base cassée
+
+
4.
Base partagée
+
+
5.
Fin naturelle à l'extrémité
+
+
6.
Composition typique d'un cheveu
+
+
7.
Chrome
-
+
8.
Surface
lisse
rugueux
9.
Dépôts de carbonate de calcium
très peu, de petites tailles
nombreux, de tailles relativement grandes
dix.
Lavas détecté
non
3
11.
Détection de débris cutanés
non
3
12.
Pellicules détectées
non
5
http://www.ijSciences.com Volume 7 - mai 2018 (05)
108

La mutation Napoléon 16184T est celle trouvée dans la séquence HVS1 de l'ADNmt extrait d'un sourcil inclus dans le plâtre du masque de mort Antommarchi de Napoléon
5. La mutation de la séquence d'ADNmt HVS1 du sourcil 2.
Seule la partie libre (celle située après le point de rupture) d'EB2 a été utilisée pour l'extraction d'ADN. Nous n'avons trouvé qu'une seule mutation (figure 23) dans la séquence correspondante de HVS1 (séquençage répété deux fois): en position 16, 184, la cytosine (C) est remplacée par une thymine (T); cette transversion 16,184C> T, nommée
16184T, est la mutation de l'ADNmt HVS1 caractéristique de Napoléon (2).
Figure 23: séquence d'ADN HVS1 (des positions 16149 à 16189) de l'ADNmt EB2. A (en vert): adénine; C (en bleu): cytosine; G (en jaune): guanine, T (en rouge): thymine. Le petit point noir et la colonne indiquent le site de mutation.
DISCUSSION
Nous avons montré précédemment que le plâtre du masque mortuaire Antommarchi de Napoléon est en partie composé d'un plâtre de mauvaise qualité, dont le gypse provient de l'île de Sainte-Hélène (1); à la surface de ce plâtre se trouvent de nombreuses particules d'une sorte spéciale d'aluminosilicate riche en fer (laves), qui constituent également une signature minérale sur cette île. Nous avons trouvé dans la présente étude trois particules d'une telle lave sur un sourcil du sourcil gauche du masque, qui établit son origine géographique.

La détection de la mutation 16184T dans la séquence HVS1 de l'ADNmt d'un sourcil adhérant au masque de mort est la preuve génétique que ce sourcil est bien un cheveu de Napoléon. Secondairement, cela démontre que la partie correspondante de ce masque de mort est directement dérivée d'une partie du masque de mort initial qui avait été appliqué à Sainte-Hélène sur le visage de Napoléon au moment de sa mort.
Au moment de sa découverte (2), la mutation 16184T de la séquence d'ADNmt HVS1 était attribuée aux cheveux de Napoléon, de sa mère Letizia et de sa sœur Caroline. Informations récentes sur les fréquences de mutation de l'ADNmt obtenues dans une base de données publique (EMPOP)
établir qu'à l'heure actuelle, seuls 14 sujets (sur plus d'un millier de sujets européens testés) portent la mutation 16184T dans leurs séquences HVS1. Avec une incidence si très faible, cette mutation rare constitue un marqueur génétique très résolutif de Napoléon et de sa famille (Il s'agit d'un marqueur d'ADN privé et quasi familial).
De quelle partie du sourcil provient l'ADNmt? Une première possibilité est qu'elle provienne de la cuticule des sourcils. La cuticule capillaire, qui contient de l'ADN, est effectivement visible (par exemple sur la photo de la figure 4) aux limites et entre les échelles individuelles; le fait que les écailles ne soient pas complètement aplaties sur la matrice sourcilière est également en faveur de l'existence d'une partie de la cuticule). L'ADN provient probablement aussi des débris cutanés, au moins de ceux (grattés) montrés sur les photographies des figures 18 et 19 dont l'épaisseur indique qu'il y a une partie du derme dans les couches cutanées.
La figure 24 explique comment les sourcils (et les débris cutanés détachés, ainsi que les pellicules adhérant) du visage du bosquet ont été transférés vers le masque. Dans un premier temps, le moule (constitué du plâtre de mauvaise qualité de Sainte-Hélène) a été appliqué sur le visage; le visage était
http://www.ijSciences.com Volume 7 - mai 2018 (05)
109

La mutation Napoléon 16184T est celle trouvée dans la séquence HVS1 de l'ADNmt extrait d'un sourcil inclus dans le plâtre du masque de mort Antommarchi de Napoléon
probablement enduit d’huile et recouvert localement de quelques morceaux de tissus de coton (figure 5). Le retrait du moule du visage a entraîné le transfert in situ de nombreux sourcils résiduels dans le moule.
Figure 24: Les différentes étapes (1, 2 et 3) du transfert des sourcils du visage vers le moule (en jaune) puis vers le masque initial (en rouge); niveaux et abondances des sourcils: e (sur le visage), e1 (sur le moule), e2 (sur le masque), sont indiqués.
Ensuite, le masque initial (également constitué de plâtre de mauvaise qualité) a été obtenu en coulant ce plâtre liquide dans le moule creux; ce masque initial a finalement été obtenu en le séparant du creux. Un deuxième transfert in situ, du creux au masque initial, de certains sourcils a ainsi été réalisé.
Nous avons des preuves historiques formelles (1) que le moule a été détruit. L’aspect fendu de la base cassée des deux sourcils examinés (figures 5 et 10) est survenu très probablement lors du premier transfert, lorsque les sourcils ont été relevés du visage de la peau. Nous avons également des preuves (figure 11) que la colle osseuse
Tableau 3: Blancs sur le papier collant à sourcils (voir tableau 1)
Il ne fait aucun doute que les particules blanches de céruse et de barytine sont des micro-échelles de la peinture utilisée pour peindre le masque en blanc. Dans la région des sourcils, la peinture blanche a certainement été appliquée pour masquer l'obscurité des sourcils.
Neuf (sur 50 détectés) de particules de phosphate de plomb
a été appliqué sur la base d'un des sourcils, pour le maintenir sur le masque mortuaire.
Notre étude précédente sur le masque mortuaire (1) avait montré qu'il y avait de nombreuses particules de blanc à la surface du masque (tableau 1); ces blancs sont de trois sortes différentes (tableau 3): céruse (un carbonate de plomb), barytime (le sulfate de baryum) et parfois blanc de zinc (un oxyde de zinc). La concentration en particules blanches de céruse et de barytine est particulièrement intense dans la région des sourcils du masque, où elles représentent plus de 62% du nombre total de particules non plâtreuses détectées.
(La figure 25 montre le spectre d'un autre) a été trouvée sur le papier collant pour sourcils (voir tableau 1). Ils correspondent probablement au phosphate de plomb (Pb3 (PO4) 2, un produit chimique largement utilisé depuis le XVIIIe siècle pour ses propriétés décapantes.
Blancs
Formules chimiques
Premières dates d'utilisation
Céruse
2PbCO3. Pb (OH) 2
depuis l'Antiquité
Barytine
BaSO4
depuis 1820
Blanc de zinc
Zn0
depuis 1779
http://www.ijSciences.com Volume 7 - mai 2018 (05)
110

La mutation Napoléon 16184T est celle trouvée dans la séquence HVS1 de l'ADNmt extrait d'un sourcil inclus dans le plâtre du masque de mort Antommarchi de Napoléon
Nous avons précédemment présenté ici certaines preuves (par exemple la figure 9) que la surface du sourcil 2 'est recouverte de bichromate de potassium, cela indique une tentative précoce de le blanchir.
Dans son manuel de prédiction (9), Gérard Azémar a indiqué deux sortes d'expérimentations à faire sur le masque mortuaire Antommarchi de Napoléon, pour le valider: i. L'étude du plâtre du masque; ii. L'étude des sourcils inclus dans le plâtre. Nous avons déjà publié (1) cette première étude; le présent document concerne cette deuxième étude. Tous deux confirment que le masque de mort Antommarchi de Napoléon est, parmi les masques historiques, celui qui est le plus proche du véritable masque de mort de Napoléon.
Au moins deux autres masques mortuaires historiques de Napoléon ont des poils de Napoléon à leur surface. Parmi eux se trouve un masque de cire de Napoléon, dit «le masque de Noverraz» (10).
Remerciements
Nous remercions Amaury Lefébure, directeur du Musée national de la Malmaison et de Bois-Préau, qui nous a permis d'étudier le masque mortuaire Antommarchi de Napoléon. G.L. Nous remercions également Franz Jullien, Chef de l'Unité Taxidermique du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris, qui nous a fait découvrir la réalisation de masques faciaux en plâtre. Remercier
vous aussi au comte Alexandre Colonna Walewski pour son soutien financier indéfectible.

Les références :

1. Lucotte G. (2017). Etude minéralogique et chimique du masque mortuaire Antommarchi de Napoléon 1er. Revue de l’Institut Napoléon, 214: 27-76.
2. Lucotte G. (2010). Une variante rare de la séquence de l'ADNmt HVS1 dans les cheveux de la famille Napoléon. Investigative Genetics, 1: 1-5.
3. Le juge Swift (1997). Mécanisme de formation des pointes fourchues dans les cheveux humains. Journal de la Society of Cosmetical Chimistry, 48: 123-126.
4. Lucotte G. (2013). Etude de la composition minéralogique et chimique du masque mortuaire Gilley 1 de Napoléon 1er. Revue de l’Institut Napoléon, 206: 51-91.
5. Varetto L. (1990). Utilisation de la cendre de plasma sur des échantillons pour la détection de résidus de tir par microscopie électronique à balayage et analyse par rayons X à dispersion d'énergie Journal of Forensic Sciences, 35: 964-970.
6. DeGaetano D., Siegel J.A. et Klomparens K.L. (1992). Une comparaison de trois techniques développées pour l'échantillonnage et l'analyse des résidus de tir par microscopie électronique à balayage / analyse par rayons X à dispersion d'énergie (SEM-EDX). Journal of Forensic Sciences, 37: 281-300.
7. Ackerman A.B. et Kligman A.M. (1969). Quelques observations sur les pellicules. Journal de la Society of Cosmetical Chemistry, 20: 81-101.
8. Lucotte G et Bouin Wilkinson A. (2014). Un profil STR autosomique de Napoléon le premier. Open Journal of Genetics, 4: 292-299.
9. Azémard G. (2002). Napoléon: révélations sur son vrai masque mortuaire, les causes de sa mort, son dernier docteur. Editions des Ecrivains, Paris.
10. Lucotte G. (2015). L’autre masque de cire, le masque Noverraz. La Revue Napoléon, 17: 55-61.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 13 Déc 2019 23:21 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14225
La pensée du Pr Lucotte semble avoir évolué entre son article sur l'étude du masque dit "de la Malmaison" et sa publication concernant l'ADN trouvé dans un sourcil provenant dudit masque.

Dans la 1ère étude, Lucotte constate que le masque M (Malmaison) est composé de deux sortes de plâtre : le 1er étant un matériau composite, provenant du gypse de Sainte-Hélène ; le second, du plâtre de Paris, de bonne qualité. Il mentionne ses travaux sur le Rusi qu'il identifie comme étant une copie du masque mortuaire authentique de Napoléon. Le masque M étant une recomposition à partir du mauvais plâtre ayant servi à la confection du masque Burton (original dont est tirée la copie dite "masque Rusi". En outre, toujours pour le masque M, il signale que le nez et les lèvres ont été "retravaillés"...

Dans la seconde étude, le Pr considère que le masque M est le masque historique le plus proche du visage de l'Empereur après sa mort. Pourtant, il constate que les sourcils qu'il a dégagés de leur gangue de plâtre ont été collés au masque. Il ne fait plus aucune allusion au Rusi. Il y a là une contradiction qui ne manque pas d'être surprenante !

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 13 Déc 2019 23:51 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1672
Contradiction d'autant plus surprenante que lors de sa communication ultérieure sur le masque Rusi, confirmée à priori par les deux conférences qu'il a données cette année 2019, le Pr Lucotte avance que l'ADN de Napoléon se trouve bien sur le Rusi Mask , faisant de lui un masque mortuaire authentique de Napoléon :grands yeux:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 14 Déc 2019 15:35 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14225
Il faudrait relire attentivement les deux textes pour se faire une opinion définitive. S'agissant de l'antokiki (masque M), il conviendrait de se demander si les deux matériaux utilisés ne visaient pas à rendre plus crédible l'empreinte du visage de Cipriani...

Contrairement à ce qu'indique le Pr Lucotte, le masque M n'a pas été réalisé à Sainte-Hélène (il n'y avait pas de plâtre de Paris disponible sur l'île en mai 1821), mais en partie avec une matière provenant de Sainte-Hélène. Le faussaire était doué !

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 24 Déc 2019 12:31 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1672
Bruno Roy-Henry a écrit :
Il faudrait relire attentivement les deux textes pour se faire une opinion définitive. S'agissant de l'antokiki (masque M), il conviendrait de se demander si les deux matériaux utilisés ne visaient pas à rendre plus crédible l'empreinte du visage de Cipriani...

Contrairement à ce qu'indique le Pr Lucotte, le masque M n'a pas été réalisé à Sainte-Hélène (il n'y avait pas de plâtre de Paris disponible sur l'île en mai 1821), mais en partie avec une matière provenant de Sainte-Hélène. Le faussaire était doué !


Difficile en effet de se faire une opinion définitive :bah:

Selon Albertuk, le masque Antommarchi n'a été confectionné qu'une fois de retour à Londres par le docteur Anto, une épreuve étant alors adressée à Madame Mère à Rome.... encore que cette assertion soit quelque peu en contradiction avec les dires de Michel Dancoisne-Martineau, selon lequel le masque Malmaison est la première épreuve positive faite à Sainte-Hélène à partir de l'empreinte de Burton :grands yeux: dans cette hypothèse, et si l'on suit la conclusion de Lucotte selon lequel le masque de Malmaison serait composite, seule une épreuve positive de la partie faciale aurait pu être réalisée à Sainte-Hélène, Antommarchi reconstituant ultérieurement les parties manquantes avec du plâtre de Paris :4:

A noter également une erreur dans les notes de bas de page de Lucotte : la note 10 "Lucotte G. (2015). L’autre masque de cire, le masque Noverraz. La Revue Napoléon, 17: 55-61" semble à priori être une erreur :grands yeux: Je me suis procuré (également) l'article en question, lequel ne traite pas du masque Noverraz mais du Gilley 2 conservé au musée d'Ajaccio (dans cet article que j'ai parcouru succinctement, le Pr Lucotte conclue que ce masque ne peut être un masque original de Napoléon, car composé de plâtre de Paris... et à priori il ne fait pas mention d'une quelconque présence de bulbes de sourcils ou traces de poils) :4:

Enfin, la note de bas de page 9 : "Azémard G. (2002). Napoléon: révélations sur son vrai masque mortuaire, les causes de sa mort, son dernier docteur. Editions des Ecrivains, Paris" se réfère à une étude publiée par un arrière-petit-neveu d'Antommarchi, selon laquelle le seul véritable masque mortuaire de Napoléon serait celui mis en dépôt à la Malmaison par sa famille, étude en forme de réquisitoire contre le masque conservé au Musée de l'Armée (lequel a depuis lors, sauf erreur de ma part, retiré prudemment son masque de ses collections exposées) mais ceci est une autre histoire....
:salut:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 27 Déc 2019 15:10 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14225
les 2 sourcils dégagés de leur gangue de plâtre ont été collés au masque. il s'agirait d'une colle naturelle...

Peu importe : la fraude est ainsi avérée ! Il est curieux que le Pr Lucotte n'ait pas fait état de cette conclusion évidente.

Résumons :

- le masque M est composite :
1/ un mauvais plâtre issu des matériaux présents à Sainte-Hélène (une partie de la face seulement).
2/ du plâtre de Paris pour compléter ladite face ET les parties périphériques (tempes, haut du front, cou etc.).

- les sourcils ont été introduits sous la gangue de plâtre et collés avec une "colle naturelle"...

Il s'ensuit que nous avons affaire à une double fraude :

Celle du masque, car il a manqué du mauvais plâtre hélènien pour confectionner l'ensemble.
Celle des sourcils qu'il a fallu coller, preuve qu'ils ont été réimplantés dans le positif, que ce soit à ce moment même ou ultérieurement !

Le masque de la Malmaison est bel et bien un faux masque mortuaire de Napoléon )

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 27 Déc 2019 20:13 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1672
Je m'y perds un peu.... Mais si c'était bien le cas, ce serait un scoop :15:

Que le masque Antommarchi, dit "modèle Malmaison" soit composite, cela on le savait déjà.... Je trouve le terme "fraude" un peu abusif là-dessus, car on sait que le gisement de Prosperous Bay contenait suffisamment de gypse pour réaliser un positif complet, mais Antommarchi ne confectionna que la partie faciale avec ce gypse de mauvaise qualité, reconstituant le reste à Londres avec du plâtre de Paris (à Longwood, il s'agissait de parer au plus pressé)

Mais... si je ne m'abuse, les arcades sourcilières sont comprises dans la partie faciale, pourquoi y insérer des sourcils (en les collant) ? :grands yeux:

Et selon la seconde étude de Lucotte, ces sourcils contiennent-ils l'ADN mitochondrial de Napoléon ? sur ce point, la remarque de ClaudeM est pertinente : à cette époque, l'ADN était totalement inconnu, on aurait donc pu insérer dans le positif n'importe quels sourcils :4:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 27 Déc 2019 21:21 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 14225
barthelemy a écrit :
: Et selon la seconde étude de Lucotte, ces sourcils contiennent-ils l'ADN mitochondrial de Napoléon ? sur ce point, la remarque de ClaudeM est pertinente : à cette époque, l'ADN était totalement inconnu, on aurait donc pu insérer dans le positif n'importe quels sourcils :4:


bien entendu, ce n'est pas Antomarchi qui s'est abaissé à cette petite fraude. Mais bel et bien les conservateurs du Musée de la Malmaison ! SUR ORDRE, forcément...

De qui ? Entre le génie des Karpathes, le flanby de pacotille et l'éphèbe négrophile, on hésite !!! :hahaha:

A moins que cela ne remonte au Grand Con... :baton:

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 27 Déc 2019 22:54 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1672
Je dois dire que l'évocation de nos trois derniers monarques (disons plutôt valets de la finance) est assez plaisante, surtout l'éphèbe négrophile, lorsqu'on connait le pedigree de ses deux copains torses nus en sueur à Saint-Martin, et autres gesticulateurs à l'Elysée :rire2:

il faudrait donc considérer qu'on a implanté des sourcils dans le plâtre de Paris du masque Malmaison pour "faire plus vrai" ! :7:

reprenant la 1ère étude de Lucotte, on peut y lire (pages 49-50) que selon lui Antommarchi aurait réalisé à Londres un premier masque (modèle Madame Mère) puis un second copie du premier (le Rusi) puis un troisième représentant un visage idéalisé de Napoléon (le masque Antommarchi) : version séduisante qui ferait du Rusi le véritable masque représentant les traits de l'Empereur sur son lit de mort, mais qui ne fait pas de facto du masque Antommarchi la représentation fidèle des traits de Cipriani sur le sien :4:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB