L'Énigme des Invalides

Nous sommes actuellement le 23 Oct 2018 11:48

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Coquereau dans le texte !
Message Publié : 04 Nov 2008 10:47 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13570
p. 103: "Je revins ensuite au tombeau, le ciseau mordait à peine sur un ciment au grain serré, il s'ébréchait sur le basalte sans l'entamer. Quelquefois sous les marteaux jaillissaient des étincelles, soit qu'ils rencontrâssent les veines de la pierre, soit les forts crampons en fer qui liaient toutes les parties ensemble. Il était quatre heures et la pluie redoublait d'intensité, le vent de violence; le jour faisant effort pour percer les brouillards; commençait à laisser distinguer autour de soi les objets. Quelques moments on put croire qu'il faudrait abandonner les travaux dans la direction commencée, tant la solidité inébranlable de la maçonnerie présentait des obstacles; d'instants en instants des ouvriers se succédaient, sans que l'opération avançât sensiblement. Le capitaine Alexander qui conduisait les travaux avait déjà fait pratiquer une tranchée sur le côté, pour arriver plus promptement au lieu où reposait le cercueil,

p.104: lorsque vers 6 heures, fatiguée, ébranlée par plusieurs heures de percussion continue, la maçonnerie céda et, facilement enlevée, laissa apercevoir la large dalle envoyée d'Angleterre, qui couvrait le caveau dans toute son étendue. Il pouvait être huit heures.

Un instant, les travaux s'interrompirent, pendant que tous étaient allés prendre leur grand-uniforme; les ouvriers, les domestiques dont la présence n'était plus nécessaire, furent éloignés. Une double-haie de soldats du 91ème se forma autour de la tombe et de l'enceinte à l'intérieur. Deux autres lignes de la milice stationnaient à une certaine distance, l'une sur le flanc des collines adjacentes; l'autre en couronnait les plateaux. Une chèvre avait été disposée pour lever la dalle; son action devait s'exercer au moyen de crochets passant dans des anneaux incrustés fortement dans la pierre. Quand tout fut disposé, M. Alexander, par une opération préparatoire, soulevant légèrement la dalle, et ayant ainsi fait l'effet de ses forces, tous se découvrirent spontanément. Revêtu du rochet, du camail et de l'étole, je pris le premier rang à la tête du tombeau; près de moi, un enfant de choeur avec le bénitier, tandis que l'autre en face, tenait élevée la croix. Derrière lui se pressaient les témoins anglais; de mon côté, M. le commissaire du roi,

p.105: entouré de MM. le lieutenant-général, grand-maréchal du Palais, comte Bertrand, baron Gourgaud, baron Las-Cases, , député, Marchand, Arthur Bertrand, le docteur Guillard, les trois capitaines de corvette et les vieux serviteurs de l'Empereur.

A un commandement tacite, un signe de la main, les ouvriers se mirent aux cordages, et la dalle déplacée, cédant à leurs efforts, s'éleva carrément et avec lenteur; puis, déposée sur le sol, laissa apercevoir un cercueil: il était alors neuf heures et demie.

Ce fut à la prière de troubler seule le silence de la tombe, elle y descendit avec l'eau sainte, puis remonta vers Dieu dont les épreuves ne sont si cruelles, que parce que ses jugements sont pleins de miséricorde. Je puis l'attester, protestants, catholiques, priaient avec le prêtre, confondus dans la même croyance, sans efforts, par instinct; tous comprenaient que, mort ou vivant, l'homme a toujours besoin de Dieu.

p. 106: Le cercueil était placé à une profondeur de dix pieds environ, sur une large dalle assise elle-même sur des cubes en pierre de taille; sa longueur pouvait être à peu près de six pieds sur trois pieds dans sa plus grande largeur; il était en acajou, ne présentant au premier coup d'oeil aucun indice d'altération; quelques-uns des clous d'argent qui en fixaient les parois, avaient conservé leur brillant, et les lambeaux de velours garnissaient encore à l'extérieur sa couche inférieure. Après la récitation des premières prières, le Dr Guillard descendit dans la fosse pour examiner quelles précautions sanitaires il serait convenable de prendre; puis, à l'aide de forts cordages, le cercueil soulevé quitta le lit où il reposait depuis bientôt vingt années. Douze soldats du 91ème s'avancèrent tête nue, malgré la pluie qui tombait alors avec force et, précédés de la croix et du prêtre, suivis du cortège français et anglais, portèrent sur leurs épaules le cercueil impérial jusque dans la tente qui avait été préparée pour le recevoir; arrivé là, je terminais les prières de la levée du corps.

L'ouverture des cercueils ayant été décidée par M. le commissaire du roi, et consentie par les commissaires anglais, après quelques précautions sagement prises par le Dr Guillard, la première enveloppe fut enlevée,

P. 107: et en laissa à découvert une seconde: elle était en plomb, parfaitement conservée dans toutes ses parties; on la plaça immédiatement dans le sarcophage d'ébène; là, les plombiers détachèrent la lame supérieure et la roulant, une troisième caisse en bois des îles apparut: le silence le plus profond régnait dans cette enceinte, où les personnes désignées étaient seules présentes, et à mesure que les travaux s'avançaient, ils prirent un caractère plus grave et plus religieux. La planche supérieure fut détachée, et le dernier cercueil se présenta à nos regards: il était en fer-blanc, en bon état, quoique légèrement oxidé. Un galop de cheval se fit entendre, le gouverneur, son fils, son aide de camp et un lieutenant de vaisseau, M. Touchard, officier d'ordonnance, que S.A.R., impatiente, envoyait pour s'informer des progrès de l'opération.

Après les dernières précautions sanitaires, le fer-blanc entre-ouvert avec le ciseau, céda, rendant un son sec et métallique. Tous instinctivement se rapprochèrent; le 91ème et la milice,

p. 108: enceignirent la tente, dont la portière à demi soulevée retomba: la plaque fut enlevée et nos regards empressés vinrent... se heurter contre une masse blanchâtre qui recouvrait le corps dans toute son étendue. M. Guillard, la touchant, reconnut un coussin de satin blanc qui garnissait, à l'intérieur, la paroi supérieure du cercueil: il s'était détaché, et enveloppait la dépouille comme un linceul.

Quels sentiments se pressaient alors dans nos âmes ! Je n'essaierai pas de décrire la solennité de ce moment; quelque effet on pût rendre, on n'y atteindrait pas. Je sais seulement que je tremblais, que toutes les physionomies étaient émues, l'attitude recueillie, qu'un seul bruit pouvait s'entendre, le battement du coeur. C'est qu'on ne trouble pas la mort dans son oeuvre, même par un acte pie, sans qu'elle ne pèse sur l'âme du poids de toutes ses terreurs; puis, qu'allions-nous trouver ? Qu'avait fait la mort pendant vingt années ?...

Pendant vingt années, la mort avait respecté Napoléon !...

Le satin était enlevé, et Napoléon reposait doucement

P.109: habillé de son uniforme de chasseur de la garde, avec son ruban, sa grande plaque de la Légion d'Honneur, sa culotte de casimir blanc, ses bottes éperonnées; et comme il dormait, sur ses genoux il avait posé son chapeau.

Je l'avoue, qui aurait pu oublier ce qui s'était passé, ce que nous faisions, qui n'aurait vu ni bière, ni sépulcre, et eût aperçu dans un certain jour à travers une gaze, et sur un lit, le corps de Napoléon, aurait certes pu croire qu'il reposait paisiblement. Telle fut notre première impression qui se traduisit par un mouvement indéfinissable. Nos regards interrogeaient tour à tour les nobles témoins de sa mort, et leurs yeux noyés de larmes nous disaient assez qu'ils avaient retrouvé leur maître. Nous imposâmes silence à nos émotions pour voir et bien voir.

Tout le corps paraissait couvert comme d'une mousse... "(la suite sans changement notable)... Mais avec quelques petites variantes, qui prouvent sans discussion que le texte manuscrit a bel et bien été rédigé pendant le voyage de retour, sur la Belle Poule et qu'ensuite, Coquerau l'a repris pour l'inserer dans sa relation de l'exhumation.

Il s'ensuite que l'expression "bottes éperonnées" n'est pas une constatation du moment, mais bien une formule littéraire surajoutée, peut-être à l'instigation de Las Cases ou de Bertrand.


_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Coquereau dans le texte !
Message Publié : 06 Nov 2008 18:30 
Mais avec quelques petites variantes, qui prouvent sans discussion que le texte manuscrit a bel et bien été rédigé pendant le voyage de
retour, sur la Belle Poule et qu'ensuite, Coquerau l'a repris pour l'inserer dans sa relation de l'exhumation. Il s'ensuite que l'expression "bottes éperonnées" n'est pas une constatation du moment, mais bien une formule littéraire surajoutée, peut-être à l'instigation de Las
Cases ou de Bertrand. B.Roy-Henry

Cher Monsieur, Je ne vous étonnerai pas en apportant mon grain de sel à vos propos. Pensez-vous réellement que chaque
observateur avait un carnet de note pour noter ses impressions sur le moment? Ils ont tous écrit après coup. Alors que certains
n'aient pas parlé des éperons, ça ne me parait pas significatif. Ce qui l'aurait été, c'est de dire qu'il n'avait pas ses éperons.
Mais là, c'est une autre histoire.


Haut
  
 
 Sujet du message : Re: Coquereau dans le texte !
Message Publié : 06 Nov 2008 20:43 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13570
Mais, il est certain que les témoins ont rédigé leurs impressions une fois sur la Belle Poule! Coquerau n'échappant pas à la règle comme vous avez pu le constater.

Quant au carnet de notes, le Dr Guillard rédigea son rapport sous la tente qui protégeait l'exhumation, aussitôt après son examen. Cette circonstance a été notée par Rohan-Chabot.

Il est d'ailleurs plus que probable qu'ils se sont tous concertés pour présenter chacun une version qui ne s'éloigne pas trop des rapports officiels.

C'est ainsi que l'abbé n'a employé son expression qu'une fois de retour en France, après la cérémonie des Invalides...

Jusqu'à preuve du contraire, il est bien le seul. Même Noverraz n'en a pas parlé (des éperons), alors que ceci aurait été dans son intérêt, puisqu'on l'avait accusé de les avoir volés !

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Coquereau dans le texte !
Message Publié : 06 Nov 2008 22:42 
Si je ne me trompe pas, Noverraz a dit qu'il n'avait pas en sa possession les
éperons du testament, car ils avaient été mis sur le corps lors de
l'inhumation. Ca n'est pas tout à fait la même chose.
D'autre part, les éperons sont, je ne vous apprends rien, derrière les bottes.
Donc, on pouvait tout juste voir, éventuellement, et sans doute un peu
recouvertes de gaze les courroies serrant les éperons. Et dans ce cas,
pourquoi en parler. Mais les éperons, je me répète, ne pouvaient pas être
visibles. Coquereau n'a donc pas parlé des éperons, mais de bottes
éperonnées, vision plus proche de la vérité.
Croyez que je n'argumente pas pour vous contrarier, mais, comme vous,
pour une approche de la vérité.
Cordialement.


Haut
  
 
 Sujet du message : Re: Coquereau dans le texte !
Message Publié : 06 Nov 2008 23:05 
Hors-ligne
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Déc 2002 15:30
Message(s) : 13570
Mais certainement. C'est un plaisir d'échanger avec vous. Vous avez raison pour Noverraz. Mais le fait est qu'il n'a rien dit, ni écrit sur les éperons. Or, rien ne pouvait être plus facile, puisque la mention des éperons corroborait ses dires. Il les avait bien passés aux pieds de l'Empereur.

Que les éperons aient été difficiles à voir, je n'en disconviens pas, surtout pour Coquereau qui n'était pas en 1ère ligne et devait garder le maintien digne d'un représentant du culte. Mais le fait qu'il ne signale qu'une botte décousue, alors que nous avons l'absolue certitude que les deux l'étaient, ne plaide pas en sa faveur...

Sa relation est tout à fait irénique: Napoléon qui repose, comme s'il allait se réveiller !!! DE tous les témoignages, le plus objectif est celui du Dr Guillard. Lui seul a vu, lui seul a touché ! Il a d'ailleurs revendiqué ce privilège, marquant par là qu'il devait être préféré à tous les compte-rendus !

Reste à connaître le manuscrit inédit de Bertrand, sur l'exhumation, toujours retenu par ses propriétaires...

Et par qui ? Par qui ? Par un président d'une délégation régionale du Souvenir Napoléonien !!! :7:

C'est honteux ! :11:

_________________
"Tant que les Français constitueront une Nation, ils se souviendront de mon nom."

Napoléon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Coquereau dans le texte !
Message Publié : 07 Nov 2008 0:07 
C'est honteux ! :11: -BRH

Là, tout à fait d'accord. Je dirais même plus: :pascontent:


Haut
  
 
 Sujet du message : Re: Coquereau dans le texte !
Message Publié : 07 Nov 2008 10:41 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1817
Ceci dit, je suis d'accord avec les propos de Bruno...

Là ... comme ailleurs. :3:



:salut:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Coquereau dans le texte !
Message Publié : 07 Nov 2008 13:38 
Hors-ligne
Assistant de recherche
Assistant de recherche
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Nov 2008 13:35
Message(s) : 224
...D'autant plus scandaleux que malgré une rencontre de visu avec un ex-Elu du secteur du dit président et des promesses embarrassées, cet homme semble jouir d'une espèce d'impunité quant aux questions auxquelles il est susceptible de répondre...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Coquereau dans le texte !
Message Publié : 07 Nov 2008 15:29 
Hors-ligne
Docteur en Histoire
Docteur en Histoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2007 12:45
Message(s) : 1817
Bonjour Ti'breton,

Le plus troublant dans cette affaire, c'est que la réticence à nous donner satisfaction donne à penser qu'il s'agit, en réalité, d' une volonté de dissimuler quelques éléments susceptibles de bousculer l'Histoire établie depuis des lustres dans les consciences ...




:salut:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Coquereau dans le texte !
Message Publié : 07 Nov 2008 15:58 
Ne rêvez pas, Rose. Simple spéculation, sans doute des intéressés. Des manuscrits de L F Céline dorment ainsi chez
des collectionneurs, qui font ainsi monter les prix. Ils possèdent ainsi un capital qui peut se revendre, et qui vaudrait
infiniment moins en cas de publication.
Mais chez un admirateur de Napoléon, c'est navrant... Mais c'est humain.


Haut
  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB