L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 17 Juin 2019 0:48

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 30 Avr 2019 13:33 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13929

Les extraits du journal d'Andrew Darling ont été publiés par The Times Literary Supplement. London, Thursday, September 30, 1915.

Traduction de Jacques Macé.



Mardi (sic) 2 mai (1821)


J'ai fait monter à Old Longwood House des fournitures qui avaient été demandées par cet établissement, et je m'y rendis l'après-midi comme d'habitude. Depuis quelque temps, j'étais chaque jour attentif à ce qui se passait à Longwood, pour le cas où le général Bonaparte aurait décidé de s'installer dans la nouvelle maison spécialement construite pour lui. Car son Excellence le Gouverneur avait donné des ordres en ce sens, et le général de Montholon disait qu'il ne savait pas si le général B. avait l'intention de le faire mais que la décision pouvait être prise soudainement, sans avertissement, et qu'il fallait mieux que tout soit prêt. M. Pierron signa le reçu des fournitures; les domestiques paraissaient tous très affligés, et le général Montholon dit que B. était très malade. Dans la soirée, je rencontrai M. H. Barker auquel le général Montholon avait dit que Bonaparte était à la dernière extrémité. Je vis aussi le Dr Rutledge et un ou deux officiers à Longwood Farm House.



Mercredi (sic) 3 mai (1821)


Je me rendis à Wood comme d'habitude, après avoir envoyé plusieurs objets pour la nouvelle maison. Noverraz, l'un des domestiques présents à New House, me dit que le général Bonaparte ne pouvait plus vivre longtemps car il avait rejeté de son estomac quelque chose de complètement noir. Il dit aussi qu'il délirait parfois, réclamant des personnes qui n'étaient plus sur l'île ou d'autres qui étaient décédées.



Vendredi 4 mai (1821)


J'ai appris en chemin que B. était beaucoup mieux. J'ai envoyé quelques feuilles de cuir au général de Montholon pour recouvrir ses caisses de livres et aussi de la feutrine verte, et différents articles pour les docteurs Shortt et Mitchell au logement des officiers à New House. Je les vis tous les deux dans la soirée chez le capitaine Crokat et j'ai entendu le docteur Arnott, qui sortait de la chambre du général Bonaparte, décrire à MM. Shortt et Mitchell son état et dans quelle pièce il se trouvait. Alors que j'allais prendre les consignes du capitaine Crokat, il me fut demandé par le général Montholon de me procurer du drap noir pour tendre la chambre car il pensait que le général Bonaparte ne pouvait plus vivre longtemps.



Samedi 5 mai (1821)


En montant vers midi, j'ai rencontré M. Dutton qui m'apportait une lettre de Sir Thomas Reade qui recherchait du plâtre de Paris. Comme je savais qu'il n'y en avait pas en stock sur l'île, en ayant déjà cherché le matin et la veille, la seule chose que je pouvais proposer était de réduire en poudre quelques statuettes et d'utiliser ce matériau. Mais comme la dépense serait considérable, et que le résultat n'était pas certain, je refusai de la faire avant d'en avoir reçu l'ordre. Je continuai vers Longwood où j'appris que Sir Thomas Reade s'y trouvait et je le vis avec le Gouverneur devant New House. J'expliquai l'affaire au Gouverneur qui me dit de faire au mieux car le plâtre était demandé par Madame Bertrand. Je repris donc mon cheval, descendis jusqu'à Jamestown, achetai 150 petites statuettes et les fis réduire en poudre par mon personnel. J'avais deux Chinois en attente qui partirent pour Longwood avec la poudre et moi-même je quittai Town pour Wood entre 5 et 6 heures du soir. Sur le chemin, je dépassai l'amiral Lambert, le marquis de Montchenu et le major Gorrequer qui venaient d'apprendre le décès du général Bonaparte. C'était à peu de distance de l'entrée de d'Old House. J'allai alors à Old House où je rencontrai un dragon qui partait pour me remettre une note me demandant de fournir le nécessaire pour les obsèques, et de tendre de noir la chambre où il reposerait. Je vis le Gouverneur et Sir Thomas Reade qui me confirmèrent leurs instructions et je descendis à Town aussi vite que possible.

Ayant rassemblé les fournitures et les employés nécessaires et quelques rafraîchissements pour eux, je remontai à Longwood où j'arrivai vers minuit (c'était la troisième fois ce jour-là que j'allais de Town à Wood!)



Dimanche 6 mai (1821)


Je fus reçu par le général Montholon et déchargeai ma charrette dans la salle à manger. Le général Montholon me dit qu'il désirait que la chambre à coucher soit tendue de noir car le corps reposerait dans cette pièce. Je mis mes hommes au travail et démontai la tenture du cabinet de travail du général Bonaparte (qui était aussi parfois sa chambre à coucher). Je retirai la mousseline qui décorait les murs, avec l'aide du général Montholon et des domestiques français. Nous travaillâmes jusqu'à trois heures et demie. Le sergent Morley du 20e tombait de fatigue et tous mes employés ne valaient guère mieux, si bien que je les envoyai se reposer jusqu'à l'aube. Je me reposai moi-même mais ne pus dormir. Je demandai à le (Bonaparte) voir au petit matin, mais ce me fut refusé car le Gouverneur ne l'avait pas encore vu. Ayant l'occasion de jeter un coup d'oeil par la porte-fenêtre donnant sur le jardin, je le vis sur son petit lit de camp en fer, entre les deux fenêtres du salon dont l'une était ouverte. A l'aube, je remis mes ouvriers au travail et, peu après, je vis le Gouverneur, accompagné de Sir Thomas Reade et d'autres officiers d'état-major arriver à la maison. Un quart d'heure plus tard, le Gouverneur et un officier passèrent de la chambre où je me trouvais dans le salon et y restèrent quelque temps. Je pressai mes hommes autant que de possible, et leur offris un breakfast vers neuf heures. Nous avions presque fini. Vers huit heures, j'étais allé avec le général Montholon dans la pièce où il (Bonaparte) se trouvait, je l'avais vu et j'avais été fort étonné de voir son corps si peu ravagé, si bien, si jeune, avec un aspect si serein.

Je retournai auprès de mes ouvriers et peu après le général Montholon me demanda de prendre les mesures pour le cercueil. Madame Bertrand, le comte Montholon et le comte Bertrand parlaient ensemble (et aussi, je pense avec M. Marchand). Les cercueils devaient être le premier en fer blanc, garni de satin rembourré de coton, avec au fond un petit matelas et un oreiller faits des mêmes matières ; le second en bois ; le troisième en plomb ; et enfin un cercueil d'acajou recouvert de velours pourpre, si on pouvait s'en procurer. Je leur dis que j'en avais cherché quelques jours plus tôt et qu'il n'y en avait pas sur l'île. Il fut alors convenu que le cercueil extérieur serait du plus bel acajou que l'on puisse trouver sur l'île, ce qui fut fait. Je sortis alors et parlai au Gouverneur.. Il était désireux de disposer des cercueils au plus tôt. Je revins, remis au général Montholon une description précise des cercueils et retournai avec lui près du corps pour prendre les dimensions exactes. Assisté du général Montholon, j'ai mesuré les dimensions "nettes" suivantes : longueur, 5 pieds 7 pouces (170,2 cm), seulement 18 pouces (45,7 cm) au niveau des épaules ; et à peine 10 pouces (25,4 cm) de profondeur. Les dimensions du cercueil que je fis étaient donc : longueur, 5 pieds, 11 pouces (180,3 cm) ; profondeur, 12 pouces (30,5 cm) ; largeur à la tête, 10,5 pouces (26,7 cm) ; aux épaules, 21 pouces (53,3 cm) : au pied, 8 pouces (20,3cm). A ce moment, je compris qu'il (le corps) resterait en l'état et qu'il serait autopsié vers 2 heures de l'après-midi, mais je ne fus pas averti qu'il serait mis dans le cercueil avec son chapeau et son grand uniforme. Vers 10 heures, j'ai quitté Longwood pour Jamestown. J'ai alors reçu du Gouverneur l'ordre de faire aussi vite que possible et d'user au besoin de son nom pour requérir hommes et matériaux. Arrivé à Jamestown, je pris un breakfast et, en même temps, demandai au commissaire de ville Cole d'aller chercher à l'église les hommes qui me seraient le plus utile (c'était dimanche!), d'autres à la campagne, et avec l'aide de Madame Borman, de M. Mercalfe, de M. Borman et d'autres, nous avons terminé le cercueil de fer blanc, celui en bois et celui en plomb vers une heure du matin, avec les garnitures comme demandé.



Lundi 7 mai (1821)


Je fis transporter les cercueils par les Chinois et quittai la ville vers 11 heures pour Longwood avec les hommes chargés de fermer les cercueils, et je le (Bonaparte) vis reposer en apparat. En quittant Longwood le matin précédent pour m'occuper des cercueils, j'avais laissé quelques hommes pour terminer de préparer la maison, comme mettre en place l'autel, déplacer un lustre du salon dans la chambre d'exposition et équiper (en corbillard) la calèche que le général Bonaparte utilisait pour ses promenades. Je constatai qu'ils avaient presque tout fini. La curiosité des gens était si grande qu'ils se pressaient en foule, de toutes conditions, pour le voir reposer en apparat, ce qui se déroulait de la manière suivante :

La chambre où il était exposé était habituellement utilisée par lui en chambre à coucher, avec une porte donnant sur la salle à manger, par laquelle les gens étaient admis. Une autre porte, à l'opposé, conduisait à la pièce utilisée en petit salon, meublée d'un second lit et d'un sofa sur lequel il passait beaucoup de temps assis. Sur la façade sud, deux fenêtres donnaient sur le jardin, dont l'une avait été transformée en porte-fenêtre et l'autre ouvrait à la française. Sa tête se trouvait côté salle à manger et son côté droit le long de la fenêtre. Le lit de camp en fer sur lequel il lequel il reposait mesurait approximativement 5 pieds et 10 pouces sur 3 pieds de large ; il était à environ 9 pouces du coin du mur et à 20 pouces du mur du petit salon, laissant un espace pour circuler. L'autel était du côté de sa tête, près du mur de la salle à manger. Au plafond pendait un lustre équipé de douze bougies. A la tête du lit, deux petites consoles en marbre supportaient deux chandeliers à quatre branches en argent massif. Sur l'autel, il y avait deux autres chandeliers, ainsi que quatre morceaux de bois peints en blanc portant également des chandelles. L'autel avait environ 2 pieds 4 pouces de large et 4 pieds 6 pouces de long, garnie d'une tenture noire portant la lettre N, avec un galon jaune provenant des rideaux du salon. Une sorte de tabernacle, orné de colonnes, d'un dôme et d'une coupe devait supporter un crucifix mais, pour le moment, celui-ci se trouvait sur la poitrine du général Bonaparte, avec son épée et son fourreau à sa droite, son coeur et son estomac à sa gauche.
Sur l'autel, une nappe richement ornée de broderies d'argent et un lutrin supportant une Bible. Devant l'autel, une estrade haute d'une marche, sur laquelle le prêtre M. Vignali montait vêtu de sa chasuble et récitait un pater noster (sic) lorsqu'une personne de la confession catholique venait demander le sacrement (l'Eucharistie). Le sommier sur lequel le général Bonaparte reposait avait 6 pieds de long, 3 de large et portait 3 matelas. Celui du dessus qui est maintenant en ma possession dans mes réserves, a été souillé par des tâches de sang quand le corps a été retourné pour raser les cheveux de la nuque et pour la prise d'un moulage le 7 mai par les docteurs Burton et Antommarchi, masque qui était très beau si on considère le temps qui s'était écoulé depuis la mort et la nature grossière du matériau utilisé. Il fut empaqueté et emporté par Antommarchi dans l'intention, selon madame Bertrand, de l'envoyer à Canova en modèle pour un buste en marbre.


Beaucoup de temps avait été perdu à cause du défilé de gens de toutes conditions et du retard occasionné par le moulage. J'étais désireux de procéder à la mise en bière, car j'avais les employés nécessaires sous la main. Le moulage étant terminé, le Gouverneur et Sir Thomas Reade me demandèrent pourquoi on tardait et je leur dis que les Français ne me semblaient pas pressés de le voir mis au cercueil. Je fis ensuite remarquer à la comtesse et au comte Bertrand, au général Montholon et à M. Marchand qu'il fallait souder avant la nuit et leur demandai ce qu'ils voulaient mettre dans le cercueil. Je disposais alors d'Abraham Millington et de Samuel Ley, qui avaient fait le cercueil en fer blanc. Le docteur Rutledge, du 20e régiment, qui était là en faction (il avait relevé le docteur Arnott), avait pour consigne de ne pas laisser le coeur de la chambre. J'avais des ordres identiques en raison, autant que je sache, du désir du docteur Antommarchi de ramener l'estomac avec lui en Europe, mais les autres Français ne le souhaitaient pas. Je crois qu'ils espéraient ramener le coeur avec eux mais ils n'en avaient pas l'autorisation. Cependant, ils souhaitaient le préserver, ce qui fut fait de la manière suivante : le coeur et l'estomac, comme je l'ai déjà dit, étaient dans un vase en argent ou soupière, appartenant au service de table, muni d'un couvercle portant des armoiries et un aigle, lequel était fixé par une vis et un écrou. Le coeur ayant été déposé dans la soupière par le docteur Rutledge en présence du comte Montholon et autres, le couvercle fut soudé et par le trou supérieur, le Dr Rutledge remplit le récipient d'esprit de vin, puis le trou fut obturé en y soudant une pièce d'un shilling ancien. Ces opérations avaient pris beaucoup de temps et il était plus de 8 heures quand mes deux hommes eurent fini. Durant ce temps, différents objets avaient été préparés et posés sur la table de la bibliothèque : une cuillère en argent une fourchette, un couteau avec manche en argent une saucière d'argent richement décorée, une assiette de son argenterie (une autre, identique, est actuellement en ma possession), une timbale en argent avec couvercle dans laquelle avait été placé l'estomac, le récipient d'argent contenant son coeur, deux "doubles napoléons" frappés durant la République, deux du Consulat, deux du début de l'Empire et deux de son règne impérial, ainsi que quatre pièces de petite monnaie et trois autres en argent. J'avais eu le temps de regarder tous ces objets pendant que mes hommes soudaient le bord du couvercle du récipient où se trouvait le coeur, et je mis moi-même dans le cercueil les pièces de monnaie et l'argenterie.





Notes



de The Times



En complément de ce document, nous pouvons signaler qu'une dame vivant encore actuellement (1915) à Londres a assisté aux obsèques de Napoléon en 1821. Elle est la fille du capitaine James Bennett, du régiment de Sainte-Hélène, et bien qu'elle n'eut alors que trois mois et demi, sa mère l'avait emmenée aux funérailles. Bien évidemment, elle ne se souvient pas de l'évènement mais, quand les restes de l'Empereur furent exhumés en 1840, elle participa aux cérémonies. Quand le navire transportant les cercueils appareilla à Sainte-Hélène, un pavillon en soie de Chine, brodé de fils d'or, fut hissé à sa poupe. Ce pavillon était le cadeau des dames de Sainte-hélène dont Mrs Owen, alors Miss Bennett, et d'autres, avec l'aide de Miss Mary Gideon, qui avaient réalisé cette oeuvre. Quand il fut décidé d'employer du bois d'acajou pour l'un des cercueils, comme l'explique Darling ci-dessus, et qu'il n'en existait pas de qualité sur l'île, le problème fut résolu par le capitaine Bennett, le père de Mrs Owen, qui offrit la grande table en acajou de sa salle à manger. Cette table, transformée bien sûr, se trouve donc aujourd'hui sous le Dôme des Invalides.*
(30 septembre 1915)

* : Le rédacteur du Times commet une lourde erreur : le cercueil en acajou fut découpé en reliques en 1840 et ne se trouve donc pas aux Invalides.


Source : Revue du Souvenir Napoléonien. numéro 445. février-mars 2003.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 30 Avr 2019 18:07 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1455
une traduction qui souffre sans doute d'imprécision ou d'inexactitude sur certains mots... :4:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 02 Mai 2019 22:22 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13929
Ou un arrangement posthume...

Il s'avère -selon Arnold Chaplin- que le "manuscrit", fort opportunément redécouvert en 1851, aurait été publié dans je journal local "The advocate, News of Saint-Helena", dont la parution débuta cette même année. Problème, la version prétendument donnée par ce journal n'a jamais été retrouvée... Michel Dancoisne-Martineau devait s'y employer, mais je n'ai jamais eu de retour sur cette question.

Les erreurs de date dudit journal me semblent quelque peu opportunes, comme pour donner plus de véracité à l'ensemble. Notons également qu'Andrew Darling est décédé en 1841 à Sainte-Hélène (à vérifier), peu avant que sa famille ne s'embarque pour l'Australie.

Ce qu'en a dit Albert Benhamou n'est pas inintéressant :


Citer :
02 Mai 2003 17:57
Bonsoir

Pour compléter les débats sur le sujet, je me permets de reproduire ici mes messages postés sur l'autre forum concernant le journal de Darling, car ce document a été utilisé par J. Mace dans la revue du SN. Notez que, comme je n'ai pas cette revue, je ne connais pas la traduction donnée de ce document. Je n'en connais que la version originale qui, semble t'il, est plus complète que ce qui en avait été donné notamment dans le livre du baron de Veauce. Si quelqu'un d'entre vous a la revue SN en main, j'aimerais bien recevoir par fax ou scan/email le texte donné du journal de Darling en français: ca peut révéler quelques surprises de traductions ou omissions. A voir.

Donc voici mes posts en question.

----------------------
Lundi 28 avril 2003
----------------------
Le journal d'Andrew Darling est en effet déjà bien connu, sauf sans doute des lecteurs français. Il fut publié dans la revue The Times Literary Supplement le 30 septembre 1915. Je l'ai lu à Londres et il est certainement dispo à la BNF aussi depuis près de 100 ans!

En fait, ce témoignage conforte certains points des deux thèses donc je ne sais pas si larticle de la FN va faire la censure des points qui ne l'intéressent pas

Par exemple, Darling, en parlant du masque mortuaire, dit que celui-ci "était très ressemblant, considérant la durée depuis sa mort [Napoléon] et la grossièreté du matériau, et fut empaqueté et emporté par Antommarchi, comme me l'a dit Mme Bertrand, pour être envoyé à Canova afin d'en faire un modèle en marbre."
On retiendra ici que Darling, comme Marchand, Ali et d'autres, reconnait que le masque n'était que le masque du moment... près de 48 heures après le décès et (sous-entendu) alors que putréfaction et ramollissement des chairs (comme le dit Ali) firent leur effet dévastateur sur la figure de l'Empereur. Donc le masque dit Antommarchi, trop parfait et trop net, ne peut être qu'un faux! Donc encore une évidence pour les substitutionistes, je crois.

Concernant les cercueils, Darling parle bien de quatre cercueils (contre la thèse Rétif) mais... est catégorique que le 2ème cercueil était de bois car il n'y avait pas assez de bon acajou pour en confectionner deux de ce bois. Donc la priorité fut prise de ne faire que le cercueil extérieur en acajou et il vînt le lendemain à Longwood comme on le sait, après avoir utilisé la table d'un officier anglais pour ce faire... Or, on sait qu'en 1840, les témoins parlent du 2eme cercueil en acajou, alors qu'il aurait du être en bois. Confusion ou substitution? That is the Question!

L'article apporte aussi les détails de la taille de Napoléon car Darling prit les mesures afin de faire les cercueils. Problème: personne ne lui dit alors qu'il était prévu de coiffer Napoléon de son chapeau dans le cercueil... donc les mesures furent trop courtes. Les mesures prises par Darling furent les suivantes (en anglais, avec des pouces anglais):
"length, 5 feet 11 inches, depth 12 inches, width at the head 10 ½ inches, shoulders 21 inches, foot 8 inches"

Autres points d'intérêt:

- Darling, qui n'avait pas vu Napoléon depuis plusieurs semaines avant sa mort, est surpris de la perte de poids énorme qu'il remarque alors (ce point est une contradiction de la thèse des empoisonistes ) mais, en même temps, il estime que ça donne un air rajeuni à Napoléon. Ceci est en accord avec les autres témoins qui parlent de l'aspect de Premier Consul au moment de la mort.

- Le refus à Antommarchi de prendre l'estomac en Europe comme preuve médicale était un refus des officiers (Montholon et Bertrand) plutôt qu'un refus anglais: quoique...
je n'ai aucun doute que Hudson Lowe aurait aussi refusé... pour se conformer à ses instructions.

Enfin, Darling a écrit son journal en 1821 et celui-ci ne fut découvert que bien des années après. Darling ne dit rien de l'exhumation de 1840 (ou alors on ne connait aucun manuscrit écrit alors). Je pense que, de toute façon, il ne fut pas convié sous la tente pour l'ouverture du cercueil, à cause de son manque de rang, mais donna des conseils aux seules opérations de déterrement.

----------------------
Jeudi 1er mai 2003
----------------------
L'article de J. Macé reprend la plupart des arguments légalistes déjà connus en y ajoutant cependant quelques explications personnelles sur certaines anomalies. Et bien entendu, la défense ultime -faiblesse des témoignages humains- est utilisée quand il faut (elle a bon dos!). Quant à l'amélioration du corps entre 1821 (putréfaction, peaux ramollies, aspect vieillardé) et 1840 (peaux fermes et comme momifiées, et aspect du jeune Premier Consul), il n'est pas donne plus d'explication que le phénomène de saponification. Ca serait certes acceptée si on avait retrouvé un corps conservé à l'état du 7 mai 1821 au soir (c'est à dire plutôt en mauvais état) mais pas dans un état regénéré!

Donc, rien de vraiment nouveau à part l'utilisation du témoignage Darling. Mais ce témoignage Darling est il par ailleurs authentique? Car, comme miracle, les Anglais le retrouvent en 1915 presque comme pièce pour commémorer le centenaire de la chute de l'Empire napoleonien? Simple coincidence? La mariée semble trop belle... Par ailleurs, il est publié à Londres dans une revue litteraire et non historique. Depuis, il n'y a pas beaucoup d'historiens qui l'aient employé car, à vrai dire, on se sait même pas trop où se trouve le vrai manuscrit originel. Ca ressemble un peu trop au vrai faux journal Noverraz dont nous avons discuté il y a quelque temp dans ce forum.

Y a t'il des éléments qui permettent de confondre éventuellement ce journal Darling comme supercherie? J'en ai vu trois possibles et que je soumet à votre propre estimation.

(1) Darling écrit que le 3 mai 1821 il a rencontré Noveraz qui lui a expliqué que l'Empereur n'en avait plus pour longtemps etc. Or, on sait que Noverraz était très souffrant à cette date et était cloué au lit. On voit mal ce serviteur avoir une discussion avec Darling, et sur la santé de l'Empereur alors qu'il n'avait pas vu l'Empereur lui-même depuis plusieurs jours. Noverraz ne revoit Napoléon qu'à l'article de la mort! Doit on croire que Darling ait confondu le géant Noverraz avec tout autre serviteur? Ceci est dur à croire car Darling connaissait très bien la colonie longwoodienne.

(2) Darling parle de ses ordres reçus le 6 mai de la part des français (les comtes Bertrand et Montholon, Mme Bertrand, et Marchand) de faire 4 cercueils, or tous les rapports francais authentiques à cette date, et même jusqu'au 7 mai, ne font état de 3 cercueils et non 4. La rectification de 4 cercueils vint seulement, de façon certaine, dans un rapport officiel anglais du 7 mai au soir. Donc je pense que Darling avait bien eu ordre de faire 3 cercueils mais que la caisse en bois intercalaire entre le fer-blanc et le plomb fut introduite par nécessité (peut être par besoin du plombier-soudeur, donc pendant les préparatifs des ouvriers) et non par ordre français. Ce qui expliquerait que certains témoins parlent, selon le moment de leur rapport, de 3 cercueils (les vrais officiels) ou de 4 cercueils (les 3 + la caisse en bois intercalaire, dont certains diront -par erreur- qu'elle était en acajou). Mais il est difficile de croire que, le 6 mai, seul Darling affirmait qu'il avait ordre des français d'en faire 4 alors tout le reste du monde à Ste Hélène parle de 3 cercueils.

(3) Darling affirme le 7 mai que Mme Bertrand lui avait dit que le masque mortuaire devait être envoyé à Canova pour en faire un modèle en marbre. Il est improbable que Mme Bertrand ait pu mentionner à quiconque l'intention sur le masque au 7 mai, car Burton en aurait dû alors être informé (on nous dit que tout se sait a Ste Hélène!) et n'aurait donc pas été surpris par la "consfiscation" de ce masque par Mme Bertrand pendant qu'il séchait. De plus, si une intention avait été indiquée, c'eut été que le masque appartenait de droit à la famille du défunt et serait donc envoyé à Mme Mère. C'est ce qui débouta Burton de son intention de gagner sa cause en justice à Londres, et le masque fut bien envoyé à Mme Mère à Rome. Personne ne parlait de Canova le 7 mai 1821 il me semble.

Sur bien d'autres points, le journal de Darling semble être ad-hoc car il correspond à ce qu'on sait des événements de 1821. Mais il est difficile de savoir s'il est authentique, n'ayant pas de manuscrit soumis à la recherche des historiens. J. Lockwood est le premier à mentionner un tel manuscrit, dans son “Guide to St Helena”, paru en 1851, mais personne n'a eu accès audit manuscrit. Ensuite, il est "retrouvé" en 1915 à Ste Hélène par un docteur effectuant le tri d'archives sur place, et est publie dans le “Literary Supplement of The Times” et le manuscrit aurait été transmis au docteur Chaplin, l'auteur du fameux "Who is WHo" de Ste Hélène. En final, on ne sait pas trop si ce document n'a pas été simplement écrit en 1851, en recueillant les témoignages de gens sur place (30 ans après la mort de l'Empereur) et en combinant des points connus de la chronologie des événements mais... en laissant quelques coquilles par erreur. A voir donc.

Sur la thèse Rétif sur Cipriani et le retour des cendres de Napoléon à Westminster, je rejoins l'avis de J. Macé et d'autres sur le manque de preuves établissant de tels faits. A mon avis, si il y eut substitution, ça ne pouvait être que suite à un accident survenu au tombeau et rectifié par les autorités locales avec l'aide éventuelle mais non officielle du gouvernement anglais. Les diverses supercheries (masques en quantité, main moulée), puis les témoignages discordants, et l'aspect du corps en 1840, constituent suffisamment de doutes pour justifier une ouverture du tombeau pour vérification. Et s'il faut ouvrir celui de Mme Mère pour faire une analyse ADN, pourquoi pas? Car après tout, elle a toujours soutenu que son fils avait quitté Ste Hélène et donc elle voudrait elle-même le prouver sans aucun doute!

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 03 Mai 2019 21:25 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1455
Bruno Roy-Henry a écrit :
Ou un arrangement posthume...

Il s'avère -selon Arnold Chaplin- que le "manuscrit", fort opportunément redécouvert en 1851, aurait été publié dans je journal local "The advocate, News of Saint-Helena", dont la parution débuta cette même année. Problème, la version prétendument donnée par ce journal n'a jamais été retrouvée... Michel Dancoisne-Martineau devait s'y employer, mais je n'ai jamais eu de retour sur cette question.

Les erreurs de date dudit journal me semblent quelque peu opportunes, comme pour donner plus de véracité à l'ensemble. Notons également qu'Andrew Darling est décédé en 1841 à Sainte-Hélène (à vérifier), peu avant que sa famille ne s'embarque pour l'Australie.

Ce qu'en a dit Albert Benhamou n'est pas inintéressant
Citer :
Sur la thèse Rétif sur Cipriani et le retour des cendres de Napoléon à Westminster, je rejoins l'avis de J. Macé et d'autres sur le manque de preuves établissant de tels faits. A mon avis, si il y eut substitution, ça ne pouvait être que suite à un accident survenu au tombeau et rectifié par les autorités locales avec l'aide éventuelle mais non officielle du gouvernement anglais. Les diverses supercheries (masques en quantité, main moulée), puis les témoignages discordants, et l'aspect du corps en 1840, constituent suffisamment de doutes pour justifier une ouverture du tombeau pour vérification



il est intéressant de relever également qu'à cette époque Albert Benhamou était plutôt favorable à une ouverture du tombeau des Invalides, notamment en raison de l'aspect du corps de "l'exhumé" de 1840 :4:

l'épisode de Darling rencontrant Noverraz, alors qu'on sait que celui-ci était malade (il parviendra tout de même, si je ne m'abuse, à aider Marchand à l'issu de l'autopsie à habiller et raser l'Empereur) semble jeter de sérieux doutes sur l'authenticité de son journal publié en 1915 :7:

enfin, la traduction de Jacques Macé comportent certaines erreurs, Albert Benhamou en avait d'ailleurs en son temps relevé une :

"Cette traduction comporte une erreur notable par rapport au texte publié par le Times Literary Supplement en 1915.
Au 6 mai, Darling avait écrit :
About eight I went with General Montholon to the room where he was and saw him, and was much astonished to see him so much wasted in the body, but at the same time look so well, so young, and with such a pleasing countenance.
La partie en caractères gras veut dire: j'étais très étonné de le voir avec un corps si amaigri, mais en même temps...
Or la traduction française a été: j'avais été fort étonné de voir son corps si peu ravagé, ... Elle a donc omis le point très important qui était le constat visuel de Darling que Napoléon avait très fortement maigri. Rappelons que Darling était un témoin qui venait souvent à Longwood pour s'occuper des réparations. Peu de temps auparavant, il avait fait couper les pieds d'un des lits de Napoléon, pendant sa maladie, car ce lit était trop élevé pour le malade"


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 05 Mai 2019 17:50 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13929
Nous pouvons espérer de nouvelles infos sur le texte d'origine du manuscrit, tel qu'il aurait été publié en 1851 et qui comporterait quelques différences avec le texte publié en 1915...

Inutile de dire vers qui vont nos pensées en ce jour et à cette heure.

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 06 Mai 2019 8:22 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1455
Bruno Roy-Henry a écrit :
Nous pouvons espérer de nouvelles infos sur le texte d'origine du manuscrit, tel qu'il aurait été publié en 1851 et qui comporterait quelques différences avec le texte publié en 1915...


Effectivement, il vaut mieux toujours en revenir aux sources premières, plutôt qu'aux possibles mauvaises transcriptions :4:

Bruno Roy-Henry a écrit :
Inutile de dire vers qui vont nos pensées en ce jour et à cette heure.


inutile en effet, nous étions réunis hier aux Invalides, comme chaque année, autour du Tombeau de l'Empereur... beaucoup de touristes un peu curieux et incrédules de la cérémonie, mais surtout la famille impériale, des historiens, des membres d'associations.... :salut:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 10 Mai 2019 7:25 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13929
Les seules pages du journal de Darling qui sont connues sont celles du 2 au 7 Mai 1821, comme chacun le sait. Selon d'autres sources, le manuscrit original du journal commencerait en 1816 pour se finir en 1840 par le retour des Cendres : il serait entre les mains d’un collectionneur qui n’autorise ni consultation ni photographie et interdit que son nom soit mentionné.

Bien entendu, nous n'en croyons rien. Il est impossible que la dernière vente d'un tel document, si important pour l'histoire, ait pu passer inaperçue ! A moins que ledit propriétaire soit le même que celui du témoignage de Millington !

Malheureusement, le courriel de ce dernier en ma possession est périmé : il a dû en changer...

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 13 Mai 2019 11:08 
Hors-ligne
Chercheur
Chercheur

Inscription : 14 Déc 2012 12:41
Message(s) : 466
Un journal complet ? Incroyable qu'il ait été escamoté... Restons prudent, mais sa redécouverte serait un coup de tonnerre ! :grands yeux:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 13 Mai 2019 11:16 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13929
Certes, mais je n'y crois guère...

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 13 Mai 2019 20:55 
Hors-ligne
Docteur
Docteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2016 23:01
Message(s) : 1455
Un journal complet peut-être pas, mais il est surprenant que la partie la plus intéressante, l'année 1821, ne se trouve pas sous forme de "memorendum" dans les Lowe Papers :4:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB